AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782265157903
432 pages
Fleuve Editions (07/03/2024)
3.86/5   126 notes
Résumé :
Pour un salaire de misère, Alice, jeune attachée parlementaire, se laisse maltraiter depuis trop longtemps. Elle qui se rêvait générale des armées se découvre petit soldat au garde-à-vous. Et ce constat douloureux la pousse à tout quitter pour se réfugier au Pays basque où ses parents ont hérité d’une maison empreinte du souvenir de sa tante Diane. Vingt ans plus tôt, celle-ci a disparu sans que personne ne comprenne jamais ce qui lui est arrivé. Comme une évidence,... >Voir plus
Que lire après À pleurer tout nous condamneVoir plus
Sève par Gallien

Sève

Olivier Gallien

3.71★ (118)

Les Beaux Mensonges par Roany

Céleste Ibar

Céline de Roany

4.15★ (1358)

3 tomes

Duel par Leduc

Duel

Frank Leduc

4.25★ (559)

Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 126 notes
L'auteure, nous entraine , dans une histoire,où il est impossible de s'ennuyer. Un cold case menée par des mains de maitre, dans univers, oppressant, suffocant, un monde où on s'avance en apnée, du début jusqu'au twist final. Un rythme intense, qui monte crescendo, au fil de la lecture, une enquête prenante , une intrigue haletante, un suspens insoutenable, une histoire à multiples rebondissements, tous les éléments pour former un véritable thriller comme je les aime. Alice, suite à un burn out, décide de tout quitter, elle laisse Paris, pour aller s'installer dans la maison familiale, au Pays Basque, la maison de sa tante Diane. Une histoire temporelle qui se déroule entre 2001 à 2022. Diane à disparu mystérieusement, aucun corps retrouvé, une affaire qui a été vite classée. Alice décide de comprendre, de savoir ce qui c'est véritablement passé. Elle veut vraiment résoudre cette affaire . Alice est une battante, elle fonce , rien ne l'arrête, elle évite tous les obstacles qu'elle rencontrera sur son passage . Une histoire qui met les villageois dans l'embarras, des non dits, des secrets des mensonges refont surface. Arrivera t-elle à son but? Arrivera t-elle à comprendre le pourquoi du comment?Nous avançons,en apnée, a peine le temps de prendre un bol d'air, que nous retombons dans cette spirale diabolique, mettant nos neurones à rude épreuve.L'auteure happe ses lecteurs dés le début,jusqu'au twist final. Un thriller psychologique qui nous donne la chair de poule,qui nous fait froid dans le dos. L'auteure a travaillé en profondeur, et minutie la psychologie des personnages,c'est existentielle . Elle ne laisse rien au hasard, tout à son importance. Une histoire qui nous prend au tripes,on ne peut sortir indemne d'une telle lecture. Un thriller psychologique à lire de toute urgence.

Commenter  J’apprécie          11315
Dans les premières pages, on découvre une jeune femme en plein burn out. Alice vient de craquer. Attachée parlementaire d'un odieux député qui l'exploite sans vergogne, la harcèle même, elle décide de quitter Paris et son employeur pour la maison familiale de Saint-Just-Ibarre dans le pays basque. Ou plutôt l'ancienne maison de sa tante maternelle, Diane, médecin, qui a mystérieusement disparu une nuit en laissant sa porte ouverte, son intérieur éclairé, puis qui se serait dirigée vers la forêt voisine. Malgré une longue enquête, de nombreuses battues et l'opiniâtreté du flic chargé de l'enquête, elle n'a jamais été retrouvée. C'était il y a vingt-et-un ans. Et Alice sent une urgence à découvrir la vérité.

L'avancée narrative est habilement construite. A partir d'un procédé pourtant lu et relu, à savoir une alternance de deux temporalités ( 2001 et la disparation de Diane ; 2022 et l'enquête d'Alice ), Cécile Cabanac parvient à maintenir un réel suspense sur quatre-cents pages. Chaque chapitre introduit un nouveau détail qui aussitôt rebondi dans le suivant, et ainsi de suite. La lecture est très propulsive et j'ai eu du mal à la lâcher avant de connaître la résolution du cold case.

L'autrice maitrise très bien le huis clos villageois. On sent une pression sourde pesée sur Alice à mesure qu'elle pose des questions et remue le passé. On sent à quel point sa présence dérange les habitants, trouble la tranquillité de leur écosystème du village. On sent à quel point sa quête de vérité perturbe aussi sa sa famille, le traumatisme a été soignée à coup de silence et de tabous. Alice réveille des fantômes et les secrets qui les accompagnent. Et des secrets, il y en a un paquet, distillés au fil de l'intrigue.

Malgré ses qualités, ce roman n'est pas mon préféré de l'autrice. Je lui préfère nettement ses précédents romans. La Petite ritournelle de l'horreur ( coup de coeur ) m'avait profondément touchée, voire bouleversée par moment. Là, je n'ai pas réussi à m'attacher à Alice, sans trop savoir m'expliquer pourquoi car j'aime bien d'habitude les personnages dont la détermination l'emporte sur leurs fragilités initiales.

Surtout, je n'ai pas totalement cru à ses aventures et celle du village. Dans un polar ou thriller, je suis prête à croire en tout le too much du monde ( comme souvent chez Grangé ou Thilliez ) si je suis embarquée dans le feu de l'action. Mais là, je n'ai pas cru à plusieurs péripéties, notamment un des deux dénouements ( le "mystère village" ) que je n'ai pas trouvé crédible du tout. En fait, il y a peut-être trop de ramifications, trop complexes, pour retomber de façon cohérente sur ses pattes, et ce même si l'autrice a une explication pour tout.

Il n'empêche que, malgré ces réserves, j'ai quand même dévoré le roman, ce qui est toujours bon signe.
Commenter  J’apprécie          1086
Voici mon retour de lecture sur À pleurer tout nous condamne de Cécile Cabanac.
Pour un salaire de misère, Alice, jeune attachée parlementaire, se laisse maltraiter depuis trop longtemps. Elle qui se rêvait générale des armées se découvre petit soldat au garde-à-vous. Et ce constat douloureux la pousse à tout quitter pour se réfugier au Pays basque où ses parents ont hérité d'une maison empreinte du souvenir de sa tante Diane.
Vingt ans plus tôt, celle-ci a disparu sans que personne ne comprenne jamais ce qui lui est arrivé.
Comme une évidence, elle va alors avoir besoin de faire la lumière sur cet événement qui a marqué son enfance.
Mais à Saint-Just-Ibarre, la vie semble régie par les secrets, et sa présence dérange. Une animosité malsaine règne autour d'elle.
Alice, qui étouffe sous le poids de ce drame familial, ne renoncera pourtant pas. Quoi qu'il en coûte, elle rendra justice à Diane.
À pleurer tout nous condamne est un thriller mettant à l'honneur Alice, une jeune femme qui décide de tout quitter. Elle n'en peut plus, elle finit par détester son travail d'attachée parlementaire. Proche du burn-out, ayant envie d'en finir, elle part dans le pays basque, dans la maison familiale. Maison emprunte de souvenirs car sa tante Diane y habitait, mais elle a disparue sans laisser de traces il y a vingt ans.
En arrivant là bas, Alice sent vite sur ses épaules le poids du passé. Elle veut découvrir ce qui est arrivé à Diane.
Ses parents sont contre sa décision et on ne peut pas dire que cela enchante les habitants du petit village !
Du coup, Alice se retrouve quasiment seule contre tous, bien décidée à mettre à jour la vérité.
Cela ne sera pas facile et par moment, j'ai trouvé ça tiré par les cheveux. Il y a de nombreux rebondissements, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.
Toutefois je suis un peu sceptique par rapport à certains évènements, à certaines révélations.
Et, je vous avoue ne pas avoir totalement été convaincue par la fin, c'est dommage.
Malgré tout, j'ai aimé ma lecture dans l'ensemble. Je me suis attachée à Alice, je me suis posé beaucoup de questions sur Diane que j'ai aimé découvrir peu à peu.
J'ai apprécié l'ambiance, qui est très lourde.
L'ensemble est bien ficelé mais je l'ai trouvé en dessous de son roman La petite ritournelle de l'honneur, que j'avais adoré.
À pleurer tout nous condamne est un thriller intéressant que je vous invite à découvrir et note 3.5 étoiles :)

Commenter  J’apprécie          331
Alice est une jeune attachée parlementaire. Depuis trop longtemps malmenée par son patron député, elle craque et quitte son travail. Elle part se mettre au vert au Pays-Basques, dans une maison familiale où sa tante Diane a vécu avant de disparaître mystérieusement il y a 21 ans. Et forcément, sinon il n'y aurait pas d'histoire et donc pas de livre, Alice va chercher à comprendre ce qui a bien pu arriver à sa tante et déranger ce microcosme villageois qui, pour certains d'entre eux, ne voit pas d'un bon oeil l'arrivée et les questionnements de cette jeune parisienne sur cette disparition, préférant laisser le passé bien enfoui.

Un cold case repris par la nièce de la disparue aidée par le gendarme en charge de l'enquête il y a 21 ans, désormais à la retraite, mais que cette affaire irrésolue ne cesse de hanter, des villageois hostiles, taiseux pour la plupart, des mensonges, des secrets, des familles dysfonctionnelles, il y a beaucoup d'ingrédients pour que la mayonnaise prenne.

La narration sur deux temporalités, qui chemine en alternance, loin d'être originale, est intelligente et contribue à distiller la dose de suspense nécessaire pour tenir le lecteur en haleine. L'écriture est fluide, c'est bien ficelé. Seule la toute fin est un peu trop rapide à mon goût, et j'ai vu venir d'un peu trop loin une partie du dénouement de cette affaire, mais sans pour autant m'enlever le plaisir de finir ce livre.

Commenter  J’apprécie          300
« A pleurer tout nous condamne », un titre lourd de sens qui prévient d'emblée le lecteur : pas beaucoup de notes joyeuses dans le dernier roman de Cécile Cabanac.
Alice est attachée parlementaire auprès d'un « politique » en lice pour un poste dans un ministère. Pressurisée par son patron comme peuvent le faire les « décideurs » qui se sentent au-dessus des lois, elle frôle le suicide après un burn-out brutal… Pour ne rien arranger, son père est un homme dur, dont la devise pourrait être « Ne te plains jamais, sers les dents et bas toi ; tu dois être forte en toute circonstance »…
Suite à cet épisode où elle a failli sauter sur les rails du métro, elle décide de tout plaquer et part se réfugier dans la maison inhabitée de sa tante Diane, la soeur de sa mère, qui a mystérieusement disparu plus de 20 années auparavant… Un choix d'isolement qui étonne et inquiète ses parents…
Alice va se lancer à corps perdu dans une quête de la vérité sur la disparition de cette tante 21 ans plus tôt… Comme un chemin de rédemption pour pallier l'échec de sa mère à faire la lumière sur « l'évaporation » de cette soeur qu'elle adorait… Un besoin aussi, car cette blessure jamais refermée est un sujet tabou dans la famille, un sujet qui n'est jamais abordé et dont Alice découvre qu'elle ignore tout… par le silence de sa mère…
Un contexte familial dont elle réalise vite qu'il est hostile à son enquête : ce drame a détruit sa mère, elle est parvenue à surmonter, la page est tournée, circulez y'a rien à voir…
Alice est épaulée dans ses recherches par un ex gendarme retraité, chargé de l'enquête à l'époque et qui n'a jamais accepté de ne pas savoir, jamais vraiment tourné la page… Il va rapidement soutenir la jeune femme dans ce jeu de « poker-menteur »…
En effet, dans ce village, on comprend vite que chacun connait une part de ce qui s'est produit mais que personne n'a rien dit 20 ans plus tôt… et les habitants apprécient peu qu'on vienne remuer cette vieille histoire… La chape de plomb scellée sur ce drame va-t-elle se fissurer ? Les langues vont-elles se délier aujourd'hui ?
L'atmosphère s'alourdit au fil des pages, des rencontres et des découvertes… jusqu'à la révélation finale, terrible et inattendue, où les secrets enfouis depuis plus de 20 ans finiront par voler en éclat...
J'ai beaucoup apprécié ce roman noir, très bien écrit, à la fois « lent » et « dense », où le lecteur suit pas à pas l'avancement des recherches d'Alice, ses doutes et ses découvertes.
J'ai également trouvé intéressante l'utilisation par Cécile Cabanac des tous petits épisodes où Alice part seule se ressourcer dans la campagne : ces courts moments de calme et de sérénité indispensables à son intégrité psychologique provoquent une lueur d'espoir, comme un rayon de soleil traversant des nuages d'orage menaçants.
Encore une réussite de cette auteure, co-fondatrice du collectif Les Louves du polar 😊
Commenter  J’apprécie          228


critiques presse (1)
Actualitte
19 mars 2024
Si l’intrigue est bien menée, on savoure les rebondissements et le petit effet cliffhanger — presque un clin d’œil complice — qui ponctue les séquences. Le tout servi par une galerie de personnages complexes autant que réalistes : on applaudit, piaffant d’impatience…
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Arrivée au bourg, elle commença par une virée au supermarché et, lorsque son chariot fut plein, elle s’offrit une promenade sur les bords de la rivière Bidouze et dans les rues du centre, se laissant attirer par un balcon fleuri ou la courbure d’une charpente ancienne. Puis, croisant un bar ouvert, elle y pénétra. Là planait une odeur d’alcool et de détergent, tandis qu’une bande de vieillards somnolents se tenaient comme trois sacs fripés sur un banc devant leur verre de gnôle. Ils l’observèrent en interrompant leurs conversations en basque, ce qui lui donna l’impression d’être de trop.
Commenter  J’apprécie          20
Ses supérieurs s’étaient souvent trouvés décontenancés face à ce militaire d’apparence affable, mais hermétique à tout compromis. Dans les îles où il avait été muté plus jeune, on lui avait même enjoint de mettre un peu d’eau dans son vin. De fermer les yeux sur des petits trafics, par exemple, sous prétexte d’en empêcher de plus grands. Le problème, c’est que le gendarme n’était pas homme à louvoyer. L’illégalité lui provoquait des crises d’urticaire et, en son for intérieur, il espérait qu’il existât un peu partout sur cette planète des vigies de son acabit. Pas des héros, non, juste des fonctionnaires prêts à endosser leurs responsabilités et à l’assumer jusqu’au bout, quoi qu’il en coûte.
Commenter  J’apprécie          10
Dans les îles où il avait été muté plus jeune, on lui avait même enjoint de mettre un peu d’eau dans son vin. De fermer les yeux sur des petits trafics, par exemple, sous prétexte d’en empêcher de plus grands. Le problème, c’est que le gendarme n’était pas homme à louvoyer. L’illégalité lui provoquait des crises d’urticaire et, en son for intérieur, il espérait qu’il existât un peu partout sur cette planète des vigies de son acabit.
Commenter  J’apprécie          20
Des fissures apparaissaient dans le tableau, à l’image de celles qui affleuraient par endroits dans la toiture. Elle en considéra une en particulier qui courait discrètement le long de la façade avant de s’en approcher. Du majeur, elle suivit la lézarde jusqu’à ce que, sur son trajet, un peu de plâtre s’effrite. Toi aussi, on dirait que tu étouffes ! songea-t-elle en s’adressant à la bâtisse.
Commenter  J’apprécie          20
Un homme humilié est toujours plus dangereux qu'un homme en colère.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Cécile Cabanac (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Cabanac
"Vous allez vivre un polar psychologique avec des personnages qui semblent tellement réels grâce à l'écriture de Cécile Cabanac ! Un secret qui dérange tout le monde. Un pur bijou ! C'est une louve du polar français incroyable !" - Gérard Collard.
Un cold-case oppressant !Pour un salaire de misère, Alice, jeune attachée parlementaire, se laisse maltraiter depuis trop longtemps. Elle qui se rêvait générale des armées se découvre petit soldat au garde-à-vous. Et ce constat douloureux la pousse à tout quitter pour se réfugier au Pays basque où ses parents ont hérité d'une maison empreinte du souvenir de sa tante Diane. Vingt ans plus tôt, celle-ci a disparu sans que personne ne comprenne jamais ce qui lui est arrivé
À retrouver à La Griffe Noire et sur notre librairie indépendante en ligne : https://lagriffenoire.com/a-pleurer-tout-nous-condamne.html
Et aussi en format Poche : La petite ritournelle de l'horreur https://lagriffenoire.com/la-petite-ritournelle-de-l-horreur-1.html
#polar #lagriffenoire
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (437) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..