AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234052750
Éditeur : Stock (01/09/2000)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 67 notes)
Résumé :


"De mère française. De père algérien. Je sais les odeurs, les sons, les couleurs. C'est une richesse. C'est une pauvreté. Ne pas choisir c'est être dans l'errance. Mon visage algérien. Ma voix française. J'ai l'ombre de ma lumière."

Entre ce père algérois et cette mère bretonne, le fruit d'un amour contesté : une fille qui cherche sa place, ici, là. D'une nationalité à l'autre, d'une identité à l'autre, d'un sexe à l'autre.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
andras
  07 novembre 2017
J'ai beaucoup aimé ce premier livre de Nina Bouraoui qu'il m'est donné de lire. Dans la première partie du livre, Nina (abréviation de Yasmina) vit avec sa famille en Algérie, près d'Alger. On devine qu'elle a entre 12 et 15 ans. On est une dizaine d'années après l'indépendance de l'Algérie. Son père, Rachid, est algérien, il a fait de hautes études en France et travaille désormais pour le compte d'organismes internationaux ce qui l'amène à voyager très souvent. Nina vit donc le plus souvent avec sa mère, Maryvonne ou "Méré", bretonne (Rachid et Méré se sont connus à l'Université de Rennes), sa soeur qui a quelques années de plus qu'elle et sa grand-mère paternelle. Elle fréquente le lycée français et ne connait que quelques rudiments d'arabe. En dépit de cela et de sa difficulté à s'intégrer car perçue comme étrangère par les autochtones, elle éprouve un amour viscéral pour ce pays, pour ses paysages, la mer, les plongeons depuis un rocher sur la plage et pour Amine, son ami, qui symbolise à lui seul tout cela. Dans la deuxième partie du livre, l'auteur nous raconte des vacances en Bretagne chez ses grands-parents avec sa soeur et plusieurs cousins. Certes elle aime ces vacances, mais elle lui font aussi ressentir qu'une partie d'elle est en Algérie et qu'elle ne peut partager cela avec ses cousins français.
A cette thématique d'une identité culturelle déchirée entre les deux rives de la Méditerranée, se superpose pour Nina Bouraoui une recherche de son identité sexuelle. Avec Amine, elle joue à inverser les rôles : elle, qui a une carrure masculine, serait le garçon tandis qu'Amine endosserait un rôle féminin. Rien n'est aussi clair que cela. Beaucoup de choses sont seulement esquissées et l'auteur nous laisse combler les vides entre ses phrases sèches, ultra-courtes, qui sonnent comme des coups sur une enclume ou parfois comme des gifles en pleine figure.
Après une cinquantaine de pages, j'ai craint de me lasser de ce style violent, presque barbare, mais j'ai trouvé au fil des pages qu'il se mettait particulièrement bien au service de cette double déchirure dont ce livre veut rendre compte, pour éloigner toute tentation de pathos et pour nous faire sans doute mieux percevoir la révolte intérieure de l'auteur. Un livre très original qui je pense résonnera longtemps en moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
zabeth55
  23 juillet 2013
Des phrases courtes qui crépitent, qui claquent pour dire la difficulté de se savoir algérienne ou française, la volonté de décider d'être un garçon plutôt qu'une fille.
Oui, les phrases sont courtes, très courtes, souvent un seul mot. Et au fil des pages elles disent toutes la même chose. le poids de ces dualités.
C'est répétitif certes, mais ça traduit bien toute cette souffrance engrangée depuis l'enfance, de ne pas savoir où est sa place, de ne pas savoir qui elle est.
Heureusement, il y a Amine, son ami, il y a sa soeur.
Nina Bouraoui avait certainement une grande nécessité de faire sortir tout cela par les mots, et elle l'a bien fait.
Commenter  J’apprécie          200
Malice
  09 décembre 2018
Le thème de l'identité est évoqué dans ce livre . Elle a grandit dans deux cultures algérienne et française. La guerre d'Algérie est évoquée aussi, ainsi que le racisme le regard porté sur les algériens dans la France des années 70. Elle est de père algérien et de mère française, elle est métisse. Elle le vit comme quelque chose de très violent.
"Je parle français. J'entends l'algérien. Mes vacances d'été sont françaises. Je suis sur la terre algérienne." Elle ne parle pas l'arabe, la langue de son père "C'est une langue qui s'échappe."
Elle est partagée entre deux cultures. Elle voudrait être un garçon, l' Algérie est le pays des hommes, son père l'appelle Brio. il suffit de porter cheveux courts et pantalon pour décider de son genre.
Elle est née en 1967, et la guerre d'Algérie est présente en elle via son oncle Amar tué à la guerre. La guerre entre les français et les arabes. La mort de son oncle Amar l'interroge, la travaille elle se pose des questions concernant son identité. La France est le pays de sa mère. Elle passe ses vacances chez ses grand-parents à Rennes et à Saint -Malo seul avec sa grande soeur, dans les années 70. Ces parents se sont rencontrées en 1960 à l'université de Renne.
La mer a son rôle dans son récit et elle est différente aussi. En Algérie c'est la mer sauvage déchaînée chaude, et à St Malo la mer est froide, elle se retire.
Dans cette deuxième partie, Nina est différente, elle évoque ses souvenirs d'enfance accompagnés des odeurs qui va avec. Nina Bouraoui a une écriture très affirmé, le "Je " est ancré dans son récit. Mais la grande force de son style, c'est qu'à la lecture cela ma rappelé ma propre enfance, mes propres souvenirs de plage. La douceur de l'enfance et des vacances passés chez ses grands-parents et évidement mon identité n'a rien à voir avec celle de Nina. Cela est fort ...Les phrases s'enchaînent sans fin ne laisse aucun répit au lecteur." J'écrirai en français en portant un nom arabe. Ce sera une désertion. ". Ce sera surtout le moyen de réunir enfin ces deux identités, ces deux familles, ces deux histoires... qui ne font qu'une. L'histoire de Nina. Belle découverte, j'aime ce style qui s'affirme qui va à toute vitesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Fx1
  04 avril 2014
Nina Bouraoui de nouveau , cette fois dans le cadre d'une autobiographie. Dans celle çi elle aborde la thématique du racisme ordinaire , béte et méchant . le racisme elle y a était confrontée toute petite , c'est hélas un vieux compagnon qu'elle ne connait que trop bien. La force de son récit c'est justement les moyens de lutte qu'elle a trouvée contre cette manifestation de la bétise la plus crasse . Ne tombant jamais dans le piége de l'auto fiction elle entraine le lecteur dans une course pour le droit d'étre soi dans un monde qui vous rejette. Son talent naturel fait toute la différence avec des soits disants auteurs qui n'on au final aucun talent et jouent sur la corde sensible et les penchants voyeuristes des lecteurs . Pas de cela chez Nina Bouraoui qui elle est un auteur , et un sacré bon qui plus est .
Commenter  J’apprécie          50
LyceeEurope
  23 mars 2016
Dans Garçon manqué, Nina Bouraoui nous parle d'un rapport entre deux nationalités, son récit est autobiographique. Elle aborde aussi la thématique du racisme auquel elle était confrontée toute petite.Nina Bouraoui est de mère bretonne et de père algérois. Elle a grandi entre deux pays et deux cultures et ce livre interroge donc son identité. Elle nous raconte sa vie en Algérie en 1970 et son racisme. Elle est aussi très proche de son ami Amine qui lui est algérien. Elle avait le sentiment de n'avoir aucune véritable nationalité. Ce livre est composé uniquement de phrase courtes qui se répètent souvent , c'est ce qui m'a gêné pour la lecture car il n'y avait pas de phrases longues pour décrire quelque chose . Ce livre ne m'a pas forcément plu pour la lecture mais le sujet de ce livre est très intéressant.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
OrpheaOrphea   26 novembre 2011
Ne pas être algérienne. Ne pas être française. C'est une force contre les autres. Je suis indéfinie. C'est une guerre contre le monde. Je deviens inclassable. Je ne suis pas assez typée. "Tu n'es pas une Arabe comme les autres." Je suis trop typée. "Tu n'es pas française." Je n'ai pas peur de moi. Ma force contre la haine. Mon silence est un combat. J'écrirai aussi pour ça. J'écrirai en français en portant un nom arabe. Ce sera une désertion. Mais quel camp devrais-je choisir ? Quelle partie de moi brûler ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
OrpheaOrphea   26 novembre 2011
Longtemps je crois porter une faute. Je viens de la guerre. Je viens d'un mariage contesté. Je porte la souffrance de ma famille algérienne. Je porte le refus de ma famille française. Je porte ces transmissions-là. La violence ne me quitte plus. Elle m'habite. Elle vient de moi. Elle vient du peuple algérien qui envahit. Elle vient du peuple français qui renie.
Commenter  J’apprécie          260
andrasandras   08 novembre 2017
Je ne sais pas si je suis chez moi, ici, en France. Je ne le saurai jamais d'ailleurs. Ni à Rennes, ni à Saint-Malo, ni à Paris. Je ne sais pas si je suis chez moi en Algérie. Je ne le vérifierai jamais. Ce sentiment. Cette évidence. Je me suis toujours sentie clandestine au contrôle des passeports. Pas en règle. M'attendant toujours à être expulsée du rang des passagers, tenue par deux policiers, encadrée, puis conduite dans une petite pièce. Qui êtes-vous ? D'où venez-vous ? Où allez-vous ? J'ai toujours eu l'impression d'avoir un secret. D'avoir une double vie. D'abriter quelqu'un d'autre que moi. Que ma partie visible. De changer de visage. Selon le pays. Selon le policier. Selon les gens que je rencontre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
JeannepeJeannepe   14 septembre 2015
C’est moi que tu imiteras en France. C’est de moi que tu tiendras ça. Cette ronde sexuelle. Cette façon d’aller vers l’autre. De provoquer. De demander. De chercher. Toi tu ne viens jamais vers moi. Tu attends mon signe. Tu me subis. Je te traverse. Et je danse comme un homme. Je t’apprends à marcher comme Steve McQueen. Je t’apprends à jouer. Je t’apprends à nager le crawl sans t’étouffer. À te servir de la mer. Un, deux. Une nage à deux temps. Intérieur, extérieur, ta vie à deux temps. Toi, moi, toi, moi. Je suis en toi, Amine. Tu es pénétré.

Tu as les cheveux longs, noirs et bouclés. Tu pleures pour un rien. Tu gémis. On t’appelle la fontaine. Tu fais des crises de nerfs. Je te monte à la tête. Ta peau est si blanche, si fine. Tu veilles sous la peau d’une fille. Je t’apprends les forces du corps. Je t’aime comme un homme. Je t’aime comme si tu étais une fille. Tu fondes le mensonge de toute ma vie. Le monde entier se trompera sur moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
OrpheaOrphea   26 novembre 2011
Cette langue qui s'échappe comme du sable est une douleur. Elle laisse ses marques, des mots, et s’efface. Elle ne prend pas sur moi. Elle me rejette. Elle me sépare des autres. Elle rompt l'origine. C'est une absence. Je suis impuissante. Je reste une étrangère. Je suis invalide. Ma terre se dérobe.
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Nina Bouraoui (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nina Bouraoui
Pour son quinzième roman Tous les hommes désirent naturellement savoir chez JC Lattès, Nina Bouraoui retourne à ses premiers amours pour l'autofiction et dresse le portrait de l'Algérie du milieu des années 1980. Elle revient sur ses premiers émois homosexuels dans un livre magnifique. Elle sera accompagnée par Abnousse Shalmani, journaliste et romancière iranienne qui fait paraitre chez Grasset Les exilés meurent aussi d'amour. Elle y raconte son exil à Paris avec sa famille au moment de la révolution islamique. Avec : Abnousse SHALMANI : Journaliste et romancière, Nina BOURAOUI : Romancière. Présenté par Adèle VAN REETH.
Retrouvez toute l'actualité politique et parlementaire sur http://www.publicsenat.fr Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/publicsenat Twitter : https://twitter.com/publicsenat Instagram : https://instagram.com/publicsenat
+ Lire la suite
autres livres classés : algérieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
264 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre