AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2724608739
Éditeur : Les Presses de Sciences Po (24/02/2002)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :

« La prévention des famines met en jeu des mesures si faciles que la véritable énigme tient à ce qu'elles continuent à sévir », écrit le prix Nobel d'économie Amartya Sen. C'est sur cette « énigme » que ce livre se penche. Dans un monde où la quantité de nourriture disponible, les moyens des agences d'aide et la force des médias sont tels, ce désastre d'un autre âge ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
YvesParis
  24 juin 2012
Dans "Famine et politique", un court ouvrage très pédagogique, Sylvie Brunel martèle un message simple : il n'existe plus au XXe siècle de famines naturelles. La famine n'est plus aujourd'hui le produit de la fatalité, de la nature, de la surpopulation, mais la conséquence de l'action de l'homme. En un mot, la famine est politique.
Les Cassandre malthusiens de tous bords se trompent quand ils agitent le spectre d'une famine globale. Quoi qu'en pensent R. Dumont ou L. Brown, le monde peut nourrir le monde : les ressources alimentaires mondiales, grâce aux progrès de l'agronomie, fournissent 2700 calories par personne alors que les besoins physiologiques sont estimés à 2000. Mais cela suppose une répartition homogène de la manne alimentaire, ce qui est loin d'être le cas. le Nord concentre la nourriture, le Sud n'y a pas toujours accès. Malgré la remarquable action de la Food Agriculture Organization (FAO), on compterait aujourd'hui 800 millions d'affamés.
Encore faut-il être prudent dans les mots que l'on emploie. Il faut distinguer famine et malnutrition. La malnutrition est le déséquilibre de l'alimentation. Elle est la conséquence de la pauvreté, de l'ignorance, du sous-développement; elle est individuelle, diffuse, permanente. La famine n'est pas seulement une malnutrition aggravée. Elle consiste en une rupture absolue de nourriture pour des populations entières, entraînant à brève échéance la mort si rien n'est fait pour interrompre le processus. Au contraire de la malnutrition, c'est un phénomène collectif, localisé et temporaire.
Autant la malnutrition est difficile à combattre (ses ressorts sont tout à la fois physiologiques, psychologiques, sociologiques, politiques), autant la famine constitue dans le monde d'aujourd'hui une aberration tant sa prévention et son éradication sont aisées. L'expertise géographique et agronomique est désormais si grande que les situations de pénurie alimentaire causées par une catastrophe climatique sont aisément prédictibles. Compte tenu des ressources alimentaires présentes dans la région ou mobilisables dans les pays développés, la disponibilité de nourriture n'est jamais un problème : "Toutes les famines du XXe siècle se sont produites alors même qu'il aurait été possible de mobiliser une production alimentaire suffisante pour éviter aux peuples visés de mourir de faim", écrit S. Brunel. C'est l'accès des populations à cette manne qui pose problème. Réfléchir en termes de droits d'accès à la nourriture est la percée conceptuelle qui a valu à Amartya Sen le prix Nobel d'économie en 1998.
L'un des principaux apports des travaux de Sylvie Brunel est une typologie des famines en trois catégories. La famine à l'âge moderne fut longtemps une arme politique, provoquée pour entraîner la mort d'une population ennemie ou rebelle. A l'âge de la mondialisation de l'information, ces famines provoquées doivent être niées pour se perpétrer. C'est le cas de la famine qui frappe les Rohyngias, à l'ouest de la Birmanie. Deux nouveaux types de famines caractérisent l'époque contemporaine. Au lieu de frapper les ennemis du pouvoir, elles frappent ses propres populations. L'objectif n'est pas de les éliminer, mais d'attirer la manne de l'aide humanitaire et d'asseoir sa légitimité politique par le contrôle de l'accès à la nourriture. Ces famines utilitaires se divisent en deux groupes : les famines exposées (Corée du Nord, Irak, Ethiopie) et les famines créées de toutes pièces (Sierra Leone, Liberia).
Qu'elle soit niée, exposée ou créée, la famine peut être combattue. Ce n'est pas une question de faisabilité technique, mais de volonté politique. Or, si le droit international public reconnaît le droit pour tous à l'alimentation, rien n'est fait, plaide S. Brunel, pour combattre les affameurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PaulineDN
  24 janvier 2014
Un regard clair et éclairant sur les causes des famines dans le monde qui bouleverse nos idées reçues.
Sylvie Brunel fait sans détour le constat net et cruel que les famines ne sont actuellement pas dues à une production agricole mondiale insuffisante mais à un manque d'accessibilité de la population aux denrées alimentaires.
Une très bonne base pour qui s'intéresse aux thématiques de la faim dans le monde.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Sylvie Brunel (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Brunel
Comment nourrir le monde alors que la population croît ?
>Problèmes et services sociaux. Associations>Autres problèmes et services sociaux>Approvisionnement en nourriture (7)
autres livres classés : FaminesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr