AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782375020609
Éditeur : Editions Paulsen (24/01/2019)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 34 notes)
Résumé :
Le troisième tome des aventures de Gilles Belmonte démarre à vive allure.

En cet été 1800, au terme d'une décennie de tourmentes, les armées de la République desserrent l'étreinte des monarchies continentales. Napoléon Bonaparte, désormais Premier Consul et victorieux à Marengo, imprime sa marque sur un État qu'il ne cesse de réorganiser.
Du Pays de Galles à l'océan Indien, Gilles Belmonte, confronté aux jeux stratégiques des puissances colonia... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  09 février 2019
ça pulse, mais pas trop.
Troisième tome des aventures de notre Capitaine de frégate français. Gilles Belmonte.

En l'an 1800, départ pour l'océan indien (du côté de la réunion) pour aller combattre les pirates. Mais sur la mer, les Anglais ne sont jamais loin et les ennemis de mes ennemis ne sont-ils pas mes amis ? du moins le temps d'une chasse-party.

On a du beau linge dans cet épisode. Une préface par Jack Aubrey him-self (Non, on a osé se faire passer pour lui). Une rencontre avec Robert Surcouf, le corsaire le plus célèbre de son état.
Le démarrage est bien plus rapide que le tome 2. Savant dosage entre combats navals et coup de force au sol. Belmonte est un capitaine fort sympathique et l'auteur réussit le mariage d'un vocabulaire de marine de guerre du 18 – 19ième siècle et d'un ton et d'une ambiance résolument moderne .

On pourra éventuellement regretter un manque d'intrigue et de réel suspense. Les carottes sont cuites avant même d'être trempées dans l'eau. Bon, on se doute bien de qui va être vainqueur (à l'instar de ses aînés de la marine anglaise, dans une série, le héros s'en sort toujours tête haute). Mais sans vraiment pouvoir l'expliquer, je me suis laissé porté par l'histoire, mais sans bousculade, sans sursaut, sans réel frisson en fait. Me lasserais-je ? Non impossible.

Et évidemment, comme je le pressentais, pour une trilogie annoncée, un quatrième tome est en préparation : Capitaine de Bonaparte. Et j'en serais bien sûr…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          813
Billygirl
  16 juin 2019
Bon c'est vrai j'avoue, j'aurai tout de suite dû y penser, mais écrit comme cela, je n'ai pas percuté que le titre faisait référence à l'Océan Indien, ce qui semble évidemment l'appellation courante qu'en fait le marin, tant pis pour moi !
J'ai bien aimé comme clin d'oeil, la préface du rédacteur de Voile Magazine, en lettre adressée au Capitaine Belmonte par le Commodore Aubray, dit Jack La Chance lui même, excusez du peu, personnage emblématique des romans de Patrick O'Brian et du navire HMS Surprise dans un certain nombre de ses aventures et pendant anglais du maître de l'Egalité. En parenthèse j'avouerai que c'est grâce au superbe "Master and Commander", film inspiré des aventures de Jack Aubray, que j'ai découvert et me suis mise à lire les romans dont il est inspiré et qu'il me faudrait d'ailleurs en reprendre la lecture...
Ce troisième tome est tout aussi sympa que les précédents et mis à part un peu de confusion dans le plan d'action de l'attaque de l'Ile de Monfia, où ça se bouscule et se mélange un peu, pour le reste, tout comme pour les deux premiers tomes Pour les trois couleurs et le trésor des américains, j'ai passé des heures agréables et j'apprécie pour cela, cette belle et apparente simplicité d'écriture dans le meilleur sens du terme chez Fabien Clauw.
Une petite réflexion que j'ai tu jusqu'à présent me revient cependant pour celui-ci... Je conviens que l'époque n'est pas à l'émancipation féminine et que cependant, l'auteur accorde une assez belle liberté aux dames de son histoire et c'est tout à l'honneur de Camille de lui faire accepter certaines choses dans ce volume mais c'est d'autant plus dommage de l'avoir quand même fait passer pour une idiote en la faisant se rendre imprudemment dans la cabine où ce trouvaient les prisonniers.
Cela dit, j'espère un nouvel épisode de la vie trépidante de Gilles Belmonte, que j'aurais bien lu d'une traite en suivant si il avait déjà existé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
beauscoop
  20 mai 2019
Il faut lire le roman pour comprendre que l'indien est le nom de l'océan. La majorité du récit se situe dans cet océan, aux alentours de Madagascar, au large de Zanzibar, sur l'île de Monfia/Mafia, un lieu prisé des pirates pour mettre à l'abri les vaisseaux. Tant de personnages et d'événements différents sont relatés qu'il est utile de lire plusieurs fois ce récit. D'autant que l'écriture est bien agréable, sans excès d'aucune sorte. Un bon et vrai roman d'aventures avec quelques personnages réels comme Talleyrand, Surcouf. C'est l'un des rares romans de batailles navales de l'époque 1800, dans lequel les français mettent plusieurs fois la pâtée aux ignobles anglais. Cela change de l'optique vue avec Hornblower, Bolitho et Jack Aubray. de plus l'auteur est un grand navigateur qui décrit avec réalisme toutes les manoeuvres d'un navire en fonction des conditions de la mer et des vents. Un régal pour amateur ou pas de navigation à la voile.
Commenter  J’apprécie          142
Hussard1805
  21 avril 2021
Avec le Pirate de l'Indien, Fabien Claw nous livre le troisième opus des aventures maritimes de Gilles Belmonte, capitaine de frégate de la Marine républicaine et comme le titre le laisse entendre, le pavillon aux trois couleurs a rendez-vous avec le Jolly Roger dans les eaux tumultueuses des parages des Iles de France et de la Réunion.
On monte à l'abordage dès les premières pages lorsque Belmonte prisonnier sur parole en Angleterre se voit libéré de celle-ci et organise l'évasion de sa chère frégate Égalité et son valeureux équipage de la rade de Portsmouth. Bien que les conditions d'un tel exploit paraissent incroyablement improbables, on se laisse encore une fois entraîner. Néanmoins, j'ai trouvé ce tome trois moins efficace que les deux premiers, seuls les affres d'une tempête tropicale apportant une réelle nouveauté maritime. L'alliance avec les pirates face à l'Anglais est assez pittoresque mais le trait est un peu forcé là aussi. Un peu comme l'apparition fortuite des corsaires Malouins déjà croisés lors des précédentes aventures et qui surgissent toujours à point nommé, à la manière de la cavalerie dans Lucky Luke...
Bref, il ne faudrait pas que l'auteur tombe dans une certaine routine consistant à ressortir des historiettes déjà éculées ou trop improbables. J'attends donc la sortie du tome quatre en poche pour me faire une idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mangouste86
  12 février 2019
Avec ce troisième tome, Fabien Clauw réussit à installer durablement le Capitaine Belmonte dans les rayons de ma bibliothèque.
Quant du haut du sémaphore, on m'annonça le retour du sémillant officier, je confesse avoir abandonné Monfreid et ses légendes africaines pour goûter aux joies des houles de l'Indien. Là, aux antipodes d'une France prête à se livrer à Bonaparte, Belmonte s'en était parti lutter contre les forces conjuguées de la perfide Albion et des plus avides frères de la côte... Et il s'en tira fort élégamment aussi bien servi par son équipage que par la plume de Fabien Clauw.
Alors bien sûr, le récit aurait pu encore gagner en force. Sans doute. Mais les pages de ce troisième opus sont fort honnêtes et c'est une joie que de constater qu'un auteur français vient chatouiller les tenants de la Navy dans les eaux chères aux Aubrey, Hornblower et autres Bolitho.
L'ancre est à pic, Commandant. Paré à appareiller !
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Lexpress   18 mars 2019
Fabien Clauw peut se vanter d'être le premier Français à harponner un genre détenu par les légendaires Patrick O'Brian, Alexander Kent et Cecil Scott Forester.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BillygirlBillygirl   16 juin 2019
La frégate pirate abattit en grand et profita d'un vent moindre pour réduire la toile. Alors qu'elle courait sur son erre à plus de quatre nœuds, son avant tribord vint heurter la muraille de bois dans un fracas sonore. Succombant au choc extrême, le mât de misaine, dont l'emplanture avait été délibérément sciée, s'effondra dans un craquement sourd sur le pont de l'Anglais. Dans les hauts, les extrémités des vergues des grands mâts s'entrechoquèrent jusqu'à plier sous la pression démente, entraînant dans leur chute autant d'habits rouges que de forbans. La plupart se brisèrent les os sur le pont quand d'autres disparurent à jamais entre les deux coques, dans les eaux sombres de l'Indien. Assurant l'étreinte mortelle, des grappins jaillirent de part et d'autre accompagnés de hurlements et d'invectives.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
fnitterfnitter   10 février 2019
Ils volent les pauvres sous couvert de la loi, alors que nous volons les riches sous la seule protection de notre courage.
Le capitaine Samuel Bellamy à son procès pour piraterie.
Commenter  J’apprécie          463
BillygirlBillygirl   16 juin 2019
A deux heures de voile du continent africain, sur lequel un flamboyant soleil se coucherait bientôt, un joyau d'une grande diversité biologique reposait sur l'océan Indien. Bordée de récifs coralliens, de lagons cristallins et de mangroves, allongée du nord-est au sud-ouest sur une douzaine de lieues, Monfia était la digne représentante de ces îles lointaines et enchanteresses dont les descriptions, de Vasco de Gama à James Cook, de Bougainville à La Pérouse, enflammaient l'imaginaire des aventuriers de tout bord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
beauscoopbeauscoop   14 mai 2019
Bordée de récifs coralliens, de lagons cristallins et de mangroves, allongée du nord-est au sud-ouest sur une douzaine de lieues, Monfia était la digne représentante de ces îles lointaines et enchanteresses dont les descriptions, de Vasco de Gama à James Cook, de Bougainville à La Pérouse, enflammaient l’imaginaire des aventuriers de tout bord.
Longtemps soumise à l’influence des Perses dont les navires venaient y relâcher, puis des Arabes, et enfin d’une poignée de Swahilis chasseurs ou agriculteurs, l’île était devenue en moins de trois ans le royaume pirate des mutins de la frégate HMS Enterprise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
beauscoopbeauscoop   10 mai 2019
Par une fin de matinée lumineuse, sur un océan Indien indolent, une colonne de fumée s’élevait en direction d’un ciel pur. Au cœur de ces limbes gris, deux frégates sortaient d’un combat à mort. Les bordées destructrices s’étaient échangées depuis le lever du jour, mais c’est à l’abordage que l’affaire s’était réglée. L’écho furieux de la bataille s’était enfin tu, immédiatement remplacé par les cris et les râles des mourants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Fabien Clauw (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Clauw
Vidéo de Fabien Clauw
autres livres classés : corsairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
314 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre

.. ..