AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207301052
Éditeur : Denoël (26/10/1967)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 241 notes)
Résumé :
Histoire du futur , Cycle 01

Promu au rang de Technicien dans la hiérarchie de l'Éternité, Andrew Harlan est chargé de manipuler les réalités temporelles, pour le bien de l'humanité. Au cours de sa mission, il rencontre la curieuse Noÿs Lambent, une "Temporelle", quoique éternelle coquette, suivant la mode du 482ème siècle.
Se mêlent alors, dans une quête éperdue, désir de temps et désir d'éternité. Mais Harlan peut-il protéger Noÿs des change... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Masa
  27 mars 2016
Isaac Asimov est certainement l'auteur de Science-Fiction le plus connu et reconnue. Véritable visionnaire, cet immigré russe est devenu l'emblème d'une littérature américaine. Il était temps de me pencher un peu plus sur son oeuvre en général. Après un cycle de Fondation culte, mais qui m'avait laissé en demi-teinte, je me devais d'approfondir un peu plus ses récits. J'ai opté pour « La fin de l'Éternité » – Je pense avoir été influencé par ce titre.
Il ne faut pas se fier aux apparences. L'éternité selon le Docteur Asimov est l'endroit qui existe depuis le Big Bang (peut-être bien avant) et qui survivra bien après la mort de notre étoile – qui deviendra une naine blanche et non une explosion en supernova comme il le laisse présager dans son roman. Pour ce qui est de l'Éternité avec un « É » majuscule, il s'agit d'une sorte de fondation secrète qui oeuvre pour la stabilité de l'humanité. Elle agit avec ses propres règles et sa propre hiérarchie. Elle est constituée uniquement d'hommes et ils n'ont pas le droit d'avoir des relations (sauf par accord du conseil). C'est un peu une parabole de l'église ou même d'une religion. Quelquepart, je suis un peu déçu de ne pas voir une civilisation sur le déclin.
Le voyage dans le temps, à travers les siècles, est devenu possible à partir du XXIVème siècle – il faudra encore patienter pour chez nous.
À l'instar de son cycle Fondation, on retrouve une intrigue qui s'étale sur plusieurs millénaires. Toutefois, ici nous avons un personnage central bien présent. Autre fait déroutant est ces allers et retours à des siècles distants les uns des autres, comme si on était dans une cabine ascenseur et que chaque étage correspondait à une période de notre humanité.
L'histoire pourrait être un prétexte ou relayer au second plan, tant la plume du Docteur Asimov est davantage axée sur les théories scientifiques très abordables. le récit ne souffre en rien de lourdeur ni de redondance, mais d'une certaine lenteur. Les pièces se mettent très longtemps avant que l'on puisse comprendre le cheminement de l'auteur. Toutefois le tout se lit, étonnamment, avec une certaine facilité. Je trouve qu'il y a quelque chose d'hypnotique dans sa verve.
J'ai été comme happé par ses mots, ses tournures très scientifiques, pour au final ne pouvoir décrocher tant que les deux derniers tiers étaient intéressants. Cette fin qui s'étale encore laisse pourtant un agréable goût en bouche. L'histoire devient passionnante à lire avec ce destin qui l'Éternité met tout en oeuvre pour préserver et de l'autre l'envie de grandir. Il y a une certaine réflexion que porte l'auteur. On ne peut se poser des questions une fois que le livre est refermé. « La fin de l'Éternité » pourrait être aussi rappeler le grain de sable qui enraye la plus huilée des machines. Cela prouve que rien n'est totalement sous contrôle.
Pour le côté archaïque on pourra noter l'éternel ordinateur à carte perforée qui survit durant les siècles. C'est dommage, car l'ensemble reste relativement moderne.
On ne peut pas lire un récit de Isaac Asimov et un autre tant celui-ci tend vers le côté de la réflexion au détriment de l'action, d'une histoire fouillée et des protagonistes évolués. Pourtant, j'ai vraiment apprécié malgré ces lenteurs (qui ne sont pas synonymes de longueurs). Lire d'autres récits de Isaac Asimov, cela se pourrait, mais j'en ferai pas une priorité. J'ai été réticent, mais après les difficultés du début à comprendre, l'ensemble s'est avéré une bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Pavlik
  29 avril 2014
La Fin de l'Eternité n'est sans doute pas le meilleur roman d'Asimov, mais possède néanmoins quelques atouts.
Parlons d'abord de ce qui fâche. Les personnages sont relativement insipides, leur psychologie très peu développée, ils ne servent que de faire valoir au déroulement de l'intrigue. Par ailleurs, un aspect technique trop présent gâche un peu le rythme, le pire étant que beaucoup d'éléments ont mal vieillis (on tire des leviers dans les machines temporelles!)
Le concept est pourtant intéressant : le héros, Harlan, fait partie de l'Eternité, une organisation secrète de scientifiques, qui interviennent dans les différentes périodes de l'histoire humaine, afin de la rectifier et de forger ainsi la trajectoire idéale, débarrassée des guerres et autres drames. Cette organisation est très hiérarchisée, avec à son sommet les Calculateurs, qui déterminent les réalités adéquates et évaluent leur impact sur l'avenir, par des calculs de probabilités, et les Techniciens qui modifient concrètement ces réalités, en voyageant dans le temps. Les Novices (dans notre réalité on appelle ça un stagiaire sous payé) constituent le bas de l'échelle. Bien sur, chaque changement de réalité "élimine" des individus, pour en sauver beaucoup d'autres. Harlan tombe un jour amoureux de Noys, et se rend compte qu'un changement de réalité programmé va la faire disparaître. Pour tenter de la sauver, il n'hésitera pas à enfreindre les lois très strictes de l'Eternité.
Le concept présente donc l'intérêt d'avoir des résonances philosophiques importantes mais l'intrigue, déjà lente à démarrer, s'embourbe, comme évoqué plus haut, dans des aspects techniques superflus. Néanmoins, ça vaut le coup de s'accrocher jusqu'au bout car la fin révèle quelques surprises que je ne dévoilerais pas, afin de ne pas déflorer l'histoire. Un roman à conseiller aux inconditionnels d'Asimov uniquement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
jwpack
  12 avril 2012
La blogosphère est en effervescence cette semaine : entre la lecture de certains commentaires de gens pour lesquelles on se questionne sur leur quotient intellectuel et les polémiques sur le web, il nous faut nous concentrer sur ce qui importe le plus, la littérature. Certains rédacteurs apprécient l'action et le sentiment qu'ils sont aimés ou détestés. Personnellement, j'adore ces deux extrêmes. Par contre le livre doit rester notre point de mire.
J'ai lu, il y a un temps déjà, un roman de science-fiction du très grand Isaac Asimov. Je ne l'avais malheureusement pas chroniqué, mais c'est ce que je fais pour vous, aujourd'hui. Je vous présente « La Fin de L'éternité », comme prévu au calendrier. Il fut publié en français chez Gallimard en 2002 et contient 256 pages.
Le moment où je vous donne mon avis
Lorsque j'ai commencé ce roman, je venais tout juste de lire le recueil de nouvelles littéraires : « Les Robots » du même auteur. Je voulais ainsi paver la voie au cycle de Fondation, chef d'oeuvres de la science-fiction, selon plusieurs. Je suis relativement mitigé quant à ce livre.
Il vous faut d'abord savoir que nous sommes face au voyage dans le temps. le personnage principal a comme rôle de modifier l'histoire pour éviter les désordres, les guerres et autres fléaux. le principe est excellent et l'écrivain prend le temps de préciser, presque techniquement, comment le tout fonctionne. C'est d'ailleurs, semble-t-il, l'un des angles que l'auteur privilégie grâce à sa formation scientifique.
Il vous faut donc vous attendre à des aspects plutôt barbants de la S.-F., des explications et des détours. Ces éléments ne sont pas légers. Par contre, le point ultimement positif est la finale. Ce que je ne peux vous décrire pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture.
Tout le mystère réside dans certains laps de temps pendant lesquels la « police du temps » ne peut naviguer. L'accès est proscrit. Pourquoi? Que se produit-il dans ces ères? de plus, il est interdit au héros de se retrouver dans le passé avant une date limite, c'est-à-dire qu'il ne peut se rendre à notre temps moderne. On se questionne sur ces aspects durant une bonne partie du roman.
Les personnages ne sont pas vraiment attachants puisque toute la place est donnée à l'intrigue et aux interrogations. Nous suivons Andrew Harlan dans sa recherche des mystères de « l'Éternité » et dans la découverte de certaines imperfections. Ce sont les paradoxes que nous ressentons durant notre lecture. Pourquoi existe-t-il toujours certains défauts du « voyage dans le temps » dans le futur? Pourquoi doivent-ils constamment régler ou bien éviter les mêmes erreurs humaines?
Philosophiquement parlant, cette gestion du temps est intéressante. Nous exploitons ici quelques possibilités sur ce genre de contradictions et l'épilogue nous permet d'ouvrir d'énormes potentialités pour l'avenir. Notez qu'il y a une petite histoire d'amour sous-jacente, ce qui peut enchanter certaines personnes.
Le moment où il faut terminer la chronique
Je conseille ce bouquin aux adeptes de science-fiction qui adorent les aspects un peu plus techniques. Pour les gens qui n'apprécient pas nécessairement ce genre, je crois qu'Asimov a mieux à offrir avec ses nouvelles littéraires et son « cycle de Fondation ». Ce roman-ci ne fait pas partie d'un cycle quelconque, mais pourrait être situé avant Fondation. Pour ma part : 5 sur 10. Mitigé.
On aime : la science-fiction, le voyage dans le temps, l'aspect philosophique
On n'aime pas : les aspects trop techniques, les personnages effleurés
Lien : http://www.sergeleonard.net/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Meylleen
  21 mai 2015
La fin de l'Eternité est un prélude au cycle de Fondation. Après il s'agit d'une histoire complètement indépendante et je me suis même demandée pendant un moment en quoi c'était un prélude.
Contrairement aux autres livres d'Asimov, je n'ai pas tout de suite accroché à celui-ci. le premier chapitre est confus et complexe et j'ai franchement eu peur de ne pas arriver au bout. Mais passé ce moment un peu compliqué, l'histoire originale comme sait le faire Asimov se dévoile peu à peu. Et si le début est un peu lent, les surprises et révélations inattendues qui ponctuent la suite du récit sont excellentes. Asimov ne déçoit pas avec les fins de ses histoires !
Le personnage principal de ce roman est Andrew Harlan un technicien de l'Eternité né au 482ème siècle. C'est un homme froid et réfléchi auquel on s'attache difficilement, ce qui assez logique vu sa personnalité et sa fonction. Et puis Harlan rencontre une femme Noÿs qui va lui faire changer sa vision de l'Eternité.
Mais l'Eternité, qu'est ce donc ? L'Eternité et les voyages dans le temps ont été découvertes par l'homme au 24ème siècle. L'Eternité est en dehors du temps et les Eternels qui y vivent, surveillent les siècles. Et pour le bien de l'humanité, ils effectuent des calculs et des changements pour éviter toute erreur dans l'histoire de l'humanité. Etant en dehors du temps, les Eternels ne sont pas impactés de ces changements, mais par leur action, ils changent complètement la réalité sans que l'humanité en ait conscience. Ils ont donc un pouvoir immense, celui de modifier la société, d'un changement de réalité à un autre, ils modèlent le monde.
Je me suis posée beaucoup de questions tout au long de l'histoire sur les actions des Eternels, est-ce une bonne chose d'éviter à l'humanité de faire la moindre erreur ? Ce principe que des hommes changent le monde sans qu'on s'en aperçoive est extrêmement effrayant. Ce n'est pas mon roman préféré d'Asimov, mais c'est un excellent roman sur le voyage dans le temps.

Lien : http://raconte-moi.net/2015/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ecureuil
  24 février 2014
C'est un roman qui démarre difficilement, lentement. le texte est complexe et j'ai eu du mal à m'attacher au personnage principal qui, à moitié paranoïaque, semble mal agir pour de bonnes raisons (ou l'inverse). Mais après tout, ce n'est pas parce qu'on est paranoïaque que...
Et puis il y a certains dialogues qui sont franchement invraisemblables, et certaines descriptions qui le sont tout également. Parfois, on dirait qu'elles ne sont là que pour montrer la capacité d'anticipation de l'auteur, plus que pour faire réellement avancer l'histoire.
Mais une fois dépassée la première moitié, on se prend au jeu et l'irrésistible envie de connaitre la fin permet d'arriver jusqu'aux dernières pages, brillantes, puissantes, et qui justifient les débuts laborieux.
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
zorazurzorazur   28 juin 2016
En balayant les désastres de la réalité, l'Eternité supprime aussi les triomphes. C'est en faisant face aux grandes épreuves que l'Humanité peut avec le plus de succès s'élever à de grandes choses. Du danger et de l'insécurité permanentes vient la force qui pousse l'Humanité à de nouvelles et toujours plus difficiles conquêtes. Pouvez vous comprendre cela ? Pouvez vous comprendre qu'en évitant les chutes et les misères qui assaillent l'Humanité, l'Eternité empêche les hommes de trouver leurs propres solutions, meilleures quoique amères, les vraies solutions qui viennent des difficultés surmontées et non de la dérobade devant l'obstacle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MasaMasa   24 mars 2016
« Il n’y a pas de paradoxes dans le Temps, mais seulement parce que le Temps évite délibérément les paradoxes. »
Commenter  J’apprécie          100
eruiluuvatareruiluuvatar   03 septembre 2017
Avec cette disparition – il le sut tandis que Noÿs tombait lentement dans ses bras – venait la fin, la fin définitive de l’Éternité.
Et le début de l’Infinité.
Commenter  J’apprécie          30
jwpackjwpack   31 mars 2012
Le concept d'une Réalité variable, d'une Réalité qui n'était pas fixe, éternelle et inaltérable n'était pas de ceux que l'esprit humain pouvait assimiler comme en se jouant.
Commenter  J’apprécie          20
Anis0206Anis0206   26 août 2017
Pour éviter des interférences temporelles d'ordre affectif, un éternel ne doit pas se marier. Pour éviter de nouer des liens affectifs d'ordre familial, un éternel ne doit pas avoir d'enfants.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Isaac Asimov (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Vidéo de Isaac Asimov
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre