AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782818013977
352 pages
P.O.L. (01/08/2011)
2.91/5   133 notes
Résumé :
Clèves raconte l’éveil à la vie amoureuse et sexuelle d’une petite fille, en province, il y a une trentaine d’années environ... Les trois parties du livre respectivement intitulées « Les avoir » (les règles), « Le faire » (l’amour), « Le refaire » (l’amour, encore, bien sûr : une seule fois ne suffit jamais, surtout en l’occurrence), donnent bien la temporalité et la dramaturgie de ce huitième roman de Marie Darrieussecq.

« Les avoir »
Nous som... >Voir plus
Que lire après ClèvesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
2,91

sur 133 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
8 avis
Curieux objet littéraire que ce "Clèves" de Marie Darrieussecq. Premier roman lu de l'auteure, je ne retenterais pas l'expérience et je vais vous expliquer pourquoi. "Clèves" est le nom d'un petit village de quelques centaines d'habitants. Solange est le personnage central de cette histoire sur l'éveil à la sexualité chez les tous jeunes adolescents. le style littéraire de Marie Darrieussecq m'a semblé très répétitif dans l'expression de ses idées sur cette thématique de la sexualité. J'ai l'habitude de lire des livres sur des sujets difficiles mais là, ce roman a créé chez moi une forme de malaise qui ne m'a pas quitté durant cette lecture. La première partie du roman nous conte l'histoire de Solange encore enfant en CM2. Les descriptions des jeux dans les cours de récréation entre garçons et filles m'ont paru hors de propos et même, je dois vous l'avouez, choquantes. On parle de petite fille et je suis désolé mais je n'accepte pas que l'on "érotise" les jeux pratiqués dans les cours de récréation. Je trouve cela malsain. Un enfant ne donne pas une dimension sexuel à ces jeux de découverte. Ensuite, la descriptions du couple de ses parents, un père volontiers libertin qui s'exhibe nu devant sa petite fille, je suis désolé mais ça me gêne terriblement. L'auteure use et abuse de termes triviaux pour décrire Solange, cette fois-ci, adolescente. Les jeunes hommes sont réduit à leurs "bites", mot répété advitam eternam jusqu'à ce que je n'en puisse plus. Les jeunes femmes sont décrites comme des "cavités, des chattes attendant d'être rempli." Je suis désolé pour vos esprits d'user de ces termes mais Marie Darrieussecq en use et abuse. La sexualité de Solange n'a pas de limite, elle la dépasse et son désir d'être "baisé" ou bien encore d'être "une chienne" est décrite par l'auteure en long et en large avec les termes utilisés précédemment. L'acte sexuel est vu comme étant uniquement une pulsion avec un rapport de domination qui confine à la violence physique et même moral. Comme si Marie Darrieussecq se servait des images éculées de la pornographie, usant et abusant de descriptions très crues qui m'ont ennuyé au possible. Un roman qui fait un peu plus de trois cent pages mais qui aurait pu être réduit à moins de cent pages tant le sentiment de répétition a fini de m'achever. J'ai fini ce livre mais la vision de la sexualité de ces adolescents dans les années 80 avec l'irruption, il ne faut pas l'oublier, du sida. Solange ne se protège pas contre les virus sexuellement transmissibles, elle ne prend pas la pilule et tout cela en menant une sexualité débridée. Tout nous ramène au "cul", à la "baise." le marquis de Sade aurait pu écrire ce livre qui se veut moderne mais qui au final est surtout plombant et ennuyeux. Marie Darrieussecq manque d'imagination et surtout elle perçoit le sexe sans jamais évoquer la tendresse, le fait d'être amoureux, sentimental, même pudique d'une certaine façon dans sa manière de découvrir peu à peu la sexualité. Non un homme ne peut être résumé uniquement à sa "bite" et une jeune femme à sa "chatte." Elle donne l'impression que les adolescents sont uniquement livrés à leurs pulsions et à la satisfaction de ces dernières. Ce livre manque cruellement de poésie, d'inventivité parce qu'il y a autant de façon d'aimer et de vivre une sexualité épanouie sans séparer forcément 'sexe" et tendresse, amour, poésie. Un homme peut être sentimental et respecter sa partenaire. Là encore, l'auteure décrit un rapport de force, une violence, une soumission des jeunes filles au diktat du porno. Vous l'aurez compris, j'ai détesté ce roman sans idée, sans cette magie de la rencontre amoureuse et respectueuse entre hommes et femmes. Ennuyeux, cliché, faussement moderne et volontiers vulgaire, ce sera bel et bien la dernière fois que je lis un livre de Marie Darrieussecq. Apollinaire et ses "exploits d'un jeune Don Juan" était déjà passé par là avec son aspect cru mais autrement plus drôle et léger, sans se prendre au sérieux, fripon et amusant. Tout l'inverse de "Clèves" de Marie Darrieussecq.
Lien : https://thedude524.com/2022/..
Commenter  J’apprécie          243
Solange est une princesse moderne. Elle grandit dans une petite ville isolée et ses hormones la titillent. Toutes ces questions sans réponse, tout ce monde caché dont les codes semblent ne pas avoir de secrets pour les adultes… Bref, elle voudrait bien le faire, oui mais comment s'y prendre ? Comment ne pas passer pour une fille facile, garder sa dignité et pourtant engager des gestes obscènes ? Comment séduire et puis d'abord qui ?

La vie de Solange, où les moment difficiles de l'adolescence quand des pulsions violentes font sortir de l'enfance et provoquent des comportements surprenants que l'on découvre en même temps qu'on les adopte. Comment écrire ce mélange de pulsions de vie et de mort, et l'inconscience qui jette l'enfant dans un monde nouveau qu'il aspire ardemment à découvrir, malgré la brutalité qu'il ne cesse de révéler ? Et cette brutalité, n'est-ce pas précisément ce que cherche l'adulte en devenir ?
Pour rapporter la semi-conscience de l'adolescente qui traverse la puberté, c'est-à-dire sa capacité imparfaite à saisir pleinement la réalité de ce qu'elle vit, Darrieussecq écrit par petites touches. Des phrases isolées les unes des autres par des lignes en blanc qui évoque tout ce qui peut se passer d'ininterprétable entre des phénomènes objectifs, ou consécutivement à des questions sans réponses, qui, eux, sont rapportés. Bien sûr, le lecteur, lui, avisé et plus mûr que le personnage principal, se rend parfaitement compte de ce qui se passe, de la nature des troubles qui envahissent le cerveau de l'héroïne, voire des tentatives de manipulations de ses interlocuteurs, et des conséquences qu'ils augurent. Mais rien n'en est dit explicitement. le lecteur comprend que le personnage principal est embarqué dans une réalité qui la dépasse, mais à laquelle elle ne renonce pas. Elle ne sait pas ce qu'elle cherche, mais elle se lance sans retenue, projetée par son corps et sa soif inextinguible de réponses, dans ce monde si surprenant, quitte à commettre quelques bêtises. de ce jeu interactif avec la lucidité du lecteur, proposé par ce traitement typographique particulier, procède un humour provoquant, explosif et irrésistible, qui capte l'attention du lecteur avec autant d'intensité que celle de l'héroïne est emprisonnée dans l'impétueuse réalité où elle est actrice.
Ce qui est remarquable c'est cette vivacité du récit, cette tempête continuelle qui bouleverse l'esprit de l'adolescente et l'entraîne dans une vie qu'elle apprend à découvrir et qu'elle n'a pas le choix de refuser. de toute façon, elle n'est pas vraiment contre, loin de là. Nymphomane la Solange ? Qu'on le dise tout de même aux esprits prudes, la volonté de transcription réaliste de l'auteure l'oblige à ne passer aucun détail de la crudité de cette période. Toute sensation, tout détail, tout organe qui entre dans le champ de perception de l'héroïne est rapporté au lecteur avec autant de vivacité perceptive qu'ils ont surgi à l'esprit de Solange. Mais faut-il s'en offusquer : l'adolescence est faite de ce conflit entre une pulsion à agir et une condamnation morale qui de toute façon, a perdu d'avance. Et c'est en grande partie grâce à la crudité - la sincérité d'un témoignage exhaustif ? - qu'est rendu le réalisme et l'incroyable voyage dans le temps du roman. Qu'une l'auteure réussisse, la quarantaine passée, à faire éprouver au lecteur, par les mots, le typhon qui chamboule l'esprit à la puberté, ou la vérité d'un monde qui n'existait pas avant et dont nous croyons avoir oublié les codes - les avoir condamnés ? - c'est là la performance incroyable de Marie Darrieussecq et l'expérience jubilatrice du lecteur.
Commenter  J’apprécie          100
Éveil à la sexualité de Solange, 12 ans, qui vit à Clèves.
Du CM2 au lycée, il semble que le sexe soit sa seule préoccupation.
Père incestueux, ou exhibitionniste ? On ne sait pas trop
Voisin pédophile ? Il la garde depuis qu'elle est petite.
J'ai lu plusieurs livres de Marie Darrieusecq que j'ai tous trouvés particuliers mais que j'ai plutôt bien aimés.
Mais là, non, vraiment, ça dépasse tout !
J'ai failli abandonner à la page 50, écoeurée par le nombre de fois ou le mot « bite », entre autre, est écrit.
Je ne suis pas prude, mais dans la bouche de cette gamine de 12 ans, c'est trop.
J'ai poursuivi jusqu'à la page 100 et survolé les 200 pages restantes.
Ce qui aurait pu être beau comme sujet est sordide de bout en bout.
A tel point que, malgré une écriture qui me convient bien, je pense que jamais plus je ne lirai un livre de Marie Darrisuseccq.
Elle m'a paru tellement malsaine dans celui-ci.
Qu'elle ait envie d'écrire un livre porno, soit, mais était-il nécessaire de le faire par le biais d'une enfant.
Ce n'est ni sensuel ni érotique, non c'est effectivement carrément porno.
Commenter  J’apprécie          192
Je l'avais déjà lu mais comme l'auteure a participé à La Grande Librairie du 17 novembre, j'ai voulu lire un ouvrage d'elle, à défaut de son dernier : Pas dormir. Clèves dormait à la bibliothèque et j'ignorais l'avoir déjà emprunté et lu. Finalement, je l'ai relu en entier pas d'un seul coup parce que c'est assez pénible de voir le sexe de l'homme cité presqu'à chaque page et la fin m'a rappelé quelque chose : la triste fin de Lulu, le chien de Monsieur Bihotz (pour ne pas en dire plus et déflorer l'ouvrage). Je comprends mieux pourquoi je ne l'avais pas commenté. Pas grand-chose à en dire si ce n'est que c‘est très bien écrit, très vivant mais que la vie passionnée d'une jeune pubère ne m'intéresse guère. Boum, bal, surprise-partie et les émois d'une adolescente qui s'éveille à l'amour, c'est loin tout cela. Heureusement que ce n'est qu'un roman car vu les prouesses sexuelles de Solange, dans la vraie vie, à moins d'être complètement stérile, elle serait en train de courir tous les centres de contraception ou les hôpitaux pour avorter. C'est facile d'être une fille facile dans un roman. Sinon dans le contexte de l'époque, dans les années 80, si on s'en réfère à une indication dans le livre que les russes ont envahi l'Afghanistan, c'est : la dernière décennie d'un monde bipolaire et la fin de la guerre froide qui a marqué l'histoire du XX e siècle depuis 1947. La chute du mur de Berlin le 10 novembre 1989 est un symbole important de la fin de cet affrontement. Les années sida en France sont comprises dans la période (1983-1995). A la fin du livre, la mère de Rose lui a fait tout un sermon sur la contraception – « aucun garçon ne s'en souciera pour toi ». Mais elle a tellement d'autres choses à penser. Tête de linotte. Dans la vraie vie, tu serais vite rattrapée par tes bêtises. Un livre à la fois plaisant et déplaisant. ¨Pour moi, trop de sexe affiché. Marie Darrieussecq, ce n'est pas Henri Miller, tout de même ! Finalement, pas envie de lire d'autres livres d'elle pour le moment.
Commenter  J’apprécie          140
Bien avant de me décider à lire Clèves, j'avais entendu l'auteure déclarer que son roman, en parlant du désir des femmes, peut déranger. Sauf que "la femme" dont il est ici question n'est qu'une gamine à peine pubère ! Et ça, ce n'est pas dérangeant mais carrément choquant, surtout lorsqu'il est question de relations intimes avec des hommes adultes.
Malgré tout, j'ai plutôt apprécié cette histoire et la façon dont elle est écrite, sans trop être gênée par l'extrême verdeur du langage. Les nombreux détails, tissu Liberty, coupe mulet, Kim Wilde etc restituent bien l'atmosphère des années 80 pendant lesquelles l'auteur a vécu son adolescence. Par contre, je reste plutôt dubitative quant à la nature dévergondée de la petite Solange, encore à l'âge des timides découvertes mais affichant un appétit sexuel qui semble trop excessif pour paraître crédible. Mais peut-être existe-t-il des gamines extrêmement précoces qu'une «sensualité exacerbée» pousse à avoir des audaces dignes d'une courtisane rompue à l'art de la "galanterie"... Ce qui n'empêche pas Solange d'être naïve comme toutes les filles de son âge, de confondre amour et désir et de prendre ses rêves pour la réalité.
N'ayant pas lu Mme de Lafayette, je ne peux pas deviner comment La Princesse de Clèves a pu inspirer ce roman à Marie Darrieussecq qui y dessine une carte du tendre vraiment très particulière, aussi indécente qu'incandescente.
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (7)
Telerama
24 avril 2013
Une fois encore, l'auteur explore la vie et chahute la langue pour décrire les corps encombrants à peine sortis de l'enfance. Juste et provocante, la romancière ausculte les peurs des filles et balance aux orties les tabous des adultes ou leurs illusions.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeMonde
21 octobre 2011
Le corps et la sexualité envisagés comme le fait Solange par le petit bout de la lorgnette ont-ils leur place dans les rayons "littérature" des librairies ? Il n'est pas impossible que Marie Darrieussecq choque aussi parce qu'elle est une femme, écrivant sur les émois et les déboires d'une jeune fille avec un culot stupéfiant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeMonde
21 octobre 2011
Le problème n'est pas que ce soit hard ; mais que ce hard est triste quand il a si peu d'écho chez le personnage et dans le tempo d'écriture !
Lire la critique sur le site : LeMonde
Bibliobs
13 octobre 2011
Avec son style crû et lapidaire, qui donne la place du roi au mot «bite» pour coller au plus près des sensations d'une jeune fille en fleur des années 1980, c'est la réécriture hyperréaliste, presque austère et pourtant émouvante, du premier livre de Marie Darrieussecq. Elle y racontait déjà une métamorphose, celle d'une femme en truie.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LePoint
19 septembre 2011
Tout cela serait sans conséquence si Mme Darrieussecq, éminente ouvrageuse de langue, n'y ajoutait sa patte si singulière à base de trash et de sophistication. Faire très simple pour suggérer qu'on a pris la mesure du complexe : tel est le secret, la trade mark, de cette écrivaine déconcertante, lassante, fascinante.
Lire la critique sur le site : LePoint
Lexpress
30 août 2011
[…] la lourdeur du propos exaspère vite et on peine à terminer ce roman qui porte complaisamment la plume dans la culotte.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress
23 août 2011
L'apprentissage sexuel d'adolescents des années 1980. Marie Darrieussecq joue la provoc avec ce récit cru. Et détone.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Elle ne sait pas quoi faire de ses bras. Ils ont jailli de son corps et elle les trimballe accrochés à ses épaules. Avant, ils suivaient ses mouvements. Maintenant, on lui a mis des bras dont les extrémités sont des têtes. Elle a à s’en soucier autant que de son visage. Des mains-visages qu’il faut contrôler comme si on lui avait collé là d’autres Solanges. Dans les poches ça fait timide, mais les sortir c’est exposer à tous les regards ces longs êtres autonomes et horriblement dépendants à la fois, comme si tout ce qu’elle pense (rien, son embarras) tressaillait jusqu’à leurs ongles.
Commenter  J’apprécie          10
Lecture abandonnée au bout de cinquante pages. Je n'ai pas adhéré à la forme et au style de l'autrice. L'écriture fragmentaire ne m'a pas permis d'entrer dans la narration. Je suis demeuré au bord de la route alors que la propriété semblait pourtant prometteuse à visiter.
Commenter  J’apprécie          20
Ce qui restera au bout du bout, c'est les cafards.Leur carapace est un abri atomique.Ils peuvent survivre sans eau et sans manger.La planète sera peuplée de cafards qui ramperont dans le désert.Et tu sais quoi? Ca changera pas grand chose.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la dune entièrement faite de sable (pas le moindre petit gazon pour ne pas que ça gratte) alanguie sur son épaule elle l’écoute respirer dans le souffle des vagues. Le Grand Tout. Ce que raconte sa mère, mais en vrai. Ils font partie du cosmos et les étoiles clignotent, et s’ils prenaient la mer tout droit ils verraient monter sous le ciel la Statue de la Liberté. « Tout droit c’est Montréal », corrige Arnaud. Montréal c’est bien aussi.
Commenter  J’apprécie          00
Je ne sais parler que quand j’ai vraiment quelque chose à dire. Tu ne trouves pas qu’on passe notre temps à dire des trucs qui ne servent à rien à des gens qui n’écoutent pas de toutes façons ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Marie Darrieussecq (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Darrieussecq
Lecture par l'autrice accompagnée du duo Namoro
« de quel côté était la vraie vie ? À quel bout des rails ? Ou dans quel ailleurs ? » Fin des années 80. Rose et Solange sont voisines et amies inséparables depuis toujours. Rose voudrait croire à son amour pour Christian (ou bien Marcos ?) et à ses études de psycho. de son côté, Solange ne croit plus en Arnaud (l'enfant qu'elle a eu à l'âge de 15 ans est-il de lui ?) et s'accroche à son destin de comédienne. du coeur de l'adolescence à l'âge adulte, les parallèles s'éloignent imperceptiblement, même si l'on s'efforce de garder le contact a minima. D'un trait rapide, haletant, très malicieux, Marie Darrieussecq nous livre leurs deux versions des faits, successivement : comment Rose et Solange vont passer de jeunes filles à femmes, souvent l'une sans l'autre mais toujours en compagnie des hommes, et donc de tout ce qui va avec…
À lire – Marie Darrieussecq, Fabriquer une femme, P.O.L., 2024. À écouter – Namoro, Balaclava, No more reality, 2023.
Son : Jean-François Domingues Lumière : Iris Feix, assistée par Hannah Droulin Direction technique : Guillaume Parra Captation : Claire Jarlan
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (315) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3659 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}