AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070396733
208 pages
Gallimard (02/09/2010)
3.11/5   27 notes
Résumé :
D’un bout à l’autre de l’univers, les vaillants gardes-pêche de l’Unité livrent une guerre sans merci aux braconniers pilleurs d’océans. Xhan était l’un des meilleurs. Mais le voici mis d’office à la retraite, et sa vie perd tout son sens… Un jour, pourtant, un inconnu lui parle d’un poisson non répertorié, d’une taille dépassant toutes les créatures connues ou même imaginables, vivant sur une planète sauvage qui ne figure sur aucune carte : Canisse. Xhan ressent un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,11

sur 27 notes
5
0 avis
4
3 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
1 avis

finitysend
  08 février 2016
N'écrit pas de la science-fiction qui veut apparemment , enfin c'est mon humble avis misérable et prétentieux …
Je ne connais pas bien l'auteur , mais il me fait l'effet ( présomptueux sans doute ) d'être sans réelle culture de SF , en tous cas , une culture étant intimement ressentie et intimement opératoire dans un processus créatif personnel .
En tous cas il n'est certainement pas tombé dedans quand il était petit …
L'auteur ici , qui écrit bien , décrit un univers qui même s'il est crédible d'un point de vue romanesque , n'est finalement que prétexte malgré un effort créatif indéniable .
La recette est bonne , mais l'oeuvre est ratée . Cela fait un peu : j'ai suivi la recette.
Je précise que la caractérisation est bonne , mais elle donne aussi l'impression de plafonner ( c'est désagréable ) .
Tous les ingrédients sont là , mais sinon c'est raté , assez factice , pour ce qui est du ressentis du lecteur amateur de ce genre très codé finalement .
Ce livre ferait cependant et surement , une assez bonne lecture jeunesse à mon humble avis .
C'est un roman d'aventure sur un monde principalement océan.
Avec mystère , gardien du temple à la motivation aux ressorts ambigus , aventure et braconnage ...
En conclusion , je dirais que tous cela fait assez appliqué comme travail .
C'est curieux , c'est un bon texte ( sur la forme ) mais qui n'a pas véritablement une âme , pas plus qu'il n'aurait du gout d'ailleurs .
L'univers affiche une dimension bien apprêtée , un peu comme « : les beaux habits du dimanche , naguère » …
Le lecteur suit le personnage principal à vie en péril et fragile.
Un être touchant qui arpente depuis peu une existence largement dénuée de sens , et qui est lancé par l'auteur , à la poursuite d'un hypothétique animal marin ( un grand poisson ) , que je qualifierais de monstre marin classique d'un point de vue fonctionnel …
Le héros qui a du temps contre son grés se lance dans cette recherche en tentant de damer le pion à des contrebandiers …
Finalement la SF c'est peut-être comme le piano , il faut commencer jeune .
Sourires …
Ps : je précise que c'est un court roman .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Spilett
  16 décembre 2010
Olivier Bleys est connu pour ses romans et ses biographies, il a reçu plusieurs prix dont le prix François Mauriac de l'Académie Française. Voir un jeune écrivain prometteur s'immiscer dans le monde sclérosé (actuellement) de la SF française est une bonne nouvelle. Cerise sur le gâteau, la quatrième de couverture fait référence à un grand de la SF américaine: Jack Vance.
Un garde-pêche à la retraite va partir aux confins de l'univers connu pour voir de ses propres yeux un animal prodigieux: "le mégathalos" qui n'est pas référencé dans sa bible "Le guide Outre-Monde des Chasses et des Pêches".
L'écriture de ce court roman est fluide et très agréable, malheureusement ce n'est pas suffisant pour faire un bon livre. le monde de Canisse n'est que partiellement développé, on en perçoit quelques bribes; pourtant les humains vivant sur cette planète on développé une culture originale, ainsi que des stratégies de défense particulières contre la rigueur des lieux,... Très vite, trop vite, surviennent l'épisode de la chasse et la révélation finale.
Je ne suis pas convaincu par ce roman mais gageons qu'Olivier Bleys est capable d'une SF plus ambitieuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mauriceandre
  12 juillet 2020
Salut les Babelionautes
J'ai mis plus de six jours pour lire ce court roman d'Olivier Bleys, simplement par ce que j'ai repris le boulot en intérim.
Malgré un bon début, avec un personnage que l'on trouve sympathique, le récit que nous a concocté L Auteur ne m'a pas emballé.
Donc on va suivre Xhan, Gardes Pêches Sidéral mis a la retraite pour cause de maladie, dans sa quête d'un poisson mythique.
Canisse est une Planète Océan, avec très peu de terre émergées et un Peuple d'îliens tentant de survivre.
Mais Canisse attire les Braconniers Spatial car ses Océans abrite le " mégathalos", gigantesque poisson ou cétacé, cela reste encore une énigme.
Xhan, qui dans sa carrière a côtoyé toutes les Mers de l'Univers connu ne veut pas mourir sans le voir de ses yeux.
Mais se rendre sur Canisse est difficile, car elle se trouve en dehors de la sphère spatiale connue.
C'est dommage, mais je n'ai pas gobé l'appât au bout de la ligne de Xhan, sans parler de la fin qui est pour moi incompréhensible.
Espérons qu'Olivier Bleys, si l'envie lui prend de continuer dans la SF, nous offre autre chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
celosie77
  25 janvier 2018
Canisse est une planète mystérieuse de l'Outre-Monde, quasi entièrement recouverte d'océans. Elle attire de nombreux braconniers, qui la convoitent pour ses coquillons, mais aussi pour ses mégathalos, des poissons aux dimensions vertigineuses. Mais seuls quelques pilotes expérimentés des Grandes Lignes savent s'y rendre. Alors, lorsque Xhan, ancien garde-pêche intergalactique, rencontre l'un d'eux, et qu'en plus, celui-ci lui offre de l'y conduire, Xhan ne réfléchit pas longtemps, d'autant que sa santé se détériore et que c'est sans doute sa dernière chance. le voici donc avec son compagnon Moox en route vers Canisse. le voyage se déroule sans encombre, mais c'est sur place que les déboires commencent. La planète est très inhospitalière, la mer y a la fâcheuse particularité de devenir cycliquement acide, les braconniers sont des barbares mal dégrossis et les autochtones de pauvres indigènes faméliques à la merci des tempêtes et des bêtes sauvages. Mais Xhan n'a pas fait tout ce voyage pour rien, et il partira à la recherche des mégathalos, quoi qu'il lui en coûte.
Au début j'ai vraiment bien aimé ce roman au vocabulaire travaillé, à l'écriture agréable, à l'univers onirique et parfois poétique et je me suis laissée entraînée dans cette histoire, à travers les océans de l'Univers.
Mais au fur et à mesure de ma lecture, mon intérêt a chuté. Je m'attendais à plus de péripéties sur Canisse où il ne se passe finalement presque rien, et j'ai eu l'impression que l'auteur avait ouvert plusieurs pistes sans parvenir à en creuser vraiment aucune.
Quant à la fin de l'histoire, elle m'a achevée : bâclée et sans aucun intérêt, on regrette d'avoir fait tout ce chemin à travers les galaxies pour en arriver là !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Arutha
  20 septembre 2016
La première impression que j'ai eue en lisant ce livre, impression qui a duré jusqu'à la fin, c'était de lire un nouvel épisode de la saga des Princes-Démons de Jack Vance. Dans la forme s'entend, pas dans le fond. L'histoire que nous raconte ici Olivier Bleys n'a rien à voir avec les aventures de Kirth Gersen. En revanche, les ambiances y sont les mêmes. Cette façon par exemple qu'ont les personnages de prendre leur vaisseau spatial pour se rendre sur telle ou telle planète, comme nous, nous prenons notre voiture pour aller dans telle ou telle ville, nous rappelle immanquablement les récits de Vance. Et Outre-Monde, cette partie de l'univers colonisé mais vivant en dehors des lois rappelle, nécessairement, l'Au-Delà de Vance. D'une façon plus générale, les récits de l'un comme de l'autre suggère un space-opera intimiste. Bel oxymore. Dans un cas comme dans l'autre, ce qui intéresse l'auteur, c'est bien plus l'individu que la multitude.
Sauf que, et c'est là que le bât blesse, l'auteur français n'a pas l'humour de l'auteur américain (du moins dans ce livre) et n'a surtout pas son sens, il est vrai inégalable, du récit. Il n'a pas sa folie.
Je n'ai pas trouvé non plus les personnages très attachants. Ils ne sont pas assez développés à mon goût et perdent par conséquent beaucoup de consistance. L'histoire aurait pu être très originale mais manque, elle aussi, de développement. Et si, tout simplement, ce roman était trop peu épais (205 pages) ? un comble de dire ça pour moi qui proclame ma lassitude des pavés. Même l'étude des Canissiens, qui n'est pourtant pas sommaire manque tout de même, là encore en comparaison avec ce que nous fait l'ami Jack, de profondeur.
Quant à la fin, j'avoue n'y avoir pas tout compris. Comme si, par hâte d'en finir, l'auteur nous balançait une conclusion vite fait, sans souci de vraisemblance ou de crédibilité.
Il n'en est pas moins vrai que le livre se lit facilement et non sans plaisir. Il ne figurera juste pas dans mon Panthéon personnel. Mais ça n'est pas bien grave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
finitysendfinitysend   14 avril 2013
Ce qui paraît de l'eau, n'est pas de l'eau, mais un fluide corrosif dont l'acidité culmine pendant la quatrième éclipse, celle d'Isakar , tous les dix jours environ .
Commenter  J’apprécie          210
KichigaiKichigai   30 octobre 2019
[ … ] Nous veuillons par exemple à retirer de la circu-
lation les employés inaptes, malades ou affaiblis,
ceux entre autres qu'atteint la limite d'âge.
Vous en conviendrez, il n'y aurait aucun sens à
maintenir en vie, pour sa seule convenance per-
sonnelle, un agent qui ne remplirait plus la mis-
sion pour laquelle il a été conçu. [ … ]

p. 184
Commenter  J’apprécie          00
VanceVance   13 octobre 2010
Quand je vois les tourments qu’endurent les mâles entiers dans leur union à l’autre sexe, je réfléchis que manquer d’un pénis n’est pas sans avantage !
Commenter  J’apprécie          10
VanceVance   13 octobre 2010
Il avait entendu dire qu’en rationnant leur souffle, les guerriers aiguisaient leur courage – et, d’ailleurs, les amants leur plaisir.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Olivier Bleys (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Bleys
Dorothée Cunéo, directrice des éditions Denoël, ainsi que les trois auteurs de notre rentrée littéraire ont le plaisir de vous présenter les titres qui paraîtront le 19 août prochain : À trop aimer d'Alissa Wenz, Mon nom était écrit sur l'eau d'Olivier Bleys et Fin de combat de Karl Ove Knausgaard.
Les extraits de Karl Ove Knausgaard proviennent des interviews suivantes sur la BBC : https://www.youtube.com/watch?v=w0xXuGbaXRc et sur Louisiana Channel : https://www.youtube.com/watch?v=4qsfSeuT-4w
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3810 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre