AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rosine Fitzgerald (Traducteur)
EAN : 9782070426317
281 pages
Éditeur : Gallimard (10/12/2002)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Cora, Brand et Tony étaient vraiment des malfrats pas comme les autres. Ils avaient décidé un hold-up plutôt hardi, au 49e étage d'une Tour et, pour le réussir, se métamorphosèrent en loups, en chauves-souris, en courants d'air. En guise de protection, ils avaient... leurs dents. Elles leur servaient aussi à s'abreuver d'un certain liquide rouge qui n'était pas du vin. Vous me suivez ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Sauveterre
  20 février 2013
Policier ? Humour ? Fantastique ? Érotisme ? Ce roman défie les genres, ignore les catégories, se rit des étiquettes, il aurait pu être écrit par un Westlake sous cocaïne, un Boris Vian survolté, un Jerome Charyn mâtiné d'Edgar Poe, une Anne Rice moins guindée, un Bram Stoker qui aurait trop vu "Ocean Eleven".
C'est un livre baroque, surréaliste, expressionniste et déjanté, un récit totalement irracontable et impossible à résumer. Pour le connaître, un seul moyen : lisez-le ! Vous ne serez pas déçu du voyage.
Il y a même de fortes chances pour que vous n'en ressortiez pas indemne : ses lecteurs en sont... mordus.
Commenter  J’apprécie          510
Pecosa
  10 juillet 2013
Après deux romans pénibles sur les vampires, rien de tel qu'une énième relecture de l'inclassable Vierge de glace pour retrouver le goût de l'étrange.
Trois malfrats, Cora, Brand et Tony s'apprêtent à braquer le cercle de jeu de Cesare Argoli le Jeune au 49ème étage d'une tour. Difficile? Pas vraiment lorsque l'on est un vampire capable de se métamorphoser. Inutile donc de prendre l'escalier lorsque l'on peut s'envoler sous la forme d'une chauve-souris, on prend l'oseille et on se tire. Mais voilà, rien ne se passe comme prévu.
A partir de ces thèmes maintes fois rebattus -immortalité, métamorphose, monstruosité-, Behm utilise tous les ingrédients classiques nécessaires à la préparation de la sauce vampirique -ail, miroir, cercueils, etc...- mais ajoute sa petite touche personnelle, celle qui donne une saveur unique à ses romans. Son imagination débridée ne connaît aucune limite et il s'affranchit de tous les codes pour notre plus grand bonheur.
A la trappe donc les vieillards cacochymes s'abreuvant du sang des jeunes vierges et les improbables puceaux centenaires qui demandent la permission avant de grignoter une veine. Avec Behm, le vampire est au sommet de la chaîne alimentaire (du moins jusqu'au lever du jour) et il le sait: "En ce qui la concernait , les êtres humains -amants ou aliments- étaient complètement asexués; elle ne voyait en eux qu'un troupeau d'esclaves dont la seule raison d'être était de satisfaire ses appétits." L'immortalité et la solitude font perdre à la créature sa capacité d'empathie pour la race humaine. le buffet est servi et c'est à volonté. "S'ils saignent d'abondance, je m'en fous plein la panse.", déclare un fin gourmet.
Ici trivialité et raffinement vont de paire car Marc Behm met en lumière ce que la plupart des autres romanciers omettent de dire, que l'immortalité, c'est avant tout la connaissance. Qu'un vampire né en 1148, qui a côtoyé Aliénor d'Aquitaine ou Robin des Bois, a emmagasiné une quantité considérable d'informations qui le distingueront toujours du commun des mortels: "Pendant mon séjour dans la forêt de Sherwood j'avais étudié la littérature, le latin, l'arithmétique l'astronomie, la métaphysique, l'héraldique, la botanique et bien d'autres sciences encore.! Je ne vous l'avais pas dit? le fait est que toute mon existence est une quête incessante de savoir! et ça l'est toujours d'ailleurs..."
Dans La vierge de glace, les immortels boivent du Clos-Vougeot et dissertent sur le thème de l'argent chez Balzac et Zola entre deux agressions. Ces contradictions détonnantes font des relectures de ce roman un plaisir sans cesse renouvelé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
Witchblade
  17 juillet 2019
Livre lu en lecture commune avec Juten-doji et à l'occasion de ma pioche de Juillet. J'avais récupéré ce livre dans une brocante l'an dernier car le résumé m'avait intrigué. Il a suffi de mettre quelques exigences bizarres pour le voir sortir plus rapidement que prévu de ma PAL.
Dès les premières pages, ça a été « Mais c'est quoi ce livre ? ». Ça part dans tous les sens et moi qui m'attendait à trouver un polar, j'ai été agréablement surprise par le style de l'auteur. Je n'ai, par contre, pas forcément retenu tous les détails des « biographies » mais elles mettent facilement dans l'ambiance de ce roman. La mise en place des deux personnages est extrêmement longue mais en même temps, on n'a pas vraiment le temps de s'ennuyer car ils ont vécu beaucoup d'aventures ensemble ou séparément et c'est raconté avec un certain humour. Les pages défilent ainsi toutes seules. À l'arrivée du 3ème larron, nous avons droit à un long cours d'histoire car il est nettement plus vieux que les deux autres. J'ai adoré l'humour et le style de l'auteur, ça se lit tout seul, comme un bonbon qu'on suçote pour le plaisir. le vieux Brand est un sacré phénomène à côté des deux autres. Il est plus porté sur le sexe qu'autre chose et Cora a besoin de plus d'une répartie pour qu'il lui fiche la paix. L'auteur a vraiment imaginé le casse le plus rocambolesque qui puisse exister, certains passages étaient très drôles. C'est vraiment le casse le plus improbable qui soit. On n'a pas le temps de s'ennuyer de bout en bout, j'ai quand même préféré la présentation des personnages à la cavale qui n'en finit pas. L'éditeur parle de ce roman comme étant le premier tome d'une série mais en vérifiant sur Babelio, je n'ai pas retrouvé les mêmes personnages. Un peu dommage car j'ai vraiment très apprécié ce trio hors norme et bien campé dans leurs personnages.
Comme vous l'aurez compris, ça a été une excellente découverte pour ce roman et son auteur. Je suis bien d'accord avec la 4ème de couverture, à savoir que l'auteur fait preuve d'une imagination aussi délirante que décapante, aussi bien en matière de roman noir que de vampires. Si vous êtes amateurs de roman noir sortant de l'ordinaire, je vous conseille très fortement de découvrir ce roman. Pour ma part, j'en achèterai sans doute d'autres de cet auteur tant j'ai apprécié son humour noir et son style.Je remercie donc Juten-doji pour cette excellente pioche, dont certains passages m'ont fait beaucoup penser aux situations rocambolesques d'Arto Paasilinna.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
iz43
  22 octobre 2019
Choisi complètement par hasard pour répondre à l item un signe astrologique dans le titre du challenge multi défis 2019.
Je n avais donc pas la moindre idée de ce qui m attendait et les premières pages me plongeaient un peu dans le désarroi. Mais pas pour longtemps .
Roman complètement loufoque déjanté, avec des situations cocasses et délirantes.
Cora et Tony sont deux jeunes vampires ( environ 150 ans) qui rencontrent les mêmes problèmes que nous pauvres mortels: des problèmes de tune, de blé, d oseille. Et oui, CORA n arrive plus à payer son loyer, Tony squatte dans un garage. Cora imagine alors une solution : braquer le cercle de jeu où elle travaille. Pour cela, ils font appel à un vieux vampire Brand qui connaît toutes les astuces et les ficelles du vampire: se changer en chauve souris, en loup ou en brume. Je me suis cru dans un Quentin Tarantino ( pour le côté déjanté ).
Ce roman est inclassable. C est osé, drôle, complètement loufoque.
J ai adoré .
Commenter  J’apprécie          312
Ambages
  08 juillet 2019
Un polar avec des vampires, je me suis régalée.
Trois compères, vampires de leur état, décident du casse du siècle histoire de se mettre au vert, ou plus exactement au noir en achetant une fabuleuse demeure qui leur permettra de dormir tranquillement dans leurs cercueils.
La vierge de glace, femme fatale qui adore la roulette, Tony le vagabond charmeur et Brand l'ancien, forment une équipe très drôle.
La construction du roman est super bien ficelée, chacun des personnages arrivant à son rythme et suivant sa personnalité (bien trempée pour chacun), on suit avec bonheur leurs diverses aventures ou mésaventures (pas toujours facile la vie de vampire, d'autant qu'elle dure, qu'elle dure… si longtemps. Il faut composer avec le temps humain et ce n'est pas toujours facile).
Commenter  J’apprécie          316

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   09 janvier 2013
Assis dans un égout, se prélassant dans un amas de fange, le monstre se rappelait la forêt.
La forêt, les lacs les sauvages…
Enfer et damnation ! Cela remontait si loin, loin, loin dans le passé !
Les Mohawks, les Oneidas, les Senecas…
Il fronça les sourcils. Pourquoi ? Pourquoi pensait-il ces pensées indiennes. Ses yeux de renard brillèrent quand il regarda autour de lui. Pourquoi ?
Il était puant, abominable, sa barbe et ses cheveux lui arrivaient à la taille, son pardessus vétuste était visqueux de vase.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Xian_MoriartyXian_Moriarty   27 septembre 2014
-[...]Que votre cul est impudique, ma chère Cora ! (Il lui caressa les hanches.) Il me trouble. Vous permettez que je vous sodomise ? Cela prendra deux seconde et ça me calmera.
-Non, merci, Brand. (Elle se dégagea de ses mains poisseuses.) Je n'ai pas envie. D'ailleurs, votre truc monstrueux ne pourrait pas entrer.
Commenter  J’apprécie          50
Xian_MoriartyXian_Moriarty   27 septembre 2014
-Nom d'un chiant ! Qu'est-ce que tu as ? Tu es bourré ?
-Ôte-toi de là ! Je vais vomir !
Il le fit.
Commenter  J’apprécie          70
lehibooklehibook   28 octobre 2019
Elle regarda attentivement cette matraque .Non , impossible.Mais si, c'était sa gigantesque bite ;
Elle voulut fuir, ne put bouger.Elle n'était plus qu'un bloc de chair de poule.
Il s'approcha lourdement, son organe éléphantesque pointé vers elle comme un obélisque tendu , dégoulinant.
Elle eut un sourire un peu bête .
-Votre braguette n'est pas fermée,dit-elle.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Marc Behm (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Behm
Chasing, Marc Behm
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16632 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre