AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Ségou tome 2 sur 2
EAN : 9782221088548
432 pages
Editions Seghers (04/06/1998)
4.06/5   128 notes
Résumé :
1860. L’Afrique n’est déjà plus ce qu’elle était. Les Européens font main basse sur les terres, enrôlent les hommes dans leurs armées ou les contraignent à courber l’échine sur leurs exploitations.
À Ségou – perle du royaume bambara – tam-tams et griots se sont tus. Un silence pesant, rompu à heure fixe par le cri des muezzins, s’est abattu sur la ville. L’islam édicte ses lois...
Pris dans la tourmente des événements, écartelés entre plusieurs croyanc... >Voir plus
Que lire après Ségou, tome 2 : La Terre en miettesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 128 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Suite de mon voyage dans le Mali du 19e siècle. La ville de Ségou comme décor, la famille Traoré comme personnages essentiels.
Pauvre Ségou, deux fois conquises, brisant sa culture, son histoire.
Par la violence, elle est devenue musulmane. Par la violence, elle est devenue française. Et ce en quelques années.... le polythéisme ou l'animisme a été banni, les populations ont été brimées dans leur religion, dans leur liberté.
.
Mon voyage s'est également déroulé sur la Gold Coast (le Bénin ou le Nigeria) où là c'est la religion chrétienne qui s'implante. Nous suivons l'un des héritiers Traoré décidé à changer de vie ce qui l'amène à partir en Jamaïque.
Certes c'était intéressant, mais vraiment je préfère les pages centrées sur Ségou. de ce fait je retournais à Ségou avec des petits sauts dans le temps déstabilisants, me perdant un peu dans l'arbre généalogique familial... D'où mon 4 étoiles comparativement aux 5 étoiles du premier tome.
Mais cette nuance reste mineure, ce livre est passionnant riche d'informations et de découvertes.
Commenter  J’apprécie          380
Si le premier tome de la série Ségou m'avait plu, j'y découvrais l'Afrique de l'Ouest, ses gens, ses traditions. Dans le deuxième, La terre en miettes, toute la nouveauté avait disparu. Puisqu'une grande partie de son intrigue est basée sur des événements historiques (guerres d'El-Hadj Omar, constitution de l'empire toucouleur, colonisation française, sort réservé aux Noirs dans les Amériques, etc.), sa lecture demeure pertinente. Malheureusement, je n'ai pas autant accroché et, pour être franc, je me suis ennuyé à plus d'un moment pendant ma lecture. C'est peut-être, justement, parce que son auteure Maryse Condé visait trop grand? Je m'étais attaché à plusieurs personnages des première et deuxième générations de la famille Douskila. Toutefois, comme je l'avais écrit précédemment, beaucoup d'entre eux ont été expédiés rapidement avant que j'ai eu le temps de m'intéresser à leur sort. C'est d'autant plus vrai pour les troisième et quatrième générations. Je suivais les aventures de Mohammed, Eucaristus, Olubunmi et de tous les autres de manière très détachée. Pour tout dire, rendu vers la fin, j'avais surtout hâte d'arriver à la fin pour savoir ce qui allait arriver au Mali en général. Ça et l'aspect historique évoqué plus haut, la montée et la chute de l'empire d'El-Hadj Omar, beaucoup plus que les péripéties des Douskila. Encore une fois, les appendices (arbre généalogiques, cartes, notes) m'ont été d'un grand secours, je suggère qu'ils soient consultés avant d'entreprendre la lecture de ce roman, ne serait-ce que pour se remémorer ce qui s'est passé dans le premier tome.
Commenter  J’apprécie          300
Critique globale pour les deux tomes, le découpage ne semblant être qu'éditorial...
"Il faut que tout change pour que rien ne change" est une phrase qui revient en boucle dans le Guépard. Oui, je sais bien que ce n'est pas du tout le même contexte géographique et historique. Mais cette phrase signifie que malgré les bouleversements politiques, religieux, les guerres, les guerres civiles, les déchirures dans les familles, les souffrances des femmes pendant que les hommes combattent, les élites économiques et politiques retrouveront leur place, peut-être sous un autre nom, mais les inégalités se perpétueront.
Et c'est l'impression que j'ai eu à lire cette fresque qui s'étend sur plusieurs générations - quitte à m'y perdre un peu d'ailleurs dans les personnages et leurs liens de parenté, et à trouver un manque de profondeur de plus en plus important aux personnages, là où Nya par exemple avait du caractère, les autres femmes qui apparaissent ensuite dans l'intrigue sont plus effacées. L'intrigue est donc pour moi trop longue, avec des répétitions. Et surtout, j'ai eu le sentiment que l'autrice voulait "tout" caser : chasseurs, commerçants à travers tout le Sahara, arrivée de l'islam, esclaves dans les plantations brésiliennes, missions chrétiennes, explorateurs anglais... Cela donne une impression de trop-plein, plutôt irréaliste que tout ceci arrive aux personnages de la même famille.
Mais la grande réussite, c'est le cadre de l'intrigue, son décor et son époque, la rencontre entre plusieurs mondes, ou plutôt, la domination d'un monde, l'Europe coloniale, sur un autre lui-même fracturé entre ethnies et surtout entre religions. Car ce n'est pas l'Afrique au début de la traite atlantique, mais celle de la fin du XVIIIème et du début du XIXème : la Révolution française a ses conséquences sur les territoires, les Anglais interdisent - officiellement - la traite et rapatrient d'anciens esclaves, les marchandises circulent de plus, dans tous les sens. C'est la reconstitution minutieuse et érudite jusqu'aux détails des objets qui s'imposent dans les cases que j'ai particulièrement appréciée. Un bon complément à un de mes cours de cette année sur le patrimoine malien, déjà au XIXème siècle menacé par une vision intégriste de la religion, et encore plus aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          60
Après "Ségou Tome 1 : Les murailles de terre", nous retrouvons donc les membres survivants de la famille Traoré pour suivre à travers leurs aventures la suite de l'affrontement entre les fétichistes de Ségou et les tenant d'un Islam lui-même largement déchiré qui lorgne sur ses richesses, alors même que les blancs continuent leur avancée au coeur de l'Afrique. Dans cette seconde partie, on part à l'inverse de l'extérieur pour revenir à Ségou, avant un dénouement prévisible mais brutal.
Aussi intéressant que le premier, cet épisode conclu donc une histoire qui nous fait agréablement voyager dans une Afrique pour ma part peu connue et assez envoutante, un bien bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          80
J'ai commencé avec grand intérêt ce deuxième tome de Ségou. En fait, je me suis un peu perdue dans les noms et les liens de parenté. le livre est très intéréssant, on y apprend beaucoup sur l'histoire du Mali, mais je crois que l'auteure a été un peu trop ambitieuse... En voulant tout raconter les personnages ont peu d'épaisseur. de toute façon, c'est un livre qui m'a angoissée. L'histoire du Mali et en général, celle de l'Afrique est vraiment douloureuse. Tous veulent les richesses des peuples considérés comme moins civilisés. En se disant civilisateurs, d'un côté l'Islam, de l'autre les Blancs, veulent tous la même chose. Ce qui d'ailleurs est facilité par les luttes intestines et rivalités entre tribus et peuples . C'est triste, c'est poignant, et ç'a m'a fait beaucoup réfléchir sur la nature humaine.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
A bien réfléchir, c'était les Français qui lui avaient mis cette idée-là en tête, confondant systématiquement Malinkés, Bambaras, Ouoloffs, Toucouleurs, Séreres, et ne reconnaissant pas le lendemain un homme qu'ils avaient vu la veille sous prétexte "qu'ils se ressemblent tous". Et il en venait à se poser cette question incongrue : la couleur de la peau constitue-t-elle un lien ?
Commenter  J’apprécie          60
Qu'est-ce que la vie ? Est-ce que c'est une femme folle qui vient, hurle et déchire ses haillons en les jetant au vent ? Est-ce un aveugle qui, dans la nuit de ses jours, va, vient, culbute à chaque précipice et se rattrape aux ronces ? Est-ce que c'est un estropié qui claudique ? Est-ce que c'est un unijambiste sans béquilles ? Dites-moi ce que c'est, la vie ?
Commenter  J’apprécie          20
Pendant cet hivernage-là, un des plus rudes que l'on ait connus de mémoire de Ségoukaw, les femmes accouchèrent de monstres, enfants enveloppés dans d'épaisses membranes laiteuses que le couteau des matrones ne parvenait pas à déchirer, enfants reliés par le tronc ou à hauteur des jambes, enfants au pied-bot. Les forgerons féticheurs qui les sacrifiaient rituellement, se penchant sur les petits cadavres fumant, inlassablement, répétaient à l'invisible la question qui les hantait. Quelle était la cause de la fureur qui approchait et qui, tel un incendie, allait réduire en cendres floconneuses et noirâtres la forêt de l'univers? Quels crimes avaient été commis et par qui, puisque tous allaient y passer? Peuls, Bambaras, Somonos, Sonraïs, Bozos et les Toucouleurs eux-mêmes... Lequel avait fauté le premier, de manière si irréparable que tous les autres s'en trouvaient condamnés! Voilà que des inconnus venaient se pendre au faite des dubales!
Commenter  J’apprécie          00
Aucune ville n'a un sommeil identique. Pour certaines, après l'extrême turbulence du jour, il est pesant, inerte. Pour d'autres, il est fiévreux, entrecoupé de musique et de bruits. Pour d'autres encore, il est paisible, comme souriant, reposant en tout cas. Le sommeil de Mopti était, en réalité, une succession de crêtes de veille, entourées de plage de silence.
Commenter  J’apprécie          10
Les enfants le fixèrent, les yeux ronds, et il réalisa avec une poignante douleur qu'ils ne le comprenaient pas. Il revenait parmi les siens, et les siens ne l'entendaient pas.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Maryse Condé (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Condé
Augustin Trapenard rend hommage sur le plateau de la grande librairie à Maryse Condé décédée mardi 2 avril 2024 à l'âge de 90 ans. Sa disparition marque la fin d'une époque littéraire marquante. Cette écrivaine guadeloupéenne laisse derrière elle un héritage littéraire riche, composé de près de 70 livres qui ont profondément marqué les esprits avec notamment Segou, La migration des coeurs, En attendant la montée des eaux. Professeur et journaliste, elle était souvent citée pour le prix Nobel, reconnaissance de son engagement et de son talent indéniable. À travers ses écrits, Maryse Condé a toujours cherché à mettre en lumière les questions cruciales de son temps, notamment le racisme, l'esclavage et le colonialisme. Son oeuvre puissante a fait écho bien au-delà des frontières de son île natale, résonnant à travers les Antilles, l'Afrique et au-delà. En 2018, à Stockholm, elle exprimait avec fierté sa contribution à la reconnaissance de la voix de la Guadeloupe.

Maryse Condé restera dans les mémoires comme une figure majeure de la littérature francophone, ayant enrichi le monde des lettres par sa sensibilité, son engagement et son talent incontestable
+ Lire la suite
autres livres classés : afriqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (375) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3170 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..