AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782350870830
141 pages
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (07/05/2008)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 561 notes)
Résumé :
L'appartement correspondait pourtant exactement à ce que Pascaline, informaticienne de quarante ans, avait imaginé pour sa nouvelle vie de femme divorcée sans enfants. Un deux-pièces calme et clair donnant sur une rue animée. Mais à peine installée, elle apprend par une voisine qu'un drame s'y est déroulé quelques années auparavant. Comment vivre dans un lieu marqué par l'horreur ? Comment continuer à dormir dans cette atmosphère oppressante ? Et pourquoi Pascaline ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (123) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  11 septembre 2019
Pascaline, la quarantaine, informaticienne, vit très mal son divorce. le nouvel appartement dans lequel elle vient d'emménager la plonge dans un grand malaise. Elle s'y sent mal sans pouvoir expliquer pourquoi. Les murs ont-ils une mémoire ? Quand elle apprend qu'un crime a eu lieu dans son appartement, Pascaline sombre dans la terreur. Cauchemars, obsessions, folie, persécutions, s'engage pour elle une descente en enfer où le crime perpétré au sein de son logement la renvoie aux drames qui ont jalonnés sa vie.
Un court roman avec une plume assez addictive et agréable mais dont la trame m'a semblé totalement brouillonne et décousue. Ça part un peu dans tous les sens sans réel ancrage sur ce titre : La mémoire des murs. S'ajoute un manque latent d'empathie pour la narratrice à laquelle je ne me suis pas attachée. Faute à un manque de psychologie et d'un côté trop dispersé de son thème initial.
Rendez-vous manqué avec ce roman même si le roman se lit vite et sans prise de tête. C'est déjà pas si mal.
Je crois aussi que le roman aurait davantage gagné en qualité si l'atmosphère avait été axée sur les murs (pourquoi ce titre sinon ?), sur l'ambiance hostile au sein de cet appartement plutôt que de chercher midi à quatorze heure autour du psychopathe tueur en série. Vraiment dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          913
jeunejane
  10 avril 2017
Pascaline a 40 ans, elle exerce le métier d'informaticienne.
Après son divorce, elle trouve un petit appartement de deux pièces à Paris.
Lors de sa première visite, elle est enchantée par les lieux bien éclairés, dans un quartier calme. Elle peut redémarrer une nouvelle vie.
Dès le début de son installation, elle apprend que son appartement a fait l'objet d'une scène de crime.
A partir de ce moment, sa vie va se transformer en enfer : elle va ressentir des impressions plus que désagréables à l'intérieur de ses murs. Son passé, ses angoisses vont resurgir et engendrer une souffrance insoutenable.
L'ambiance du roman est lourde, le personnage central trop englué dans ses problèmes pour que j'aie apprécié le roman. Et pourtant, ce n'est pas la première fois que Tatiana de Rosnay donne une importance aux lieux dans lesquels habitent ses personnages.
Dans"Rose", nous étions en compagnie d'une charmante vieille dame qui ne voulait pas quitter son appartement pendant les travaux de Haussmann, dans "Le voisin" , nous étions en plein suspense avec l'habitant situé au-dessus de l'appartement de notre héroïne, dans "Elle s'appelait Sarah", la petite fille était revenue dans le logement où son petit frère avait été caché.
On peut dire que les habitations occupent une grande place dans quelques romans de l'auteure.
Ceci n'est pas un défaut mais une particularité.
Je dois rendre une vérité au récit :
Allez expliquer pourquoi un grand nombre de personnes se sentent tout de suite bien ou mal quand ils pénètrent dans certains lieux et je l'affirme : c'est mon cas et j'en ai déjà parlé avec d'autres. Parfois, on sait pourquoi, parfois pas. Mystère...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          574
Nowowak
  18 avril 2020
« le premier meurtre, c'était chez moi. Ce premier meurtre avait été la matrice de tous les autres à suivre. le modèle, en quelque sorte. Et c'étaient les murs de ma chambre qui avaient vu éclore cette genèse affreuse. Mes murs étaient porteurs d'horreur. » Quel être assez insensible pourrait rester dans cet appartement en sachant l'ignoble drame qui s'est déroulé à l'intérieur ? Vivre comme si de rien n'était, ne pas y penser, entrer et sortir de la salle de bains sans que cela nous fasse ni chaud ni froid, chantonner, boire, manger, aimer, respirer, totalement imperturbable, difficile d'imaginer un pareil détachement. Effacer l'empreinte dans les murs et dans sa propre chair de ce viol suivi d'un égorgement dans sa proche chambre à coucher qui pourrait ?
» J'avais peur, une peur bleue, peur du bagage émotionnel d'un lieu de vie. Il me semblait que j'étais devenue une sorte d'éponge, de buvard, une antenne qui captait de façon surnaturelle tout ce qui s'était passé dans une maison. »
Personnellement rien ne m'est égal. Chaque détail compte. Je vois tout, j'observe tout, je sens tout. Je ne méprise rien parmi le vivant. Et un souvenir est un être vivant. Je déteste que le passé toxique surgisse à l'improviste encore plus le passé qui n'est pas le mien. J'aime être neuf, renaître au lever du soleil. « Les murs ont une mémoire. Et moi de l'imagination. » Comment pourrais-je vivre parmi le tumulte de ce drame même vieux d'il y a dix ans ? Comment installer mon âme, ma marque, mon parfum, mes tableaux, quand les murs se souviennent d'une pareille tragédie ? « Même le chat, blotti à ses pieds, a cessé de ronronner et me scrutait aussi, de son regard jaune. » Certaines choses ne s'effacent pas.
« Je ne sais pas si elle a crié, mais la chambre est encore prégnante d'une horreur tangible, d'un hurlement qui s'éternise et qui racle mes tympans de sa stridence. »
Pas plus que le personnage principal je ne resterais ici. Trop de charge émotionnelle. Dans tous les immeubles il y a des morts et c'est la vie dit-on. le propriétaire se garde bien d'en toucher un mot aux locataires potentiels. Il dédramatiserait le drame. C'est son gagne-pain d'ignorer les murs et d'y installer des gens en espérant leur bien-être. Or Monsieur les murs se souviennent, toujours. Même en échange d'un loyer gratuit, je ne voudrais pas de votre maison meurtrie et à jamais vierge d'une folle violence ! Alors comment va réagir Pascaline, cette locataire légitimement anxieuse ?
« Il y avait aussi des odeurs qui me prenaient à la gorge, des exhalaisons de renfermé, de vie figée, de mouvements pétrifiés, et c'était ces odeurs là, ces odeurs étouffantes que j'avais appris à craindre, car je me doutais qu'elles avaient un lien avec un drame, un crime, un meurtre. »
Peu à peu le personnage principal sombre dans la folie. le drame du passé (sa petite fille morte à huit mois, son divorce qui s'ensuit) remonte à la surface et se mélange au présent. Une réalité qui ne la concerne pas mais qu'elle va prendre à sa charge, elle va beaucoup trop s'identifier au malheur de ces jeunes filles assassinées et jusqu'à la psychose les assimiler au décès de son enfant dont elle n'a pas encore fait le deuil. Elle est de plus en plus seule, triste, désemparée, jalouse du bonheur des autres. Sa vie part progressivement en vrille tandis que Pascaline s'enferme dans une fausse réalité, angoissante, terrible, implacable. Sa souffrance d'enfant remonte à la surface d'une mémoire malmenée tandis que son cauchemar se réveille.
Eh bien lisez ce livre si vous aimez les faits divers, les romans dont le fond est rempli d'obsessions, de folie, de névrose. Cette histoire sordide est habilement racontée par une écrivaine que je découvre et que je vais essayer de suivre littérairement parlant en espérant des ouvrages plus gais, moins glauques et déprimants. Je ne recommande pas vraiment cette descente aux enfers aux esprits fragiles et sensibles ou alors au titre expérimental de voyage nauséabond parmi les employés de Satan. 🙂 Un livre qui fait froid dans le dos mais qui interpelle et vous attire inexorablement vers cette auteure au nom si doux.

Lien : https://www.facebook.com/now..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          425
araucaria
  13 décembre 2012
J'avais beaucoup aimé "Boomerang" du même auteur alors j'espérais beaucoup de cet autre roman. Trop peut-être. Je suis déçue. Je n'ai pas apprécié le voyeurisme de la protagoniste de l'oeuvre, ce côté malsain qu'elle a à se rendre sur les lieux de crimes sordides, jusqu'aux pourtours d'une prison. Ce livre est dérangeant. Je l'ai trouvé assez glauque. L'histoire provoque un malaise, un sentiment de mal être. le roman est bien écrit cependant, mais l'écriture ne m'aide cependant pas à aimer ce roman dont le fond fait d'obsessions, de folie, de névrose, m'a paru plus que sordide. Un livre déprimant... dans lequel je n'ai ressenti d'empathie pour aucun des personnages, sans doute parce que je ne suis pas amatrice des faits divers.
Lien : http://araucaria.20six.fr
Commenter  J’apprécie          460
Croquignolle
  18 mars 2018
Première lecture de Tatiana de Rosnay et première surprise.
Comme le nom de cette auteure sonne doux à mes oreilles, je m'étais imaginé une plume paisible et sereine.
Dès la lecture de la quatrième de couverture de la mémoire des murs, j'ai bien imaginé qu'il n'en serait pas ainsi. Mais je n'ai pas pensé que je puisse entrer et vivre dans l'horreur et la folie absolue des premières aux dernières pages.
Tout est noir dans ce roman : les lieux, les personnages, les situations, les émotions. L'air ambiant est pesant et le souffle nous manque.
On aimerait faire une pause, ouvrir une fenêtre sur un soleil d'été étincelant. Impossible. Tatiana de Rosnay nous capte, nous triture, nous torture, nous jette et revient nous chercher. Inlassablement.
Ses mots s'adressent à la part la plus intime de nous-mêmes pour nous forcer à lever les yeux et regarder la réalité si sordide parfois.
On plonge dans un fait divers aux côtés de la folie de Pascaline. Et on essaie de se démener, de surnager pour l'empêcher de sombrer (et nous avec). Mais en vain. On assiste au naufrage.
Et on pleure devant notre impuissance.
Impuissance qui n'est pas celle de l'auteure qui, d'une main de maître, fait jaillir un univers dépaysant et dérangeant à souhait.
La mémoire des murs me donne envie de découvrir l'histoire des lieux que je hante à longueur de journées et de nuits. Que vais-je y découvrir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296

Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   13 décembre 2012
Rue Nélaton. Il ne subsiste rien du Vél d'Hiv. C'est une annexe du ministère de l'Intérieur qui le remplace, une sombre bâtisse moderne qui mange tout un côté de la rue. En face, des immeubles anciens, datant de 1890, de 1910. Des immeubles qui ont tout vu de la rafle. Des immeubles qui devaient se souvenir. Il m'a semblé que les bâtisses dans mon dos exsudaient une tristesse indicible, et qu'il n'y avait que moi pour capter leurs stigmates. Il n'y avait que moi pour écouter et comprendre la mémoire des murs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
sylviesylvie   15 janvier 2009
Chaque lieu avait désormais une histoire, son histoire, ses drames, ses peines. J'avais peur, une peur bleue, peur du bagage émotionnel d'un lieu de vie. Il me semblait que j'étais devenue une sorte d'éponge, de buvard, une antenne qui captait de façon surnaturelle tout ce qui s'était passé dans une maison. En pénétrant dans un appartement inconnu, j'ai constaté une chose étonnante : j'étais sensible aux odeurs, et ce que mon odorat débusquait en franchissant un pallier étranger reflétait aussi, à sa façon, un pan du passé. Des relents sucrés, lourds, fanés, faisaient surgir des histoires d'alcôve flétries, répugnantes, usées par les années; des effluves poussiéreux, faussement propres ; mêlés à des substances de cire liquide pour parquets, de nettoyant javellisé pour cuisines, ressuscitaient des intimités dont je ne voulais rien savoir : des cohortes de ménagères acariâtres, des conflits familiaux le matin au petit déjeuner, des maris grognons et nonchalants, comme le mien l'avait été, et une armada d'adolescents bruyants aux doigts gras qui maculaient les murs des couloirs.Il y avait aussi des odeurs qui me prenaient à la gorge, des exhalaisons de renfermé, de vie figée, de mouvements pétrifiés, et c'était ces odeurs là, ces odeurs étouffantes que j'avais appris à craindre, car je me doutais qu'elles avaient un lien avec un drame, un crime, un meurtre. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jeunejanejeunejane   10 avril 2017
J'ai fini par constater une chose bizarre. Au bureau, je me sentais bien. Ni frissons, ni nausée. Le vertige me prenait dès que j'arrivais chez moi. Je refusais de croire que c'était lié à mon appartement. Cet appartement, c'était mon nouveau départ. Ma nouvelle chance. Rien ne pouvait les gâcher. Alors je faisais avec.
Commenter  J’apprécie          220
CaroleBouchutCaroleBouchut   03 mai 2020
Helena allait sur ses six mois. Elle était en pleine santé. C'était un samedi de mars. Pluvieux. Pas froid. J'avais promis d'accompagner maman au cinéma. Frédéric préférait rester à la maison, suivre un match de football à la télévision. Il garderait notre fille. Il se débrouillait bien avec les biberons, le bain, les couches. Je lui faisais confiance. Le film était un thriller américain. Le fils Douglas. Une actrice blonde qui décroisait souvent les jambes, vêtue d'une jupe courte. Une intrigue bien ficelée. Je n'ai jamais revu ce film. Je n'ai pas non plus vu les autres films de l'actrice blonde et du fils Douglas. Quand ils passent à la télévision, je zappe.
Maman avait faim, après le film. Nous sommes allées dîner dans un bar à vin, près du cinéma. Je n'y suis jamais retournée. Pendant le repas, j'avais pensé téléphoner à Frédéric, voir si tout allait bien. Il allait encore ronchonner, se plaindre que je ne le pensais pas capable de s'occuper de sa fille. Je n'ai pas téléphoné. Il n'y avait aucune raison de le faire. Tout allait bien. Je me sentais détendue. Contente de passer un moment avec maman, que je voyais peu. Contente de retrouver mon beau mari, ma belle petite fille, tout à l'heure. J'avais vingt-cinq ans. Tout allait bien dans ma vie.
Il y a quinze ans, il n'y avait pas de téléphone portable. Que ce serait-il passé ce soir là, si on avait su comment me joindre ? Ça n'aurait rien changé. À l'heure où je prenais mon dessert, Helena était déjà morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
goodgarngoodgarn   02 janvier 2013
J'ai toujours été attirée par les maisons, les appartements, leurs secrets,.leurs mystères. Comment, lorsqu'on entre dans un endroit, on peut s'y sentir merveilleusement bien ou, au contraire, horriblement mal. Je ne parle pas de fantômes, d'apparitions, simplement de la sensation puissante qu'une demeure peut exercer sur vous, malgré vous.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Tatiana de Rosnay (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tatiana de Rosnay
Vous pouvez dès à présent regarder le replay de notre rendez-vous "Livres en Live" avec Tatiana de Rosnay mené sur la page des librairies du groupe Furet du Nord et Decitre
Dans cette rencontre menée par Fabrice Baumann, libraire Decitrepro, Tatiana de Rosnay évoque son dernier roman "Les fleurs de l'ombre" ainsi que de nombreuses anecdotes ! https://www.decitre.fr/auteur/109359/Tatiana+de+Rosnay
______________________________________________________________ Depuis 1907, Decitre a développé un réseau de 10 librairies en Rhône-Alpes. Ses libraires sont reconnus pour leur expertise et leur passion des livres, dans les domaines de la connaissance comme du loisir.
Permettre à chaque lecteur de trouver ses livres et à chaque livre de trouver ses lecteurs est l'objectif quotidien de chacun de ses 400 collaborateurs.
Retrouvez nous sur : http://www.decitre.fr/ Les librairies Decitre près de chez vous : http://www.decitre.fr/nos-librairies
Facebook : https://www.facebook.com/Decitre/?fref=ts Twitter : https://twitter.com/Decitre?lang=fr Instagram : https://www.instagram.com/librairiedecitre/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/decitre/
Bonnes lectures !
+ Lire la suite
autres livres classés : folieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tatiana de Rosnay (assez difficile)

Quel est le titre de son premier roman ?

L'appartement vide
L'appartement témoin
L'appartement voisin
L'appartement secret

10 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : Tatiana de RosnayCréer un quiz sur ce livre

.. ..