AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782505003823
48 pages
Éditeur : Dargaud (20/06/2008)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 99 notes)
Résumé :
Agrippine est une adolescente des années quatre-vingt-dix. Cynique, teigneuse, cossarde, désabusée, peste, mais touchante à force de se chercher - en vain - une identité. Elle traîne son mal de vivre avec ses copines de classe, houspille son petit frère et drague au coup par coup des garçons qui ont du mal à la suivre. Agrippine use allègrement d'un langage aussi mystérieux qu'hilarant: "Pourquoi les gnolguis xéroxent tout leur comporte sur des gourous baveux, ça pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  10 mai 2020
En ce moment je dévore les bandes dessinées et je me suis plongée dans le tome un de la série Agrippine de Claire Bretécher. Les éditions Dargaud ont mis plusieurs BD en ligne pendant le confinement et j'en ai profité :)
Je ne suis pas certaine d'avoir déjà lu une aventure de cette adolescente des années 1990 même si je connais ce personnage. Je me suis donc plongé dans ce premier tome avec curiosité.
Agrippine est une adolescente des années quatre-vingt-dix. Cynique, teigneuse, cossarde, désabusée, peste, mais touchante à force de se chercher - en vain - une identité.
Elle a une meilleure amie, un petit frère, des parents qui l'aiment, C'est une peinture des années 1990 qui est croqué avec humour et un peu de cynisme par moment,
J'ai bien aimé le personnage d'Agrippine, et ce retour dans les années 1990.
L'humour de Claire Brétéché m'a souvent fait sourire. Les expressions des personnages sont un peu démodés, et c'est ça qui est sympa car ça rappelle des souvenirs :)
On ne paye pas encore en euros mais en francs, ce qui m'a fait sourire car les repères sont différents de maintenant.
C'est un retour en arrière appréciable, je l'ai lu avec nostalgie et le sourire aux lèvres,
J'ai apprécié ma lecture, si j'ai l'occasion je ne suis pas contre lire les tomes suivants.
Ma note : quatre étoiles,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Renatan
  20 février 2017
Vous connaissez Agrippine?
On me l'a fait découvrir il y a quelques jours et je me suis régalée! Est-ce que j'ai tout compris dès les premières pages? Non! Je me suis débattue « solide » avec mon Petit Robert et Wikipédia pour arriver à tout décoder dans ses subtilités. Après, on dira que les québécois ont de ces expressions! (sourire) Tout ça pour finalement réaliser que l'Agrippine de Claire Bretécher nage en pleine euphorie de mots directement sortis d'un code langagier propre à son auteure, n'allez donc en chercher les significations nulle part, croyez-moi. Un délire de mots et d'expressions d'ados absolument délicieux, « cool » ou « trop chill » comme diraient les miens. Ah pour ça, elle n'y va pas de main morte. Entre l'inégalable « faiche », la « pouffe », « rouler des gades » et la « prendre remous », le ton est donné! Au fil des pages le jargon se répète et la lecture coule de source, on devient accro puis on se surprend à mourir de rire à chaque planche. Son univers ne m'était donc pas familier, vous l'aurez compris, et c'est ce qui en fait tout son charme. Bref c'est dépaysant, et ça j'adore!
Lire Agrippine c'est plonger tête première dans un monde unique fait de personnages colorés - représentation typique de l'ado en pleine rébellion qui pose un regard désabusé sur le monde des adultes. Elle prend un malin plaisir à faire passer sa mère pour une retardée vieux jeu née à l'époque des dactylos (mdr). La honte! Conflit de génération ou mauvaise foi? On s'en doute... Les planches avec la mère sont d'ailleurs mes favorites. C'est aussi l'anticonformiste qui s'allie à des causes, défendables ou non, par pure provocation. Sa devise : gagner le max en faisant le minimum, surtout refuser d'envisager l'avenir. Agrippine est habitée de soucis existentiels et de pensées contradictoires. Elle s'empiffre de coke et de gummy bear, clin d'oeil à la malbouffe. Quelques mots pour la décrire : flegmatique, nonchalante, arrogante, râleuse, colérique, excessive, manipulatrice, opportuniste, molle, désabusée… comment ne pas s'attacher? ^^
Ces BD sont pleines d'ironie et de sarcasme. le ton est parfois décalé. L'auteure de la série « Les frustrés » explore, au-delà du monde adolescent, une société capitaliste où triomphe le mercantilisme. Pied de nez ou provocation, elle illustre en page couverture du premier tome un magasine explicite : « Heidegger au Congo » , quand on sait la vision ethnocentriste de Heidegger et ses vues méprisantes de l'Afrique on ne peut s'empêcher de se dire que Claire Bretécher est une femme engagée. Féministe, je ne m'engagerais pas à le supposer, même si j'en reste à peu près convaincue quand je vois le physique de son héroïne. Quant à être « indépendante », certainement! ;-)

Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
colimasson
  04 février 2013
Difficile de parler d'une jeunesse que je n'ai pas connue. le premier volume de la série Agrippine sort en 1988 et préfigure le début d'une suite d'aventures qui affecteront ses personnages jusqu'en 2009 –de quoi porter un regard relativement vaste sur l'image reflétée par la jeunesse au cours de vingt longues années.

Pour le moment, Agrippine me renvoie à l'avant-dernière décennie du siècle passé –une époque dont je n'ai pas été témoin. Pourtant, rien ne me semble étranger au monde décrit par Claire Bretécher et passé au prisme du regard contestataire et grinche d'Agrippine. Coca, soutifs, télé, lycée… tel est le quotidien de cette princesse charmante moderne en laquelle la grâce s'incarne sous la forme d'un minois crispé et d'une moue boudeuse de tous les instants. La préciosité des siècles précédents est bien loin ! Les « pouffes » de la nouvelle génération se définissent par un langage composé d'un minimum de 50% de « GIGA », par la recherche de blé auto-producteur, par la palpation-comparaison de la taille des « nibards » et par la sophistication de la pose du « doigt dans le nez » comme parodie au Penseur de Rodin.

Derrière toutes ces mimiques, en fait savantes poses symboliques porteuses de messages stéréotypés à part entière, Agrippine la superficielle semble vouloir chercher des réponses à ses questions métaphysiques : comment ne pas échouer à la manière de mes parents ? quelle image donner de moi pour me faire accepter par les autres ? de quoi sera fait mon avenir ? …Le tout est évoqué dans une langue inventive par une Claire Bretécher qui n'a pas le sens de l'humour dans la poche et qui, si elle fut elle aussi une Agrippine du plus beau ressort, n'a pas honte de nous en livrer les mécanismes de pensées les plus intimes et les plus avilissants.
Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
poirro
  16 août 2017
C'est mon mari qui m'a offert cette BD il y a quelques années (et OUI, j'ai un peu de retard de lecture, mais qui n'en a pas, hein?) et je l'en remercie, car je me suis bien marrée.
Certes, il y a une petite barrière à l'entrée; car ce premier tome d'Agrippine qui date de 1988, a pris un (tout petit) coup de vieux. Il faut donc quelques pages pour se mettre en mode "adolescente des années 90"; mais une fois la transition effectuée, on s'éclate.
Agrippine est une adolescente typique, peste égocentrique toujours prête à suivre la meute, à critiquer ses parents et les adultes en général, toujours en manque d'argent et d'une mauvaise foi légendaire. Un cocktail détonnant qui permet à Claire Bretécher de développer un personnage haut en couleurs.
Une mention spéciale au vocabulaire; si quelque fois, on reste pantois devant l'une ou l'autre expression; en moyenne, la richesse du vocabulaire donne beaucoup de charme à cette BD.
Alors, bloc d'agglo, cours vite acheter Aggrippine, ça va pas te prendre vapeur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
mimouski
  22 avril 2020
Faut se l'avouer : Agrippine est très célèbre. Humour piquant pour chaque planche, c'est la crise d'adolescence, elle se plaint de tout et n'aime rien. J'ai eu du mal à lire cette BD offerte par Dargaud. Elle est tout de même réputée cette Agrippine pour nous faire tordre de rire ... et j'ai à peine esquissé un sourire. J'ai dû lutter pour poursuivre et je n'ai même pas atteint la moitié de l'ouvrage. Je passe mon tour et ça arrive. Mme Bretécher, RIP.
Commenter  J’apprécie          62

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   14 février 2013
En 94 je me fais poser des seins. En 97 je me fais liposucer les cuisses. En 98 je me fais rajouter du menton. Là je peux commencer à vivre donc je m’occupe de ma carrière. Entre 2 et 6 j’ai 3 enfants. En 7 je me fais retendre le ventre. Entre 8 et 18 je gère mes réussites professionnelles, émotionnelles et familiales. En 19 lifting complet de la tête aux pieds. C’est après que je ne sais pas quoi faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
colimassoncolimasson   08 février 2013
- C’est ma copine Coco qui demande si tu baby-sitterais ce soir. BABY-SITTING CE SOIR !!
- Ouais bonjour. Ouais. Vous payez combien ? […] Vous avez un grand écran… Quelle marque ? Ouais giga ! Une antenne parabolique ? Vous recevez combien de chaînes ? Nooon ? GIGA. […] Biberon ? Ah… j’avais oublié. J’ai un contrôle de maths demain matin. Ouais désolée.
- Alors ça marche ? ALORS CA MARCHE ?
- Non eh c’est galère… Il y a un môme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   18 février 2013
- Je ferai chirurgien… Ca cascade un max.
- Ho ho… La profession est en train de se dévaluer ma chatte.
- C’est pas grave j’ai horreur du sang… Je ferai chirurgien homéopathique.
Commenter  J’apprécie          110
colimassoncolimasson   16 février 2013
- T’as vu mes seins ?
- Non.
- …
- Moi j’ai des nibards de pouffe c’est pas le don non plus. Et mes cropoplités c’est le tocsin.
- Tes quoi ?
- Cropoplités… C’est les arrières de genoux… Moi j’ai le cropoplité qui craint.
- Qu’est-ce qu’ils ont ?
- Tss…bourrés de cellulite avec des varices.
Commenter  J’apprécie          42
colimassoncolimasson   12 février 2013
- Il y a des jours où il n’y a qu’à bouffer du Temesta en maudissant son karma.
- Ça veut dire quoi karma ?
- Destin.
- Si ça veut dire destin y a qu’à dire destin c’est pas dur.
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Claire Bretécher (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Bretécher
La dessinatrice Claire Bretécher est morte, ce 11 février 2020, à l'âge de 79 ans, a annoncé dans un communiqué Dargaud, son éditeur historique, en rendant hommage à cette « observatrice détachée (vraiment très détachée) de son époque, [qui en croquait] les travers avec une immense autodérision ». Elle avait commencé dans la presse pour enfants, avant d'officier dans les pages du magazine Pilote à partir de 1969. Trois ans plus tard, elle fait sécession avec Gotlib et Mandryka pour fonder L'Écho des savanes. À partir de 1973, elle crée Les Frustrés pour Le Nouvel Observateur, « chronique hilarante des mots et moeurs de quadras gaucho-caviar cloués sur leur canapé par une immense fatigue existentielle » (comme l'écrivait Télérama en 2001). Puis en 1988, elle donnera le jour à Agrippine, ado de 16 ans pas très à l'aise dans sa peau et à la langue si inventive (« ça nuit grave », « mythonner », dont Claire Bretécher revendiquait la maternité, seront repris dans le langage courant). Elle n'avait plus publié de nouvelle BD depuis Agrippine déconfite, en 2009.
La vidéo présentée ci-dessus avait réalisée en 2015 à l'occasion d'une exposition qui lui été consacrée à la bibliothèque du Centre Pompidou, et que nous avions visitée en compagnie de la dessinatrice de “Charlie Hebdo” Catherine Meurisse.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Satire, humourVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Satire, humour (171)
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Claire Bretécher 1940-2020

Cette héroïne est une lycéenne en pleine crise d'adolescence, avec toutes les caractéristiques des jeunes de son âge : les questions existentielles sur le sens de la vie, la curiosité vis-à-vis de la sexualité, la curiosité au sujet des garçons, les bavardages interminables avec les copines, les rumeurs, les querelles avec les parents, etc. Elle n'a aucun projet précis pour l'avenir et ne s'intéresse pas à grand-chose. Elle regrette que ses parents n'aient pas divorcé quand ils en avaient l'occasion car ça lui aurait donné deux fois plus de cadeaux à Noël et aux anniversaires.

Aggripine
Rosa
Candida
Cellulite

10 questions
147 lecteurs ont répondu
Thème : Claire BretécherCréer un quiz sur ce livre