AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070421657
165 pages
Gallimard (31/01/2002)
3.22/5   801 notes
Résumé :
C’est le plus grand critique culinaire du monde, le Pape de la gastronomie, le Messie des agapes somptueuses. Demain, il va mourir. Il le sait et il n'en a cure : aux portes de la mort, il est en quête d'une saveur qui lui trotte dans le cœur, une saveur d'enfance ou d'adolescence, un mets originel et merveilleux dont il pressent qu'il vaut bien plus que tous ses festins de gourmet accompli.
Alors il se souvient. Silencieusement, parfois frénétiquement, il vo... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (142) Voir plus Ajouter une critique
3,22

sur 801 notes

Cannetille
  07 février 2020
Le plus grand et le plus renommé des critiques gastronomiques est à l'article de la mort. Alors que la nouvelle se répand peu à peu, n'affligeant quasiment personne tant l'homme est détestable et redouté, le mourant remonte fébrilement le fil de sa mémoire, à la recherche quasi désespérée des moments authentiques les plus fondateurs de sa passion pour le goût, depuis longtemps effacés derrière une existence entièrement consacrée aux décevants artifices du pouvoir, du luxe et de la célébrité.

Alternant les points de vue par une succession de brefs chapitres où s'expriment tour à tour les différents narrateurs, le récit entremêle les réminiscences de cet homme qui fut si puissant et si féroce, et les amers, voire haineux, commentaires de ses proches. Car, avec la renommée et l'infinie course à l'inédit et au sensationnel, le maître a fini par perdre de vue l'essentiel : l'authenticité, l'émotion, l'amour, sans lesquels il n'est devenu qu'un être égoïste et misanthrope, aigri et revenu de tout.

L'introspection tardive du vieil ours aux griffes à peine usées est l'occasion de splendides pages sur le plaisir gustatif : une expérience charnelle qui ne s'épanouit totalement que dans la parfaite harmonie de tous les sens et des émotions, en de rares moments d'apothéose à jamais marquants, de vrais instants de félicité qui gravent en vous leurs sensations à la manière des madeleines de Proust.

La plume de Muriel Barbery est époustouflante de virtuosité et d'élégance, et l'on ne peut que s'incliner devant tant de brio et de talent. Pourtant, l'auteur tombe en quelque sorte dans le même travers que son principal protagoniste : intellectuellement et stylistiquement brillant, ce livre m'a semblé manquer de souffle et de vie, les esquisses de personnages restant abstraites, le récit sans allant, et le lecteur sans véritable émotion. Un ingrédient m'a fait défaut : la magie du conte, qui vous propulse dans son univers au lieu de vous en laisser le simple spectateur, aussi ébloui soit-il.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          702
missmolko1
  10 octobre 2012
Avant ma lecture, j'avais remarqué que beaucoup de critiques pour ce roman était plutôt mitigé ou mauvaise a cause du fait que beaucoup de lecteurs avaient lu ce roman après avoir aimé l'élégance du hérisson. J'ai donc voulu lire celui ci en premier pour me faire une idée.
J'aurai sans doute aimé un peu plus "d'intrigue" car au final en refermant ce livre j'ai l'impression d'en savoir peu sur ce critique culinaire qui se meurt. J'aurai aimé savoir des choses sur sa vie privée en dehors des restaurants ou il a pu se rendre...
Malgré cela j'ai beaucoup aimé ce roman, déjà par sa construction. On alterne les souvenir du narrateur, avec les personnages qui l'on connu durant sa vie.
Et puis l'écriture est magnifique, la description des plats et de la nourriture est fabuleuse. Pour un premier roman, je dis chapeau!
Commenter  J’apprécie          590
lecassin
  14 août 2014
Bon ! Autant prévenir d'entrée (pour un roman gastronomique, je ne pouvais pas ne pas la faire…), voilà un « roman » qui ne devrait pas rester bien longtemps dans ma mémoire.
D'ailleurs, je ne suis pas le seul, me semble-t-il…
Un critique gastronomique, que dis-je, le critique gastronomique, est à l'article de la mort. Alors, pour le plaisir, il soulève les couvercles des cocottes de l'enfance, celles qui contiennent les ragoûts de grand-mère ; et se remémore les bons et moins bons souvenirs d'une vie de gastronome...
Alléchant (celle là non plus, je n'ai pas pu m'en empêcher…) à première vue. Oui, mais décevant, finalement… une série de courts textes superficiels et jargonneux (souvent) aussi savoureux qu'une daube sans sel…A moins que je n'aie pas su entrer dans ce premier roman de Muriel Barbery, qui connaîtra quelques années plus tard un vif succès avec « L'élégance du hérisson », mais déçu quand même au point de remettre cette lecture aux calendes...
Commenter  J’apprécie          353
saphoo
  02 décembre 2020
J'avais adoré l'élégance de l'hérisson, abandonné la vie des elfes et très peu aimé son dernier. Il me restait donc cette petite gourmandise qui m'attendait depuis sa sortie. J'en ai fait qu'une bouchée et je me suis délectée de sa poésie tant légère que sucrée. Si la construction peut dérouter certains lecteurs, elle est aussi originale d'avoir plusieurs points de vue, plusieurs couleurs à ce tableau.
Ma couleur préférée fut la scène sous le tilleul avec la tomate. Je me suis sentie propulsée au coeur de ce doux parfum de miel, bercée par le froufrou des feuilles à croquer dans la belle charnue et juteuse, gorgée de saveur estivale.
J'ai bien apprécié l'intervention de tout à chacun et même du chat.
C'est un roman original très poétique et un vrai voyage culinaire mais pas que.
Maintenant je me pose la question pourquoi ces deux premiers livres me plaisent autant alors que je ne sais apprécier les deux suivants ?
J'ai bien envie de relire l'élégance de l'hérisson pour le coup et je relirai certainement cette gourmandise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Il_voyage
  11 avril 2022
Le titre ne ment pas : ce livre de Muriel Barbery est une gourmandise.
Pas toujours digeste, cependant ! Parce que le personnage central de ce roman, critique gastronomique de son état - et même le premier d'entre eux ! - est humainement une ... bien des qualificatifs me viennent mais qui sortiraient des limites de la bienséance ... Bref, c'est un homme qui n'a vécu que pour lui, qui a délaissé femme, enfants, famille et amis. Et cet homme va mourir. Au seuil de la mort, une question, une quête l'obsède : une saveur à nulle autre pareille qui remonte à son enfance ...
Tout le livre est l'histoire de cette quête ... Les chapitres alternent entre souvenirs du narrateur, le critique qui fouille sa mémoire en quête de cette saveur et souvenirs de ses proches, qui viennent dessiner en creux le portrait d'un odieux personnage, préoccupé de sa seule personne.
Et cette alternance fait tout le sel du livre, où bien des goûts se mélangent. Je vous l'ai dit, une véritable gourmandise, un feu d'artifice !
Et de façon irrésistible - qu'on me pardonne cette comparaison, mais elle m'est apparue comme une évidence, ce critique m'a évoqué la figure d'Anton Ego, dans le très bon Ratatouille de Disney, au point que je me suis demandé dans quelle mesure l'ouvrage de Muriel Barbery n'aurait pas inspiré ce personnage ?
Quoi qu'il en soit, bonne dégustation à celles et ceux qui se plongeront avec délices dans cette lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (139) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   07 février 2020
Je n'avais à la bouche, sans en comprendre la signification, que le mot « terroir »- mais je sais aujourd'hui qu'il n'y a de « terroir» que par la mythologie qu'est notre enfance, et que si nous inventons ce monde de traditions enracinées dans la terre et l'identité d'une contrée, c'est parce que nous voulons solidifier, objectiver ces années magiques et à jamais révolues qui ont précédé l'horreur de devenir adulte. Seule la volonté forcenée qu'un monde disparu perdure malgré le temps qui passe peut expliquer cette croyance en l'existence d'un « terroir » - c'est toute une vie enfuie, agrégat de saveurs, d'odeurs, de senteurs éparses qui se sédimente dans les rites ancestraux, dans les mets locaux, creusets d'une mémoire illusoire qui veut faire de l'or avec du sable, de l'éternité avec le temps. Il n'y a pas de grande cuisine, tout au contraire, sans évolution, sans érosion ni oubli. C'est d'être sans cesse remise sur l'établi de l'élaboration, où passé et avenir, ici et ailleurs, cru et cuit, salé et sucré se mélangent, que la cuisine est devenue art et qu'elle peut continuer à vivre de n'être pas figée dans l'obsession de ceux qui ne veulent pas mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
AproposdelivresAproposdelivres   04 juin 2010
« Il rinça soigneusement le riz thaïlandais dans une petite passoire argentée, l'égoutta, le versa dans une casserole, le recouvrit d'un volume et demi d'eau salée, couvrit, laissa cuire. Les crevettes gisaient dans un bol de faïence. Tout en conversant avec moi, essentiellement de mon article et de mes projets, il les décortiqua avec une méticulosité concentrée. Pas un instant il n'accéléra la cadence, pas un instant il ne la ralentit. La dernière petite arabesque dépouillée de la gangue protectrice, il se lava consciencieusement les mains, avec un savon qui sentait le lait. Avec la même uniformité sereine, il plaça une sauteuse en fonte sur le feu, y versa en pluie les crevettes dénudées. Adroitement, la spatule en bois les circonvenait, ne laissant aux menus croissants aucune échappatoire, les saisissant de tous côtés, les faisant valser sur le gril odorant. Puis du curry. Ni trop ni trop peu. Une poussière sensuelle embellissant de son or exotique le cuivre rosé des crustacés : l'Orient réinventé. Sel, poivre. Il égrena aux ciseaux une branche de coriandre au dessus de la poêlée. Enfin, rapidement, un bouchon de cognac, une allumette ; du récipient jaillit une longue flamme hargneuse, comme un appel ou un cri qu'on libère enfin, soupir déchaîné qui s'éteint aussi vite qu'il s'est élevé.

Sur la table de marbre patientaient une assiette de porcelaine, un verre de cristal, une argenterie superbe et une serviette de lin brodé. Dans l'assiette, il disposa soigneusement, à la cuillère en bois, la moitié des crevettes, le riz auparavant tassé dans un minuscule bol et retourné en une petite coupole joufflue surmontée d'une feuille de menthe. Dans le verre, il se versa généreusement d'un liquide de blé transparent.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Il_voyageIl_voyage   11 avril 2022
La chambre était ouverte ... Quelqu'un sans doute (on n'identifia jamais le coupable), malgré les admonestations en la matière, avait oublié d'en refermer la porte et le chien, auquel il n'est tout de même pas permis de demander de résister sans aide à sa propre nature, en avait tout naturellement conclu que la bûche lui appartenait. Ma mère poussa un cri de désespoir ; l'orfraie, dans la détresse, n'en pousse sûrement pas d'aussi déchirants. Rhett, selon toute probabilité trop alourdi par son larcin pour réagir comme à l'accoutumée, c'est-à-dire en filant entre les jambes pour gagner des contrées plus clémentes, restait là à nous regarder d'un œil dénué d'expression, à côté du plat vide qui avait comblé ses attentes. Vide n'est d'ailleurs pas exactement le mot. Avec une méthodique application, certain de n'être pas dérangé trop tôt, il avait entrepris la bûche de droite à gauche, puis de gauche à droite et ainsi de suite sur toute sa longueur, jusqu'à ce que nous arrivions et qu'il ne reste plus du succulent dessert au beurre doux qu'un mince filament étiré, dont il était bien vain d'espérer que nous puissions le reconvertir à nos assiettes. Tel Pénélope défaisant sur son métier, fil après fil et dans la longueur, une toile pourtant destinée à devenir tapisserie, Rhett avait effectué de ses babines industrieuses une minutieuse navette tissant le plaisir de son estomac de connaisseur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
raynald66raynald66   28 décembre 2013
Surtout il y avait le tilleul. Immense et dévorant, il menaçait d'année en année de submerger la maison de ses ramages tentaculaires qu'elle se refusait obstinément à faire tailler et il était hors de question de discuter la chose.
Aux heures les plus chaudes de l'été, son ombrage importun offrait la plus odorante des tonnelles. Je m'asseyais sur le petit banc de bois vermoulu, contre le tronc, et j'aspirais à grandes goulées avides l'odeur de miel pur et velouté qui s'échappait de ses fleurs d'or pâle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
NadaelNadael   05 février 2010
Sucre, eau, fruit, pulpe, liquide ou solide? La tomate crue, dévorée dans le jardin sitôt récoltée, c'est la corne d'abondance des sensations simples, une cascade qui essaime dans la bouche et en réunit tous les plaisirs. La résistance de la peau tendue, juste un peu, juste assez, le fondant des tissus, de cette liqueur pépineuse qui s'écoule au coin des lèvres et qu'on essuie sans crainte d'en tacher ses doigts, cette petite boule charnue qui déverse en nous des torrents de nature : voilà la tomate, voilà l'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Muriel Barbery (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Muriel Barbery
Payot - Marque Page - Muriel Barbery - Une heure de ferveur
autres livres classés : gastronomieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Muriel Barbery ?

Où Muriel Barbery est-elle née ?

A Alger
A Casablanca
Au Caire
A Marseille

10 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : Muriel BarberyCréer un quiz sur ce livre