AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253019585
Éditeur : Le Livre de Poche (01/05/1978)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Dans les soixante-quinze sketches publiés dans ce livre alternent monologues, textes à deux ou plusieurs personnages. Ces sketches, Raymond Devos les anime généralement sur scène mais chacun est une remarquable réussite d'écriture. On peut lire les sketches de Devos et beaucoup rire, même sans le voir les jouer. Privilège réservé seulement aux grands auteurs comiques. Raymond Devos en fait partie et Sens dessus dessous en apporte la preuve éclatante.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  30 mars 2015
Bientôt dix ans que Raymond Devos a quitté ce bas monde et il est bien évident que ses textes ne vieilliront jamais. Sens dessus dessous est la possibilité de (re)découvrir 75 de ses sketchs, plus ou moins courts, et ce sans passer forcément par la case YouTube.
À travers des thèmes transversaux mais totalement d'actualité (impôts, religion, politique, immigration, amour, vie quotidienne, etc.), Raymond Devos développe si simplement l'art du non-sens et du cocasse. Même sans voir la bouille de Monsieur Raymond Devos en action, son verbe fonctionne très bien. Lire ne fait pas tout, bien évidemment, mais déjà nous pouvons savourer ses jeux de mots à la fois si simples et si bien vus, et surtout sans aucune bêtise, violence ou volonté de voyeurisme actuelles.
À lire donc, à voix haute ou en catimini, pour apprendre à rire de tout.
Commenter  J’apprécie          727
patrick75
  03 février 2012
Monsieur raymond Devos !
Dire que lorsque j'étais "môme" je ne pouvais pas vous voir ni vous entendre.Je ne comprenais strictement rien à ce que vous racontiez .
Vous étiez un peu trop "intellectuel" pour moi.
Je vous pris de bien vouloir m'en excuser . Je m'aperçois aujourd'hui que votre talent n'avait pas de limites.
Vous n'étiez jamais vulgaire ( contrairement à d'autres ).Vous m'avez fait aimer et découvrir la richesse de ma propre langue .En me montrant comment l'on pouvait jouer avec les mots.
Je vous regrette et suis jaloux de ceux que vous faîtes rire là ou vous êtes.
Commenter  J’apprécie          210
lokipg
  05 décembre 2018
Ah, Raymond Devos !
C'est sans aucun doute l'humoriste de scène que je préfère entre tous. J'adore son style, sa façon de jouer avec les mots, de manier l'absurde, d'être à la fois un clown et un poète.
Ce livre regroupe les textes de 75 sketches. J'ai retrouvé avec plaisir certains des plus célèbres comme "Le Possédé du percepteur", "Mon Chien, c'est quelqu'un", "Le Bout du bout", "Sens dessus dessous" ou encore mon préféré : "Parler pour ne rien dire". Parce qu'écouter Raymond Devos nous parler de rien, c'est vraiment quelque chose !
Même les textes qui m'étaient inconnus étaient un délice à découvrir. En les lisant, la voix de Raymond Devos résonnait dans ma tête, un peu comme s'il lisait par dessus mon épaule.
Douze ans déjà que ce grand homme nous a quitté. J'ai l'impression que c'était hier...
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
Commenter  J’apprécie          161
Bunee
  30 mai 2008
Le clown de la langue française ...
On ne présente plus les sketches de Devos, on en rit, on s'en régale et on s'en repait!
Ce recueil en regroupe un peu plus de 70, parmi lesquels le mythique "bout du bout", le délicieux "procès du tribunal" etc. etc.
Morceau choisi: Les antipodes
...
http://lelabo.blogspot.com/2007/06/raymond-devos-sens-dessus-dessous.html
Commenter  J’apprécie          90
BVIALLET
  11 décembre 2016
Un percepteur particulièrement traumatisant hante les nuits d'un malheureux contribuable… Un chien se prend pour son maître lequel se demande s'il n'est pas lui-même en train de devenir chien quand il se surprend à aboyer… Les mécanismes du rire ont une base bassement physiologique… Certains sont tellement bavards qu'ils parlent pour ne rien dire… L'homme sans tête la retrouve en se regardant dans un miroir… le répugnant personnage est toujours celui qui a les mêmes pensées que vous quand vous matez une jolie fille…
Au total, les textes de 75 sketches du grand humoriste disparu sont rassemblés dans ce recueil pour notre plus grand plaisir. Tous très agréables, même à lire simplement, ne serait-ce que pour admirer la qualité du langage paradoxal de l'artiste, sa maîtrise de l'absurde, de l'étrange, du non-sens et de la folie. Certains tiennent en quelques lignes, d'autres prennent trois ou quatre pages. le lecteur trouvera des monologues, des dialogues et même des saynètes pour trois ou quatre acteurs. Un petit bijou d'écriture à lire et relire pour se remémorer un grand auteur dont le comique s'alliait à plus de contenu qu'il n'y paraît. L'art subtil de Devos allait bien souvent au-delà des jeux de mots cocasses et des effets faciles.
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   26 mars 2015
On en lit des choses sur les murs !...
Récemment, j'ai lu sur un mur :
"Le Portugal aux Portugais !"
Le Portugal aux Portugais !
C'est comme si l'on mettait :
"La Suisse aux Suisses !"
Ou : "La France aux Français !"
Ce ne serait plus la France !
Le racisme, on vous fait une tête comme ça avec le racisme !
Ecoutez...
J'ai un ami qui est xénophobe.
Il ne peut pas supporter les étrangers !
Il déteste les étrangers !
Il déteste à tel point les étrangers
que lorsqu'il va dans leur pays,
il ne peut pas se supporter !

[Xénophobe]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          894
noornoor   26 décembre 2013
Actuellement mon immeuble est sans dessus dessous.
Tous les locataires de dessous voudraient habiter au-dessus !
Tout cela parce que le locataire qui est au-dessus est allé raconter par en dessous que l'air que l'on respirait à l'étage au-dessus était meilleur que celui que l'on respirait à l'étage au-dessous !
Alors le locataire qui est en dessous a tendance à envier celui qui est au-dessus et à mépriser celui qui est en dessous.
Moi je suis au-dessus de ça !
Si je méprise celui qui est en dessous, ce n'est parce qu'il est en dessous, c'est parce qu'il convoite l'appartement qui est au-dessus, le mien !
Remarquez, moi je lui céderai bien mon appartement à celui du dessous à condition d'obtenir celui du dessus !
Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord parce que je n'ai pas de sous !
Ensuite, au-dessus de celui qui est dessus, il n'y a plus d'appartement !
Alors le locataire du dessous qui monterait au-dessus obligerait celui du dessus à redescendre en dessous.
Or je sais que celui de dessus n'y tient pas.
D'autant que, comme la femme de dessous est tombée amoureuse de celui du dessus, celui du dessus n'aucun intérêt à ce que le mari de la femme de dessous monte au-dessus !
Alors là-dessus...
quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous qu'il avait vu sa femme bras dessus bras dessous avec celui du dessus ?
Toujours est-il que celui du dessous l'a su !
Et un jour que la femme du dessous était allée rejoindre celui du dessus, comme elle retirait ses dessous...
et lui, ses dessus ...
soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous...
je l'ai su parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus...
Bref ! Celui du dessous leur est tombé dessus !
Comme ils étaient tous les deux saouls, ils se sont tapés dessus !
Finalement, c'est celui du dessous qui a eu le dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
TorellionTorellion   18 septembre 2015
On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort. C'est difficile de juger. Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde. Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort! Donc j'avais raison! Par conséquent, j'avais tort! Tort de donner raison à des gens qui avaient le tort de croire qu'ils avaient raison. C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort. J'ai raison, non? Puisqu'ils avaient tort! Et sans raison, encore! Là, j'insiste, parce que... moi aussi, il arrive que j'aie tort. Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes torts!!! J'ai raison, non? Remarquez... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison aussi. Mais, là encore, c'est un tort. C'est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort. Il n'y a pas de raison! En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
genougenou   14 septembre 2013
Actuellement mon immeuble est sans dessus dessous.
Tous les locataires de dessous voudraient habiter au-dessus !
Tout cela parce que le locataire qui est au-dessus est allé raconter par en dessous que l'air que l'on respirait à l'étage au-dessus était meilleur que celui que l'on respirait à l'étage au-dessous !
Alors le locataire qui est en dessous a tendance à envier celui qui est au-dessus et à mépriser celui qui est en dessous.
Moi je suis au-dessus de ça !
Si je méprise celui qui est en dessous, ce n'est parce qu'il est en dessous, c'est parce qu'il convoite l'appartement qui est au-dessus, le mien !
Remarquez, moi je lui céderai bien mon appartement à celui du dessous à condition d'obtenir celui du dessus !
Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord parce que je n'ai pas de sous !
Ensuite, au-dessus de celui qui est dessus, il n'y a plus d'appartement !
Alors le locataire du dessous qui monterait au-dessus obligerait celui du dessus à redescendre en dessous.
Or je sais que celui de dessus n'y tient pas.
D'autant que, comme la femme de dessous est tombée amoureuse de celui du dessus, celui du dessus n'aucun intérêt à ce que le mari de la femme de dessous monte au-dessus !
Alors là-dessus...
quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous qu'il avait vu sa femme bras dessus bras dessous avec celui du dessus ?
Toujours est-il que celui du dessous l'a su !
Et un jour que la femme du dessous était allée rejoindre celui du dessus, comme elle retirait ses dessous...
et lui, ses dessus ...
soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous...
je l'ai su parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus...
Bref ! Celui du dessous leur est tombé dessus !
Comme ils étaient tous les deux saouls, ils se sont tapés dessus !
Finalement, c'est celui du dessous qui a eu le dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
genougenou   09 avril 2017
Il me tourmente. Il me traque ! Tout ça parce que j'ai eu la faiblesse de montrer des signes extérieurs de richesse, alors que ma richesse est toute intérieure !
[ ... ]
Il n'y a pas que le tabac qui soit nocif. La vieillesse aussi, c'est dangereux. Je connais des gens qui en sont morts.
Commenter  J’apprécie          530
Videos de Raymond Devos (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Devos
Oui dire.
Dans la catégorie : Satire, humourVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Satire, humour (171)
autres livres classés : sketchesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Complétez les titres de Raymond Devos

Ça n’a pas de ... (1968)

sens
limite
prix
raison d'être

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Raymond DevosCréer un quiz sur ce livre