AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782385290153
368 pages
Charleston (17/05/2023)
4.07/5   101 notes
Résumé :
Il n'est jamais trop tard pour prendre un nouveau départ

À l’aube de ses cinquante ans, Alice Lambert perd pied. En quittant son mari, elle s’imaginait libre et indépendante, mais elle se retrouve seule, déprimée, avec un job précaire de vendeuse de produits ménagers à domicile. Alors quand son père Max lui propose d’emménager chez lui au 19 bis, boulevard Montmartre pendant ses six mois d’absence, elle n’hésite pas longtemps à troquer son studio de 2... >Voir plus
Que lire après Une folle envie de libertéVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 101 notes
5
14 avis
4
16 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
En commençant ce roman , je ne savais pas trop à quoi m'attendre, j'espérais une comédie légére mais pas idiote, qui me ferait sourire ou rire franchement. Il n'en a rien été, Tonie Behar n'est pas une autrice drôle, son registre étant plutôt le feel-good, mâtiné d'émotions. Et ce n'est pas mon genre préféré car pour que vienne l'émotion, il faut tout de même une certaine profondeur et cette autrice verse beaucoup dans le cliché et la caricature. Trop pour moi (mais pour d'autres, ça le fait...). Mais je salue la performance d'avoir mis en scéne , une héroïne qui frise la cinquantaine, quand pour d'autres auteurs, au-delà de la trentaine , il y a prescription.

Et donc, Alice a quité son chirurgien de mari, son père lui a prêté son appartement parisien pendant quelques mois pour ne pas qu'elle galére financiérement, c'est que la dame n'a jamais travaillé.
Jamais ? faut le dire vite, car elle a été une épouse modéle, prêtant de l'argent à son conjoint afin qu'il réalise son rêve d'ouvrir une clinique , le soutenant, supervisant les travaux d'une vieille ferme, la décorant magnifiquement, s'ocupant du jardin, invitant des amis notables et ayant un fils merveilleux.. Non, Alice n'a pas ménagé sa peine pendant toutes ces années,. On comprend à demi mots qu'il y a un problème avec son mari qui ne lui verse pas d'argent, on comprend aussi qu'Alice est bien coinçée, ce que les femmes de l'immeuble de son père , s'emploieront à modifier, sa demi soeur en tête.. A moins que ce soit Karim, le beau propriétaire de la brasserie d'en bas qui la fasse changer..
Le but de cette lecture étant que la lectrice comprenne, que , non à cinquante ans , on n'est pas fichue ! On peut encore trouver (cocher toutes les cases ..) des amies, l'amour, une carrière professionnelle, et retrouver une famille...

Alors, tout cela part d'une excellente intention, mais c'est dans la manière de narrer cette histoire que je ne me suis pas retrouvée.
Je parle de clichés parce qu'on a la femme coincée (qui ne sort pas sans son serre-tête ), qui va se décoincer grace à une voisine qui vend des sex toys. On a une femme "pas très bien traitée " par son mari , (un notable blanc , bac + 12, très bourgeois ), qui va s'encanailler avec un homme qui n'a pas fait d'études, d'origine arabe, de Marseille, qui fait de la boxe et qui a des muscles bien dessinés parce que lui fait du sport. Un sport viril et populaire, (là où les amis du couple faisaient de l'équitation). On ne pouvait pas faire plus extrême comme grand écart amoureux.
On ne peut pas faire plus extrême , non plus , comme changement chez un personnage, je ne dis pas que ce n'est pas possible, juste que l'autrice passe très vite sur le chemin nécessaire à une telle métamorphose ; il ne suffit pas que de gentilles voisines décident de vous prêter quelques fringues pour que vous soyez à l'aise dedans..
Dans ce genre de romans, les contingences matérielles passent souvent au-dessus de l'auteur, mais là , c'est too much... On a une femme de cinquante ans qui a un job qui lui rapporte des clopinettes, et qui se voit prêter un appart par papa qui comme par hasard sort avec une star de cinéma ( les deux amoureux quittant Paris pour la Californie) . Alors, oui, ça vend du rêve mais c'est too much, et ça ne sonne pas très "normal" ...
De même que la ville de Marseille est présentée de façon trop cliché, c'est soit les gamins d'origine arabe des cités, soit la carte postale des calanques et le quartier de la Pointe rouge en bord de mer.
Le roman est construit avec des allers-retours dans le passé, chacune à la date d'anniversaire du personnage d'Alice, ça c'est une sacrée bonne idée, mais j'ai relevé une faute "historique." : dans les années 90, on ne "pogotait" pas à la boîte de nuit "Les Bains " (douches) - jamais - la clientéle était trop glamour pour ça.

Pour toutes ces raisons, ce roman ne me restera pas en mémoire , même s'il est sympathique et optimiste, mais parfois on demande davantage à un roman..
Commenter  J’apprécie          382
Quel bonheur de retrouver la plume de Tonie Behar et de se retrouver au 19 Bis Boulevard Montmartre, lieu conducteur des romans de l'autrice ; j'ai tout à coup eu l'impression de rentrer d'un long voyage et de me retrouver à la maison, avec des personnages que l'on commence à bien connaître mais surtout des êtres attachants qui semblent faire partie de ma famille.

Bon d'accord, j'ai très envie de vous parler de Max, le chef de clan, le boss, « the Max » un sacré personnage qu'on pourrait détester mais dont on tombe instantanément sous le charme, -même s'il a de nombreux défauts- Tonie le décrit tellement bien que j'ai fini par croire qu'il existait réellement ! mais je m'égare, dans ce roman la vedette c'est Alice, sa fille, celle qu'il a eue avec Annick, un amour éphémère de jeunesse, Annick était très éprise et y croyait mais impossible de mettre l'impétueux Max en cage, -il est libre Max-, c'est Doria sa mère -et grand-mère d'Alice- qui s'est occupée de la petite les week-ends où il en avait la garde et une partie des vacances scolaires. Si Alice a très vite détesté son père qui brillait par son absence et son manque d'engagement, elle a adoré Doria, cette grand-mère solaire au verbe haut qui lui a appris à cuisiner le nuage au chocolat.

Alice a grandi tant bien que mal, à l'ombre d'un père qu'elle aurait aimé voir plus souvent, elle aurait voulu qu'il s'implique, qu'il soit plus attentionné, qu'il l'aime tout simplement et qu'il le lui dise, à la place elle a eu toute l'attention de sa maman, de Doria sa grand-mère et de ses grands-parents maternels Italiens. Quand Max lui a annoncé qu'elle avait une demi-soeur -dont le prénom était le même que celui de sa grand-mère- son monde s'est effondré un peu plus, elle a, d'emblée, détesté cette petite soeur qui semblait accaparer son père qu'elle voyait déjà trop peu. Mais l'heure n'est plus aux regrets ou aux ressentiments, Alice aura bientôt cinquante ans et elle est au bord du gouffre, son mariage vient de voler en éclats, elle n'a plus rien et va devoir se reconstruire et décider du sens qu'elle va donner à sa nouvelle vie.

C'est dans cette renaissance que Tonie Behar nous embarque, jonglant habilement entre passé et présent et c'est un délice de découvrir l'héroïne du roman, son enfance, ses choix, son parcours, tout ce qu'elle a osé faire et tout ce qu'elle a laissé de coté. J'avoue qu'au début elle m'agace un peu, imaginez, elle ose critiquer Max qui est mon personnage favori de cette série des grands boulevards ! mais bien vite je l'écoute, apprend à la connaître et la comprend. Alice a un parcours un peu atypique, borderline parfois, mais tel le chat, elle retombe sur ses pattes et finit par épouser un brillant chirurgien qui répond au doux prénom d'Eric et que je déteste tout de suite. Alice a du y croire aussi à cette belle histoire d'amour qui se profile, effectivement elle aura tout pour être heureuse, une belle maison, des voyages, du luxe, un fils qu'elle couve tendrement (il ne faudrait surtout pas reproduire les erreurs de Max) mais tout ça ce ne sont que des apparences, Alice est-elle vraiment épanouie, est-elle vraiment celle qu'elle voulait être ? Pour Eric elle a arrêté ses études d'avocat, elle était pourtant brillante, quel dommage !

Quelques valises et voilà qu'Alice se retrouve chez Max, il lui a gentiment prêté son appartement, il part à Malibu avec Sacha, ils ont décidé de vivre six mois là bas et six mois à Paris. Si Alice sombre dans la mélancolie, les regrets, la déprime, le 19 Bis Boulevard Montmartre se réveille et ses habitants ne comptent pas laisser tomber la future quinqua, au contraire, les femmes, avec, au premier rang sa petite soeur Doria, vont vite lui venir en aide et l'aider à se relever. La sororité est en route mais pas que, dans cet immeuble mythique des romans de Tonie, il y a un quinqua qui n'a jamais oublié Alice et qui pourrait bien rallumer une petite flamme en veilleuse depuis longtemps !

Quel bonheur mais quel bonheur, ce roman se savoure, c'est un pur délice et alors je ne vous parle pas du nuage au chocolat dont Tonie a pris soin de mettre la recette à la fin du livre, je ne l'ai pas encore testée mais ça ne saurait tarder.

Un nouveau coup de coeur en ce qui me concerne parce que tous les ingrédients sont là. Il y a cette sororité qui fait rêver, il y a cette peur d'un âge qui semble charnière pour la femme ; Tonie nous montre tout de suite à quel point ce n'est qu'une image et qu'à 50 ans la vie d'une femme n'est pas terminée, au contraire, pour certaines c'est une renaissance, une nouvelle vie qui commence et une autre forme de liberté. Il y a de belles leçons de vie, de l'amour, de l'amitié, et de l'espoir. C'est une ode à la vie, ça brille, ça pétille, rien n'est impossible si l'on suit son coeur et ses envies, je crois qu'Alice a finit par le comprendre, à l'aube de ses cinquante ans elle ne s'interdit rien et ça lui va si bien !

J'ai passé un merveilleux moment de lecture, -trop court à mon gout- parce que le livre se révèle bien vite addictif. Petit clin d'oeil à la couverture que je trouve trop jolie et qui reflète parfaitement cette liberté du roman. Un immense merci à l'auteure pour ce voyage grisant et plein d'émotions, je conseille ce roman aux femmes qui ont peur d'aborder ce demi siècle, j'ai envie de leur dire de foncer, que c'est une seconde partie de vie qui sera différente de la première, que rien se sera pareil, que c'est une continuité différente mais tellement riche parce qu'on a muri et qu'on ne voit plus les choses de la même façon. L'âge est un privilège que tout le monde n'a pas, alors croquons la vie tant que nous le pouvons !
Lien : https://jaimelivresblog.word..
Commenter  J’apprécie          10
Quel bonheur de retrouver la famille Dahan, j'ai adoré retrouver tous les personnages du livre que j'avais tant aimé. Un peu comme dans le précédent livre, Max, Sacha, Doria…

Dans cette histoire, nous retraçons la vie d'Alice, de sa naissance, à ses cinquante ans. J'ai adoré me promener à travers les époques aux côtés d'Alice.

D'ailleurs, nous suivons Alice, toujours à la même date, ou presque, celle de son anniversaire, à différents moments de sa vie. Adolescente rebelle, qui rencontre son prince charmant, un futur médecin qui la met à l'abri du besoin et lui offre un enfant, des vacances, du luxe… Mais à quel prix…

J'ai beaucoup aimé le personnage d'Alice, elle m'a beaucoup touché, elle est perdue, avec ses grands-parents maternels qui ne font que lui dire qu'elle est mal partie dans la vie, parce que ses parents ne sont pas mariés. Elle partage sa chambre avec sa mère, chez ses grands-parents et va chez son père, ou plutôt sa grand-mère un week-end sur deux. Elle a un manque d'attention vis-à-vis de ce père, qui vit la nuit et ramène différentes femmes à chaque fois. Arrivée à l'adolescence, la perte de sa grand-mère paternelle et l'arrivée d'une demi-soeur de quatre dans sa vie, c'est la goutte d'eau. Alice va commencer à boire, fumer, se droguer à outrance. Fan de Madonna, au style grunge, rebelle, c'est cette Alice là que j'ai préféré. J'ai détesté Alice Lambert, cette femme sous la coupe de son mari, où il n'y a pas de liberté, où l'argent est la priorité. Cette Alice avec ses cheveux aux carrés, son serre-tête et ses habits classiques, j'ai eu envie de la secouer. J'ai détesté son mari, à chacune de ses apparitions dans l'histoire, j'ai eu des envies de meurtre, il est exécrable, prend Alice de haut, n'hésite pas à l'humilier, bref une ordure.

Mais le jour où elle décide de quitter son mari et son cocon, elle évolue vraiment, même si le début est compliqué, dans son petit studio et avec sa solitude, en quittant son mari, ses « amies » lui ont également tourné le dos. Seule reste Sandrine, son amie marseillaise avec qui elle passait ses étés quand elle était jeune. Son évolution est vraiment chouette, elle s'est perdue, mais elle a très envie de se retrouver. Et c'est grâce à ses nouvelles connaissances qu'elle va pouvoir enfin découvrir la vraie Alice Dahan.

J'ai aimé que ce soit une héroïne de cet âge qui soit au centre de cette histoire, Alice se croit trop vieille pour entreprendre des choses que ce soit dans sa vie perso ou pro. Mais elle va découvrir qu'il n'est jamais trop tard pour réaliser ses rêves.

J'ai aussi beaucoup aimé le personnage de Karim, même si on ne le voit pas beaucoup, les parties de son passé, m'ont beaucoup touché. Un petit plus dans cette histoire aux allures plutôt féminines.

L'auteure aborde beaucoup de choses dans son histoire, elle parle de la ménopause par exemple, sujet plutôt tabou que je n'avais encore jamais retrouvé dans une lecture. Elle aborde aussi les relations familiales, les rêves, la liberté, les femmes en général.

Pendant toute ma lecture, j'ai été complètement embarquée dans l'histoire, les pages ont défilé sans que je ne m'en rende compte. C'est donc une confirmation pour moi que je suis définitivement fan de la plume de Tonie Behar. Pendant toute ma lecture, les mots de l'autrice m'ont parlé, elle m'a donné envie de croire que tout est possible, peu importe notre âge.

Une bulle de bonheur, de douceur, une histoire de recommencement, de renouveau. de très jolis messages distillés au fil des pages. Une histoire de femmes, de sororité, d'entraide, une belle plume, douce et addictive. Un livre qui remonte le temps, nous plonge dans les décennies passées, une balade entre Paris, Marseille et la Méditerranée. Un livre qui fait réfléchir, qui nous donne envie d'oser, qui nous donne envie de réaliser nos rêves, qui nous donne une folle envie de liberté


Lien : https://rowenabookine.com/20..
Commenter  J’apprécie          20
💫UNE FOLLE ENVIE DE LIBERTÉ 💫

✒️@toniebehar
📚@editionscharleston
359 pages
💫💫💫💫💫/5

Hello #bookstagram

Un retour en toute liberté sur ce magnifique roman.

Je découvre là, la plume de l'autrice (Booking faux pas..je sais, mais il y a tant de livres à lire)😜

J'ai aimé partager la vie d'Alice, au travers les années de son enfance en passant par son adolescence rebelle, à sa situation bien rangée dans une relation assez plan-plan et ce courage de mettre un hola à tout cela et repartir de zéro.

C'est risqué, mais elle à prit cette décision... où l'a mènera t-elle?

A l'approche de la cinquantaine, des bilans se font sur ce que l'on à fait, que l'ont aurait aimé faire, mais pour XouY raison ce fût mis aux oubliettes .

Vivre avec des regrets, des non-dits, il n'y a rien de sain et son épanouissement personnel en prend un coup.

Cinquante ans, pour beaucoup de "jeunes" c'est vieux...mais non cinquante ans ça n'est rien ( bon ok il me reste en 8 ans avant de les avoir, mais il y a encore tant de possibilités, de choses à vivre, de nouvelles expériences, de rencontres.

J'ai vraiment aimé le sujet abordé par l'autrice, cette vision bien réelle de la vie qui nous concerne, concernera tous....

Comme le chantait les neg' marrons" "on fait l'bilan calmement en se remémorant chaque instant"...( Ouiii j'ai des références 😄👍, si tu ne connais pas jeune padawan...je te le mettrais en story😜)

Les histoires de familles, les secrets, les questionnements, la sororité, la solidarité, l'ouverture d'esprit et de coeur sont tant de sujets abordés délicatement par l'autrice.

Les personnes sont également très attachants et chacun à un rôle bien particulier dans la vie d'Alice.

Évidemment j'ai découvert que le roman "on n'empêche pas une étoile de briller" dépeint l'histoire de Max et Sacha... personnages importants dans ce roman ...je vais remédier fissa à cette boulette.

Bref ce livre est un coup ❤️ pour moi.
Un très bon moment de passer et David Bowie ❤️😎.

Merci à vous pour ce magnifique ouvrage,le titre du roman est juste parfait, tout comme la couverture que je trouve magnifique.
J'ai adoré votre univers, et j'ai du retard sur vos ouvrages à rattraper😉
Commenter  J’apprécie          00
SORORITÉ ✨️

Après un mariage avec un chirurgien reconnu, une belle et grande maison et des enfants, Alice décide d'envoyer valser sa vie en divorcant. À l'aube de ses 50 ans, elle se sent démunie... Et malgré leurs différents de toujours, son père lui propose de vivre dans son appartement sur les grands boulevards pendant son absence. de retrouvailles en nouvelles rencontres, une nouvelle vie va lui tendre les bras...

Après mon coup de coeur pour "On n'empêche pas une étoile de briller", quel bonheur de retrouver la plume de Tonie Behar et les habitants du 19bis boulevard Montmartre !
Dans cet opus, on plonge dans la vie d'Alice, la fille de Max Dahan. Ses souvenirs d'adolescence, sa rencontre avec celui qui deviendra son mari, ses désillusions aussi. On réalise que le bonheur apparent d'autrui n'est parfois qu'un véritable écran de fumée...

L'accomplissement de soi est au coeur de ce récit entre passé et présent qui aborde des sujets parfois tabous. Alice, la quinquagénaire est en pleine reconstruction et va peu à peu apprendre à faire d'elle même son unique priorité. Parce qu'il n'est jamais trop tard pour réaliser ses rêves, quel que soit notre âge, laissons nous gagner par Une folle envie de liberté !

Une lecture légère que j'ai vécue comme une chouette parenthèse et une plume pétillante qui m'a embarquée. Hâte de retourner au 19bis boulevard Montmartre ! 🥰

& vous, vous aimez Tonie Behar? 📖✨️
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Tu sais, les femmes s'adaptent bien mieux au changement que les hommes, lança Manuela. Notre corps se modifie en permanence. D'abord à l'adolescence, mais aussi tous les mois avec nos règles, puis avec les maternités, puis à la ménopause... On nous a appris à en avoir honte, alors que c'est notre force. On sait s'adapter. Le changement, c'est notre truc !
Commenter  J’apprécie          00
Pourtant, comme il gagne plus, il continue à croire que son job est plus important que le mien, et se décharge sur moi dès qu'il peut.
Commenter  J’apprécie          00
𝑪’𝒆𝒔𝒕 𝒇𝒐𝒖 𝒄𝒐𝒎𝒎𝒆 𝒋𝒆 𝒎𝒆 𝒔𝒖𝒊𝒔 𝒔𝒆𝒏𝒕𝒊𝒆 𝒎𝒊𝒆𝒖𝒙 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒎𝒂 𝒗𝒊𝒆 𝒂𝒑𝒓𝒆̀𝒔 𝒂𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒅𝒆́𝒄𝒐𝒖𝒗𝒆𝒓𝒕 𝒍𝒂 𝒗𝒆́𝒓𝒊𝒕𝒆́. 𝑰𝒍𝒔 𝒂𝒖𝒓𝒂𝒊𝒆𝒏𝒕 𝒒𝒖𝒂𝒏𝒅 𝒎𝒆̂𝒎𝒆 𝒅𝒖̂ 𝒎𝒆 𝒍𝒆 𝒅𝒊𝒓𝒆 𝒃𝒊𝒆𝒏 𝒂𝒗𝒂𝒏𝒕 !
Commenter  J’apprécie          30
Ce jour maudit, Kevin, son ami, son poto, son frère, était mort d'une balle en plein coeur, tué par un gamin qui avait grandi comme lui dans les quartiers Nord, qui avait sans doute eu le même parcours scolaire, s'était baigné dans les mêmes calanques, soutenait la même équipe de foot et s'était engagé dans le même trafic sanglant en imaginant s'en sortir.
Commenter  J’apprécie          90
L'album Space Odity de David Bowie tournant sur la platine la faisait agréablement planer.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Tonie Behar (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tonie Behar
Le nouveau roman de Tonie Behar, "On n'empêche pas une étoile de briller" sera disponible le 20 avril en librairie et en ebook.
Plus d'informations https://bit.ly/onnempechepasuneetoiledebriller
Pour vous procurer le livre : - Notre site : https://www.editionsleduc.com/produit/2820/9782368128145 - Fnac : https://livre.fnac.com/a16434009 - Amazon : https://www.amazon.fr/dp/236812814X - Cultura : https://www.cultura.com/p-on-n-empeche-pas-une-etoile-de-briller-4127873.html
Retrouvez-nous sur et sur les réseaux sociaux : - Instagram : https://www.instagram.com/lillycharleston/ - Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston - Twitter : https://twitter.com/LillyCharleston - LinkedIn : https://www.linkedin.com/showcase/editions-charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : divorceVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (386) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
5191 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..