AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081286629
Éditeur : Flammarion (07/05/2014)

Note moyenne : 3.26/5 (sur 65 notes)
Résumé :
K-lab, groupe ultra-puissant, domine la ville de Maximum City. Expert en désinformation, il manipule les faits au profit des pouvoirs en place. Une organisation clandestine nommée TYPOS, résiste au discours officiel. Ses membres sont tous étudiants en journalisme, et motivés par le même but : rétablir la vérité. Gipsy, Morph, Dusker et Arlequin usent de leur courage et leur ingéniosité pour échapper à la censure. Aguerris aux techniques les plus pointures d’espionna... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
InstinctPolaire
  11 juin 2014
[ Livre reçu dans le cadre d'une Masse Critique. Je remercie les trois ours, Pierre Krause et les éditions Flammarion pour leur confiance.]
Le Live-Help !
Déjà complet !
Le gigantesque concert caritatif offert par le maire Henri James Hoss !
Ici, à Maximum City dans le nouveau stade du Millenium Arena !
Déjà complet !
En présence de grandes vedettes ! Les Béhémoths ! Les L.B. ! Killer Inside !
Et un invité d'honneur surprise !
Tout autre information : Nos services ont réussi à venir à bout d'un effroyable incendie du au stockage de produits chimiques.
[...]
Rassurantes nouvelles officielles. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes de la futuriste ville de Maximum City.
Et si...
Et si la vérité n'était qu'une simple information ? Une information méticuleusement élaborée par des spécialistes de la désinformation appointés par les plus cyniques ?
Et si les incendies cachaient la destruction d'imprimeries clandestines où se rédige les pages qui tentent de dévoiler la vérité ?
Et si les concerts de bienfaisances servaient à offrir une bonne conscience à des dictateurs en mal de subsides ?
Des spécialistes qui espionnent les réseaux numériques. Qui emploient leur propre milice. Qui disposent d'agents spéciaux meurtrier.
Face aux puissants, la lutte ne peut être que la clandestine. Menée par un petit nombre. Leurs moyens ? : Dérisoires. Quelques clés USB cadenassées dans des endroits stratégiques contenant des bribes de vérité. Et un journal papier, anachronique dans ce monde numérique.
Un résistance menée par des enfants. Morph, Gipsy, Arlequin, Dusker. Des mômes qui rêvent d'un coup d'éclat.
Alors quand le Président Makbake, dirigeant de l'Ambilie en Afrique vient réclamer le soutien de l'aide internationale durant un immense concert caritatif. Ils sentent qu'il y a un coup à jouer.
Car on leur apporte les preuves des massacres orchestrées par le Président, de ses malversations.
Mais leur ennemi, la multinationale K-Lab a mis son meilleur limier sur la piste de leur source...
" La vérité fera de vous des hommes livres. " ( Devise de la CIA).
La Littérature de jeunesse est souvent... sirupeuse... Les émois et les transformations de l'adolescence, les questions de l'identité. Certes la dystopie tente d'éveiller les consciences citoyennes, mais les moyens sont quelques peu... disproportionnées.
Ici, pas d'armes, pas de guerre. Des adolescents et leur familiarité avec l'information. Simplement développer une contre-culture au discours institutionnel.
Servi par un style dynamique, l'intention d'embarquer le jeune lecteur dans une croisade pour la vérité.
Une série à suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
orbe
  22 mai 2014
Se battre pour rétablir la vérité, traquer le mensonge et la manipulation des masses, c'est ce que fait Typos, un petit groupe actif qui se bat pour une autre société. Alors qu'Arlequin a été blessé lors de la dernière mission, Typos reçoit un mytérieux message...
Un roman d'aventure mais aussi de réflexion sur le degré de désinformation organisée par nos sociétés modernes. le lecteur peut souvent avoir l'impression que le monde décrit n'est pas très loin du notre où l'organisation d'un concert caritatif peut aussi cacher d'autres intérêts. L'action et les énigmes sont au coeur du livre comme pour nous amener à chercher nous aussi la vérité.
Lien : http://cdilumiere.over-blog...
Commenter  J’apprécie          280
argali
  04 mai 2014
Voici une dystopie qui s'inscrit dans l'air du temps.
Nous sommes dans un futur hyper informatisé, où la technologie permet des prouesses d'espionnage et de contre-espionnage très pointues mais ce qui préoccupe les quatre adolescents héros de ce roman, c'est la manipulation de l'information. N'est-ce pas déjà un souci de notre monde contemporain ?
L'histoire fait donc écho à de grandes affaires de détournements de l'information que nous avons pu connaitre. Celle qui m'est apparue le plus vivement concerne le génocide du Rwanda, dont on commémore les vingt ans en ce moment. Qui a commencé ? Pourquoi ? Comment a-t-on pu laisser faire… ? Autant de questions qui ne trouveront peut-être jamais de réponse.
J'ai apprécié la manière dont l'auteur traite son sujet. Les éléments se mettent en place petit à petit, on découvre à demi mots des indices qui nous permettent de construire l'intrigue et donnent au récit un rythme dynamique et soutenu. Nous entrons d'emblée dans le vif du sujet en découvrant les héros au prise avec les tueurs de K-Lab. Il nous les présente ensuite un à un au fil des quatre premiers chapitres. Et dès le chapitre cinq, l'action reprend, nous sommes sur une nouvelle affaire.
J'ai beaucoup apprécié ce roman jeunesse où l'auteur met en garde les jeunes lecteurs sur un phénomène qui, à leur âge, n'est pas forcément conscient. - Gavés d'images, les jeunes ne font pas tous la part des choses face aux médias.- Pierdomenico Baccalario montre subtilement les conséquences néfastes de cette pratique et la manipulation de masse qu'elle engendre. C'est le roman idéal pour amorcer une réflexion plus poussée sur l'information, ses canaux et la véracité des faits qui nous sont assénés à longueur de temps. Journaliste lui-même, l'auteur, très célèbre en Italie en littérature jeunesse, sait de quoi il parle et cela se sent dans la manière dont il aborde les choses.
Le fait d'avoir fait de ces héros des étudiants en journalisme rend l'histoire d'autant plus crédible qu'ils sont aguerris aux techniques les plus pointues de l'informatique, de la surveillance qu'elle permet et des dysfonctionnements qu'elle peut engendrer.
Il reste des zones d'ombre en ce qui concerne cette organisation TYPOS. On connait peu de choses sur la genèse du groupe, les raisons de l'éloignement de son chef et le recrutement des membres. Mais vu que ceci est le premier tome d'une trilogie, cela laisse planer le suspense jusqu'au prochain volume.
Un récit d'action et de suspense agréable à lire et intelligent que je recommande vivement aux jeunes dès 12 ans. le premier tome paraît ce 7 mai aux Editions Flammarion. Pour le deuxième, il faudra hélas patienter jusqu'en octobre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Hillel
  04 mai 2014
Premièrement, je suis très fan de la couverture. Ce travail d'illustration et de typographie est original et riche. Cette touche rétro, si bien qu'on croirait ouvrir un ouvrage de Jules Verne ou un roman steampunk... Un grand Bravo à Laurent Rivelaygue pour avoir signé cette couverture qui change vraiment de tout ce qu'on peut voir en littérature jeunesse!
Bon le contenu, maintenant.
Il change tout autant. Si au premier abord, on se croirait un peu dans "Cherub", dans un énième roman d'espionnage mêlant de jeunes gens et visant un jeune lectorat, au second abord on sent bien qu'on s'écarte un peu du "déjà vu" et on découvre beaucoup d'originalité et d'intelligence.
Un livre qui va nous mettre le nez dans ce qui fâche, dans les vérités politiques qui font mal. Censure, corruptions, malversations, crime contre l'humanité, désinformation... autant de thèmes fictifs dans ce roman et pourtant qui nous parlent beaucoup.
Ainsi, de manière très efficace et rythmée, l'auteur nous embarque en un tour de main dans l'aventure de 4 jeunes gens voués à une cause dangereuse, apporter la lumière et la vérité aux habitants de Maximum City. le tout dans un contexte dystopique puisque la mégalopole futuriste est dirigée par des hommes corrompus qui utilisent à outrance l'entreprise de désinformation K-Lab pour soumettre le peuple. Dans ce futur proche, une organisation s'est formée autour d'un journal Typos. 4 jeunes gens, chapoté par trois adultes mènent des missions aussi périlleuses qu'utiles pour lutter contre le pouvoir de K-Lab. de véritables agents secrets qui risquent leur vie pour une bonne cause.
Les personnages usent d'une technologie avancée, mais qui fait écho à des choses que nous connaissons bien. Ces quatre jeunes Gipsy, Morph, Dusker et Arlequin, sont doués pour l'infiltration, les missions "sauvetage", les réseaux clandestins, et publient dans l'ombre un journal papier, "à l'ancienne", qui tente d'ouvrir les yeux à la population. Mais ces quatre jeunes étudiants possèdent aussi des dons bien particuliers qui les aident dans leurs missions. Des dons qui dépassent le naturel... mais je vous laisse découvrir toutes les subtilités de ce roman et n'en dis pas plus...
Les 4 héros sont très attachants, et j'ai regretté ne pas en avoir davantage, ne pas en savoir plus sur eux. le livre est bien trop court. Il met l'accent sur l'intrigue et la mission, au détriment du volet humain. Ce dernier est quand même un poil présent, ce qui donne une forte envie de retrouver nos quatre compagnons dans une nouvelle mission, et d'en savoir un peu plus sur eux.
L'intrigue est très intelligente et met l'accent sur un pays d'Afrique embourbée dans une guerre civile corrompue. Rien d'original, hélas! Un fait que nos quatre jeunes espions vont tenter de montrer au grand jour.
Du danger, du suspense, de l'action, de l'émotion... il y a tout pour plaire et dévorer le livre en un clin d'oeil, avec en prime une bonne dose de réflexion sur le monde qui nous entoure. Un style lisse et efficace, lui aussi rythmé, ne s'embarrassant d'aucune longueur.
Jeunes lectrices sensibles aux jolies romances passez votre chemin. Je peux enfin dire: "ouf", voilà un roman qui ne se dirige pas uniquement vers les filles mais touche un lectorat bien mixte, sans rajouter de romance pour être sûr de plaire.
Un très bon premier tome d'une trilogie qui s'annonce aussi prometteuse que "Cherub". C'est tout le mal qu'on lui souhaite!
Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
maevedefrance
  14 juin 2014
Gipsy, Morph, Dusker et Arlequin sont étudiants en journalisme, dans une société futuriste de 2043 ou la manipulation est reine. Maximum City, la ville où ils vivent est sinistre à souhait et sa banlieue encore plus : pour empêcher les gens de réfléchir et de réagir, il y a un bruit incessant. L'urbanisme est quelque chose comme "cinquante-six kilomètres de cauchemar urbanistique dépourvu de sens, de structure, de coeur". Les bâtiments s'effritent sous les pluies acides. Ce n'est que "jungle de câbles, de micros et de caméras". Voici pour le décor.
Les quatre étudiants font partie d'une organisation ultra-secrète qui édite un journal contre la désinformation perpétrée par K-Lab. Ils communiquent entre eux avec un Close, un téléphone portable au circuit fermé dont les communications ne peuvent pas être captées par des personnes n'appartenant pas au groupe. Pour communiquer l'information entre eux, ils ont caché "dans tous les coins de la ville des centaines de petites chaînes blanches auxquelles on p[eut] attacher des clés USB remplies de données. Il suffi[t] d'avoir sur soi une tablette ou un ordinateur et de passer à côté de ces chaînes pour télécharger ce que les autres y [ont] laissé". Voilà pour les moyens mis en oeuvre.
Les quatre étudiants ont chacun des particularités :
Arlequin est doté d'un sixième sens qui le rend capable de détecter les mensonges : il développe une sorte d'urticaire dès qu'il en entend un. C'est aussi le personnage le plus imprundent, celui qui ne respecte pas les règles et qui s'en vante !
Morph a un visage comme de l'argile : elle peut le façonner à sa guise. Une maladie due à l'extrême pollution de Maximum City.
Dusker est le photographe et le geek de l'équipe. Il est extrêment musclé.
Gipsy sait se faufiler partout et elle possède des branchies artificielles qui lui permettent de rester en apnée une demi-heure et elle ne ressent pas la douleur. Voici l'équipe de héros.
Les membres de Typos, dans ce premier volume, sont mis au fait d'un scandale humanitaire dans le pays africain d'Ambillie, grâce au docteur Frank Malone. le chef d'Etat de ce pays, Makbake, est le propre bourreau de son peuple puisqu'il y a organisé une famine. Il se fait passer pour un bienfaiteur et organise un grand spectacle-concert de récolte de fonds pour son pays, avec la complicité de K-Lab. Voilà pour l'intrigue.
J'avoue que j'ai choisi ce roman pour la thématique de la manipulation de l'information et du journalisme. La quatrième de couverture m'a séduite. Pourtant, j'ai eu une lecture en "dents de scie" avec des moments qui m'ont captivée et d'autres où je me suis ennuyée. L'intrigue est assez diffuse pour être vraiment reconcentrée sur la fin du livre. Beaucoup trop de détails autres en font perdre le fil pendant un peu trop longtemps. L'intérêt du lecteur se reporte alors sur les caractéristiques des personnages ou la description de l'environnement de la triste mégapole futuriste de Maximum City. On apprend un peu tardivement que le créateur de TYPOS est en fait le père d'Arlequin.
C'est donc un peu "fouillis" et c'est dommage parce que, par moments, ce roman est très divertissant. Dans la dernière partie, le rythme se fait trépidant et le suspens haletant. Là on accroche bien et les pages se tournent toutes seules !
Enfin, je ne suis pas vraiment sûre que cette lecture soit accessible à des lecteurs de 11 ans. Je dirais plutôt 13-14 ans.
Pour finir, un détail amusant accompagne le livre : un exemplaire du journal Typos du 28 novembre 2043. le verso est peut-être à lire avant même de commencer la lecture car il présente bien les personnages.
Une lecture en demi-teinte donc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
shousounshousoun   15 octobre 2014
La professeure Grace fit une grimace. Le downstream technologique consistait à diminuer le nombre d’informations et d’activités qui dépendaient d’’instruments électroniques. Depuis des mois, l’équipe soupçonnait que tout ce qui était relié au Web n’était pas sûr. Du coup, Arlequin avait conseillé d’y renoncer : plus de téléphones portables, de GPS, de cartes de paiement, d’e-mails, de réseaux sociaux …
Rien du tout.
Ils en étaient revenus au papier. Au bon vieux papier. A imprimer avec de l’encre, et des matrices en carton couvertes de cire.
p.23
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LeslecturesdeLilyLeslecturesdeLily   01 mai 2014
-Quand je me suis embarqué là-dedans, l'année dernière ... je me suis posé la même question. Je suis du côté des gentils, ou des méchants ? Avec le gouvernement, ou contre le gouvernement ?
-Et qu'est-ce que tu t'es répondu?
Dusker secoua la tête et retourna s'asseoir au milieu de ses appareils.
-Je me suis répondu qu'il n'y avait pas de bon côté.
-Alors qu'est-ce que tu fais?
-Je renifle, à droite et à gauche. Et quand je sens l'odeur de la vérité, je comprends ce que je dois faire.
Mattew ricana.
-Et ça ressemble à quoi? l'odeur de la vérité?
-Elle n'en a pas, répondit Dusker. La vérité n'a pas d'odeur. C'est tout le reste qui pue.
Il prit son casque et le remit sur ses oreilles.
-Alors, tu nous aides à trouver le brouilleur, ou tu nous laisses nous débrouiller tout seul ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
shousounshousoun   16 octobre 2014
Elle savait que les Chinois ne faisaient jamais rien pour rien. S’ils réalisaient un investissement, c’était parce qu’ils pensaient décupler leur mise dans l’année.
Cela signifiait donc qu’il y avait déjà des conflits d’intérêts sur ce territoire. Les Chinois pour le gaz. Les Russes, si on s’entre-tuait réellement au son des kalachnikovs. Et les Italiens, si les combattants utilisaient des mines antipersonnel.
Comme disait toujours le colonel Trautman : regardez les armes employées, et vous comprendrez qui est en train de jouer à la guerre.
p.72
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
shousounshousoun   19 octobre 2014
- Et que pense le gouvernement de ce Laboratoire ?
- Oh, il s’en sert probablement souvent. Tout comme les organisations internationales corrompues, les banques mondiales, les fonctionnaires, les groupes paramilitaires, les compagnies pétrolières, les mafias… Songez à tous ceux qui ont du pouvoir, de l’argent et peu de scrupules, et vous obtiendrez le profil typique d’un client de K-Lab. p. 131
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
shousounshousoun   19 octobre 2014
Trautman suivait de près les opérations louches menées par la multinationale pharmaceutique basée à Nairobi, au Kénya. Pour son enquête, il avait besoin de la couverture de notre association de médecins. Je l’ai aidé parce que ce qu’il m’a raconté me semblait très grave. En apparence, ils étudiaient un vaccin trivalent ; mais en réalité, ils fabriquaient des armes bactériologiques. p .133
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : désinformationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

typos

dans quel continent se passe l'histoire ?

L'Afrique
L'Asie
L'Amérique

9 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Typos, Tome 1 : Fragments de vérité de Pierdomenico BaccalarioCréer un quiz sur ce livre
.. ..