AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207124413
528 pages
Éditeur : Denoël (02/04/2015)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 290 notes)
Résumé :
Quelque part en Afrique, la mort rôde...
2010. Dans un terrain vague de Nairobi, un gamin à vélo s'amuse à rouler dans une grande flaque sur le sable ocre. Du sang humain, répandu en forme de croix. Sans le savoir, le garçon vient de détruire une scène de crime, la première d'une longue série.
2012, à Nairobi. Une femme albinos est décapitée à la machette en pleine rue. Le tueur a emporté la tête, un bras aussi. Elle a été massacrée, comme beaucoup de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (125) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  03 septembre 2019
Ça y est.
Je viens de quitter Nairobi, ville où modernisme et traditions se côtoient tant bien que mal.
Autant la Bretagne, ça vous gagne, autant le Kenya, y a pas de quoi.
La faute, très certainement, à cette multiplication de mises en scène sanguinolentes sans l'ombre d'un corps à se mettre sous le scalpel.
Qui dit pseudos meurtres en série dit profiler, en tout cas chez Delzongle.
Hanah Baxter, au rapport, siou'plaît!
Dust me laisse un brin perplexe.
S'il se lit tout seul, il laisse finalement comme un gros sentiment d'inachevé .
Baxter se révèle être un personnage ambigu donc plutôt intéressant.
A contrario, certaines de ses méthodes d'investigation me laissent sur le cul. Niveau crédibilité, je peux pas affirmer avoir toujours adhéré.
Je passe sur la petite bluette sentimentalo/cucul la praline qui n'apporte aucune plus-value pour focaliser sur le gros point fort de ce roman, sa situation géographique.
Ami albinos, s'il te vient l'irrépressible envie de visiter une lointaine contrée africaine, le Kenya tu contourneras ! Balèze, la déviation, de préférence. Tu me remercieras...
Y a quelqu'un qui m'a dit, enfin m'a murmuré, que nous naissions tous libres et égaux. Certains le sont visiblement plus que d'autres. La caste des albinos se situerait plutôt dans le bas du classement, voire hors catégorie à la découverte des mille et une attentions à leur égard en cette terre d'écueil.
Le pitch s'avérait très prometteur.
Que dire de l'élucidation de cet épais mystère (????????) et plus encore de son dénouement hâtivement torché (!!!!!!!!).
Si la balade en terre africaine fut plaisante et instructive, certains aspects techniques de la chose me laissèrent dubitatif. Et je dubitate le moins possible, c'est pas bon pour mon karma.
Pas le meilleur Delzongle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
kuroineko
  02 juillet 2018
Dust est un violent uppercut qui laissera des traces durables dans mon esprit. Sonja Delzongle campe une psychocriminologue - profileuse en d'autres termes - indépendante. Hanah Baxter est originaire de St Malo, vit à New-York et s'embarque pour Nairobi, Kenya, en vue d'une enquête qui s'annonce singulière et ardue. Loin de la démentir, la réalité va s'efforcer de se présenter sous ses pires attraits.
Dust offre une plongée dans un Kenya multiface. Des safaris pour touristes toubabs aux sordides bidonvilles où à douze ans on est un tueur sans scrupule, des majestueuses beautés d'une terre aux contrastes paysagers si forts à des rites et traditions barbares, la corruption et les trafics en tous genres.
C'est d'ailleurs l'un d'eux qui m'a le plus interpelée durant ma lecture. Choquée même. Il s'agit de la chasse aux africains albinos. L'anomalie génétique en cause de leur maladie est supposée les rendre détenteurs de pouvoirs surnaturels. Ainsi sont-ils chassés, mutilés, dépecés en vue d'utiliser peau, cheveux, organes, chair comme composants de puissants fétiches sorciers ou d'ingrédients dans des potions sensément curatives. Un "commerce" juteux qui semble se heurter à une inertie des pouvoirs politiques. J'avoue que la mention de ces atrocités m'a semblé incroyable. Je suis allée me documenter à ce sujet, pensant qu'il s'agissait de l'imagination fertile et glauque de l'auteure. J'aurais préféré... Il s'avère que ce trafic existe bel et bien et est même en recrudescence. de quoi douter et être dégoûté de l'espèce humaine...
Sonja Delzongle aborde les faits dans toute leur crudité. Pas de faux semblants sous sa plume. Son style est percutant et on sent toute la maîtrise qu'elle a de son sujet et de son intrigue. Ses personnages sont bien incarnés. Hanah et le chef de la Crim kenyane Ti Collins forment un tandem très chaleureux et sympathiques. Celui qui m'a le plus fascinée reste le mystérieux Masaï surnommé La Lance.
L'auteure rééquilibre la noirceur de son histoire par des descriptions magnifiques de l'Afrique et la lutte de nombre de ses habitants contre tous les méfaits cités plus haut. Comme le dit si justement La Lance : "Mais l'Afrique, il fallait la nettoyer de sa pourriture, décaper la saleté pour en faire réapparaître l'éclat."
La suite des aventures de Hanah Baxter m'attend déjà dans mes étagères. Je la retrouverai avec grand plaisir très vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
belette2911
  07 juillet 2015
N’allez pas croire, suite à mes deux critiques, que je participe à un challenge "Mois Africain" en juillet parce que hier j’étais au Mali (Black Cocaïne) et que aujourd’hui je suis allée au Kenya. C’est le hasard des lectures qui a fait que je suis restée sur le continent africain.
Le résumé du livre était emballant, le début de la lecture aussi, même si un petit je-ne-sais-quoi m’empêchais de profiter pleinement de ma lecture.
Ah oui, j’ai compris assez vite ! La cause en était le style d’écriture qui avait tendance, parfois, à friser le niveau enfantin ou pré-ado, comme si, à certains moments, l’auteur avait confié l’écriture de certains passages à sa p’tite nièce.
Et tout le problème du roman s’est trouvé là, pour moi : la manière dont certaines événements ou problèmes liés au pays (le Kenya pour ceux qui ont loupé le train) sont décrits, leur fait perdre toute leur puissance, toute leur émotion, toute leur portée horrible.
De plus, la surenchère de faits horribles annihile l’abomination perpétrée. Sincèrement, j’ai lu des témoignages de personnes qui avaient été témoins d’actes abominables durant la Seconde Guerre Mondiale, et sans en rajouter, leur récit me hérissait les poils des bras et me donnait envie de vomir.
Ici, il n’en fut rien… c’est abominable ce qu’un personnage a fait endurer à ses semblables, mais la description de l’auteur fout tout en l’air et si elle avait décrit un enfant éventré dans le but de transformer ses boyaux en guirlande de Noël, j’aurais sans doute pensé "Cool, une guirlande", tant la chose est mal exprimée, mal écrite.
Aucun atomes crochus avec Hanah Baxter, la profileuse d’origine française qui vit à New-York et qui se déplace au Kenya pour traquer un tueur en série. Autant elle est forte pour certaines choses, autant elle est chochotte pour d’autres. Manque de crédibilité dans le personnage.
J’ai même failli tomber de ma chaise lors de l’épisode avec Invictus (les lecteurs sauront de quoi je parle).
Je passerai sur les moments "guimauviens" (néologisme offert) qui sont à pleurer devant tant de platitudes et plus dignes d’un "Fifty shades", d’un "Twilight" ou d’un Harlequin que d’un tel roman.
Le suspense est en grande partie réduit à néant par un chapitre où le pauvre lecteur en apprend beaucoup trop sur le tueur en série, gâchant tout le plaisir.
Pire, avant même la moitié du livre, j’avais deviné le nom du coupable, la ficelle agitée par l’auteur étant trop grosse que pour ne pas s’en saisir. Chez Agatha Christie, je ne l’aurais pas saisie, car la Dame avait l’art de casser les codes du roman à énigme, mais ici, l’auteure en dévoile trop trop vite. Et les préliminaires, bordel ?? Et je confirme que j’avais vu juste !
J’ai ressenti, par moments, de l’émotion dans le récit, lorsque l’auteure explique la chasse à laquelle sont soumis les albinos, de l’émotion aussi lorsque l’auteure décrit les extrémités auxquelles certains enfants devaient se livrer, afin de survivre et de sauver leurs frères et sœurs de la misère…
Et puis, patatras, toute l’émotion retombait comme un soufflé (ou autre chose, pour les plus coquins) à cause du style d’écriture qui était plat et sans âme.
Autre truc… durant tout le roman, elle se fait regarder de travers par le flic d’origine mexicaine, il la déteste, il se moque de ses méthodes de travail et puis, là, tout à coup, après les huit dixième du roman, soudain, il commence à l’apprécier, à lui parler, boum, sont quasi copains ! Non, revirement trop rapide.
Quant aux méchants, j’éviterai de vous parler de ces revirements de situations qui font que personne ne joue au Grouchy arrivant sur le champ de bataille de Waterloo – morne plaine – quand tout est terminé. Non, ici, tout le monde a du sang de Zorro !
Ce roman manque de profondeur, d’émotion et la surenchère de "gore" détruit les émotions qu’il aurait dû faire naître en moi.
Avec un sujet aussi important au menu, dans un décor rempli de misère, c’est malheureux d’avoir fait un roman aussi foireux.
De bons ingrédients, un chaudron qui ne demande qu’à bouillir, pour arriver à un résultat tel que ce que je viens de lire, c’est donner des perles aux cochons ! Et j’en suis la première peinée que le beau côtoie le médiocre.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
stokely
  27 novembre 2016
Première lecture et découverte du livre de Sonja Delzongle, j'ai d'abord choisi ce livre par son sujet le massacre de personnes albinos en Afrique ou leur mutilation afin d'en faire de la poudre qui selon la croyance de certains pays auraient des vertus curatives.
Ce sujet est très peu traité dans les thirllers/policiers en tout cas c'est la première fois que je lis un livre ayant ce sujet en thème centrale.
Ici on retrouve des croix faites avec du sang humain mais aucun corps à proximité et après enquête on découvre que les corps se situent sur cette croix mais en poussière d'où le nom du livre Dust.
J'ai aimé suivre Hanah Baxter la profileuse qui se rend au Kenya durant toute cette enquête car elle est vraiment très différentes des autres enquêtrices. Elle travaille avec un pendule sur les scènes de crime, ne se laisse pas intimider par ses collègues au CID comme Mendoza.
Les descriptions du Kenya sont je trouve très réussis, le style est plaisant à lire et c'est un vrai page-turner qu'il est difficile de lâcher une fois commencé.
Un 3/5 pour cette lecture et une auteur à suivre pour mon cas d'ailleurs Quand la neige danse est déjà dans ma kobo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
NathalieAtom
  14 août 2015
Être à contre-courant n'est jamais facile mais il faut savoir l'assumer tout en respectant le travail d'un auteur qui a sans doute sué sang et eau pour enfanter son manuscrit.
Ce roman, encensé par les critiques, attisait ma curiosité de par son décor et son thème atypique. le massacre des albinos en Afrique est une triste réalité que j'ignorai et la mise en avant de cette ignominie est tout à l'honneur de Sonja Delzongle. Il suffit pour cela de visionner les images insoutenables qui figurent sur la toile, tout commentaire paraît futile après de telles horreurs et les dénoncer est non seulement respectable mais nécessaire, voire indispensable.
Tout le problème, à mon sens, est que ce roman ne tourne pas uniquement autour de ce sujet alors que la matière pour écrire une excellente histoire était là, à portée de main de l'auteure. Or, l'intrigue principale qui est censée prendre le devant de la scène tombe à plat très rapidement, sans doute à cause d'un manque de suspense évident. La phase la plus intéressante se superpose à la première mais n'est pas assez exploitée et c'est, en partie, là que le bât blesse, donnant au récit un côté brouillon que je n'ai pas réussi à mettre au propre.
Cette surenchère de meurtres et techniques de démembrement me paraît non seulement inutile mais entache le récit et disperse l'attention, ce qui est dommage au vu de l'idée de départ. Il est parfois préférable de supprimer quelques dizaines de pages pour gagner en intensité.
La mise en avant du Kenya, même avec un portrait au vitriol, est une des qualités de ce roman. Les safaris sont loin d'être images d'Epinal et quand bien même la bienveillance de Sonja Delzongle soit bien présente, sa vision de l'Afrique est sans concession et a le mérite d'éclairer les ignorants que nous sommes sur la corruption, la violence et la misère qui y règnent.
La romance excessive ne me charme pas et certains dialogues ou expressions m'ont paru mièvres et déplacés dans ce maelstrom de gore et de violence et ce, malgré une héroïne qui aurait pu être hors-normes si elle n'avait pas été aussi insignifiante à mes yeux… Paradoxe certes, mais avec un passé douloureux trop ou pas assez développé, ma faim d'empathie n'a pas été rassasiée et c'est l'estomac dans les talons que j'ai terminé ma lecture. Faim de suspense, de dénonciations, d'explications ou tout simplement d'émotions…

Lien : http://sous-les-paves-la-pag..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation
sagesse66sagesse66   03 août 2020
………. je trouve que nous sommes conditionnés, pris dans un système de consommation qui vous broie à la longue, de constantes exigences de performance, si on n’est pas le meilleur, on n’est rien.
C’est ce qu’on appelle paradoxalement « civilisé ».
Mais je ne suis pas sûr que ce soit vraiment ça, être civilisé.
Les pays colonisateurs n’ont rien de « civilisé ». C’est la soif de conquêtes qui les motive, ainsi que le gain et la conviction qu’ils détiennent la Connaissance.
Quand on plonge dans le monde de l’Afrique avec un regard vierge, tout cela vole en éclats.
Bien que les stigmates de la colonisation soient encore perceptibles et que, après l’avoir sucé jusqu’à la moelle, les pays colonisateurs aient laissé ce continent livré à lui-même, dans un chaos indescriptible, on sent une force et une sagesse singulières, la vie et la mort étroitement mêlées, les hiérarchies bousculées, une autre approche de l’humain …, bref des notions qui remettent les choses à leur place…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
sagesse66sagesse66   30 juillet 2020
L’Afrique n’était pas seulement un Disneyland destiné aux amateurs de safaris proprets, c’était ça aussi, les mouches pondant leurs œufs sur la barbaque pourrissante au soleil, le dard des anophèles vecteurs du palu ou de la fièvre jaune, les hordes de gosses dépenaillés sniffeurs de trichlo et tueurs à la petite semaine, les lépreux exhibant leurs moignons nécrosés au coin des rues, les ethnocides à l’origine des massacres les plus sanglants, le paradis des mercenaires et des aventuriers, la terre du diamant mortifère, les mines d’or, le pétrole, la drogue, la corruption à haut niveau, le sida endémique, les gangs et les dictateurs sanguinaires, la haine du Blanc, les croyances fêlées et meurtrières …
........... L’Afrique était ………….. une matière noble, salie et ravagée à force d’usure et d’exploitation ….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Lilou08Lilou08   21 janvier 2016
À la confirmation de l’identité du corps mutilé, la bouche de Collins se contracta douloureusement.
— Aka Merengue ! Ils ont osé s’en prendre à elle… Sa voix vibra comme une corde cassée.
— Qui est-ce ? demanda Hanah.
— La fondatrice de la Ligue de défense des albinos d’Afrique. Une jeune femme d’un grand courage à qui, il y a une dizaine d’années en effet, un de ces chasseurs d’albinos avait réussi à couper un bras presque devant chez elle. Il était sur le point de l’achever lorsqu’une voiture de police est arrivée. Aka a survécu par miracle à cette mutilation sauvage et, grâce à son combat, elle a même gagné une place au Parlement. Mais elle était seule face à toute cette corruption. Ça ne pouvait que finir comme ça pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaouirkhettaoui   12 avril 2015
Dans de nombreux pays d’Afrique, dont le Kenya, l’albinos est considéré comme un être aux pouvoirs surnaturels ou, parfois, comme une créature maléfique. Les sorciers diffusaient ces croyances auprès de la population en promettant longue vie, richesse et pouvoir à qui consommerait des poudres et des substrats obtenus à partir des membres, des organes ou des cheveux d’albinos, qui se vendaient à prix d’or. Face à ce marché juteux, la chasse aux albinos se répandit en Afrique avant les années 2000, prenant au fil du temps un essor inquiétant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
kuroinekokuroineko   01 juillet 2018
Éradiquer le trafic d'albinos était une tâche essentielle, autrement plus dense que la traque d'un tueur en série isolé. Car il s'agissait de tout un système corrompu, pourri jusqu'à la moelle, permissif et vénal, où on tolérait les prémices d'un véritable génocide.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Sonja Delzongle (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sonja Delzongle
Née d'une mère serbe et d'un père français, Sonja Delzongle s'impose comme la nouvelle référence du polar noir. "L'homme de la plaine du Nord" est le dixième roman sorti par l'écrivaine (éditions de l'épée) qui s'inscrit dans le genre du thriller psychologique. Dans cette intrigue extrêmement bien ficelée, nous sommes à New York. Une profileuse Hanah Baxter est sur le point de prendre sa retraite. Elle est alors accusée d'avoir tué son ancien mentor. Cela l'oblige à revenir dans son pays d'enfance en Belgique où les souvenirs de son enfance refont surface. Là-bas, la découverte d'un homme dévoré par des pitbulls en pleine forêt de Seignes la lance sur la piste d'un manoir qui semble étrangement familier à Baxter.
+ Lire la suite
autres livres classés : albinosVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Hanah Baxter, à la Proust N°2

Si elle était un instrument d'investigation ?

Une loupe
Un smartphone
Un carnet moleskine
Un pendule
Une pipe
Des jumelles longue portée
Des bottes Sorel Caribou
Un burberry froissé

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Sonja DelzongleCréer un quiz sur ce livre

.. ..