AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Olympe Audouard (Autre)
EAN : 9791094176597
96 pages
Éditeur : Espaces & Signes (03/07/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Digne héritière d’Olympe de Gouges, Olympe Audouard (1832-1890), aujourd’hui tombée dans l’oubli, fut pourtant l’une des féministes françaises les plus actives du 19e siècle,
Grande voyageuse, conférencière, auteure d’une vingtaine d’ouvrages (du roman à l’essai), directrice de revues, elle défendit courageusement la liberté d’expression (elle fut convoquée près de vingt fois au ministère de l’Intérieur pour ses articles et provoqua un patron de presse en due... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Taraxacum
  03 juillet 2020
Commençons cette critique par quelques remerciements: merci à Babelio pour l'organisation de Masse Critique et merci à Espaces & Signes d'avoir eu la bonne, la très bonne idée de rééditer ce texte, ou plutôt ce recueil de textes. C'est étonnant de se rendre compte que finalement, si je devais lister des grandes féministes, j'arriverai à citer plus de noms anglo-saxons que français! Quelque chose à corriger, donc, et à moi aussi de réorienter un peu mes sources! Et ma foi, Olympe Audouard est un excellent début. Il faut dire que lorsqu'on s'appelle Olympe, comment ne pas penser à l'une des premières mères du féminisme dans l'Hexagone? Et comment ne pas marcher sur ses traces?
Ici, donc, un recueil constitué de Guerre aux hommes et d'une galerie de portraits masculins nommée Quelques vilains types d'hommes. le premier est une charge contre différents sujets à reprocher aux hommes, et le plus déprimant est que certains seraient toujours d'actualité! L'hypocrisie masculine face aux femmes "séduites", les difficultés pour une femme à trouver un travail quand toutes les branches leur sont fermées à cause de leur sexe, la façon dont toute femme s'élevant au dessus du lot se doit d'être non pas aussi douée mais vingt fois plus douée qu'un homme....même l'inégalité salariale pour même travail est déjà dénoncée par Olympe Audouard. de tous les griefs énoncés ici, le fait que la femme ne soit plus une éternelle mineure aux yeux de la loi est à peu près le seul qui ne soit plus d'actualité!
La seconde partie est une série de caractères masculins, là aussi toujours au goût du jour. A signaler une ou deux allusions qui sont sans doute des références voilées à des personnes connues à l'époque, mais qui aujourd'hui échappent totalement au lecteur.
Une excellente petite découverte!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
pierre31
  07 juillet 2020
Pour une fois, c'est le titre du livre qui m'a attiré dans cette Masse Critique : Guerre aux hommes. Un petit pamphlet féministe du XIXe mêlant réflexion et ironie, cela me semblait plaisant ; à la lecture, il ne l'est pas tant que ça. Il y a dedans un côté féminisme de dame patronnesse qui m'est parfaitement étranger : elle plaint par exemple les putains mais celles-ci restent à ses yeux honteusement coupables, vicieuses et bien justement méprisées. Quand à ses arguments « théologiques » pour défendre la femme, ils sont eux parfaitement grotesques.
La second texte du livre, Quelques vilains types d'hommes, est une suite de portraits façon caractères de la Bruyère, certains sont assez réussis. L'homme caméléon, M. Crapaudas, L'homme moustique, le bon et le mauvais égoiste, etc., ce sont tous des portraits d'hommes, mais, espèce humaine oblige, la majorité fonctionnerait aussi parfaitement pour des femmes.
Ce livre se laisse lire et est intéressant pour qui veut avoir un aperçu du féminisme au XIXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
pierre31pierre31   06 juillet 2020
Il [le bon égoïste] est trop bon, dit-il hautement, pour pouvoir supporter la vue de la souffrance et du malheur ! Il recherche les gens gais, heureux. Il aime à se persuader qu'il n'y a de par le monde que des gens ayant, comme lui, cent mille francs de rente et jouissant du bonheur le plus parfait. Cette idée sourit à son égoïsme ! N'allez pas lui dire : « Untel meurt de faim ! » Il vous répondrait d'un air de mauvaise humeur et d'incrédulité : « Allons donc, est-ce qu'on meure de faim autre part que dans les romans ? » Si de sa fenêtre il aperçoit un pauvre galetas où règne la misère, il fait murer cette fenêtre pour ne pas être attristé par cette vue. Si dans la rue il aperçoit un pauvre mendiant les traits bleuis par le froid et tiraillés par la faim, bien vite il détourne la tête de peur que ce triste spectacle ne l'impressionne désagréablement. Volontiers il dirait qu'un gouvernement sage devrait supprimer les pauvres, les estropiés, les malheureux qui ne sont bons qu'à troubler le bonheur des gens heureux, riche et bien portant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
TaraxacumTaraxacum   03 juillet 2020
Un homme est amoureux d'une femme, il lui fait la cour. Pour arriver à se faire aimer, il emploie tous les moyens: il devient un diplomate excellent, il déploie toutes les ressources de son esprit, toutes les grâces séductrices que Dieu lui a données. Quand il est parvenu à se faire aimer, il persuade la femme que l'amour sanctifie tout, même l'adultère. Il plaide avec art, avec passion, il feint le désespoir, il parle de se brûler la cervelle, de s'expatrier si celle qu'il aime ne lui prouve pas son amour. Eh bien! S'il parvient à rendre la femme coupable, lui-même, un jour, dira d'elle : "Ah! Ce n'est pas une femme vertueuse!" Si elle résiste, il y a gros à parier qu'il deviendra son implacable ennemi ou que, pour masquer sa défaire, il se targuera d'une bonne fortune qu'il n'a pas eue. Avouez que c'est mettre les femmes dans une triste alternative!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TaraxacumTaraxacum   03 juillet 2020
La liberté que je réclame est une liberté plus sérieuse, plus digne d'un être raisonnable, intelligent, d'un être égal à l'homme. C'est d'être traitée par les lois, par le monde, comme un être intelligent et non comme un enfant. Car, en France, la femme est toujours en tutelle: l'homme est son tuteur de droit. En vrai tuteur de comédie, il use, le plus souvent, de sa position pour dépouiller, pour opprimer sa pupille. Je réclame pour elle l'égalité devant la loi: son émancipation est dans les choses sérieuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
483 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre