AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330057830
Éditeur : Actes Sud (06/01/2016)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Au cours d’un séjour à Berlin, la jeune Julie Spieler, en quête d’une très improbable réconciliation avec son père Abel – époux décevant, séducteur impénitent, menteur invétéré et professeur de littérature allemande à la Sorbonne –, débusque la récipiendaire putative de textes inédits de Kafka, écrivain qui fascine son père jusqu’à l’obsession. La jeune fille entame alors de difficiles tentatives d’approche auprès de cette vieille dame particulièrement rétive qui po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
joedi
  30 mars 2016
Julie dont le père est professeur de littérature allemande à la Sorbonne, un père menteur invétéré, recherche les lettres que Kafka auraient écrit à une petite fille qui aurait perdu sa poupée ; sa quête a pour but une improbable réconciliation avec son père. Elle réussit à approcher la récipiendaire des lettres, vieille dame qui s'est toujours cachée au public et à la presse. Julie l'accompagne au pied du Mont Blanc où la rejoindra son père ...
Fabrice Colin, d'une belle écriture, livre une belle analyse des personnages, un beau rendu de l'ambiance et de belles descriptions du Mont Blanc.
Commenter  J’apprécie          380
Josephine2
  24 mars 2016
Tout n'est que mensonge dans ce livre. Mensonge continuel du père, qui, même présent, n'est jamais tout-à-fait là, obsédé qu'il est par Kafka. Et ses nombreuses maîtresses et magouilles…
Tout n'est que mensonge. Mensonges de Else, petite fille à qui Kafka aurait adressé des lettres afin de la consoler de la perte de sa poupée.
Tout est vérité pour Julie, qui ne supporte pas le mensonge et qui devra vivre avec l'ombre de Kafka à ses basques.
Else et Abel, père de Julie, se rencontreront, se fracasseront l'un contre l'autre. Ils ne seront pas dupes, ils sont de la même essence. Sauf que Else ment pour se protéger contre les choix qu'elle a dû faire pendant la guerre. Choix difficiles et qui laissera des traces indélébiles. La vie est tellement plus belle lorsqu'elle est travestie.
Abel ment, parce qu'il veut vivre la vie en plein, en égoïste, sans faire attention aux dégâts qu'il fait autour de lui et à ses proches. Julie, qui malgré les différends qui les opposent, cherchera toujours à lui plaire et cherchera son amour.
On s'attache aux personnages. Une histoire pas simple et qui ne laisse pas indifférent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343
miriam
  09 avril 2016
Depuis mon adolescence, Kafka,fait partie des divinités de mon Panthéon personnel. Un billet élogieux de Claudialucia et la très belle couverture m'ont attirée.
Une très belle histoire pour commencer : ces lettres que Kafka a rédigées à une petite fille qui avait perdu sa poupée, pur la consoler. Ces lettres perdues que toute la communauté littéraire rêve de retrouver, Julie en a trouvé la piste. Elle compte offrir sa découverte à son père le Spécialiste-de-Kafka-de-la-Sorbonne. Chic une énigme littéraire!
On nage dans le règne du mensonge. Menteur, le père qui trahit sa femme et sa fille, coureur de jupons, lâche qui n'hésite pas à feindre la maladie pour retrouver l'affection de sa fille. Menteuse, Else, la presque-centenaire, la "petite fille à la poupée", qui doit gérer un lourd passé, mais aussi qui joue à égarer Julie, dernier amusement de sa vieillesse. Julie non plus ne parait pas toujours très claire....Les lettres ont-elles existé? Sont-elles vraiment perdues? Else est-elle la petite fille à la poupée? Ce jeu de la recherche de la vérité, toujours embrouillée, est une idée intéressante. Sans cesse, le lecteur (trice) s'amuse.
Trois personnages intéressants, trois générations, une énigme littéraire...voici une bonne idée pour bâtir un excellent roman!
Et pourtant, je ne suis pas convaincue. D'abord, j'attendais plus du spécialiste de Kafka, j'attendais qu'il m'explique Kafka, qu'il en parle avec plus de profondeur. A peine quelques allusions, et Franz disparaît au profit du terne Abel Spieler (pas si joueur que cela) ou de Julie la branchée.
Le week end à Prague m'a déçue, il était logique que cette expédition soit un fiasco. Mais de grâce, faites plaisir au lecteur! Offrez-lui un peu plus de détails, un peu de couleur locale...De même, Berlin se résume à un parc avec des jeux pour les petits enfants et un loft pour les jeunes branchés. C'est frustrant! Berlin 1923, c'était quand même quelque chose! et Berlin 2003 aussi. Chamonix et Saint Gervais sont mieux rendus, merci.
Pas convaincue non plus des chapitres en italique relatant la vie de la famille juive d'Else sous les nazis, puis Auschwitz. C'est un sujet délicat. Mieux vaut éviter que bâcler.
Quand à l'écriture, certains détails m'ont agacée : les inscriptions mode sur les T-shirt, ar exemple, les verres de vin, Chablis ou Lambrusco?
En conclusion, un bon pitch, mais pouvait mieux faire en approfondissant la réflexion! (Ca c'est la prof qui annote ses copies)
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Ingannmic
  01 avril 2016
"La poupée de Kafka" est une histoire de fables et de mensonges, d'entrelacement entre réalité et fantasmagorie. Elle prend d'ailleurs racine dans une anecdote légendaire, qui serait survenue à la fin de la vie de l'écrivain pragois. Pour consoler une petite fille rencontrée dans un parc berlinois de la perte de sa poupée, il aurait rédigé les lettres soi-disant adressées par cette dernière à sa propriétaire, dans lesquelles elle lui expliquait qu'elle était partie en voyage, et lui narrait les aventures conséquemment vécues.
Abel Spieler, professeur spécialiste de la littérature allemande, est un passionné de Franz Kafka. Il a abreuvé depuis sa plus tendre enfance sa fille unique Julie de cette idolâtrie qui le vampirise, et a fait de lui un père peu attentionné. Par ailleurs époux indifférent et volage, prompt à séduire ses jeunes étudiantes, il finit par se séparer de sa femme.
Malgré ses travers, Julie adore son père, mais son inconséquence a fini par les brouiller. Partie vivre en Allemagne, elle entreprend, en vue d'une réconciliation, de rechercher les fameuses lettres. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance de la petite fille à la poupée. Else, maintenant presque centenaire, est une vieille dame au caractère bien trempé, qui refuse avec une hargne persiflante de se défaire de son secret. Elle s'est forgée une carapace de cynisme et de mensonges que la jeune femme, avec enthousiasme et obstination, tente de percer...
Fabrice Colin nous livre avec ce titre à la construction impeccable un beau romans à tiroirs, où les destins, réels comme imaginaires, s'entremêlent. La complexité des rapports entre les êtres, parasités par les histoires de chacun, par les secrets qui les hantent, les manquements qu'ils se reprochent, y est exprimée avec une sensibilité très touchante. Les fictions qu'ils s'inventent sont finalement des subterfuges qui leur permettent de communiquer avec l'autre, de créer un lien salvateur qui les fera en même temps se réconcilier avec eux-mêmes.
La légendaire poupée de Kafka n'est finalement qu'un prétexte à mettre en scène le trio formé par Abel, Else et Julie, et l'occasion d'appuyer son propos d'un bel exemple de la puissance de l'imaginaire, sans lequel l'existence des hommes se réduirait à un vain désespoir.
Lien : http://bookin-inganmic.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AnneNY
  08 février 2016
J'aime beaucoup les histoires de Fabrice Colin. J'ai adoré la saga des Mendelson, j'ai adoré Big Fan, La Vie extraordinaire des gens ordinaires ….. et j'en ai encore quelque unes qui m'attendent dans ma pile de livres à lire.
Alors sans trop me poser de questions je me suis plongée dans « La poupée de Kafka » sans réserve. Et je n'ai pas été déçue. Encore une belle histoire.
On y rencontre 3 beaux personnages, complexes et perdus comme je les aime :
Abel, « mauvais » père, égoïste mais pas tant que ça après tout. Un peu maladroit c'est sûr.
Julie, sa fille. Têtue, forte qui ferait tout pour son père malgré leurs différends.
Et Else, vieille femme taciturne et froide qui a du vivre face aux décisions qu'elle a du prendre durant une période de l'histoire où rien n'était facile.
Et il y a ce Secret : cette fameuse Poupée de Kafka.
Cette rumeur, cette légende n'est qu'un prétexte pour ces 3 personnages de régler quelques affaires, quelques malentendus et surtout de se dévoiler et de se remettre (un peu) en question.
On jongle entre le passé et le présent ça rythme bien le roman. La relation père/fille est difficile mais sincèrement belle. L'auteur a su par de petits détails nous décrire cette relation conflictuelle sans nous alourdir de longs passages, tout y est présenté en subtilité.
Une belle écriture, une belle histoire, un beau roman ….

Lien : http://le-club-des-incorrigi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

critiques presse (1)
Telerama   06 janvier 2016
Un père, sa fille, une vieille femme mystérieuse, et Kafka dans le rôle du spectre bienveillant sont les protagonistes de ce roman, merveilleux de style et de sensibilité.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
joedijoedi   21 mars 2016
Mais, très vite, des pompiers vinrent leur prêter main-forte, ils arrosaient des litres d'essence avant de les jeter dans les flammes et les flammes grandissaient et bientôt, la foule se mit à piailler de bonheur, on s'embrassait, on se congratulait, on reformait des chaînes en hâte, on aurait dit qu'il n'y avait rien de plus urgent, rien de plus vital que de renvoyer ces pensées au néant, les livres passaient de mains en mains avant d'être lancés dans le brasier, des nuages de mots en cendres voletaient au-dessus de la ville.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
joedijoedi   20 mars 2016
À la mort de son époux, donc, elle était passée aux romans policiers. Elle n'avait plus besoin, estimait-elle, qu'on lui concocte des fables sur la finalité de l'existence, plus besoin que des femmes ou des hommes de papier surmontent des drames intimes ou triomphent de quelque bouleversement spectaculaire. Elle voulait des énigmes. Des héros malgré eux, des meurtriers sans mobile.
Commenter  J’apprécie          160
polarjazzpolarjazz   01 janvier 2017
D'un point de vue existentiel, et pardon pour le blasphème, l'instant était décisif. Aussi résolut-elle, alors qu'elle s'apprêtait enfin à relater les faits, et puisque c'était pour elle, à n'en pas douter, la première et la dernière occasion de s'y obliger, de placer sa jeune interlocutrice face à ses responsabilités.
Commenter  J’apprécie          20
polarjazzpolarjazz   07 janvier 2017
Là-bas, à l'autre bout, le Célibataire s'était juché sur le garde-fou, laissant ses jambes pendre dans le vide. Abel ne se retourna pas quand Julie le rejoignit, mais il rangea son briquet. Au cœur de la montagne, deux ou trois lueurs palpitaient.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Fabrice Colin (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrice Colin
Fabrice Colin, à propos de son nouveau roman, "La poupée de Kafka", paru en janvier 2016. [http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/la-poupee-de-kafka]
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

quiz autour du livre "Projet oxatan" de Fabrice Colin

Qui est l'auteur de ce livre ?

Fabrice Colin
Arthur Tenor
Jean-Paul Nozière

10 questions
107 lecteurs ont répondu
Thème : Projet oXatan de Fabrice ColinCréer un quiz sur ce livre