AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262041649
480 pages
Perrin (23/08/2018)
4/5   2 notes
Résumé :
Ils s'appelaient Victor Zigelman et Henri Krasucki, Sophie Szwarc et Yanina Sochaczewska, Jacquot Szmulewicz et Étienne Raczymow, Paulette Shlivka et Esther Rozencwajg. Le plus jeune, en 1940, avait quatorze ans, le plus âgé moins de trente. Eux ou leurs parents, nés en Pologne ou en Roumanie, étaient venus en France chercher du pain et la liberté, la sécurité aussi croyaient-ils, car tous étaient juifs. Tous également étaient ou devinrent communistes, et résistants... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Chestakova
  19 avril 2020
J'ai dévoré aujourd'hui en quelques heures le livre de Santiago H Amigorena, "Le Ghetto intérieur" et il me revient une lecture que j'ai faite voilà plusieurs mois déjà. Dans ce livre, Annette Wievorka, historienne, revient sur des témoignages qu'elle a recueilli dans les années 80, d'anciens de la MOI (Main d'Oeuvre Immigrée) mouvement de résistance liée au Parti communiste pendant l'occupation.
Près de 40 ans après, elle élargit son propos, pour traduire au plus près, l'état d'esprit de ces hommes et ces femmes , dont les parents ont planté en France de nouvelles racines, et qui ont choisi le combat politique et la voie de la résistance. Elle fait revivre ce Paris des combats des années 30, dans ses quartiers populaires, ses rues du 11ème arrondissement, qui résonnent d'accents d'Europe de l'Est et s'enflamment de débats pleins d'espoirs. Ils s'appellent Etienne Raczymow, Victor Zigelman, Henri Krasucki, Jacquot Szmulewicz...et bien d'autres. le livre fait revivre leur engagement au fil des année d'occupation et de guerre, elle tisse le Paris des planques, des filatures, des rafles.
Je lis ces pages du Guetto intérieur dans lesquelles le lecteur accompagne Vicente à Buenos Aires, loin des siens restés dans Varsovie martyre. Vicente plonge dans une adhésion expiatoire, douloureuse et silencieuse, à sa propre judaïté.
Je retrouve là une question que pose Annette Wievorka sur le poids de la judaité dans l'engagement de ces militants de la MOI, elle s'étonne souvent qu'il ne soit pas plus lourd, qu'il ne soit pas un préalable à leur engagement politique.
Ceux de la MOI, plongés dans le combat, n'avaient pas d'autre choix que celui d'engager leur vie pour écraser le nazisme là où ils le rencontraient. Plus résistants, communistes que juifs donc.
Le portrait de Vicente, est à rebours, l'absence d'engagement physique le condamne à sa prison intérieure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
LeMonde   29 octobre 2018
L’historienne, auteure de nombreux travaux sur la mémoire et ses failles, publie une nouvelle version de l’un de ses premiers livres, le plus personnel, « Ils étaient juifs, résistants, communistes ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
NonFiction   01 octobre 2018
Annette Wieviorka fait revivre le destin de ces jeunes qui ont, pendant la Seconde Guerre mondiale, donné leur vie pour leur pays d'accueil qui était pour eux l'idéal de liberté. À l'heure où les derniers membres des FTP-MOI sont en train de disparaître, ce livre vient nous rappeler quelle a été leur implication dans la résistance française.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sarahorchanisarahorchani   12 mars 2020
On arrive à l'école, le patronyme marqué sur la tête. Des patronymes avec des z, des k, des y et des w, lettres rares sur lesquelles butent immanquablement les instituteurs. Quand le maître appelle son nom en l'écorchant, Étienne Raczymow rougit : " Quand on tombait sur un instituteur qui était bien, qui voulait nous comprendre, au bout de quinze jours, il savait prononcer nos noms... Mais d'autres..Et Victor "Ziegelman ( prononcé "mant" à la française), ce n'était pas du tout courant. J'aurais préféré m'appeler Dupont André, comme un de mes camarades de classe" Et vers 10, 11 ans, l'enfant laisse entendre à qui le questionne qu'il vient d'Alsace. Car il a honte d'être juif, comme d'assister à la confrontation de ses parents à l'univers des Français de souche. " Pour rien au monde je n'aurais voulu que ma mère me vienne me chercher à l'école ", dit Etienne. Une mère qui n'a jamais réussi à parler autre chose que des bribes de phrases françaises colorées d'un accent yiddish à couper au couteau. Un jour, Victor rentre de l'école en pleurnichant. Le maître l'a battu. Sa joue en est griffée. Et le père d'aller se plaindre au directeur, avec son mètre cinquante-neuf,son accent et le français qu'il massacre. Le contraste avec la langue et le maintien du représentant de l'État et de la culture française est pour l'enfant une humiliation terrible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sarahorchanisarahorchani   06 mars 2020
Dans le milieu des Juifs hongrois, dit Anneyye Centener, le rêve, c'était la France. " Et sa mère,venue en France en 1924 avec la fillette qui a alors 3 ans, pleure d'émotion quand,rentrant de l'école, elle lui chante la Marseillaise
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Annette Wieviorka (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annette Wieviorka
Les 16 et 17 juillet 1942, un peu plus de 13 000 Juifs ont été arrêtés par la police française. Ils ont été conduits au Vélodrome d'Hiver dans le quinzième arrondissement de Paris avant d'être déportés à Auschwitz.
La série documentaire "La Rafle du Vel d'Hiv, récits d'un crime français", en partenariat avec le mémorial de la Shoah, nous raconte l'enfer de ces deux journées et fait entendre la mémoire de ceux qui ont survécu.
Nos invités :
- Alain Lewkowicz, producteur de la série documentaire “La Rafle du Vel d'Hiv, récits d'un crime français” pour LSD, réalisée par Séverine Cassar diffusée du 9 au 12 mai à l'antenne de France Culture et en avant première au Mémorial de la Shoah à Paris ce dimanche. - Karen Taieb, responsable des Archives au Mémorial de la Shoah. - Annette Wieviorka, historienne, directrice de recherches honoraire au CNRS. - Léon Placek est l'un des derniers témoins de ce que furent les camps de concentration pendant la première guerre mondiale. Il témoigne. - Philippe Legrand, journaliste à Paris Match, Europe 1 et RFM et auteur.
#Valdhiv #FranceCulture #Histoire ____________ Découvrez tous les invités des Matins de Guillaume Erner ici https:https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDroMCMte_GTmH-UaRvUg6aXj ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre