AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bernard Oudin (Autre)Jacques Guicharnaud (Traducteur)
EAN : 9782221249642
144 pages
Éditeur : Robert Laffont (19/11/2020)
3.91/5   62 notes
Résumé :
"Nous vivons tous dans une maison en feu, et personne pour éteindre celui-di, et pas la moindre issue, uniquement les fenêtres du dernier étage, par lesquelles regarder au-dehors, pendant que le feu consume la maison et nous-mêmes qui y sommes enfermés, pris au piège..." Ayant perdu le bon "usage" de l'amour et de la haine, les personnages de Tennessee Williams se débattent dans l'enfer des autres. Parce que "la vérité est au fond d'un puits sans fond...".
"P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 62 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

michfred
  02 avril 2017
On a tous en tête le maillot blanc de Liz dans le film vénéneux de Mankiewicz…
Mais voir au théâtre la pièce de Tennessee Williams – qui détestait cette brillante adaptation cinématographique de son oeuvre- est une expérience bien différente.
Plus d'images qui focalisent la vision en fixant dans la réalité ce qui est peut-être un fantasme ou une vérité relative . Plus de plans audacieux sur les rues blanches de Cabeza de Lobo : rien qu'une scénographie qui se ferme ou se dépouille au gré d'une parole toute proche de la folie et toujours ouverte à la poésie.
Violet Venable est une femme en bout de course, qui se veut la grande prêtresse de la mémoire de son fils, auquel elle voue un culte aveugle. Catherine, sa nièce, détient une autre vérité sur ce fils disparu, le bien nommé Sébastien : elle l'a vu mourir. Et n'a pu empêcher sa mort qui, à bien des égards, ressemble à un suicide ou à un sacrifice doloriste quelque peu pervers. Pauvre Sébastien, dévoré par les enfants pauvres qu'il a pourtant attirés à lui en les appâtant par l'entremise de Catherine vêtue – ou plutôt dévêtue- par le célèbre maillot blanc, devenu transparent dans les flots…
Dévoré…
Toute la pièce est sous le signe de la dévoration : dévoration naturelle – et hautement allégorique- des bébés tortues sur les îles Encantadas -au nom bien fallacieux- décimés par les oiseaux de mer, le jour de l'éclosion de leur oeuf protecteur. Dévoration incestueuse de Sébastien par une mère castratrice, prête à tout pour garder près d'elle ce garçon solitaire, ce garçon poète, à la sexualité refoulée, inavouable et tourmentée. Dévoration du fils par ces « ragazzi »… espagnols, (comme ce fut le cas plus tard par le poète italien, Pasolini sur les bords du Tibre) : un poète transgressif pris au piège de ses propres fantasmes. Dévoration de Catherine qui glisse insensiblement vers la folie -ou vers la lobotomie qui cruellement l'en délivrerait- pour avoir été l'appât manipulé de cette mise à mort.
La mise en scène de Stéphane Braunschweig est excellente : le décor, un jardin tropical et primitif – la jungle des pulsions humaines mises à nu- se transforme en cellule capitonnée pour agités au fur et à mesure qu'on entre dans les discours déments –ou réels ?- de ces deux femmes qui se disputent l'amour d'un homme qui, comme Tennesse Williams, n'aimait que les hommes.
Il était difficile d'oublier Kathrin Hepburn, la mère dévoreuse, Montgomery Clift le psy au regard fiévreux, et surtout Liz Taylor si charnelle et vibrante en Catherine Holly, dévastée par le chagrin et le remords.
Et pourtant, sur la scène de l'Odéon, les trois interprètes principaux de Soudain l'été dernier, y parviennent très bien : Luce Mouchet campe une mère dédaigneuse et vaguement snob, aveuglée et rigide, Jean-Baptiste Anoumon un docteur « Sugar » plus empathique et attentif que l'inquiétant Montgomery. Quant à Marie Rémond, c' est une étonnante Catherine, fragile, enfantine, nerveuse, agitée, angoissée - moins solaire et moins femme que Liz, et sans doute plus proche du rôle écrit par Tennessee en souvenir d'une jeune soeur schizophrène que leur mère, au grand désespoir du dramaturge, fit effectivement lobotomiser…
Elle fait complètement oublier Liz Taylor et m'a paru redonner au rôle, à la mise en scène , à la pièce toute sa vérité par une entière fidélité au texte, où les images naissent de la parole, et où la parole jaillit, irrépressiblement des profondeurs obscures de l'inconscient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
TiboLexie
  17 février 2021
"Il y avait un accord entre nous, une sorte de contrat ou de pacte, qu'il a rompu l'été dernier quand il s'est détaché de moi et qu'il a décidé de l'amener, elle à ma place."
Et il est bien là le problème pour cette mère à l'amour écrasant. Pourquoi son fils accessoirement poète a-t-il préféré amener, cette fois, sa cousine en vacance plutôt qu'elle qui l'idolâtre ? Cette mère est-elle ignorante ou se doute-t-elle de la raison (de l'abandon) même si cela l'afflige ? On dit que la vérité libère alors la cousine, fraichement accompagnatrice payera-t-elle le prix en la divulguant ?
L'art de dire beaucoup en si peu de mots. Tennessee Williams ne déroge pas à la règle avec cette pièce brève et intense. J'ai malheureusement eu du mal à comprendre la mère et le fils.
Commenter  J’apprécie          254
Isa0409
  26 mai 2021
☀ « Ce n'était pas la folie des grandeurs, c'était la grandeur elle-même. »
(P.34)
☀ le soleil est haut dans le ciel, l'après-midi touche à sa fin, nous sommes en automne. Il fait étonnamment lourd, la lumière du soleil est aveuglante et l'on peine à fixer l'étoile à son zénith sans plisser les yeux, sans élever dans les airs une main qui ferait écran : cette ambiance étrange, dans cette demeure de la Nouvelle-Orléans est annonciatrice d'un drame à venir, d'une vérité prête à éclater et dont on voudrait se protéger. Mais il n'est aucune main qui puisse faire taire les paroles que l'on s'apprête à entendre...
☀ Sébastien est mort. Soudainement, l'été dernier. Sa mère, Violette Venable, ne s'en est toujours pas remise : il faut dire que mère et fils formaient un duo fusionnel, Violette et Sébastien, Sébastien et Violette, un couple bien plus intrigant que conformiste, déchaînant foules et cancans à chacune de leur apparition. Cette relation oedipienne s'est pourtant fragilisée après que Violette eut une attaque : pour ses vacances d'été, Sébastien remplaça sa mère par sa cousine pour un voyage qui lui fut fatal. Aujourd'hui, en cette après-midi écrasante, l'atmosphère est poisseuse et sale, et aucune fleur du merveilleux jardin de cette résidence ne saura masquer la vilénie de chacun des personnages. Entre soif d'héritage, besoin de vengeance et cri de défense, les mots que s'apprêtent à échanger les membres de cette famille fracassée par la disparition du beau Sébastien s'avèrent être des armes à double tranchant... à moins que le doux et gentil docteur Sucre n'accepte de faire taire l'une d'entre eux à tout jamais ?
☀ Il faut dire que chacun des personnages est habité par une rage dévorante, pernicieuse et fallacieuse. La rage d'une mère, désemparée par la perte d'un fils idéalisé et idolâtré, emporté dans la fleur de l'âge ; la rage d'un cousin dont les yeux voient danser devant lui un héritage à portée de main ; la rage d'une cousine, amoureuse, dévastée elle aussi, et qui meurt de parler, de dire et raconter ce fameux été, la chaleur et la perversion, le corps qu'on utilise pour attirer d'autres corps, le mal à l'âme, jusqu'au drame. Oui, il est des vérités que l'on ne saurait entendre, des bouches que l'on voudrait faire taire et des mots que l'on ferait ravaler. La vérité brûle parfois, comme un soleil ardent et salé sur une blessure à vif.
☀ « La vie de la plupart des gens... est-ce rien de plus qu'une traînée de déchets, chaque jour quelques déchets de plus, de longues, longues traînées de déchets jusqu'au grand nettoyage final, la mort...? »
(P.35)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Felina
  21 septembre 2021
La collection Pavillons poche que j'aime beaucoup, s'est étoffée d'une nouvelle oeuvre de Tennessee Williams que j'ai découvert à travers plusieurs de ses pièces de théâtre : « La chatte sur un toit brûlant » , « La ménagerie de verre » , ou encore le très particulier « Sucre d'orge » . Encore une fois, je vais retrouvé cette atmosphère qui lui est si particulière.
Mme Venable, une vieille femme riche reçoit chez elle, sa belle-soeur et ses neveux : Georges et Catherine. Elle souhaite leur parler de la mort brutale de son fils adoré Sébastien, il y a un an tout juste, et dont sa nièce a été le témoin. La jeune femme est internée depuis quelques temps déjà, pour la protéger de sa folie. La vieille dame espère lui faire changer le récit de cet événement tragique, car elle la croit coupable de cette mort. Elle a d'ailleurs convoqué un médecin qui doit assisté à l'entretien pour donner son avis. Mais une menace invisible plane sur Catherine.
Peut-être cela tient-il du fait que ce soient des pièces de théâtre, mais à chaque fois, le lecteur entre dans une atmosphère très particulière, propre à Tennessee Williams. Un certain malaise règne tout au long de cette histoire. D'abord à cause de la relation plus que fusionnelle et assez singulière entre Mme Venable et son fils. Ensuite, du fait que le seul témoin de la mort de Sébastien soit internée dans un établissement privé et isolée du monde.
« Soudain l'été dernier » est une pièce moderne avec des thèmes forts pour l'époque : la folie, l'homosexualité, le viol, le deuil, la psychiatrie. La position de chacun des personnages est particulièrement redoutable. Violet Venable, étouffée par sa douleur, souhaite faire taire Catherine par n'importe quel moyen. Son frère et sa mère, quant à eux, ne pensent qu'à l'argent qu'ils toucheront suite au lègue de Sébastien. Catherine est une jeune femme fragile, et qui a vu l'homme dont elle était amoureuse mourir sous ses yeux. Enfin, Sébastien n'était pas un homme bien dans ses baskets. Idolâtré par sa mère, et soi-disant poète à ses heures, il avait une personnalité assez particulière. Au milieu de tout ça, le beau docteur sucre : « réincarnation » de défunt ou potentielle conquête ?
Lien : http://lillyterrature.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pachy
  27 novembre 2017
Soudain l'été dernier, son fils est mort. Mme Venable (Tante Vi) est dévastée. C'est le prolongement d'elle-même qui vient de lui être enlevé. Ce fils qu'elle avait façonné, ce fils qui ne montrait aucune vie privé, pas de vie personnelle. Quand madame Venable dit nous, en parlant de Sébastien, elle dit je. Il est mort loin d'elle, parti en voyage avec sa cousine Catherine. Tante Vi doit se venger, exterminer cette créature. Elle inagine un plan machiavélique.
Un docteur en chirurgie psychiatrique, travaille sur un procédé d'avenir, comportant de très gros risques, pratique des lobotomies sur des psychopathes criminels que lui envoie l'état. Lui promettant au docteur son aide financière pour ses recherches elle exige que Catherine soit lobotomisé.
Il règne une tension extrême tout au long de cette pièce. La vérité est enfouie sous un scénario qui laisse suer une angoisse qui n'a d'égal que l'envie pour le lecteur qui comprend que la vérité n'est pas celle que l'on nous expose.
Excellent pièce qui a connu une excellente adaptation pour le cinéma par Joseph L. Mankiewicz Elizabeth Taylor Katharine Hepburn Montgomery Clift.
Offrez-vous à vivre un grand moment théâtral suivi d'un même grand moment de plaisir cinématographique.

On peut cependant regretté des tirades de Mme Venable un peu longues dans son dialogue face au docteur dans le début de la pièce.
Le livre, lui, est suivi d'une seconde pièce : "Le train de l'aube ne s'arrêtera plus ici".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
PetitebijouPetitebijou   28 avril 2011
Madame Venable

Enfin ! la vérité commence à sortir. Il y avait un accord entre nous, une sorte de contrat ou de pacte, qu'il a rompu l'été dernier quand il s'est détaché de moi et qu'il a décidé de l'emmener, elle, à ma place ! Quand il avait peur, quand je savais qu'il avait peur et de quoi il avait peur, parce que ses mains tremblaient et que son regard se tournait vers l'intérieur, je tendais ma main par-dessus la table et je touchais ses mains avec ma main jusqu'à ce que ses mains cessent de trembler et que son regard se reporte sur l'extérieur, et le lendemain matin, le poème se remettait à avancer. A avancer jusqu'à ce qu'i soit fini !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TiboLexieTiboLexie   16 février 2021
Sébastien était poète ! C'est ce qu'il faut comprendre, quand je dis que sa vie était son travail, parce que le travail d'un poète est la vie d'un poète et . . . vice versa, la vie d'un poète est le travail d'un poète ; je veux dire : ils sont inséparables, je veux dire . . .
Commenter  J’apprécie          110
michfredmichfred   02 avril 2017
Nous sommes tous des enfants, dans une immense école maternelle, où nous essayons d'épeler le nom de Dieu avec des cubes marqués d'un alphabet qui ne convient pas!
Commenter  J’apprécie          170
michfredmichfred   02 avril 2017
Mais le ciel lui aussi grouillait…
Et la plage tout entière était vivante, tout entière – vivante ! avec les jeunes tortues qui se précipitaient vers la mer, tandis que les oiseaux planaient au-dessus d’elles, attaquaient en piqué, remontaient planer, puis attaquaient en piqué. Ils s’abattaient sur les jeunes tortues, les retournaient, exposaient leur ventre tendre, crevaient ce ventre à coup de bec, déchiquetaient et dévoraient la chair
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Tennessee Williams (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tennessee Williams
Micha Lescot lit 'Matin sur Bourbon Street' de Tennessee WILLIAMS.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Littérature dramatique américaine (40)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tennessee Williams, en VO !

Un tramway nommé désir

A Streetcar Named Desire
A Tramway Named Desire

5 questions
54 lecteurs ont répondu
Thème : Tennessee WilliamsCréer un quiz sur ce livre