AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330125666
Éditeur : Actes Sud (04/09/2019)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Ahmet Altan est écrivain, essayiste et journaliste, il est aussi le rédacteur en chef du quotidien Taraf jusqu’au 15 juillet 2016. À cette date, la Turquie s’enflamme, des milliers de personnes descendent dans la rue à Istanbul et à Ankara, suite à une tentative de putsch. Le lendemain commence une vague d’arrestations parmi les fonctionnaires, les enseignants, l’armée et les journalistes : Ahmet Altan fait partie de ceux-là, il sera condamné à perpétuité, accusé d’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
JIEMDE
  13 octobre 2019
Sans l'insistante recommandation de ma libraire favorite, je n'aurais probablement pas acquis et lu Je ne reverrai plus le monde de Ahmet Altan, traduit par Julien Lapeyre de Cabanes. Et ça aurait été bien dommage.
Du fond de sa geôle turque, feuillet après feuillet, Ahmet Altan a fait sortir ce témoignage incroyable sur une justice du XXI siècle aux relents arbitraires dignes du Moyen Âge. Journaliste et romancier, Altan est incarcéré à perpétuité pour complotisme et tentative de putsch. Loin d'être abattu ou résigné, il choisit la lutte par l'acceptation, l'évasion par le rêve, la survie par la poésie, le salut par l'écriture. Il choisit d'être un écrivain avant d'être un prisonnier, c'est-à-dire « d'être ni là où je suis, ni là où je ne suis pas ».
C'est beau, c'est fort, c'est marquant. Témoignage de politique internationale, essai philosophique, tranches de poésie, fulgurances littéraires… Les angles ne manquent pas pour apprécier ce livre, procurant pour ses futurs lecteurs autant d'occasions de s'y plonger sans tarder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
BandiFuyons
  28 août 2019
Peut-être les avocats sont-ils quelques fois attachants quand eux-mêmes détournent les règles.
Feuillets après feuillets, mêlés entre les écrits de procédure, les conclusions et les documents de défense de ses avocats, Ahmet Altan a fait sortir son livre de prison. Par pièces détachées, avant qu'elles ne soient rassemblées au dehors.
Ce livre est d'abord un livre traduit. Il n'a pas été publié en Turquie. Et la traduction française par Julien Lapeyre de Cabanes est excellente.
Ahmet Altan s'est fait arrêter dans la vague de répression arbitraire qui a suivi le coup d'état manqué en Turquie en juillet 2016.
Ce n'est pas un livre sur la politique (c'est un texte politique, un texte engagé et entier mais il ne traite pas des rouages politiques en tant que tels). C'est un livre sur la prison. Sur l'enfermement, sur la force de l'esprit et l'importance de la littérature. C'est un livre qui parle de Toltsoï et de la "poignée de ciel" aperçue entre les barreaux. La mélancolie d'un baiser qu'on ne peut plus donner.
C'est avant tout très beau.
Sur la création, sur la capacité à inventer, à utiliser les profondeurs de son cerveau, il dit cette phrase magnifique :
"Me jeter en prison était dans vos cordes ; mais aucune de vos cordes ne sera jamais assez puissante pour m'y retenir.
Je suis écrivain.
Je ne suis ni là où je suis, ni là où je ne suis pas."
C'est d'une grande force, celle qui amène à la sérénité parfois. Poétique souvent, drôle puisqu'il s'agit de survivre.
La poésie d'abord dans les discussions avec les autres détenus au dessus des murs, sans voir les visages :
"Selman : 'Les oiseaux sont de retour'.
La voix : 'Oui, en ce moment je nourris une perruche... Elle est née dans la prison, puis sa mère est morte. Depuis, c'est moi qui l'élève..."
Selman : "Je ne l'ai encore jamais vue voler, votre perruche... J'ai pas eu cette chance, faut croire...'
La voix : 'Elle ne vole pas'. Puis, avec la tendresse d'un père qui s'inquiète pour son fils : 'Elle a peur du ciel...' ".
L'humour ensuite, quand une femme médecin liée à la prison lui demande "de baisser son pantalon" et qu'il pense d'instinct "vous d'abord", c'est une réplique pour continuer d'exister.
Ce livre découpé en courts chapitres est l'une des publications les plus belles de cette année.
Texte lu et débattu à l'Intime Festival de Namur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
luocine
  23 septembre 2019
C'est sur Facebook que j'ai vu passer ce livre, (comme quoi il s'y passe parfois des choses intéressantes !). Pour une fois je vais être impérative et claire : lisez ce livre et faites le lire autour de vous. D'abord parce qu'il faut savoir ce qui se passe sous Erdogan en Turquie, mais aussi parce que c'est l'oeuvre d'un grand écrivain qui sait nous toucher au plus profond de nous. Ahmet Altan est, avant tout, écrivain et il sait qu'aucun mur aussi épais soit-il ne peut tarir sa source d'inspiration et que si ses geôliers, suppôts du régime d'Erdogan, emprisonnent et cherchent à l'humilier l'homme, ils ne pourront jamais éteindre l'écrivain qui est en lui. Il sait, aussi, l'importance pour lui d'être lu par un large public, c'est pour cela que j'ai commencé de cette façon ce billet. Les hasards faisaient que je lisais en même temps un numéro de la revue « Histoire » sur le goulag. Et je me suis fait la réflexion suivante : certes la Turquie va mal, certes cet homme est privé de sa liberté mais ils n'est pas torturé, il peut faire de multiples recours judiciaires, il a pu écrire et peut-être, finalement sortira-t-il de prison, mais c'est loin d'être fait. En attendant, lisez les extraits que j'ai notés pour vous et j'espère que cela vous donnera envie de lire son essai en entier
Lien : http://luocine.fr/?p=10907
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CompagnieQuatre
  20 août 2019
Dix-neuf textes écrits en prison, depuis 2016, par le journaliste turc condamné à perpétuité, en 2018, pour tentative de renverser l'ordre prévu par la Constitution de la République de Turquie. Il y exprime, entre réflexions et sensations, son quotidien morne, écartelé entre le bilan de sa vie et de ses actions et le vide de son avenir.
Commenter  J’apprécie          30
Biquette
  17 septembre 2019
Un livre magnifique ! la voix d'une conscience éclairée, fragile, généreuse, puissante. Merveilleusement intelligent, drôle, inattendu. Quand l'arbitraire se heurte à plus fort que lui, le message est d'une force étonnante !
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (3)
Actualitte   18 septembre 2019
L’écrivain et journaliste turc Ahmet Altan, victime des purges de 2016 qui ont suivi le putsch manqué en Turquie, explique depuis sa geôle comment les mots peuvent aider malgré tout à sauter par-dessus les murs. Un texte magnifique, empreint de douleur mais aussi d’humour et de tendresse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaCroix   13 septembre 2019
En explorant sa condition de prisonnier, l’écrivain et journaliste turc, arrêté après le putsch manqué de juillet 2016, accède au sens profond de la liberté humaine.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   10 septembre 2019
Le journaliste et écrivain turc, sous les barreaux depuis septembre 2016, sait nous faire éprouver physiquement la détention sans raison ni justice qu’il subit tous les jours.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
JIEMDEJIEMDE   13 octobre 2019
Je n'en sais rien... Mais j'aimerais savoir à quoi rêvent les fous ?
Que voient-ils dans leurs rêves ?
Si la nuit, les gens sains d'esprit déraisonnent en rêve, les fous, eux, y retrouvent-ils la raison ?
La réponse à ces questions m'échappe.
Commenter  J’apprécie          60
JIEMDEJIEMDE   13 octobre 2019
En l’espace de quelques heures, j’avais remonté cinq siècles d’histoire ; j’étais arrivé au Moyen Âge, dans les geôles de l’Inquisition.
Commenter  J’apprécie          70
ChamalooChamaloo   13 octobre 2019
Et pourtant, il y a dans la religion une quête de bonté et de morale qui fait naître en moi , à l'égard des croyants, une sortie de sympathie suspicieuse. Ils cherchent un soutien, un appui pour être bons et moraux, afin de supporter le mal.
Et comme ils ne croient pas qu'on puisse être bon et moral par soi-même, mais uniquement grâce à Dieu, ils n'imaginent pas un seul instant que des incroyants puissent l'être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnnaDelRioAnnaDelRio   09 octobre 2019
Ce que je vis n'a rien d'un "déjà-vu".
C'est la répétition d'une même réalité.
Comme ce pays ne se déplace que très lentement dans le cours de sa propre histoire, le temps n'y fait jamais marche arrière ; il se retourne pour s'appesantir sur lui-même.
Commenter  J’apprécie          00
AnnaDelRioAnnaDelRio   09 octobre 2019
Ne vous est-il jamais arrivé de perdre un visage ?
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : turquieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tête de Turc !

De quelle pièce de Molière cette réplique est-elle extraite ? Que diable allait-il faire dans cette galère ? Ah maudite galère ! Traître de Turc à tous les diables !

Le bourgeois gentilhomme
Monsieur de Pourceaugnac
Les Fourberies de Scapin
La jalousie du barbouillé

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : turquie , turc , littérature , cinema , humour , Appréciation , évocationCréer un quiz sur ce livre