AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791097491147
Éditeur : Editions Baker Street (11/10/2018)
3.67/5   3 notes
Résumé :
Un sujet au coeur de l'actualité sur un scandale qui a secoué le monde entier et déstabilisé de nombreuses figures éminentes. Un témoignage poignant d'un proche du personnage central de ce drame, un livre qui réclame justice.

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
kielosa
  22 décembre 2018

Le producteur et réalisateur de cinéma, Harvey Weinstein, surnommé entre autres "le loup blanc" et "le Gros Porc" n'est pas exactement le personnage qui vient spontanément à l'esprit, lorsqu'en cette période de l'année ĺ'on pense aux hommes de bonne volonté.
Depuis octobre 2017, #MeToo, ce hashtag "moi aussi" est grâce à lui devenu, hélas, une véritable "épidémie" et il ne se passe pratiquement pas un jour sans qu'il y ait un nouveau cas de harcèlement sexuel dans la presse. Comment est-ce possible qu'en tant que grande figure du 7ème art on puisse en arriver là ? Que l'on puisse manquer de respect envers les femmes de façon si systématique pendant si longtemps ? C'est cette incompréhension qui m'a incité à me procurer et lire cet ouvrage. Par ailleurs, sans aucun enthousiasme !
Et dire que, comme la grosse majorité d'entre vous, j'appartiens encore à la génération d'hommes à l'esprit chevaleresque où une jeune fille et dame sont considérées comme des forteresses qu'il convient d'essayer de "conquérir" avec tact, compliments, amabilités et humour (sans oublier les fleurs) ! Pourtant cet énergumène n'a que 5 ans et demi de moins que moi (né en mars 1952 dans le Queens à New York).
Le récit de "l'ogre sexuel" nous est conté par son chauffeur de limousine attitré, principalement lors de 6 festivals de cinéma à Cannes, de 2008 à 2014, Mickaël Chemloul. Contrairement à son chef, l'auteur est un homme qui aime sa femme et qui lui est strictement fidèle. Sa Myriam, d'origine algérienne-kabyle comme lui, a été tout au long de cette période son soutien moral et unique point de référence.
Il serait un peu farfelu à cet anthropophage épouvantable d'invoquer comme excuse à ses incalculables infidélités que sa légitime épouse (la seconde) soit bête et moche. Georgina Chapman (née en 1976 à Londres) est une réelle beauté classique qui a beaucoup de classe, qui a fondé avec une amie la maison de mode haut de gamme Marchesa - qui habille des célébrités telles Naomi Watts et Jennifer Lopez - est ambassadrice et styliste de l'Oréal et ex-actrice, notamment de "Match Point" de Woody Allen (2005).
Avec Harvey, qu'elle a épousé en 2007, elle a eu 2 enfants, India Pearl en 2010 et Dashiell en 2013. Dix ans plus tard, après tous ces scandales, elle l'a quitté, en disant comme sa compatriote, Petula Clark (mais sans le chanter, of course) : "J'ai le coeur brisé ". La pauvre a aussi exprimé sa sympathie avec les plus de 80 victimes connues d'harassement sexuel (dernière statistique disponible, d'octobre 2018) par son illustre mari, telles Gwyneth Paltrow, Uma Thurman, Angelina Jolie, Rosanna Arquette, Ashley Judd etc.
Pauvre, pas dans le sens monétaire, bien entendu, car selon la presse britannique, elle risque de toucher 20 millions de dollars (ou 400.000 par an) dans le cadre de la procédure du divorce.
Conduire ce nabab "tyrannique, pervers, odieux, abject, répugnant, immonde, dégueulasse, infâme" (page 65), du Palais du cinéma aux hôtels Majestic et Cap-Eden-Roc, et la nuit aux boîtes de nuit comme le Bâoli ou à des partouzes, n'est évidemment pas un job de tout repos. Il est vrai que Harvey Weinstein a une capacité de travail remarquable. Dès l'aube visionner des films, courir d'un rendez-vous pour affaires à une rencontre avec ses financiers préférés : des riches yankees, des princes arabes et/ou des oligarques russes et dans la Mercedes-Benz Maybach S500, entretemps, passer constamment des coups de fil sur son mobile et IPad avec ses collaborateurs à Hollywood, pendant que la limousine file à une allure infernale. À ce propos ses instructions à Mickaël ont été claires et formelles : aller le plus vite possible, sans trop s'occuper des feux rouges par exemple, car il souffre d'agoraphobie et les embouteillages le rendent malade. Et des amendes....ça se paie.
Je dois dire que Chemloul ne cache pas son admiration pour le génie cinématographique de Weinstein, pour sa "capacité à transformer les obstacles en tremplins, les contraintes en leviers" (page 111), la vitesse avec laquelle il assimile des scénarios etc. Et cela en dépit des grosses bouffes et d'un anneau gastrique ! Sans parler de ses constantes aventures "romantiques" avec de toujours nouvelles starlettes !
La filmographie d'Harvey Weinstein est tout simplement incroyable. "L'homme aux 60 statuettes" (un surnom un peu plus sympa) a raflé pratiquement tous les prix, comme producteur et producteur délégué avec des succès comme "Shakespeare in Love", "Pulp Fiction", "Le Patient anglais", "Le Seigneur des anneaux", "Inglorious Basterds"... et comme distributeur de "Cinema Paradiso", "La vie est belle" en Italie et en France de "La Reine Margot", "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" etc... etc...
Je ne compte pas recommander ce livre, malgré l'honnête témoignage de Mickaël Chemloul et la bonne assistance dont il a bénéficié de l'écrivain et "script-doctor" Vincent Colonna, auteur entre autres de "Alger, ville blanche sur fond noir", car les frasques du "Gros Porc" m'ont copieusement irrité tout au long de ces 278 pages.
Je veux tout de même terminer sur une note un peu plus positive en reprenant la citation, en début d'ouvrage, d'Aldous Huxley : " L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à un homme, c'est ce qu'un homme fait avec ce qui lui arrive. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          425
Bazart
  21 mai 2019
Entre 2008 et 2013, Mickaël Chemloul a été le chauffeur attitré d'Harvey Weinstein lorsque celui-ci séjournait sur la Côte d'Azur et notamment pendant la quinzaine cannoise.
Dans le « démon de la Croisette" (paru en octobre dernier aux éditions Baker Street mais qui refait forcément l'actualité en cette semaine cannoise), Mickaël Chemloul partage son expérience de six années au service du producteur de "Pulp Fiction" de The Artist ou du Patient anglais", un être pour le moins démoniaque, dans un livre confession aussi éprouvant que troublant.
Le chauffeur explique tout au long de ce saisissant témoignage la tension qu'il a ressenti pendant ces 6 années où il était au service, et mêmes aux ordres le prédateur sexuel qu'est Harvey Weinstein aussi autoritaire que pervers.
de l'Hôtel Majestic à l'Eden Roc, des boites de nuit les plus hypes aux bateaux les plus majestueux, entre signatures de contrats mirobolants et parties (pas vraiment) fines, rendez vous avec des escorts ou des jeunes actrices victimes pas vraiment consentantes, le nabab déchu apparait ici aussi infâme qu'odieux, mais tout le monde semble complètement sous son bon vouloir et à sa disposition.
Celui qui est décrit, avant même que Chemloul ne travaille pour lui comme un « gros porc » et un ogre sexuel totalement insatiable, adepte de drogues et sextoys, semble cependant fasciner son chauffeur.
Le regard que Michaël Chemloul porte sur Weinstein parait assez ambigü, même après les terribles épreuves qu'il a pu lui faire subir (il est tombé en burn out suite à une agression physique violente commise par Weinstein, mais sa plainte n'a pas pu à ce jour, être déclarée recevable)..
Une sorte de syndrome de Stockholm qui ne dit pas son nom, mais qui peut se comprendre vu à quel point Weinstein faisait la pluie et le beau temps de l'industrie cinématographique du temps de sa splendeur.
On imagine ainsi parfaitement que ce livre témoignage, qui n'a pas, reconnaissons le, une immense valeur littéraire (malgré l'apport du romancier Vincent Colonna pour mettre de l'ordre dans les souvenirs du chauffeur) et qui n'échappe pas toujours au piège du sensationnalisme, a comme vertu principale une dimension libératrice et cathartique immense pour son auteur.
Rien que pour cela et aussi pour en apprendre aussi un peu sur le monde méconnu et mystérieux des chauffeurs de stars ( la "chauffe" comme il est dit dans le livre), ce "Démon de la croisette" mérite assurément d'être lu, malgré le caractère abject de son personnage principal le décidement très peu fréquentable Monsieur Weinstein .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ROUMANOFFBE
  19 juin 2021
Harvey Weinstein, un homme qui a été placé sur un piédestal, alors qu'il avait tout du goujat. Un vrai sauvage qui n'avait aucune idée du respect.
Visiblement il passait son temps à maltraiter son entourage, était passé maître dans la tromperie et vivait sa vie comme s'il allait mourir le lendemain sans penser aux dommages collatéraux.
Et comme d'habitude, dans le secteur, ils étaient bons nombre à savoir mais personne n'osait rien dire de peur de perdre des parts de marché, un boulot, de l'argent, ou autre intérêt. D'ailleurs son petit nom, c'était le gros porc, bien choisi et mérité apparemment.
Le chauffeur qui le conduisait pendant ses passages en France a résisté et puis il a craqué.
Il raconte son histoire avec beaucoup de pudeur mais le lecteur sent bien toute sa douleur et sa difficulté de maîtrise partagée entre le risque de perdre son boulot et son client ou le droit au respect et à la dignité.
Un témoignage édifiant sur ces personnalités auxquelles les humains donnent de l'importance alors qu'ils ne la méritent aucunement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BazartBazart   08 mai 2019
Je me sens libéré d'un poids . Harvey Weinstein n'est plus une menace. il a perdu sa toute puissance il est aux abois. La compassion que j'avais ressenti pour toutes ces femmes martyrisées insultées, trompées, qu'il m'était arrivé de transporté, sans mesurer toujours ce qu'elles traversaient, revient m'envahir comme une onde de choc.
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   08 mai 2019
D'un mouvement du menton, M Carlos manifesta son irritation: - qui est ton client?
pour le pousser à parler, j'indiquai le fameux surnom :
- on l'appelle " gros porc " depuis les années 90, j'aimerais bien savoir pourquoi... La table s'esclaffa, à part François tout le monde paraissait au courant...
Commenter  J’apprécie          10
lyanealyanea   06 octobre 2020
Tu es définitivement malade, plus jamais je ne travaillerai avec toi.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Mickaël Chemloul (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mickaël Chemloul
Harvey Weinstein : son chauffeur à Cannes pendant six ans raconte
autres livres classés : festival de cannesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
211 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre