AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070417379
Éditeur : Gallimard (14/02/2001)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 271 notes)
Résumé :
Bruges, 1441.
Arborant un air mystérieux, l'index posé sur les lèvres, Jan Van Eyck avait chuchoté : Petit, il faut savoir se taire, surtout si l'on sait.
Qui pouvait se douter alors que, derrière la recommandation du maître flamand, l'un des plus grands peintres de l'histoire de l'art, se cachait le Grand Secret ?
À travers les brumes de Flandre et la luminosité éclatante de la Toscane, un enfant de treize ans va se retrouver confronté à une ef... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
  07 avril 2015
Il y a plusieurs mois que ce livre est sur mes étagères, c'est-à dire dans ma « PAL »
Je l'ai pris plusieurs fois en main et j'ai finalement craqué … Belle idée !
Il s'agit de l'histoire d'un enfant de treize ans recueuilli par Jan van Eyck, peintre de grand talent, installé à Bruges. L'histoire nous conduira de Bruges à Florence ou Venise pour explorer des lieux d'art, dans lesquels des crimes sont commis parmi la communauté des peintres.
L'énigme est complexe, mais le jeune Jan devra évoluer avec de nombreux partenaires dans des milieux souvent hostiles.
Ce roman, très complet est composé sur un fond de lutte pour la découverte et la possession de lieux d'outre-mer susceptibles de fournir des épices, des métaux rares, c'est à dire pourvoyeurs de richesse.
De nombreux sujets d'actualité peuvent trouver un écho dans ce livre, sans qu'une réponse ou une théorie ne soit mise en avant.
On y apprend en tout cas beaucoup sur la peinture à cette époque, (les pigments, la préparation des fonds….) On pourra trouverégalement de bons éclairages sur les religions.
Ce livre est finalement érudit mais pas pédant, donc pas difficile à aborder.
L'énigme, dont on découvre petit à petit les tenants et aboutissants nous emmène à la fin du texte en laissant toujours une part d'inconnu qui nous incite à poursuivre la lecture.
Après des mois de gestation sur une étagère, ce livre m'a apporté beaucoup de plaisir. Je ne peux que vous inviter à le découvrir également.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
jeunejane
  17 février 2017
Le roman débute à Bruges en 1441.
Jan est recueilli tout bébé par Jan van Eyck, grand peintre de "la peinture flamande".
Il devient apprenti puis s'apprête à devenir compagnon.
La communauté des artistes est secouée par une série de meurtres et Jan va être plongé dans ces intrigues.
A la mort de son maître, il part pour la Toscane en compagnie d'un marin portugais.
Les méthodes de peinture, les ambiances de Bruges au XVème siècle , les peintres cités, la relation filiale entre le peintre et Jan m'ont plus intéressée que l'intrigue amenée par les crimes mais il faut dire que cela a mis du piment lors de ma deuxième lecture ( en 2001, puis en 2017).
C'est un magnifique roman de Gilbert Sinoue. Les ambiances y sont tellement bien décrites que j'ai eu l'impression de déambuler dans les rues avec Jan.
Commenter  J’apprécie          412
BrunoA
  17 avril 2013
A travers le parcours de ce fils de van Eyck, Gilbert Sinoué offre une belle fresque historique dans la Flandre du XVème Siècle.
On y trouve tous les ingrédients du roman à suspense : conspirations, secrets, assassinats, menaces... le tout dans une époque qui nous permet de côtoyer un grand peintre flamand dans son cadre de vie, et par là, de contempler son travail alors qu'il réalisait les oeuvres qui sont arrivées jusqu'à nous.
On apprend ainsi la manière dont les peintres apprêtaient leurs couleurs en fonction de l'effet désiré, ce autour de quoi tourne l'intrigue du roman.
Comme dans la Jeune Fille à la Perle de Tracy Chevalier où on approche Vermeer, Sinoué nous offre ici la possibilité d'admirer un de ses grands prédécesseurs.
Commenter  J’apprécie          260
mauriceandre
  25 janvier 2015
Chaque fois que je lis un de roman de Gilbert Sinoué c'est un enchantement.
La description de Bruges donne envie d'y aller se promener et l'intrigue est menée de main de maître.
Comme dans beaucoup de ces romans les Religions sont omniprésentes en toile de fond.
Il nous entraîne a la suite d'un enfant qui est le dépositaire d'un secret sans le savoir et qui échappe sans cesse a la mort.
Ce secret qui rendit célèbre les peintres Flamand du XIV ème. siècle a trait a la magie de ces peintures, que l'ont peu voir dans les musées, et qui donnent l'impression d'êtres illuminées de l'intérieur
Du même auteur je vous conseillerai: le Livre de Saphir, Avicenne ou La Route d'Ispahan, La Pourpre ou L Olivier, L'égyptienne, La Fille du Nil.
Commenter  J’apprécie          201
Levant
  07 juin 2014
Avec cet ouvrage, Gilbert Sinoué nous transporte au 15ème siècle, dont les historiens ont fait une transition entre la Moyen-âge et le Renaissance, avec pour décor les prestigieuses cités de Bruges et de Florence. C'est un véritable “polar” dans lequel l'intrigue et les personnages tiennent le lecteur en haleine, jusqu'à ce que … le soufflé retombe. Mais n'en disons pas plus quant au dénouement.
La technique émergente de la peinture à l'huile est venue concurrencer, et peut-être condamner, la peinture a tempera. C'est en tout cas ce qui suscite l'intrigue. Je veux bien admettre être passé à côté de l'événement - de cette locution latine aussi - mais celui-ci est présenté comme une véritable révolution dans l'histoire de “l'Art des arts”. A tel point qu'il provoque un choc des consciences contemporaines averties et une réaction aux tournures imprévisibles, à la violence aveugle.
Comme à l'habitude avec Gilbert Sinoué, nous prenons une leçon d'histoire. Outre bien sûr le héros, Jan van Eyck, grand peintre flamand, on fréquente la cour de Côme de Médicis à Florence, on s'y rappelle que le Duc de Bourgogne régnait sur les Pays-Bas, que Nicolas Rolin a fait ériger les Hospices de Beaune, que nous sommes à l'époque de l'ouverture au Nouveau Monde, à la veille de la démocratisation de l'écrit par l'imprimerie et enfin que les Grands de ce monde l'étaient d'autant plus qu'ils s'érigeaient en mécènes.
Ce n'est pas, à mon sens, le fleuron de la bibliographie de Gilbert Sinoué. C'est comme ça que je le perçois. Mais avec cet auteur il y a toujours des richesses à glaner et cela reste d'un excellent intérêt. Ne serait-ce par l'ancrage de ces péripéties dans un contexte historique et les sujets de réflexion que cet ouvrage suscite sur le rôle de l'art dans la société et dans la vie tout simplement..
Il y a bien sûr aussi ces thèmes qui pourraient être perçus comme secondaires mais qui fondent en réalité la pensée humaniste de l'auteur. On les retrouve dans ces fameux coups de griffes à tous les promoteurs d'intolérance et d'immoralité auxquels il nous habitue dans ses ouvrages. L'esclavage est un des thèmes ciblé dans celui-ci, où les Noirs africains y sont présentés, dans la bouche d'Anselm de Veere, comme le “brouillon de Dieu” avant la création de sa grande oeuvre. On s'interroge aussi sur la place de la Femme dans ce roman très masculin, son accès difficile au devant de la scène. La mère adoptive de Jan est effet une marâtre mal aimante. Sa mère biologique ne fait qu'une apparition fugace. Elle est blâmée du crime d'abandon, même si pour son rachat, l'auteur lui fait donner sa vie pour sauver son enfant.
Quant au sujet essentiel de cet ouvrage dans la monde de l'art, on appréciera les descriptions documentées des techniques picturales, mais aussi la compréhension de ce principe du mécénat, seule chance pour un artiste d'émerger et de vivre de son art. C'était bien entendu extrêmement élitiste. Dans ce domaine, comme dans la vie en général à cette époque, seuls les plus forts avaient des chances de survivre. C'était pour l'art, en tous cas, un gage de qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   17 février 2017
Sa dépouille reposait dans la pièce à côté, mais elle était vide de lui. Ce n'était qu'une forme, déjà couleur de cire, jetée sur un lit. Une forme glacée où se lisait le néant...Mais lui, le vrai Van Eyck, où était-il? Où vont les gens quand ils meurent?
Commenter  J’apprécie          290
line70line70   27 mars 2011
«Je suis parce que tu me regardes.» Si l'on cesse de poser son regard sur l'autre, on le tue. Ignorer le reste du monde, c'est le priver du droit à la vie.
Commenter  J’apprécie          310
Florence94Florence94   13 août 2012
Il poursuivit avec une certaine tension :
- Il existe une autre création qui, il est vrai, n'a pas l'importance du retable, mais que l'on risque aussi de m'adjuger.
- De quoi s'agit-il ?
- Un livre d'heures commandé à Hubert par Guillaume IV. Ses enluminures sont uniques.
- Je ne l'ai jamais vu sur vos étagères. Où se trouve-t-il ?
Van Eyck arbora un sourire énigmatique :
- En lieu sûr.
- C'est à dire ?
- En lieu sûr...
Il était inutile d'insister. Depuis le temps, Jan s'était habitué à ces mystères pour lesquels le peintre semblait avoir une prédilection.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EpicteteEpictete   06 avril 2015
Au fond, qu'est-ce que la vie sinon la mort en devenir ? Mais serez-vous prêt à la date prévue ?
Commenter  J’apprécie          200
mimifasolamimifasola   07 mai 2013
Coster souhaitait répandre le savoir parmi les foules, autorisant ainsi qu'il soit à la portée du premier venu!
Folie!
Ignorait-il que le savoir est une arme? Que de sa maîtrise dépend l'art de gouverner les peuples. Or qu'est-ce qu'un peuple? sinon le détour que prend la nature pour arriver à la grandeur d'un seul homme! Le vulgaire ne peut, ni ne doit, accéder au savoir, à moins qu'il ne soit jugé supérieur et instruit par l'initié. Quelques êtres seuls ont le droit d'en être les dépositaires et ils ont pour mission sacrée de protéger la Connaissance afin que jamais celle-ci ne tombe entre des mains impies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Gilbert Sinoué (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Sinoué
Gilbert Sinoué, L'envoyé de Dieu - le livre sur les quais, Morges 2015 .Gilbert Sinoué présente "L'envoyé de Dieu" aux éditions L'Archipel, à l'occasion du Festival le livre sur les quais, Morges 2015. Retrouvez le livre :http://www.mollat.com/livres/sinoue-gilbert-envoye-dieu-une-vie-prophete-muhammad-9782809817379.html Notes de musique Mollat© - http://www.mollat.com le livre sur les quais : http://www.lelivresurlesquais.ch Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : brugesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Gandhi en Afrique du Sud : La Nuit de Maritzburg de Gilbert Sinoué

En quelle année Mohandas Karamchand est-il venu en Afrique du Sud pour défendre les intérêts d'une entreprise indienne ?

1885
1893
1896
1914

8 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit de Maritzburg de Gilbert SinouéCréer un quiz sur ce livre