AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070385461
244 pages
Gallimard (30/11/-1)
4.06/5   58 notes
Résumé :
A Rivière au Sel, en plein cœur de la forêt, on veille un mort, un homme qui s'est installé dans le village quelques années auparavant et dont on ne sait pas grand-chose.

Est-il cubain ? colombien ? A-t-il déserté ? Pourquoi est-il revenu en Guadeloupe ? Les réponses ne sont pas claires.

Cependant peu importe la véritable identité de cet homme. Ce qui importe, c'est l'image que les individus gardent chacun de lui et les modifications ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,06

sur 58 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

LydiaB
  10 avril 2014
J'ai découvert la littérature antillaise à la Fac. C'est dire si ça remonte ! J'ai de suite été attirée par cette ambiance magique, associée à la réalité, faisant du petit monde insulaire un peuple évoluant entre onirisme et dure réalité de la vie.

Francis Sancher est mort, assassiné. Comme il est de coutume, une veillée funèbre s'organise. Mais qui est le défunt ? Visiblement, un écrivain, et peut-être même celui qui est en train d'écrire le livre. Mais pourquoi est-il venu dans cette petite communauté de Rivière au Sel ? Chacun y va de son récit, racontant le passé du mort et ce qu'il a apporté. Les points de vue, positifs et négatifs, s'enchevêtrent. Nous avons affaire à une vingtaine de personnes, une vingtaine de voix. On comprend dès lors le titre : les narrations sont comme le rhizome de la Mangrove.

Entre mystères et déceptions, le roman laisse découvrir une Guadeloupe certes luxuriante mais complexe : complexité de ses habitants, des moeurs, de la culture...
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          592
paroles
  31 janvier 2022
C'est mon petit Théo qui m'a menée vers cette lecture. Je viens de lire, de la même auteure, avec lui « Rêves amers » qui nous a beaucoup plu et fait réfléchir sur la condition humaine, et subitement je me suis souvenue que dans les tréfonds de ma Pal un livre de Maryse Condé m'attendait depuis des années. J'ai des trésors incroyables dans ma Pal !

En cette veillée mortuaire, chacun tour à tour va prendre la parole en son for intérieur pour nous parler de Francis Sancher, retrouvé mort la face enfouie dans la boue grasse, pour évoquer leur rencontre et leur ressenti vis à vis du défunt. Certains l'ont aimé et beaucoup detesté.
On est étonné de la version de chacun et l'on se dit que définir une personne est un processus bien personnel et soumis aux interactions que chacun à avec l'autre. de plus, Francis Sancher incarne l'étranger par excellence, il est différent des îliens et dérange par sa pratique.
« Sans doute parce qu'il venait d'Ailleurs. D'Ailleurs. de l'autre côté de l'eau. Il n'était pas né dans notre île à ragots, livrée aux cyclones et aux ravages de la méchanceté du coeur des Nègres. »
Mais chercher l'autre c'est aussi se chercher soi-même et découvrir ainsi de quel bois on se croit fait.
C'est aussi à travers les révélations de chacun, toute une peinture de la société guadeloupéenne qui est brossée. On y découvre les anciennes rancoeurs contre l'esclavagisme, le racisme, la couleur de peau, la multiplicité des sangs mêlés et les différentes identités qui peuplent cette île.
Un roman choral d'une écriture très poétique, hautement colorée d'expressions créoles (et expliquées), et révélatrice des tensions internes de cette île papillon, richement décrite pour en évoquer la luxuriante nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
Kenehan
  08 février 2016
Challenge MULTI-DEFIS 2016
Item : Un livre d'outre mer (DOM / TOM)
Rivière au Sel, un matin. le cadavre de Francis Sancher est découvert. Lui qui fut la source de tant de ragots, de tant de calomnies, lui qui déchaina les passions, lui qui collectionna les ennemis plus que les amis repose désormais dans son cercueil. Autour de lui, les habitants veillent tout en se remémorant l'intrusion heureuse ou malheureuse que fut Francis Sancher dans leur vie. Autant de témoignages que de vaines tentatives de raconter cet homme mystérieux dont personne, au fond, ne savait rien mais qui, étrangement, initia en ces témoins un profond bouleversement.
Un roman chorale où les voix chantent une Guadeloupe marquée par l'esclavage, l'importance du sang et de la peau, le rejet de l'étranger et de la différence, les mariages sans amours, les espoirs comblés ou brisés, la politique et l'économie locale. Un roman végétal où la faune mais surtout la flore est omniprésente avec cette forêt dense où les destins se forgent.
Intriguant dans sa construction, envoûtant dans sa prose, "Traversée de la Mangrove" est une vraie belle découverte de l'oeuvre de Maryse Condé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
CAZAUX
  13 novembre 2022
Francis Sancher, un mystérieux étranger installé dans les environs du village de Rivière au Sel en Guadeloupe, est retrouvé mort, victime d'une rupture d'anévrisme. Dans ce roman, Maryse Condé analyse les différents ressentis des personnes ayant côtoyé cet homme, un pseudo écrivain, qui suscitait la méfiance, au point que les rumeurs les plus invraisemblables circulaient à son sujet…
Il s'agit du premier livre que je lis de la romancière. J'ai été subjuguée, comme envoûtée par son écriture, mêlant élégamment le français au créole, dans un style étonnant empreint d'une délicieuse fraîcheur et d'une grande spontanéité. Cette lecture m'a littéralement propulsée dans cet archipel des Caraïbes, ce papillon des îles aux couleurs chatoyantes et aux ailes déployées sur la mer.
Il est intéressant de voir avec quel détachement et quelle désinvolture la narratrice parle de la condition des Noirs, qualifiant les iliens de nègres (sic) et ceux établis en Métropole, de négropolitains (sic). Visiblement, en Guadeloupe, le terme « nègre » ne revêt aucune connotation raciste, tout du moins lorsqu'il est employé par la population locale. le récit évoque, non pas une quelconque forme de racisme, mais plutôt une certaine défiance vis-à-vis des blancs et des étrangers. Par ailleurs, il retranscrit avec beaucoup de réalisme et de profondeur, les moeurs et les états d'âme des guadeloupéens, encore très fortement marqués, de nos jours, par les traditions et les croyances ancestrales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Charybde2
  16 mars 2013
En 20 témoignages, le mystérieux Francis Sancher, mort dans ce village guadeloupéen, se dévoile...
Publié en 1989, ce roman de la Guadeloupéenne Maryse Condé est sans doute l'un de ses plus magiques.
Dans un petit village de Guadeloupe, à l'écart de la modernité, Francis Sancher, un homme mystérieux, est venu s'installer. Un matin, il est retrouvé mort dans un chemin peu passant. A la veillée mortuaire qui s'ensuit, les monologues intérieurs de vingt personnages vont se succèder pour élucider, à l'intention unique du lecteur, l'énigme que représente cet individu...
A travers les pensées, les actions, les souvenirs, les suppositions, les incohérences et les erreurs de ces différents villageois, c'est toute la société guadeloupéenne de ces cinquante dernières années qui va défiler en rangs serrés, avec ses beautés et ses errances, tandis que le lecteur se demande, indice après indice, révélation innocente après information battant en brèche les "témoignages" précédents, de qui et comment viendra la lumière sur Francis Sancher.
Une captivante construction romanesque.
"Quand la maison fut sur ses pieds, mais elle n'avait pas fière allure et Marval le charpentier s'en moquait ouvertement, ce fut Moïse qui vint y dormir et y boire des nuits entières. Faut-il le dire ? Les méchants ricanèrent. Cette amitié-là avait une sale odeur et les deux hommes étaient des makoumé ! Pour sûr !
Nombreux étaient ceux dans ce village guère dévot, mais perdu au fin fond des bois et de ce fait ignorant des vices courants dans les villes, qui n'avaient jamais vu de makoumé, à part Sirop Batterie qui s'habillait en femme les jours de Carnaval à Petit Bourg. Ils examinèrent les compères avec incrédulité. Moïse, passe encore ! Mais Francis ! Il n'en avait pas l'air ! Néanmoins la plante malfaisante de cette médisance crût et fleurit dans le terreau du village et ne s'étiola que lorsque éclata la nouvelle de l'affaire avec Mira. Un violeur de femmes peut-il être en même temps un makoumé ? Peut-on avoir goût aux femmes et en même temps aux hommes ? On en discute encore "Chez Christian" à Rivière au Sel. Pourtant ce qui dégoûta les habitants de Rivière au Sel et les monta contre Francis, ce ne furent pas ces douteuses relations avec Moïse. Ce ne fut même pas cette affaire de viol. Ce fut qu'il ne fit rien de ses dix doigts."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   19 avril 2010
Ce mort-là est à moi. Ce n'est pas par hasard si c'est moi qui l'ai trouvé, déjà boursouflé, dans la trace à l'heure où le ciel saignait derrière la montagne. Je suis devenue sa maîtresse et sa complice. Je ne le quitterai qu'au moment où les premières pelletées de terre tomberont sur le bois de son cercueil.
Et pourtant, de son vivant, je ne le portais pas dans mon cœur, cet homme-là, et j'étais bien de l'avis de ceux qui s'apprêtaient à envoyer une lettre recommandée au maire pour qu'on l'expulse comme les Haïtiens et les Dominicains qui transforment les terrains de football de Petit Bourg en terrains de cricket. Vraiment, ce pays-là est à l'encan. Il appartient à tout le monde à présent. Des métros, toutes qualités de Blancs venus du Canada ou de l'Italie, des Vietnamiens, et puis celui-là, vomi par on ne sait quel mauvais porteur, qui s'est installé parmi nous. Oui, notre pays a changé, c'est moi qui vous le dis. Dans le temps, nous n'avions pas connaissance du monde et le monde n'avait pas connaissance de nous. Les chanceux bravaient la mer jusqu'à la Martinique. Fort-de-France était de l'autre côté du monde et l'on rêvait de l'or jaune de Guyane. Au jour d'aujourd'hui, pas une famille qui n'ait sa branche en métropole. On visite l'Afrique et l'Amérique. Les Zindiens retournent se baigner dans l'eau de leur fleuve et la terre est aussi microscopique qu'une tête d'épingle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
parolesparoles   31 janvier 2022
- Tu vois, j’écris. Ne me demande pas à quoi ça sert. D’ailleurs, je ne finirai jamais ce livre puisque, avant d’en avoir tracé la première ligne et de savoir ce que je vais y mettre de sang, de rires, de larmes, de peur, d’espoir, enfin de tout ce qui fait qu’un livre est un livre et non pas une dissertation de raseur, la tête à demi fêlée, j’en ai déjà trouvé le titre : « Traversée de la mangrove ».
- On ne traverse pas la mangrove. On s’empale sur les racines des palétuviers. On s’enterre et on étouffe dans la boue saumâtre.
- C’est ça, c’est justement ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
LenoraLenora   12 octobre 2012
Nos peaux étaient de la même couleur. Nos cheveux du même grain. Et pourtant, je vivais dans l'opulence sans souffrance dans une maison à galerie et à galetas. Je faisais écailler mon poisson par une servante qui me servait deux repas par jour. A leurs yeux, j'étais une traitresse ! Je souffrais de cet isolement, car j'aurais voulu qu'on m'aime, moi. Je ne savais pas que le Nègre n'aime jamais le Nègre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KenehanKenehan   06 février 2016
Il rêvait. A quoi ressemblait son île avant que l'avidité et le goût du lucre des colons ne la mettent à l'encan ? Au Paradis que décrivait son livre de catéchisme. Oui, c'est Loulou qui avait planté en lui cet amour des arbres, des oiseaux. Hélas, à présent la forêt était une cathédrale saccagée. Il fallait se contenter de piètres prises...
Commenter  J’apprécie          10
LenoraLenora   12 octobre 2012
Prends patience. Bientôt, je serai dans tes bras. Tout contre ta poitrine, à me gorger de ton bon lait blanc. Et au fur et à mesure que je grandirai, je te consolerai de chaque coup d'épine de la vie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Maryse Condé (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maryse Condé
Prix Goncourt retentissant à l'automne dernier pour « La Plus Secrète Mémoire des hommes », Mohamed Mbougar Sarr, un de ses plus jeunes lauréats, est devenu en quatre romans et à 31 ans seulement un écrivain reconnu pour la qualité de ses écrits et pour les idées qu'il défend, marquées par le refus de l'assignation à une appartenance.
D'une perpétuelle inventivité, tant dans la langue, flamboyante et érudite, qu'à travers une narration labyrinthique, le roman qui lui valu le Goncourt est une oeuvre étourdissante, dominée par l'exigence du choix entre l'écriture et la vie, ou encore par le désir de dépasser la question devenue cruciale du face-à-face entre Afrique et Occident. Mohamed Mbougar Sarr y croise l'histoire de deux écrivains sénégalais, l'un contemporain qui vit à Paris, à la recherche de lui-même, et l'autre – le mystérieux T.C. Elimane, surnommé le «Rimbaud nègre» – qui défraya la chronique en 1938 à la faveur de la publication d'un seul roman, avant de disparaître.
Cette quête haletante nous fait voyager entre les époques et nous mène du Sénégal à Buenos Aires en passant par Amsterdam ou Paris, n'omettant rien des tragédies de notre siècle que sont la Shoah et le colonialisme, révélant peu à peu le propos de ce roman qui est aussi une juste revendication à ne pas mettre l'Afrique à part dans l'histoire des lettres.
La Plus Secrète Mémoire des hommes est aussi un chant d'amour à la littérature et à son pouvoir intemporel, littérature qui «transfigure la vie», assène Mohamed Mbougar Sarr, lecteur assidu dès son enfance passée au Sénégal. Marqué par la culture africaine, l'écrivain refuse néanmoins de se laisser prendre au piège de l'enfermement identitaire et milite pour les frictions et les hybridations fécondes avec d'autres imaginaires, par exemple la littérature sud-américaine où il puise «des échos, des images, des façons de concevoir le roman qui me révèlent à moi-même.» ___ Une rencontre avec Mohamed Mbougar Sarr, un jeune écrivain déjà très grand, à la parole dense et profondément ouverte sur le monde, animée par Élodie Karaki et enregistrée en public à Marseille, à la bibliothèque de l'Alcazar, lors de la 6e édition du festival Oh les beaux jours !.
__ À lire : Mohamed Mbougar Sarr, La Plus Secrète Mémoire des hommes, Philippe Rey /Jimsaan, 2021 (prix Goncourt 2021, prix Transfuge du meilleur roman de langue française 2021, prix Hennessy du livre 2021 et prix Fetkann/Maryse Condé 2021).
__ Montage : Clément Lemariey Voix : Nicolas Lafitte Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79 Photo : Nicolas Serve Un podcast produit par Des livres comme des idées.
__ La 7e édition du festival Oh les beaux jours ! aura lieu à Marseille du 24 au 29 mai 2023. https://ohlesbeauxjours.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : guadeloupeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3113 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre