AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253073482
Éditeur : Le Livre de Poche (28/02/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Diane, jeune « executive woman » au caractère bien trempé, dirige avec succès une banque d'affaires parisienne. Son ascension professionnelle fulgurante est aux antipodes de sa vie personnelle, qui se résume à un mot : désert. Un désert dont l'aridité résulte des zones d'ombre de son enfance.

Survient la mort de sa grand-mère, qui lui laisse en héritage la mythique Villa Taylor de Marrakech. Ce lieu a accueilli quelques-unes des plus grandes figures ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
MicheleP
  19 avril 2017
Taylor
Ce livre, qui se clos sur un alexandrin (« la vie doit se draper dans l'étoffe des rêves») est une fable, voire un mythe d'où sa force et ses stéréotypes. Tout imprégné de légendes gréco-latines, il dit le rêve d'une multi-culturalité qui n'est pas celle des politiques ou des journalistes, mais la multi-culturalité de l'amour sans frontières.
C'est un roman charnel, sensuel et pourtant éthéré, un vrai roman, qui se lit comme un polar, et porte sur le retour vers un passé qu'il faut déchiffrer, ce passé colonial de la Villa Taylor, élégant, superficiel et…parfumé - du moins le croit-on jusqu'au deux tiers du livre, égarés qu'on est par les faux-semblants d'un raffinement de classe : un repas mauve pour l'assortir à des fleurs, une salle de bain en porphyre, un jardin enchanté, une bouteille de champagne que l'on verse dans la Neva.
Puis se révèlent les lignes de force, sous la frivolité heureuse apparaissent la cruauté, la violence envers les plus faibles et un courant irrésistible, celui de l'amour, de l'acceptation totale de l'autre, qui n'a que faire des barrières sociales et religieuses.
Un beau roman plein de charme, dont le personnage principal reste cette villa Taylor épuisée et superbe, qui ressemble à tous les paradis perdus et chargés de mystères de nos enfances : « On dit que les murs se souviennent et que, de temps à autre, ils laissent échapper des sons, des images, des parfums du passé ». J'ai aimé plus que tout cette quête d'un monde qui n'existe plus, ces grandes bourgeoises naufragées par la vieillesse, cette villa bientôt en ruine, maintenue tant bien que mal par un personnel hors d'âge, le Marrakech ancien, celui de l'aquarelle de Churchill, enlaidi par l'afflux des touristes, ces cimetières, même, ou les noms s'effacent…
« La terre, la vraie, c'est celle des souvenirs ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
dido600
  29 novembre 2018
D'habitude, les ouvrages (les romans, tout particulièrement écrits à deux -mis à part les couples bien soudés- sont rares et ne sont pas réussis, chaque intervenant pouvant avoir des frémissements différents face aux situations décrites. Il faut donc croire que nos deux auteurs sont sur la même «longueur d'onde». L'histoire, au départ, est assez simple. Mais, elle se complique par la suite.
Au départ, il y a Diane de Verneuil, une belle «golden girl», encore jeune, «executive woman» , directrice (à succès) d'une banque parisienne. Une vie de «jet-setteuse» parisienne menée tambour battant et brûlée (selon son rythme et ses désirs) par les deux bouts. A cause d'une enfance pleine de zones d'ombre ? Elle a grandi à Marrakech dans une grande villa devenue célèbre car fréquentée par de grands noms européens de la politique, de la culture et des arts de l'époque (coloniale) : Winston Churchill, F. Roosevelt, Y. Saint Laurent, C. Chaplin, Forbes... et bien d'autres encore.
Orpheline de père et de mère, elle vit avec sa grand-mère maternelle et de serviteurs (indigènes, bien sûr), tous bien silencieux sur le passé d'une résidence qui a l'air chargé de bien des drames. Car la mère a, un jour, mystérieusement disparu.. .laissant une résidence fastueuse péricliter dans la tristesse généralisée.
C'est, donc, à la mort de la grand-mère, toute une quête assez laborieuse pour retrouver la mère «effacée» des mémoires. Grâce à une jeune et beau notaire, lui-même ayant une vie chargée de mystères, elle remontera le temps et, allant de surprise en surprise, elle se réconciliera avec un passé qu'elle pensait douteux... et elle retrouvera ses origines (d'Européenne française, elle découvrira que son vrai père est un Marocain musulman, ancien serviteur, devenu l'amant de la maman) comme d'ailleurs Selim, le notaire qui dit avoir découvert, lui, le Marocain, fils de musulman, que sa mère était de confession juive) Sa vie connaîtra alors un autre cheminement, plus apaisé... Sa banque aussi ! Quant à la villa Taylor, elle ne sera pas vendue aux rapaces de l'immobilier.
Avis : Un roman d'amour parcouru de perturbations et d'interrogations ; l'héroïne, comme son amoureux, étant à la recherche de sa mère et de ses origines. Mais, aussi, un livre d'amour pour... le Maroc (à travers Marrakech)... un pays présenté calme, accueillant, tolérant, ouvert sur les cultures et les religions du monde, dynamique économiquement. Quoi de mieux comme outil promotionnel ? A l'opposé d'«Alger sans Mozart»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Entournantlespages
  05 avril 2017
J'ai commencé ce roman dans une sorte de flou qui s'est dès le début éclairci tellement j'ai accroché au style d'écriture de ce duo d'auteurs que je ne connaissais pas. J'ai été touchée et étonnée de lire deux hommes racontant le point de vue d'une femme avec autant de justesse, mêlant la douceur et la force du personnage. Je sais qu'après Villa Taylor, je prendrai un réel plaisir à découvrir un autre roman de ces auteurs, en espérant qu'ils réussissent à me faire autant voyager qu'avec celui-ci. D'autant que les multiples références littéraires ou autres, comme celles sur les mythes antiques ou sur des contes, m'a particulièrement plu et m'a aidé à encore plus m'adapter au sein de ce roman.
Diane avait renié son héritage marocain depuis quinze ans en quittant Marrakech pour la France. Depuis, elle s'est forgée un caractère et une carapace en fer forgé afin d'atteindre les plus hauts échelons de son secteur d'activité. Dans la trentaine, là voilà alors dirigeante d'une banque d'affaires parisienne. Seulement, sa vie intime n'est pas aussi florissante. Depuis quelques temps dans une relation qui ne semble pas l'épanouir, elle s'est au fil du temps refermer sur elle-même pour ne plus jamais être abandonnée. Mais lors de la mort de sa grand-mère, Diane se voit obligée de fouler à nouveau sa terre natale, Marrakech. Elle apprend être l'héritière directe de tout ce que possédait sa grand-mère, dont notamment la Villa Taylor dans laquelle Diane a également vécu lors de son adolescence. Les souvenirs refluent un à un dans sa mémoire et voit dans la mort de Moune l'occasion de découvrir la vérité sur sa propre mère. Celle qui l'a abandonné à la naissance, celle dont elle n'a jamais entendu parler telle un fantôme qui hante la Villa Taylor. Diane va devoir prendre ses distances avec Paris pour pouvoir enfin déceler la vérité qui ne va pas être simple à découvrir. Entre le jardinier maintenant aveugle et la gouvernante Halima qui vivaient auprès de Moune depuis des décennies, personne ne souhaite rendre plus limpide les investigations de Diane. Elle va devoir alors s'y engager pleinement, sans peur de s'écorcher sur le chemin, car tous les secrets et toutes les vérités ne sont pas forcément bonnes à entendre. Mais il faut dire que Diane a les épaules pour ce genre de défis. Forte, intransigeante, elle sait se faire entendre et reste prête à tout pour découvrir la vérité. Malgré tout, même avec la meilleure des armures, on peut facilement se blesser. Et la jeune femme va parfois croire qu'elle est arrivée au bout de sa résignation et de sa force mentale. Mais heureusement, il y aura toujours quelqu'un ou quelque chose qui va l'aider à se relever. On s'attache facilement à cette jeune femme qui semble réussir facilement à se réintégrer dans cette vie qu'elle a quitté. le mélange entre la culture occidentale et orientale est très intéressante et laisse place à une sorte d'harmonie, bien loin de l'image de conflits perpétuels entre les deux que l'on voit et ressent dans le climat actuel.
À côté de Diane, il y a bien évidemment la Villa Taylor qui regorge d'un patrimoine et d'une mémoire inaltérables. Cette maison possède une véritable histoire, ayant recueilli entre ses murs des personnalités tels que Churchill et Roosevelt. Les auteurs s'emploient à raconter leurs visites dans cette demeure ce qui au départ m'a beaucoup intéressé. Mais il est vrai que lorsque j'étais entièrement ancrée dans les recherches de Diane au travers de Marrakech, je n'ai pas forcément apprécié cette sorte de coupure du récit pour narrer une nouvelle fois un autre épisode sur la Villa Taylor. Parce que oui, je baignais complètement dans cette atmosphère chaude et mystérieuse, où les effluves de menthe volent à chaque recoin. Je me suis profondément attachée à cette femme pour son caractère et parce ce qu'elle est obligée de vivre, d'endurer, pour tenter de connaître davantage celle qui lui a donné la vie. L'aide de Salim va alors être précieuse. Cet homme généreux mais aussi distant va se montrer très important pour la collecte de nouveaux indices. Il va peu à peu prendre une place toute particulière dans la vie de Diane, jusqu'à ce que le lecteur s'interroge réellement sur les choix de Diane à son encontre. Cette dernière devra tout au long du récit faire face à des sacrifices, face à la peur qui parfois la submerge, à la perte d'équilibre de son quotidien pour enfin déterrer les secrets du passé. Diane sait qu'ils vont à jamais bouleverser sa vie, mais elle n'attend que ça, elle qui a toujours manqué d'une mère, elle qui a toujours eu peur de l'abandon.
Lien : http://entournantlespages.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
mamansand72
  05 mars 2017
Très beau roman, assez classique mais vraiment bien écrit, prenant et divertissant. Les personnages sont très vite attachants, y compris le personnage principal et atypique, à savoir la villa Taylor à Marrakech.
Une jeune femme, carriériste dans le domaine de la finance, hérite de la villa de son enfance à Marrakech à la mort de sa grand-mère. Ce sera pour elle l'occasion de revenir sur les traces de son enfance, de la petite fille qu'elle était, partant aussi à la recherche de la femme qu'elle veut devenir.
Après avoir voulu vendre la maison pour tourner la page, elle se laisse envoûter par la maison qui lui révèle peu à peu, par bribes, des éléments qui vont lui permettre de mieux connaître ses origines et en particulier la vie de sa mère qui l'a abandonnée pour vivre une passion amoureuse et dont personne n'a voulu ensuite lui parler. le contraste entre la jeune femme d'affaire, froide et efficace, qui paraît insensible et celle qui se révèle peu à peu est saisissant. D'un côté le monde occidental, individualiste et mené par l'attrait du profit financier dont les auteurs dénonce certains travers, de l'autre le Maroc et son humanité. Ce roman nous emmène littéralement au Maroc ; on a vraiment l'impression de connaître la Villa et son jardin, de ressentir la chaleur du Maroc et de ses habitants… C'est donc un moment de lecture très agréable : évasion et émotions garanties !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Limelox
  30 janvier 2017
J'ai beaucoup aimé ce roman, qui prend en fait la forme d'une enquête d'une jeune femme, Diane, pour connaître sa mère, qui l'a abandonnée lorsqu'elle était petite fille.
La mort de sa grand-mère qui a toujours tu l'origine de cette disparition et qui n'a jamais voulu livrer un quelconque détail sur cette mère que Diane rêvait tant de connaître, est l'occasion de déterrer les souvenirs et recoller les morceaux du passé.
Il s'agit aussi de l'histoire d'une jeune femme qui peu à peu remplace l'action dans sa vie par la contemplation. J'ai regretté parfois quelques traits du personnages qui me semblaient caricaturaux : le portrait de la femme qui a sacrifié émotions et vie personnelle pour devenir un requin de la finance, qui s'est construite sur une fêlure (l'absence de sa mère) n'est pas toujours pleinement crédible.
Mais la grande sensibilité de ce roman, l'écriture poétique et très accessible des auteurs qui rendent hommage à la beauté sauvage et chaude de Marrakech a fini de me convaincre qu'il s'agissait d'une lecture à recommander pour ce mois de février!
Je remercie les éditions Anne Carrière
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (1)
LeFigaro   17 février 2017
Derrière une histoire d'amour, le duo d'écrivains brosse un superbe portrait de la ville.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
dido600dido600   29 novembre 2018
«Les retraités occidentaux sont plus riches au Maroc, alors ils s'expatrient. Nos pays délocalisent tout, même les vieux» (p. 216)
Commenter  J’apprécie          40
dido600dido600   29 novembre 2018
«Les souvenirs lestent, ils n'aident jamais» (p. 38)
Commenter  J’apprécie          10
mamansand72mamansand72   05 mars 2017
Quitter un cimetière après une cérémonie est une épreuve amère.
Jusqu’à la mise en terre, la mort de Moune était une abstraction. J’étais portée par sa mémoire et sa tendresse, j’étais pleine d’elle. Elle vivait comme jamais, trente-cinq années de souvenirs défilaient sans ordre ni raison. Elle ne pouvait être morte, elle était si présente, presque palpable. Peut-être suffisait-il d’étendre le bras pour effleurer sa silhouette fragile ?
Le sol excavé mit un terme à mes divagations : la mort était bien là, habillée de chêne et de bronze. Quand la dernière motte s’effrita sur la terre rouge de Marrakech, les muscles de mon visage se détendirent, ils échappèrent à tout contrôle et, enfin, le masque se fissura.
J’étais seule à présent, le dernier pan du dernier rempart s’était effondré, je n’avais plus de famille et aucun espoir d’en fonder une. La solitude serait ma compagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mamansand72mamansand72   05 mars 2017
L’entendre parler de son métier m’amuse. J’entre dans le monde de l’apparence, de l’illusion, de la séduction, un monde factice dédié au plaisir, un monde onirique zébré de lasers, aux antipodes des marbres glacés et des boiseries sombres des sièges de nos banques.
Pourtant, nos univers sont étonnamment proches. Argent et communication sont l’envers et l’avers d’une même pièce. Les téléspectateurs et les actionnaires sont nos maîtres, l’Audimat et les dividendes nos sanctions. Julien séduit avec des images, moi avec des chiffres. Il assemble rêve et concepts efficaces, je combine prévisions et prise de risque.
Notre vie est aimantée par un seul but : la réussite. Nos actes quotidiens n’ont qu’une finalité : trouver l’idée. Cette quête insatiable, monomaniaque, nous appauvrit et nous mutile, nous sommes des automates stéréotypés en représentation sur une scène sans décors. Le ciel et les odeurs de Paris n’étant guère propices aux errements, aux divagations ou à l’improvisation, le gris noie tout et couvre nos sens d’un voile opaque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
najnajenajnaje   10 novembre 2017
Je te souhaite de vivre la même expérience, violente et charnelle...solaire... car enfin, tout ce qui reste de nos vies, c'est ce feu, cette intensité, cette joie avant la poussière, cet éclair entre deux néants.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Michel Canési (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Canési
Retrouvez vos "Live Books" du neuvième numéro de Gérard Part En Live ici :
De beaux jours à venir de Megan Kruse et Héloïse Esquie aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/104144-divers-litterature-de-?
Toxique de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/102121-divers-polar-toxique.h?
Fantazmë de Niko Tackian aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/102451-divers-polar-fantazme.?
La Voix des vagues de Jackie Copleton et Freddy Michalski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/108011-divers-litterature-la-?
La Valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/106030-divers-litterature-la-?
Les grands duels qui ont fait le monde de Alexis Brézet et Vincent Trémolet de Villers aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/106811-encyclopedie-les-grand?
Les indésirables de Diane Ducret aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100303-divers-litterature-les?
New York odyssée de Kristopher Jansma aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/102490-divers-litterature-new?
Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100415-divers-litterature-un-?
Villa Taylor de Michel Canesi et Jamil Rahmani aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/107879-divers-litterature-vil?
Visitez notre chaine Youtube et abonnez-vous ! : http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables.
Gérard Collard - Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : Marrakech (Maroc)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre