AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070783618
104 pages
Gallimard (01/03/2007)
3/5   34 notes
Résumé :

C'est la plus belle énigme de l'histoire du monde. Pas la plus mystérieuse, la plus belle. Une litanie de splendeurs : Lascaux, Rouffignac, Niaux, Pech-Merle, Font-de-Gaume, Altamira, le Roc-aux-Sorcières. Chauvet. Cussac, devant quoi on reste bouche bée, médusé. Ceux-là. qu'on imaginait en brutes épaisses tout juste descendues du singe, qu'on habillait de peaux de bêtes et qu'on coiffait avec un clou, ceux-l&#... >Voir plus
Que lire après PréhistoiresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3

sur 34 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
1 avis
En abordant l'histoire humaine par l'humour, le début de ce livre donne l'impression de lire le texte d'un stand-up.
L'auteur ne cherche pas l'exactitude, mais sa désinvolture laisse parfois un peu perplexe, et comme l'humour n'est pas spécialement désopilant, on se demande quel est l'objet de ce livre...le parti pris de l'apparition de l'art magdalénien par le plus faible de la tribu se tient mais on sent aussi que l'intrigue se cherche. le livre est hybride et inclassable (réflexion philosophique ou essai romancé, textes en forme de nouvelles ou livre divisé en chapitres ?...)
Le propos est confus, et la philosophie générale peu claire... je sors de ces 100 pages dubitatif, je n'ai pas compris le propos global de l'auteur, et surtout je n'ai rien appris.
Pas facile pour un écrivain de s'attaquer à de tels sujets sans les avoir travaillés un peu plus profondément.
Commenter  J’apprécie          150
Ce livre se présente comme un essai. Il évoque les humains de la préhistoire.
J'ai eu envie de le lire après avoir visité "Lascaux IV".

J'avoue avoir eu du mal à le pénétrer. Je ne remets pas en cause les théories développées par l'auteur (je n'ai aucune compétence dans cette matière), mais le style m'a déroutée.
C'est un mélange de pseudo roman avec des personnages qui inventent l'art pariétal, et la présentation de théories, tout-à-fait intéressantes, sur les circonstances qui ont poussé l'humain à évoluer, à s'adapter, à imaginer. Pour moi, cette partie "analyse" est beaucoup plus compréhensible et plausible.
Commenter  J’apprécie          160
Un essai plaisant, au ton humoristique, qui emporte, en un peu plus de 80 pages, le lecteur à la découverte des artistes plasticiens et sculpteurs de la Préhistoire. Petit livre bien écrit qui invite à des lectures plus conséquentes.
Commenter  J’apprécie          180
Ni un roman, ni un essai ce petit livre m'a laissé perplexe et même s'il est court, sa lecture m'a parue durer le temps d'un voyage entre la préhistoire et le 21ème siècle (à quelques minutes près).
Quelques bons éléments sur les représentations culturelles durant cette période mais aussi sur une autre période concernant le site mégalithique de Carnac; mais qui n'ont pas retenu toute mon attention, peut-être à relire dans d'autres temps.
Commenter  J’apprécie          160
Les "sapiens-sapiens", le saviez vous, avec leur magnifique "machine à penser" neuronale, "Rolls de la création", "cerveau new-look" , même s'ils n'ont pas inventé la poudre, ont été les premiers artistes?
Mais oui nous le savions. Lascaux,Rouffignac,Niaux...Les peintures rupestres on connait.
Ce qui est original,c'est la façon cocasse dont Jean Rouaud (prix Goncourt 1990 pour les Champs d'honneur) avance ses propres déductions et théories sur l'évolution,l'adaptation,les mutations génétiques qui ont enclenché "des enchainements de pensées" "encore bien loin du concours Lépine" mais qui a la longue ont fini par "payer".
Un vrai "paléo-circus" dans ces grottes habitées par "le grand caïd","le grand ordonnateur des chasses","le petit avorton","le passe-muraille","le voleur d'ombres" et le "petit tordu" à la main magique qui a ...du talent.
Premieres fresques,premières notions d'astronomie où le hasard fait souvent bien les choses,ode à la nature,rites funéraires,émergence d'une spiritualité et de notions de bien et de mal, entre grottes et mégalithes, pierres levées du "manège de Carnac".
Un texte, bourré d'humour qui questionne et une réflexion à méditer:en trente cinq mille ans d'un cerveau sans retouche, "qu'est-ce qu'ils ont dans la tête, les hommes,pour s'acharner ainsi sur d'autres hommes?"
Préhistoire ou actualité?
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
LeFigaro
17 janvier 2012
Jean Rouaud s'est visiblement amusé à écrire ce court recueil, et on s'amuse avec lui. Un petit bijou littéraire. Ce livre est aussi un hommage à l'art et la beauté du monde.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Soleil, lune, éclipse, étoiles, nuit, nuages, pluies, tempêtes, neige, orage, arc-en-ciel, il s'en passe de drôles là-haut. Même si depuis quelques milliers d'années on constate une nette amélioration. Souvenez-vous du temps de Lascaux, il ne faisait pas bon mettre un chien dehors, un temps peu clément, à courir tous aux abris sous roche, à s'enfouir sous terre. Température presque sibérienne, et une végétation rase, toundra, lichen, au bonheur des rennes. C'est sans doute en suivant ces grands troupeaux que ceux-là de la péninsule armoricaine ont dû rater un embranchement, bifurquer et être arrêtés par l'océan. Ils installèrent là leur résidence balnéaire, la terre prit un coup de chaud et peu à peu se couvrit de ces forêts denses que l'on regardait grandir. Là où autrefois, du temps de la steppe, le regard portait jusqu'à l'horizon, le voilà maintenant forcé de suivre ce mouvement ascensionnel. Changement de perspective. C'est désormais la verticale qui s'impose. On ne s'enfouit plus, on s'élève.

Sur ce haut blason armorié qu'est le menhir brisé aux restes dispersés à Gavrinis et Locmariaquer, les bâtisseurs sédentaires persistent et signent, où sont gravées une araire, des têtes de bovidés et une hache. Agriculture, élevage et déboisement. C'est exactement le programme de tout candidat du Néolithique. Respecté à la lettre à Carnac. Mais maintenant que les techniciens ont fait leurs preuves, on s'autorise à passer aux choses de l'esprit, la même chose, en fait, mais dans son émanation poétique.
Commenter  J’apprécie          90
Page 80 :
Imaginez au débouché d'une sente obscurcie par le couvert des arbres tomber sur cette plage de galets géants, non pas enracinés comme l'est une montagne surgie du sol, mais déposés, comme s'ils étaient le résultat d'un bombardement céleste de grêlons monstrueux, lesquels dans leur chute prodigieuse auraient provoqué une trouée dans la prolifération des arbres et repoussé à la périphérie l'invasion de cette armée de fûts dressés, rétablissant face au bouillonnement éphémère de la vie végétale l'éternité immobile du minéral. Vengeance des "forces" du ciel contre les "forces" de la Terre ? Le monde du haut contre le monde du bas ? La guerre des mondes ? Mais comment ne pas voir dans ce déluge de rochers la manifestation et la présence des puissances supérieures ?
Commenter  J’apprécie          170
Alors, on n'était pas regardant avec le temps : un ou deux millions d'années pour affûter à peu près correctement le tranchant d'un silex, mais cette fois, on y était. A la décharge de ceux-là, de leur lenteur d'esprit, ce labeur de fourmi s'était accompagné d'une intense activité cérébrale, puisque, partant d'un amas neuronal mal dégrossi à la pensée embryonnaire - sans médire, la petite Lucy, la star de la famille afarensis, avait un pois chiche de trois cents grammes dans la tête -, ils étaient parvenus au fil du temps, après des repentirs, des impasses, de bien légitimes droits à l'erreur (bien que plus volumineux, le cerveau des Néandertaliens ne leur avait pas permis d'inventer la poudre), à une refonte totale de la boîte crânienne et à la mise au point de cette formidable machine à penser que nous connaissons, la Rolls de la création, savant assemblage de cellules nerveuses, minutieusement agencées, compartimentées, avec ses cases, ses domaines réservés, au point que même la musique y trouve son siège, et la mathématique, et le coup droit du gaucher, ce qui sous-entend que ceux-là, les sapiens sapiens, voyaient loin, anticipaient le futur, pariaient sur l'avenir, de sorte qu'on peut les imaginer chantonnant et sifflotant tandis qu'ils dessinaient les petits chevaux trapus sur les parois des grottes, et comptaient les bisons sur leurs doigts au retour d'une battue, et s'en remettant au bras magique d'un surdoué pour une chasse miraculeuse, de sorte aussi, si tout était déjà en place, que dès l'apparition de ce cerveau new-look on était sans doute en mesure d'expérimenter aussi bien la bonté que la malveillance : la bonté pour partager sa nourriture et la malveillance pour la dérober à son voisin. Tout était déjà joué en somme.
Commenter  J’apprécie          40
Toi aussi, tu interprètes les signes du ciel comme des effets d'annonce. Quand il se fait menaçant, que tu flaires l'averse, tu ramasses précipitamment ton linge ou ton transat, et tu te dépêches de rentrer si tu te promènes. Quand les feuilles se colorent de rouge, tu n'as pas non plus besoin d'un calendrier pour savoir que la mauvaise saison arrive. Alors pour des gens qui passaient tout leur temps dehors, ce genre de choses, c'était le b.a.-ba. La nature, c'était leur encyclopédie à ciel ouvert, un grand livre touffu et foisonnant où tout était consigné de la vie et de la mort. C'était leur bible. Il leur suffisait d'apprendre à lire, à déchiffrer ce qu'ils avaient sous les yeux, à s'interroger sur le moindre changement, un souffle dans l'air, une odeur inhabituelle, un cri rauque dans un hallier, un disque blanc autour de la lune, une nuée poussiéreuse à l'horizon. Ce qui n'avait pas été sans déboires - quelques goûteurs de baies avaient bien sûr fait les frais de cet apprentissage indigeste. Par quoi le reste de la horde avait appris que tous les fruits rouges ne se valaient pas - et du coup à bien les distinguer. Et ainsi pour tout. Ce qui n'avait pas été sans frayeur, non plus. Outre quelques espèces peu amicales, comment n'auraient-ils pas frémi sous les assauts terrifiants de l'orage, ou quand une flèche d'or s'abattant d'un nuage anthracite était en mesure de fendre un arbre et d'embraser un buisson? Comment ne se seraient-ils pas demandé ce qu'ils avaient bien pu faire pour mériter un tel déchaînement du ciel? Et que voulait dire cette arche multicolore apparaissant après la pluie? Le monde était bien plus peuplé qu'aujourd'hui, qui se réduit à un nuage de particules. Derrière chaque phénomène se cachait une puissance occulte. Il y avait de quoi interpréter, de quoi s'en raconter, de quoi mettre au point une fable cohérente qui mette un peu de bon sens à ces comportements étranges de la nature, de donner un nom à ces créatures de l'ombre, leur inventer une histoire, un statut. Mais une fois le récit bien ficelé, qui expliquait le pourquoi du comment et la raison de toute chose, on pouvait s'y fier.
Commenter  J’apprécie          20
Page 76 :
Mais quel "foyer" gigantesque que cet amas rocheux. Quel feu prodigieux devait s'élever ici vers le ciel. Et quelle force, les puissances terrestres, pour être en mesure de déplacer et d'agencer de tels blocs. Si je ne suis pas vu de vous qui circulez entre les immenses galets de grès en vous émerveillant d'une facétie de la nature, que vous attribuez à des restes de sables compactés de la plage d'une mer ancienne qui s'étalait là au temps que vous nommez l'Eocène, en m'introduisant dans ces failles, ces alcôves aménagées au coeur du chaos, je rentre en contact avec les puissances telluriques du lieu.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Jean Rouaud (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Rouaud
À l'occasion du Forum des libraires 2023, Olivier Nora, Président-Directeur général, présente la rentrée littéraire des Éditions Grasset - @editionsgrasset7893
Au programme de la rentrée d'automne 2023 : 0:00 Introduction 1:01 *_perspective(s)_ de Laurent Binet* 1:15 *_À ma soeur et unique_ de Guy Boley* 1:29 *_l'enragé_ de Sorj Chalandon* 1:55 *_Rose nuit_ d'Oscar Coop-Phane* 2:30 *_strange_ de Geneviève Damas* 2:50 *_Le Jour des caméléons_ d'Ananda Devi* 3:06 *_Adieu Tanger_ de Salma El Moumni* 3:17 *_Le Grand Feu_ de Léonor de Récondo* 3:47 *_Comédie d'automne_ de Jean Rouaud* 3:58 *_Croix de cendre_ d'Antoine Sénanque* 4:11 *_Impossibles adieux_ de Han Kang* 4:39 Conclusion
Un événement @livreshebdo_ en partenariat avec @babelio
© Livres Hebdo
#rentréelittéraire #édition #livres #nouveautés
+ Lire la suite
autres livres classés : peintures rupestresVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (84) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3214 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..