AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stéfanie Delestré (Préfacier, etc.)Hervé Delouche (Préfacier, etc.)
ISBN : 207078973X
Éditeur : Joëlle Losfeld (16/02/2006)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Dans la veine de son roman Les coups, Jean Meckert décrit dans L'homme au marteau le quotidien répétitif et étouffant d'un employé du Trésor public, Augustin Marcadet, que ne distrait pas une morne vie de famille. On est en juillet, seules varient les étapes du Tour de France. Dans un sursaut, Augustin Marcadet insulte son chef et claque la porte. Il va tenter de fuir sa condition et de se laisser aller à un éclair de passion amoureuse. Mais l'échappée est éphémère.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lybertaire
  17 mars 2012
Métro, boulot, dodo
Personne mieux que Jean Meckert n'a si bien raconté l'aliénation du travailleur ! D'emblée, les pas d'Augustin Mercadet nous mènent dans les couloirs du métro parisien, bondé du « bon bétail domestiqué » que sont les ronds-de-cuir et les gratte-papier.
Après la cavalcade, la journée de travail commence dans les sinistres bureaux de l'administration exiguë, poussiéreuse et vétuste. Augustin, en charge de trier le courrier, s'étouffe dans les querelles, les ragots, les bassesses quotidiennes. Soumis, gorgés d'obséquiosité et dépourvus de fierté, les salariés invectivent les supérieurs tout en s'empressant de ramper à leur passage. L'humiliation que l'inspecteur en chef leur fait subir n'a d'égale que la lâcheté de ses sous-fifres qui se jurent de lui dire ses quatre vérités, un de ces jours… Méticuleux par nécessité, car sa tâche n'exige pas huit heures d'activité par jour, Augustin voit les heures s'égrener avec une impitoyable lenteur.
Cet homme est marteau parce qu'il est devenu fou, parce qu'il est le seul à ne pas accepter sa condition médiocre et son « asphyxie morale ». L'homme, au sens large, est marteau parce qu'il répète les mêmes gestes… Jusqu'où peut-il se rabaisser, et ravaler sa dignité ?
Le grand Jean Meckert, clairvoyant, lucide, n'a pas écrit un roman moderne : c'est la société capitaliste qui n'a pas changé. En apparence, les conditions de travail se sont améliorées. Les salariés travaillent moins d'heures hebdomadaires et ont davantage de congés, mais les détenteurs de l'économie veillent au maintien du vivier de femmes et de hommes prêts à tout pour le travail : la précarité, la concurrence, les objectifs de rendement… Et les salariés acceptent, parce qu'on leur a bien montré qui étaient les plus forts.
C'est une lecture rentrée, une lecture du dedans. Dit-on que la lecture fait voyager ? Ici c'est tout l'inverse. À travers Augustin on s'introspective : « Et moi, est-ce que cette vie me guette ? » Mais on ne juge pas sa vie médiocre. Jean Meckert sait cerner et éveiller en nous le malaise de notre société capitaliste...
Lire l'intégralité de ma critique avec citations sur mon blog :
http://www.bibliolingus.fr/l-homme-au-marteau-jean-meckert-a80136608
Lien : http://www.bibliolingus.fr/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lolo71
  11 mars 2009
Augustin Marcadet, trente ans, travaille au Trésor public, à Paris. Nous sommes à la fin des années 30, temps de crise. C'est un employé de bureau comme il en existe tant d'autres, luttant pour nourrir sa famille (Emilienne, sa femme, et Monique, sa fille) et, comme on dit, échapper un jour à sa condition. Comme si cela ne suffisait pas, Augustin est aux prises avec son chef, un homme irascible qui fait régner la terreur sur ses subordonnés. En proie à cette morne existence, englué dans la quotidienne répétition des mêmes gestes sans joie, perdant sa vie à la gagner, Augustin végète et en a conscience. Il aspire à autre chose, à la vraie vie, sans savoir exactement comment y parvenir. Un jour, son chef dépasse les bornes. Augustin se rebiffe violemment. Il est alors persuadé d'être viré mais n'en a cure. Bien au contraire, il se sent revivre. le chômage ne lui fait pas peur, il sait que ça ne durera pas, il est à l'aube d'une vie nouvelle …
La scène d'ouverture est extraordinaire de réalisme et trouve un écho en quiconque, comme les auteurs de ce blog et des millions d'autres personnes, doit subir le train-train (c'est le cas de le dire) quotidien de la vie du salarié lambda : Augustin prend le métro en rentrant du bureau, avec le reste du troupeau, et…mais quelques citations en diront plus qu'un long discours : « Chaque soir, répétition. Cabas d'une main, journal de l'autre. Eternité maussade dans les trépidations. Ça durait depuis toujours. C'était la vie, la vie de tous les jours, ce supplice chinois, un effet de cloche qui sonne, régulière, éternelle » ; « Augustin faisait semblant. Semblant de vivre » ; « Il marchait, la tête un peu penchée, quelconque et mou , un peu flottant. Autour de lui aussi, on était mou et quelconque » ; « Il avait trente ans. Il était un vieux, un petit vieux de trente ans. Il était lucide et intelligent. Il avait le cafard »… Je m'arrête, mais je pourrais continuer encore longtemps.
Le style est simple et direct. Il va droit au coeur et aux tripes. Peut-être parce que Jean Meckert sait de quoi il parle : il a été employé à la mairie du vingtième arrondissement. Il décrit parfaitement la vie de bureau avec ses rivalités, son hypocrisie, ses mesquineries, les collègues qu'on doit supporter à longueur de journée, les humiliations qu'infligent les petits chefs. Pas de solidarité ici, la solution pour Augustin ne peut être qu'individuelle. Au moins s'il pouvait compter sur le soutien de sa femme.
Les relations d'Augustin avec Emilienne sont également au coeur du roman et, en ce qui me concerne, un de ses aspects les plus émouvants. L'incompréhension règne au sein du ménage, usé par huit années de cohabitation. Augustin confie ses peines, ses frustrations à Emilienne. Elle l'écoute, mais il sent qu'elle ne l'entend pas. Elle voudrait qu'il se résigne, pour elle, pour la petite. Elle en appelle à ses responsabilités. Il finira par lui dire qu'il a envoyé valdinguer son travail. Elle ne l'entend pas de cette oreille, creusant toujours plus le fossé entre eux. Mais, dans sa quête quotidienne d'un nouveau travail, Augustin rencontre Odette, une jeune chômeuse. Ils se revoient. Augustin, là encore, se sent renaître…
« L'homme au marteau » est un roman noir, réaliste, poignant. Désespérant. La littérature doit-elle être pure évasion du quotidien, ou bien son évocation fidèle ? Elle peut être l'une ou l'autre. Peu importe. L'essentiel est qu'elle nous touche. Ce livre y a largement réussi. Ce livre est un chef-d'oeuvre.

Lien : http://plaisirsacultiver.unb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LybertaireLybertaire   17 mars 2012
La radio sortait maintenant son écran sonore, avec des tangos argentins. "Cré-pi-tol ! disait une voix de basse bien scandée… Le remède souverain contre la constipation !"…
Augustin ne réagissait même plus contre cet envahissement. Il subissait les savons en paillettes, les gouttes arthritiques, les meubles Dubondois, les facéties, les idioties, les rengaines… Il attendait que ça cesse, avec une longue habitude. Nébuleux, pour ne pas sombrer, il écoutait la musique. À la fenêtre, c’était la grande cacophonie. Toutes les radios voisines donnaient aussi, à plein rendement, avec programme au choix. Pour éviter la crise de nerfs il fallait ne rien suivre, ne rien penser, avec la sérénité du moine qui prend son bain de pied. Il fallait attendre que ça finisse, comme un fléau de la nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LybertaireLybertaire   17 mars 2012
Ne plus penser ! Tomber dans l'automatisme vaguement rigolard, comme les copains de Levallois, ce matin, c’était bien la meilleure solution ! Pourquoi se monter des imaginations supplémentaires ?... Ne pas croire que ça allait être cette place-ci, ou pour aujourd’hui même… Ne pas se créer des désillusions six fois par jour… Se présenter, consciencieusement, voilà !... Comme on va à la selle… Sans émotion aucune… Avec une parfaite égalité d’âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LybertaireLybertaire   17 mars 2012
Mais Augustin restait froid comme la rampe de l’escalier. Il avait regardé autour de lui, il avait enregistré un peu, il avait tout de suite compris que c’était un truc à discipline, cette grande boîte, avec super-chefs et intra-chefs, mouchards officiels et mouchards subreptices, bons sourires ostensibles et coups de pied sous la table. Il en avait pris la nausée avant seulement d’avoir vu la tête du premier collègue. Ça lui flanquait un immonde dégoût, cette grande boîte avec laquelle il allait se marier pour le restant de ses jours.
Tous les jours !
Tous les jours, bon Dieu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   20 juin 2013
Ah! la petite gazette du bureau ! Les petites phrases pour remplir le puits du temps qui passe! jour après jour, les petites quotidienneté sans fond, les petites banalités polies, entre collègues ! ...C'est vraiment trop terne, la vie. Vraiment trop vide! Il se demandait s'il ne devenait pas neurasthénique. Si ça n'était pas symptomatique, tous ces dégoûts qui venaient l'assaillir. Il se posait la question primordiale de savoir s'il devenait lucide ou malade..(p.119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24fanfanouche24   20 juin 2013
Non! c'est fini! Je veux être un homme, moi ! Ne plus me faire insulter ! et puis je veux vivre , aussi! J'ai un cerveau! j'ai des bras! j'ai même du caractère, si tu veux savoir !...Tu ne t'en es peut-être pas rendu compte parce qu'il y a trop de temps que je suis à plat ventre!... Mais je te dis que c'est fini!.. Je veux vivre, moi! Je ne veux pas moisir dans un bureau qui sent le cadavre!...(p.192)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jean Amila (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Amila
"Quand la femme s'en mêle", 1957, d'après le roman de Jean Amila.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Saurez-vous deviner ce que Jean Meckert a mis là ?

Irène et Roger Valignat ont le coeur sur la main, ils organisent dans les Causses des camps pour des pré-délinquants de la banlieue Est de Paris. En croisant la route de Charlot Victor et Alain, trois évadés des Baumettes qui ont forcé un barrage de gendarmerie et en ont descendu deux, ils ignoraient qu'ils avaient introduit des ...?....

loups dans la bergerie
renards dans le poulailler
furets dans la basse-cour
hyènes dans le zoo

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Jean AmilaCréer un quiz sur ce livre