AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782738205223
823 pages
Editions de la Seine (02/02/1998)
3.37/5   52 notes
Résumé :
Premier volume d'une grande trilogie romanesque, la Sans Pareille nous conte les débuts de Christine Valdray.
De celle qui fut l'une des plus célèbres égéries de la vie politique française, que sait le public ? Que sa vie fit courte et tragique. qu'on lui avait donné le surnom de la "Sans Pareille" parce qu'elle avait la beauté altière et triomphante d'une fameuse courtisane florentine. Que tout Paris - Le Tout-Paris des arts, du journalisme et de la finance ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ChristianDecroze
  06 juillet 2020
(Temps de lecture estimé : 6 minutes)
Oufff, ça y est enfin ! Je me suis farci les trois tomes de « Leçons de Ténèbres » : « La Sans-Pareille », « L'Archange de Vienne » et « L'enfant aux loups ». La Chandernagor m'en a fait baver pendant deux mois.
Je vous présente par avance mes excuses pour la longueur de l'intervention qui va suivre, et que vous n'êtes nullement obligé(e) de lire jusqu'à la fin mais, comme disait Confucius : « Le Sage n'éclit pas une Encyclopédie au dos d'un timble poste ».
Petite remarque préliminaire : heureusement qu'on ne paie pas les livres au poids, sinon celui-ci eût été hors de mes possibilités financières. Plus de 2.000 pages, même réparties en 3 volumes, ça pèse. Albert Cohen, avec son maigrichon « Belle du Seigneur », petit bras de tout juste 845 pages chez Gallimard, fait figure de minimaliste incorrigible. A tout prendre, la Chandernagor aurait dû se faire éditer chez « Plomb » (« Le poids des mots, le choc des quintaux »).
Cela dit, on se rend vite compte que 2.100 pages comportant rarement des phrases de moins de 15 lignes, c'est très long car, entre les parenthèses, les sous-parenthèses-à-guillemets, les virgules tous les deux mots et les tirets gigognes sous-tenseurs de raisonnements à tiroirs générateurs de digressions interminables, on se surprend parfois, pétri d'ennui, à se rappeler en plein paragraphe qu'il ne faudrait pas oublier de sortir la poubelle (car, ce soir, il y avait du poisson au dîner – et, dans une poubelle, les « restes » de poisson ça sent rapidement très mauvais – [et puis surtout « ça » pue]) surtout que, quand on a fini de lire une phrase, on ne se souvient généralement plus de ce que la Françoise racontait, il faut alors revenir au début de la phrase, ce qui nuit gravement à la compréhension - du récit - et à la fluidité de la lecture d'une oeuvre dont le style, pour résumer, est léger comme un rapport de la Cour des Comptes sur l'optimum dimensionnel du financement (à péréquation des charges, héhé, ne soyons quand même pas naïfs) relatif aux communautés d'agglomérations urbaines. Tiens, je viens d'écrire une phrase de quatorze lignes, il va falloir que je me surveille, je dois avoir en ce moment de mauvaises lectures qui influencent négativement la proverbiale élégance de mon style.
Le fond n'est malheureusement guère plus attrayant que la forme. Christine, l'héroïne de la saga, fille d'ambassadeur suite à un coït improbable, va faire son chemin malgré une enfance difficile et désargentée, due à l'abandon paternel. Devenue une très belle jeune femme, elle va passer des magazines « Nous Deux », « Confidences » et « Point de vue » aux rubriques diplomatiques du « Monde » ; et des arrière-cours de banlieues sordides aux salons feutrés du monde politique. Ses écartements de cuisses, judicieusement calculés, la propulseront jusqu'aux sommets.
Malheureusement pour elle, elle n'aime personne et personne ne l'aime. Elle n'aime pas son propre enfant, elle n'a jamais aimé son mari. Elle n'aime pas son père, sa mère, son frère ni sa soeur (Wôôhôô, ce n'est pas le bonheur). Elle croit aimer pendant quelque temps un bellâtre de comédie qui fait dans la politique (ce qui nous vaut, hélas !, l'oubliable « Archange de Vienne »). Elle est froide, antipathique et, malgré les apparences, complètement idiote. Impossible de s'attacher à un personnage aussi négatif. Au final, on se moque de ce qui lui arrive. Sa stupidité va la conduire à se saborder, à cause d'une pitoyable tentative de vengeance qui vire au pétard mouillé, que dis-je : à l'auto-goal, et la mettra plus bas que terre (bien fait pour ta gueule, pétasse !). Vu qu'il s'agit d'une affaire d'espionnage et que l'héroïne se dénonce elle-même, on peut parler d'une affaire Mata Harakiri.
Après quelques années d'incarcération, elle refait surface, puis disparaît mystérieusement. La Chandernagor, qui n'en a visiblement plus rien à cirer de cette enflure qui la gonfle presque autant que nous, et qui a envie de finir son bouquin de m..., ne se donne même pas la peine de nous fournir une explication à cette disparition (de toutes façons, on s'en bat les coudes). Elle préfère, on ne sait pourquoi, nous infliger in fine 200 pénibles pages qui n'ont strictement rien à voir avec le reste, et d'un ennui à mourir. Bon, d'accord, la mèche rebelle de cheveux blonds de ton petit dernier au soleil couchant sur la lagune vénitienne nous prend aux tripes, mais 200 pages, quand même, Francie, t'as pas l'impression de trop exagérer ?
C'est mon deuxième Chandernagor. Je m'étais déjà copieusement emm pardon ennuyé avec « L'enfant des Lumières » mais cette fois ça y est, j'ai ma dose. Françoise, ne m'en veux pas, mais nous deux, décidément ça ne colle pas.
On ne s'en veut pas, on se quitte bons amis, mais nos chemins ne se croiseront plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
ayla5488
  04 octobre 2013
La sans pareille, l'archange de Vienne et l'enfant aux loups sont les trois volumes d'une trilogie qui narre la vie de Christine Valbray, une jeune femme issue des milieux populaires qui se retrouve dans les ministères, c'est l'histoire d'une ascension puis d'une chute. 2000 pages très denses, sur la société de la fin du XXème siècle, d'une étude approfondie de divers milieux: littéraires, politiques, populaires, bourgeois...Une étude très détaillée, que dis je autopsiée d'individus complexes très humains en somme. Durant toute ma lecture je n'ai pu m'empêcher de me demander si les héros existaient réellement, l'astuce qui consiste à mêler des personnages imaginaires avec des êtres réels sèment le doute. Un roman très ambigu, la dernière page lue on ne sait toujours pas qui était Christine Valbray et ce qu'elle est devenue. Cet ouvrage est aussi une réflexion sur notre société. Je ne me suis jamais ennuyée sur ces 2000 pages, un bémol pourtant pour les 200 dernières, sans rapport avec l'histoire, et sans intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Floortje
  17 octobre 2018
Je me suis régalée avec ce second livre de Françoise Chandernagor. Second livre que j'ai lu, pas second livre de l'auteur. Car en effet, celle-ci est un écrivain fertile.
Découverte au hasard d'une « vente avant pillonnage », La Première Epouse m'avait conquise non seulement par son style limpide et ciselé mais aussi par son fond : c'était la tragédienne grecque transposée de nos jours.
Donc, naturellement, après avoir terminé à regret La Première Epouse, ai-je voulu me ré-abreuver à la source qui m'avait donné tant de plaisir. Il me semblait que « La Sans Pareille » était un ouvrage connu. du moins, son titre sonnait-il familier à mes oreilles. Donc, va pour La Sans Pareille !
Et bien, encore une fois, et malgré que ce soit un gros volume, je n'ai pas été déçu. J'ai retrouvé le style de Françoise Chandernagor où, comme dans certaines oeuvres ou certains sports, l'apparente facilité et la beauté cachent les heures de travail ardus.
Et puis, l'histoire est très prenante. Elle fait appel à tout les thèmes qui mis ensemble font forcément un tabac : l'ascension sociale, la beauté, l'argent, le tout saupoudré de ces petites touches d'humour cyniques tout à fait chandernagoriens.
Pour finir, et c'est là que l'identité « haut fonctionnaire » perce sous l'écrivain, La Sans Pareille nous tire vers le haut : on en sort plus cultivé à la fin du livre que lorsque on l'a ouvert ! Cette « culture générale » qui sent bon la préparation des concours administratifs et le Petit Larousse Illustré, moi, j'adore !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
evelynepapillard
  22 mars 2020
Françoise Chandernagor,ce n'est pas n'importe qui,pas n'importe quel auteur...alors pourquoi ce livre me semble t il si ennuyeux ? Une vision historico-sociale, certes. Des portraits ... mais ça manque énormément de rythme.C 'est comme essayer de danser un tango avec un partenaire qui ne connait que le slow approximatif. On piétine aussi élégamment qu'on peut.
Commenter  J’apprécie          40
zabeth55
  29 janvier 2012
trois tomes qui m'ont tenue en haleine tout un été
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
liberligerliberliger   07 octobre 2012
Assez naïf pour croire que la réussite sociale s'obtient comme les bons points à l'école, il travaillait avec l'acharnement d'un prix d'Excellence ; trop bienveillant pour imaginer la malveillance des autres, il rendait service à ceux qui le lui demandaient, convaincu que, comme au catéchisme, ses bienfaits lui seraient comptés. Quand il songeait à sa carrière (car, tout de même il y songeait), il pensait devoir à ses mérites une place qu'assurément il ne devait pas à ses intrigues, et il tablait sur l'estime d'autrui pour la conserver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jo_LyJo_Ly   18 octobre 2021
Je suis vieille de toutes les blessures infligées aux lieux que j'ai aimés...
Commenter  J’apprécie          50
liberligerliberliger   07 octobre 2012
De l'avis général, nous entrons dans un univers post-chrétien [...] le seul ennui c'est que personne ne sait à quoi peut bien ressembler une morale post-chrétienne.
Commenter  J’apprécie          10
Jo_LyJo_Ly   18 octobre 2021
Notre grand amour boitait ; mais les enfants infirmes ne sont pas ceux auxquels on est le moins attaché...
Commenter  J’apprécie          20
sweetiesweetie   23 février 2014
Pas plus qu'une rivière à sa source, un sceptique ne pouvait retourner à sa crédulité.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Françoise Chandernagor (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Chandernagor
« Une anthologie de femmes-poètes ! - Eh oui, pourquoi pas ? […] On a dit du XIXe siècle que ce fut le siècle de la vapeur. le XXe siècle sera le siècle de la femme. - Dans les sciences, dans les arts, dans les affaires et jusque dans la politique, la femme jouera un rôle de plus en plus important. Mais c'est dans les lettres surtout, - et particulièrement dans la poésie, - qu'elle est appelée à tenir une place considérable. En nos temps d'émancipation féminine, alors que, pour conquérir sa liberté, la femme accepte résolument de travailler, - quel travail saurait mieux lui convenir que le travail littéraire ?! […] Poète par essence, elle s'exprimera aussi facilement en vers qu'en prose. Plus facilement même, car elle n'aura point à se préoccuper d'inventer des intrigues, de se créer un genre, de se faire le champion d'une idée quelconque ; - non, il lui suffira d'aimer, de souffrir, de vivre. Sa sensibilité, voilà le meilleur de son imagination. Elle chantera ses joies et ses peines, elle écoutera battre son coeur, et tout ce qu'elle sentira, elle saura le dire avec facilité qui est bien une des caractéristiques du talent féminin. […] Et puis, au moment où la femme va devenir, dans les lettres comme dans la vie sociale, la rivale de l'homme, ne convient-il pas de dresser le bilan, d'inventorier - si l'on peut dire, - son trésor poétique. Les temps sont arrivés où chacun va réclamer le bénéfice de son apport personnel. […] » (Alphonse Séché [1876-1964])
« Il n'y a pas de poésie féminine. Il y a la poésie. Certains et certaines y excellent, d'autres non. On ne peut donc parler d'un avenir spécial de telle poésie, masculine ou féminine. La poésie a toujours tout l'avenir. Il naîtra toujours de grands poètes, hommes ou femmes […]. Où ? Quand ? Cela gît sur les genoux des dieux, et nul ne peut prophétiser là-dessus. […]. » (Fernand Gregh [1873-1960])
0:00 - Louise Labbé 0:55 - Madeleine Des Roches, née Neveu 1:55 - Jeanne III, née Jeanne d'Albret 2:47 - Catherine Des Roches, née Fradonnet 3:43 - Gabrielle de Coignard 4:31 - Madeleine de Scudéry 5:11 - Anne de la Vigne 5:35 - Générique
Références bibliographiques : Alphonse Séché, Les muses françaises, anthologie des femmes-poètes (1200 à 1891), Éditions Louis-Michaud, 1908
Françoise Chandernagor, Quand les femmes parlent d'amour, Éditions du Cherche midi, 2016
Images d'illustrations : Alphonse Séché, Les muses françaises, anthologie des femmes-poètes (1200 à 1891), Éditions Louis-Michaud, 1908
Bande sonore originale : Arthur Vyncke - Uncertainty Uncertainty by Arthur Vyncke is licensed under a CC BY-SA 3.0 Attribution-ShareAlike 3.0 license.
Site : https://www.free-stock-music.com/arthur-vyncke-uncertainty.html
#PoétessesFrançaises #PoèmesDeFemmes #LittératureFrançaise
+ Lire la suite
autres livres classés : roman biographiqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2676 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.._..