AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Alzir Hella (Traducteur)
EAN : 9782253153535
220 pages
Le Livre de Poche (15/10/2002)
4.02/5   487 notes
Résumé :
Comment le désir et la passion, enracinés au fond de chaque être, peuvent le révéler à lui-même et bouleverser son destin : tel est le secret que tentent de percer les quatre récits qui composent ce volume. L'éveil de la jalousie chez un garçon de douze ans, qui a innocemment rapproché sa mère et le jeune vacancier oisif dont l'amitié l'emplissait de fierté ; la dérive nocturne d'un homme qui découvre au contact des voyous et des prostituées une part inconnue de lui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 487 notes
5
28 avis
4
23 avis
3
8 avis
2
1 avis
1
0 avis

Jmlyr
  22 juin 2020
Une nouvelle bien signée ! Quel plaisir de retrouver, une fois de plus, ce style inimitable, qui nous fait pénétrer la tête des protagonistes avec une puissance indicible.
Chaque pensée est disséquée avec finesse, et malgré une époque révolue, l'analyse reste contemporaine. Un enfant et sa mère, le lien mère-fils, la culpabilité qui plane souvent et joue à cache-cache, tout est là, dans ces lignes.
Zweig sait se faire enfant, mère, tante, ami, tout à la fois, et nous aussi.
Je brûle d'admiration pour cet auteur,
et ce n'est plus un secret !
Commenter  J’apprécie          9413
Piatka
  07 juillet 2014
Afin de tromper son ennui, un jeune baron en villégiature dans un hôtel isolé des Alpes autrichiennes décide de séduire par jeu une femme accompagnée de son fils convalescent de douze ans, Edgar. Pour parvenir habilement et rapidement à ses fins, il se lie hypocritement d'amitié avec Edgar, flatté d'attirer l'intérêt d'un adulte.
Passée la phase d'approche, de l'amitié naissante, le séducteur tente d'éloigner l'enfant, qui trompé par son nouvel " ami ", va tout faire pour perturber les sorties du couple et leurs tentatives de rapprochement. Sa mère, progressivement charmée, hésite entre l'aventure amoureuse et la raison, périlleux dilemme.
Tout se joue donc - il ne faut pas perdre de vue qu'il s'agit au départ d'un jeu - entre un séducteur manipulateur, une mère indécise et un jeune garçon encore très innocent mais clairvoyant. le tout dans un milieu bourgeois d'une époque révolue...en apparence.
Les désirs de chacun s'entremêlent d'abord délicieusement, puis s'entrechoquent brutalement pour finir en feu d'artifice incontrôlable ! de la tension, du suspens, un rythme agréable de courts chapitres font de cette nouvelle un très bon moment de lecture.
Stefan Zweig excelle comme toujours à analyser avec finesse et précision la psychologie humaine et plus particulièrement ici celle d'un jeune adolescent imprévisible dont les sentiments exacerbés oscillent entre amour et haine. Car c'est bien Edgar le héros du récit, le détenteur du brûlant secret, que je vous laisse le plaisir de découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          861
ibon
  13 août 2013
Une centaine de pages, c'est le format du succès pour Zweig: "Le joueur d'échecs", " La confusion des sentiments", "La lettre d'une inconnue", "La peur", "24heures...
Effectivement, c'est aussi le cas avec les 100 pages de "Brûlant secret", pas de déception, le récit demeure toujours aussi prenant et rythmé. Ici, en de courts chapitres.
Au début, le personnage principal semble être un jeune baron célibataire, en vacances dans un hôtel de montagne autrichienne au Semmering; un séducteur à la recherche d'aventures féminines sans lendemain. Il jette son dévolu sur une femme d'une bonne trentaine d'années. Une femme distinguée accompagnée de son fils Edgar, 12 ans. Mais pour approcher la jolie dame, il use de perfides moyens en donnant l'illusion au garçon qu'il est son ami. Edgar pressent en effet que l'on abuse de sa naïveté et c'est ce garçon qui devient le personnage central intrigué par ce qu'on lui cache: un brûlant secret.
Quel brûlant secret peut-on lui cacher à ce garçon de 12 ans au point de lui mentir et de l'éloigner quand sa mère et ce baron veulent discuter ensemble?
Implicitement, Zweig dénonce l'hypocrisie des adultes, de l'école, de la famille et de la morale officielle quant à l'enseignement de la sexualité à la jeunesse.
L'auteur met en place un suspense magistral à la mesure des changements qui s'opèrent dans la tête de ce garçon trahi par les adultes. L'imprévisibilité de ses réactions est le moteur de cette intrigue.
Encore un bijou d'orfèvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
elea2020
  21 mars 2021
J'ai eu un coup de coeur pour cette nouvelle très aboutie, dense et parfaite dans son écriture.
Le récit prend le parti de nous faire glisser peu à peu d'une aventure amoureuse assez banale, un flirt dans un grand hôtel, à une réflexion profonde sur la signification de cette même aventure pour le jeune garçon, Edgar, qui se retrouve dans un trio bien embarrassant avec sa mère, assez froide et peu maternelle, et le baron, chasseur de femmes comme cela a été dit plus haut. Alors qu'il se faisait une joie d'avoir un ami en la personne du baron, et se sentait grandir, devenir presque adulte, en sa pré-adolescence, il se sent vite trompé, car une fois que le baron, purement calculateur, s'est introduit grâce au fils dans les bonnes grâces de la mère, Edgar commence à déranger, et on lui suggère d'aller s'occuper seul quelque part ailleurs.
Surtout, il ne supporte plus que l'on fasse sans cesse référence à son statut d'enfant, alors que l'orgueil commençait à le gagner : il n'en était plus un, il comprenait bien plus de choses à présent. Pourtant, l'initiation n'est qu'entamée, et le garçon va subir plusieurs péripéties, épier ce qui se passe, essayer de s'imposer, pour finir par haïr sa mère et le baron, qui, il en est sûr, lui cachent un secret... Brûlant secret qui, s'il le surprend, lui permettra d'accéder au monde adulte. C'est donc une autre chasse qui se joue à présent, dont la mère d'Edgar est l'enjeu.
J'ai dévoré cette nouvelle de 69 pages, riche en réflexions sur la séduction, la conduite des adultes lorsqu'ils se laissent mener par leurs désirs et commencent à mentir, la déception liée à la tromperie et au mensonge, et bien sûr, ce moment troublant entre l'enfance et l'âge adulte, l'ambivalence de ce seuil, où l'on anticipe ce qui vient après, mais on ne voudrait pas perdre l'innocence de l'enfance, la protection des personnes aimées.
Une fois encore, l'écriture déploie à merveille des scènes, des paysages, parfois exaltants, parfois inquiétants ; la nature est un personnage à part entière, qui se prête complaisamment aux ambiances et aux ressentis des hommes qui la peuplent, et pourtant, elle reste irréductible et autonome dans son propre mystère. Un parc au printemps peut abriter aussi bien des couples qui se réfugient dans la sensualité de la nuit, qu'un enfant seul et agité, comme abandonné de tous. Zweig crée autour de nous un monde aux accents d'hier, au bord de l'abîme, et déjà étonnamment moderne, dans lequel nous trouvons toujours notre juste place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4311
AlexandreAllamanche
  21 janvier 2021
Que d'émotions dans ces récits!
La déception d'un jeune garçon qui comprend que l'adulte avec qui il s'est lié d'amitié dans l'hôtel a en fait un dessein caché : rencontrer sa mère...
Dans quel but ? Se demande Edgar...
Et pourquoi sa mère change-t-elle ainsi d'attitude ?
Pourquoi l'envoie-t-elle tout à coup au lit avec tant d'insistance ?
Lorsqu'il perçoit que l'homme qu'il croyait être un ami ne lui prête plus aucune attention depuis qu'il se promène chaque après-midi avec sa mère, Edgar met tout en oeuvre pour empêcher cette étrange liaison...
L'histoire d'une douleur qui fera voler en éclat les certitudes d'un enfant.
Ensuite, l'étrange rencontre d'un adolescent dans la forêt du château, où une belle inconnue que l'obscurité l'empêche de dévisager se donne à lui nuit après nuit.
Qui est-elle?
Il passe ses journées à tenter de percevoir un changement de comportement chez les jeunes filles avec qui il passe ses vacances, puis tout à coup il en est certain ! Il sait sur quel corps ses mains se posent à la nuit tombée...
Il va lui parler et lui dire qu'il l'aime...
Mais est-ce vraiment elle?
Une erreur serait si grave...
Deux autres nouvelles concluent ce petit recueil, dont personnellement je ne suis pas sorti indemne.
Stefan Zweig prouve une nouvelle fois son talent infini pour aborder des sentiments et des émotions pourtant connus de tous...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463

Citations et extraits (128) Voir plus Ajouter une citation
cmpfcmpf   31 janvier 2018

Mais, j’en suis bien certain, je n’ai jamais aimé la vie avec plus de passion et je sais à présent que tout homme commet un crime (le seul qui existe !) en se montrant indifférent devant n’importe laquelle de ses formes et de ses incarnations. Depuis que j’ai commencé à me comprendre moi-même, je comprends aussi une infinité d’autres choses : le regard d’un être plein de désir devant un étalage peut me bouleverser, les cabrioles d’un chien m’enthousiasmer. Désormais, je fais attention à tout, rien ne m’est indifférent. Je lis dans le journal (qu’autrefois je ne feuilletais que pour y chercher des distractions et des ventes aux enchères) mille faits quotidiens qui m’émeuvent ; des livres qui m’ennuyaient me révèlent soudain leur intérêt. Le plus remarquable, c’est que je peux à présent parler aux gens, même en dehors de ce qu’on appelle la conversation. Mon valet de chambre, que j’ai depuis sept années, m’intéresse ; je
m’entretiens souvent avec lui ; le concierge devant qui autrefois je passais sans faire attention, comme devant une sorte de pilier mobile, m’a raconté ces jours derniers la mort de sa petite fille et j’en ai été plus ému que par les tragédies de Shakespeare. Et cette métamorphose (bien que, pour ne pas me trahir, je continue extérieurement à vivre dans les milieux où règne un ennui de bon ton) semble peu à peu transparaître. Nombre d’êtres humains sont tout à coup devenus cordiaux avec moi ; pour la troisième fois cette semaine des chiens inconnus sont venus vers moi dans la rue. Des amis me disent, avec une certaine joie, comme à quelqu’un qui a triomphé d’une maladie, qu’ils me trouvent rajeuni.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AlexeinAlexein   02 juillet 2016
Ainsi que la conversation le montrait, Edgar était très intelligent, un peu précoce même, comme la plupart des enfants maladifs qui sont restés longtemps dans la société des adultes, et ses sympathies ou ses antipathies atteignaient un degré de passion extraordinaire. Il ne paraissait jamais garder la mesure ; il parlait de chaque personne ou de chaque objet soit avec enthousiasme, soit avec une haine si violente qu’elle tordait son visage et lui donnait presque un aspect méchant et hideux. Quelque chose de sauvage et de primesautier, qui provenait peut-être de la maladie qu’il venait de surmonter, mettait dans ses paroles une ardeur fanatique et il semblait que sa gaucherie n’était qu’une crainte, péniblement refrénée, de sa passion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PiatkaPiatka   10 juillet 2014
Il était conscient de sa totale incapacité à la solitude. Non désireux de faire plus intimement sa propre connaissance, il redoutait le face-à-face avec lui-même et évitait soigneusement pareil tête-à-tête. Il savait qu'il avait besoin de se frotter aux gens pour faire briller ses talents, sa nature chaleureuse et cordiale, et seul, il se sentait inutile et sans flamme comme une allumette dans sa boîte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
AllantversAllantvers   02 mai 2017
Elle était à cette époque décisive de la vie où une femme commence à regretter d'être demeurée fidèle à un époux qui, en réalité, n'a jamais été aimé, et où le pourpre coucher du soleil lui laisse encore un dernier choix (pressant!) entre la maternité et la féminité. A cette minute la vie, qui paraissait depuis longtemps déjà avoir été réglée d'une façon définitive, est de nouveau remise en question; pour la dernière fois l'aiguille magnétique de la volonté oscille entre la passion et la résignation à jamais. Une femme a alors à prendre la dangereuse décision de vivre sa propre destinée ou celle de ses enfants, d'être femme ou mère.
(Brûlant secret)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ElviraElvira   02 janvier 2012
C’était un de ces hommes qui doivent beaucoup de bonnes fortunes à leur joli visage et chez qui, à chaque moment, tout est prêt pour une nouvelle rencontre, une nouvelle expérience amoureuse ; un de ces hommes qui sont toujours au potentiel voulu se précipiter dans l’inconnu d’une aventure, que rien ne surprend, parce que, sans cesse à l’affût, ils ont tout calculé ; qui ne manquent aucune occasion parce que leur premier regard pénètre inquisiteur dans la sensualité charnelle de chaque femme, sans faire de différence entre l’épouse de leur ami et la servante qui leur ouvre la porte. Lorsque, avec un certain dédain superficiel, on donne à ces gens-là, en Autriche, le nom de « chasseurs de femmes », c’est sans savoir combien de vérité positive incarne ce mot, car, effectivement, tous les instincts passionnés de la chasse, le flair, l’excitation et la cruauté mentale, s’agitent dans l’attitude de ces hommes constamment sur le qui-vive. Ils sont toujours chargés de passion, une passion qui n’est pas celle de l’amant, mais du joueur, la passion froide, calculatrice et périlleuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Stefan Zweig (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Zweig
Une occasion de découvrir les dernières parutions de leur collection Les Plis, avec 6 nouveaux titres.
La nuit est couleur, Vincent Van Gogh Sur le bon usage des mauvaises santé, Marcel Proust Dans l’ombre des choses, Stefan Zweig Une heure de littérature nouvelle, Arthur Rimbaud Nos têtes audacieuses, Louisa May Alcott Le bonheur au coin de la rue, Rosa Luxemburg
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : littérature autrichienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (1227) Voir plus




Quiz Voir plus

Le joueur d'échec de Zweig

Quel est le nom du champion du monde d'échecs ?

Santovik
Czentovick
Czentovic
Zenovic

9 questions
1616 lecteurs ont répondu
Thème : Le Joueur d'échecs de Stefan ZweigCréer un quiz sur ce livre