AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246699819
Éditeur : Grasset (24/08/2006)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Si chaque époque se signale par la question qu'elle se pose, nos contemporains sont tout occupés à se demander: Qui suis-je ? L'identité est devenue, au fil d'une étrange histoire, le problème essentiel de notre temps. Les grandes "fabriques " qui nous ont produits et sculptés depuis l'Antiquité - la religion, la patrie, le milieu, le genre sexuel... - ont largement perdu de leur savoir-faire; l'identité ne s'hérite plus, elle s'acquiert en bricolant. Au " moi " imp... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tempuslegendae
  21 novembre 2012
Je pense l'avoir déjà écrit: l'Adversaire, ce roman d'Emmanuel CARRERE, m'avait profondément marqué. Je cois aussi que c'est depuis ce temps-là que j'ai réalisé à quel point on peut ne pas sortir totalement indemne après une lecture. Questions, confiance en autrui, connaissance humaine, doutes, sont autant d'énigmes qui rejaillissent après certaines immersions littéraires.
Le doit-on à certains auteurs ou aux histoires sensibles qui y sont décrites?
Bref, l'affaire Jean-Claude ROMAND a suscité en moi une question de base. Pourquoi ne pas dire, une interrogation sur l'identité de chaque personne, au coeur de la crise, au sens originel du terme?
Et mes recherches ont abouti sur un ouvrage de Claude ARNAUD, intitulé: «Qui dis-je en nous?» Ce romancier est surtout connu pour être un essayiste, un critique, mais après avoir lu son oeuvre, je lui attribuerais volontiers la qualité de fin psychanalyste, même s'il n'en détient pas officiellement le titre. Pourquoi? Peut-être parce qu'il a su m'éclairer et décoder en langage clair ce que la déviance humaine a parfois l'impossibilité de fournir comme explications aux comportements et aux motivations qui s'y rattachent. Tout ceci paraît compliqué comme la question qu'on se pose.
Pourquoi la position flatteuse que ce Monsieur ROMAND s'attribuait, était-elle nécessaire pour qu'il s'accepte avant d'offrir cette même image à ses proches? Ce statut était-il son unique condition de vie? Peut-être se persuadait-il enfin que rien dans sa mythomanie n'était mensonge? Si c'est ça, c'est évidemment là où le bât blesse.
Claude ARNAUD pose la question fondamentale: «Etre pour qui?», il poursuit: «Le mensonge était parvenu à engendrer un être à part entière- une sorte de golem auto piloté … il était devenu l'état le plus sûr de sa pseudo-personnalité …. Ventriloqué par son mensonge, ce mari qui adorait faire plaisir se résolut à interrompre le rêve éveillé dans lequel il faisait vivre son entourage». On connaît malheureusement la suite de cette horrible histoire, le but de l'auteur n'étant pas ici de disséquer le drame dans toute son horreur, mais plutôt d'expliquer les rouages de la personnalité de ROMAND avant son passage à l'acte.
«Qui dis-je en nous?», un livre avec de vraies réponses. L'affaire ROMAND n'est pas sa seule analyse, C ARNAUD nous offre la lumière de la compréhension à d'autres cas extrêmes.
Ce livre se situe à l'intersection de la psychanalyse, la philosophie et la littérature, il est immensément riche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
alzaiaalzaia   05 avril 2017
Un sentiment d'irréalité finit par gagner la société : à force de aire de "non-êtres" le centre de ses intérêts, l'Ancien Régime jeta un trouble sur l'identité de ses acteurs, mais aussi la sienne propre : sur quoi reposait encore la légitimité d'une société à ordres qui, en fêtant des contrebandiers, frappait d'un virus dérisoire ses prétentions hiérarchiques ? De quel poids pesait encore l'héritage généalogique, quand une part de la noblesse ne pensait plus qu' à monter sur les planches pour se faire applaudir dans des rôles souvent situés aux antipodes de son rang - Marie-Antoinette allant jusqu'à tenir celui de Rosine, une femme voulant s'unir au jeune plébéien qu'elle désire, dans "le Barbier de Séville" ? Devant l'essor de cette "Dramomanie", l'opinion s'habitua à ne voir dans les tires de comtes ou de marquis qu'une convention dramatique (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alzaiaalzaia   05 avril 2017
Chacun se voulant une entité porteuse de sa propre finalité, notre existence est de moins en moins collective, dans les faits; la codépendance, et la structuration qu'elle assurait, a laissé place à une indépendance déstructurante; qu'on ne s'étonne pas de voir le monde insensible se vider, sous l'effet d'invisibles fuites symboliques, et notre individualité flotter dans une réalité fantomatique.
Commenter  J’apprécie          00
alzaiaalzaia   05 avril 2017
Notre liberté se paye donc par un sentiment croissant d'irréalité; jamais on n'a eu autant le souci de sa personne, et jamais l'identité n'a paru si fragile; la croyance en soir, là l'étude, pourrait même se révéler aussi irrationnelle et plus désespérante que la croyance en Dieu; tout tourne à la fiction, à l'intérieur de nous aussi.
Commenter  J’apprécie          00
alzaiaalzaia   05 avril 2017
Reste que Hume aura soulevé les difficultés inhérentes à la capture de cette substance qui n'en est pas une : plus facile de dire ce que le "moi" n'est pas, que l'inverse.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Claude Arnaud (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Arnaud
La Grande Librairie reçoit Fabrice Luchini, un amoureux des auteurs qui met en scène leurs textes depuis quelques années. Avec lui le philosophe Alain Finkielkraut. Également en plateau, Claude Arnaud dont l?anthologie « Portraits crachés. Un trésor littéraire de Montaigne à Houellebecq », publié chez Robert Laffont est un véritable régal...
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
367 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre