AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757814214
Éditeur : Points (14/05/2009)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 38 notes)
Résumé :
De nos jours. Président d'une prestigieuse maison de luxe implantée au Japon, le narrateur, un Français d'une cinquantaine d'années, mène une vie en apparence sans histoires. Marié à une femme qu'il aime, il se passionne aussi pour la photographie. Un matin, sa secrétaire lui remet une lettre anonyme, écrite en japonais. Commence alors un travail de mémoire qui conduit notre homme à interroger son propre passé : son enfance en Afrique du Nord, sa découverte du Japon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
gerardmuller
  12 avril 2016
La Trace/Richard Collasse
Abasourdi et bouleversé, ce sont les mots qui me viennent pour décrire l'état dans lequel se trouve le lecteur parvenu au terme de ce récit dont le dénouement de l'intrigue va crescendo.
Le narrateur, français de cinquante ans, marié à une japonaise qu'il adore, président d'une prestigieuse maison de luxe française implantée au Japon, reçoit un beau matin parmi son nombreux courrier une lettre anonyme écrite en japonais, langue qu'il pratique parfaitement au bout de trente années de séjour au Japon.
Cette lettre évoque un passé lointain qu'il a du mal à se remémorer :
« le passé, c'est la trace qu'on laisse derrière soi. »
Une seconde lettre le mettra sur la voie de cette époque où jeune étudiant il avait fait un séjour dans ce pays déconcertant et fait des rencontres multiples. Et cette lettre le déstabilise totalement à l'évocation d'un passé qu'un chapitre sur deux décrit, en alternance avec le présent.
Peu à peu vont se mettre en place les éléments du puzzle.
Un livre passionnant du début à la fin, pas un seul temps mort.
Richard Collasse qui réside au Japon depuis trente années a utilisé sa parfaite connaissance du pays et de ses habitants pour nous tisser un magnifique roman d'amour mais pas seulement, qui à plus d'un titre est très intéressant. Fin observateur du monde qui l'entoure, il s'exprime par l'intermédiaire de son personnage d'abord adolescent qui part à la découverte d'un autre monde avec des premiers pas dans une famille qui font souvent sourire.
« Étranger à ce peuple, à ses moeurs, à sa culture, à l'expression même de ses sentiments, maladroit, pataud, aveugle les yeux ouverts, totalement dérouté, je ne me sentais pourtant pas étranger ni isolé. »
Les descriptions des lieux et des personnages sont très bien conduites et une fine analyse sociologique et psychologique de la culture japonaise nous est offerte.
Une analyse aussi de la fonction de la langue m'a interpelé qui exprime bien le peu de cas que les japonais font des étrangers tout en étant très courtois à leur égard et leur désir de rester entre eux: c'est un ami japonais du narrateur qui s'exprime : « Notre langue n'est pas faite pour communiquer, elle est faite pour nous protéger. C'est le premier cercle concentrique, le plus redoutable ! »
Courtoisie, savoir vivre, délicatesse, raffinement sont des mots qui reviennent souvent. Et d'autres :
« Ce pays me convient : la discipline, l'ordre, la propreté. Ici le quotidien est efficace, précis, lyophilisé…La propreté du sol et des trottoirs était étonnante, le contraste avec Paris, saisissant. L'ordre et la discipline qui se dégageaient de la foule se hâtant sans bousculade, avec courtoisie et sans la moindre agressivité, me donnaient le sentiment d'avoir débarqué dans un pays terriblement civilisé. »
Et plus loin lors de la visite de l'usine Nikon :
« Tout était immaculé, ordonné, rangé. Il y avait des slogans sur des bannières aux murs que l'on m'a traduits à ma demande. Les mots « propreté », « ordre », précision », « sécurité », « fierté » étaient le leitmotiv de ces phrases. Je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle avec les graffitis dans les corridors de mon lycée qui exhortaient à l'anarchie, la révolution et clamaient « le désordre c'est la vie. »
Personnellement, je confirme pour avoir séjourné à Osaka et Kyoto que la propreté est une obsession au coeur de la ville.
Donc sur le fond, deux thèmes s'articulent dans ce roman : la découverte du Japon par un jeune français au cours d'un voyage initiatique, qui va faire de nombreuses rencontres, et la trace elle-même d'une rencontre qui peu à peu réapparait sortie des brumes d'un passé de 35 ans.
Le style est très fluide, alerte et précis.
À signaler une coquille p.52 de l'édition du Seuil: le roman « Les belles endormies » est de Yasunari Kawabata et non de Junichiro Tanizaki.
Le dénouement avec le télescopage du passé et du présent est digne d'une tragédie antique.
Un livre partiellement autobiographique, avec un belle histoire d'amour à la japonaise, qui ne manque pas de laisser des traces une fois refermé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maevedefrance
  28 avril 2012
Le beau roman initiatique d'un jeune-homme parti au pays du Soleil Levant un peu par hasard (il devait initialement partir au Brésil!) et qui se prend de passion pour ce pays, si différent du nôtre. le narrateur décode ce pays avec une facilité assez déconcertante. On en comprend la raison dans les 100 dernières pages.
Et surtout une très belle histoire d'amour... à la japonaise (attention âmes sensible!) ! Un roman en partie autobiographique,.
Je ne peux donc que recommander ce livre, notamment à ceux qui ont l'intention de rendre visite aux Japonais. On y apprend une foule de choses, à faire et à ne pas faire :ne pas planter ses baguettes dans le riz, ne pas se servir de l'eau soi-même, se déchausser pour entrer dans les maisons et les temples, et une chose encore plus étonnante : si un Japonais vous fait, de ses mains le signe qui signifie pour nous de partir, de s'éloigner, cela signifie qu'il vous demande de vous approcher, de venir! Essentiel !
Commenter  J’apprécie          50
Alicata
  25 juillet 2015
Le roman commençait pourtant bien ... Un homme reçoit une lettre mystérieuse qui l'oblige à se plonger dans ses souvenirs pour essayer d'en deviner l'expéditeur ( expéditrice en l'occurrence). Il se souvient de son arrivée au Japon, pays qui va devenir le sien et nous présente rapidement sa vie actuelle. La description des moeurs japonaises est plutôt intéressante mais l'évocation de ses souvenirs est plutôt ennuyante. On tourne autour du sujet sans jamais y entrer. Reste la fin, qui nous laisse sur notre faim ... C'était donc cela !
Commenter  J’apprécie          30
Lalivrophile
  23 janvier 2012
J'ai un sentiment mitigé quant à ce roman. Il m'a plu, mais je ne le recommanderais pas sans réserve.
C'est d'abord l'intrigue que j'ai trouvée un peu bancale. Disons que certaines ficelles sont un peu grosses. le narrateur nous dit que la lettre remet sa vie en question, qu'il doit avouer que sa vie n'est pas aussi rose que ce qu'on pourrait croire, que lui-même n'est pas irréprochable, comme il avait voulu se le faire croire. Un peu plus tard, on découvre le contenu de la lettre. Certes, la personne compare deux portraits du narrateur où il semble totalement différent. C'est intéressant, mais pourquoi cela remettrait-il tout en cause? On le comprend mieux ensuite, à l'instar du narrateur, mais au départ, ce n'est pas évident. Si le narrateur avait tout compris dès le départ, j'aurais pu admettre qu'il retarde le moment de tout avouer, mais au commencement, il ne comprend pas lui-même pourquoi cette brutale remise en question doit avoir lieu.
Le roman est structuré d'une manière que je n'aime pas: on navigue entre le présent et le passé du narrateur. Bien sûr, ces va-et-vient prennent tout leur sens à la fin, mais j'ai trouvé l'histoire trop morcelée. Pourtant, le retour en arrière était nécessaire... J'aurais peut-être moins alterné, à la place de l'auteur.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
helene14
  18 mai 2015
Un homme mur revient sur sa jeunesse et sur sa découverte du Japon. Voyage initiatique entrepris à 17 ans, il découvre un pays teinté de pudeur et de délicatesse. Il est l'étranger, ses cheveux blonds bouclés et ses yeux bleus attisent la curiosité. le Japon magnifié , le japon et ses extravagances et ses douleurs.
Nous aussi ,nous voyageons avec le narrateur, les paysages se dessinent sous la plume de l'auteur. Nous errons entre deux époques, entre les souvenirs de 1972 et les réflexions de l'homme qu'il est devenu. Réflexions amorcées par la lettre d'une femme dont il s'est épris pendant quelques jours . C'est en tombant amoureux de cette femme, qu'il tombe amoureux du Japon. revenu en France, il apprend la langue, s'y installe professionnellement mais il ne la retrouvera pas. Il occupe un poste important, il a adopté la culture japonaise .
La fin du roman est trop prévisible, je ne veux pas donner plus de précisions. C'est le seul bémol que j'accorde à ce roman, qui par ailleurs nous transporte. Il y a un côté un peu trop mélo-dramatique qui clôt le roman et qui ne concorde par avec le reste du roman.
Un Japon poétisé, un Japon envoûtant, une culture aux antipodes de celle de la France, un Japon jamais critiqué même s'il y pointe des extravagances et des tares.
on y entend le froissement des kimonos, les claquements des geta sur le plancher, les portes qui coulissent. Et surtout, le retrait dans les sentiments, la pudeur, la bonté de ses hôtes , on se surprend à sourire devant les scènes de découverte du jeune garçon.La scène des serviettes de bain , en particul
Lien : http://helene14.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
MiaMia   25 avril 2010
Le temps qui passe est le père ingrat de l'indifférence...
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Richard Collasse (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Collasse
Richard Collasse, écrivain résidant au Japon, invité à la librairie Elan Sud .Richard Collasse, auteur de 4 roman, La trace, Saya, L'Océan dans la rizière et Seppuku, était l'invité de la librairie Elan Sud à Orange. Dominique Lin, son complice en écriture et ami dans la vie, l'a questionné sur son parcours et son écriture. Il nous parle ici de ses origines et le début de son parcours. La rencontre a duré 2 heures? http://dominiquelin.overblog.com/2015/07/richard-collasse-invite-a-elan-sud.html
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
788 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre