AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246725917
Éditeur : Grasset (22/08/2012)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Le jeu hante la vie des hommes depuis la nuit des temps. Il y a ceux qui parient, ceux qui font parier les autres, sans qu'on puisse savoir lesquels perdent le plus, lesquels sont les plus fous, et à quoi ils jouent, en vérité.
Pour tenter de répondre à ce mystère, Christophe Donner plonge au coeur du XIXème siècle, à la naissance de la société du loisir, lorsque l'ancestrale passion du jeu s'empare des courses hippiques. Surgissent deux hommes d'affaires de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
LibraireTemeraire
  05 septembre 2012
« Les courses sans arnaque c'est comme la religion sans miracle : elles sont le mythe qui les rend réelles. » (p.178)
Pour Christophe Donner, les courses hippiques ne se résument pas à un simple loisir potentiellement rentable. Elles confèrent davantage à une passion déraisonnée, inoculant une fièvre que seuls les adeptes du turf peuvent connaître.
C'est tout petit, alors qu'il est élevé par ses grands-parents que Totof, comme ces-derniers aiment l'appeler, découvre les paris hippiques. Alors que son grand-père n'a jamais cessé de croire en sa chance jusqu'à son trépas, Christophe Donner en gagnant de l'âge, vit son goût pour le jeu grandir. Plutôt en veine à ses débuts, la chance du débutant tourna lorsque sa grand-mère décéda. N'étant plus en veine, ce que Donner gagnait dans la vente de ses livres, il le perdait au jeu. Dans cette mécanique aux relents balzaciens, il y a tout ce qui fait la splendeur des hommes de société et la misère des joueurs compulsifs.
Ancien chroniqueur hippique, Christophe Donner choisit d'aborder avec « A quoi jouent les hommes », un pan de l'histoire des paris sportifs relatifs aux chevaux. Pour ce faire, il suit les itinéraires de trois individus: Joseph Oller, l'inventeur du pari mutuel, Albert Chauvin, son disciple affranchi et Léon Pournin, écrivain de pièces de théâtre recyclé dans le journalisme sportif.
Fils d'immigrés espagnols, Joseph Oller a vu le jour en Catalogne avant d'arriver dans la capitale française alors qu'il n'a que deux ans. Francisco, son père, est allé rejoindre son cousin, Felipe, qui fait des affaires dans le textile. C'est contre son gré, mais pour le bien de la cellule familiale que Teresa est venue rejoindre son mari Fransisco, délaissant derrière elle sa terre natale. Avec son oncle Felipe, le petit Joseph découvre le domaine des courses. Les années filant, il se constitua une solide connaissance en la matière et eut les inspirations opportunes qu'il transforma en réussite stratégique. Sa plus belle trouvaille fut d'inventer les paris mutuels, ce qui fit rapidement de lui quelqu'un de très en vue dans la société bourgeoise parisienne. Cependant, toute réussite suscite son lot de convoitises, et ainsi est-il rattrapé par l'ordre moral qui ne peut tolérer ces paris sur lesquels Joseph Oller, très vite accompagné par ses deux frères, se fait une petite fortune. Cible de nombreux détracteurs jaloux, Oller peinera à clairement imposer le pari mutuel. Il se détourna d'ailleurs quelque peu des paris, s'intéressant davantage aux domaines de l'animation et du théâtre, ce qui fit de lui, à terme, le roi de nuits parisiennes. Mais cela ne se fit pas avant qu'il ne rencontre Albert Chauvin, jeune homme qui vient de découvrir le monde hippique. Plein d'idées et d'ambitions, celui-ci a pour objectif de reprendre l'entreprise qui a fait les beaux jours de Joseph Oller en s'associant à lui.
Dans ce roman, Donner expose clairement quels sont les enjeux majeurs des paris. A un certain niveau, il ne s'agit plus de vils gains mais d'une véritable lutte de pouvoir.
« Tout est jeu : la société, les affaires, la guerre, la politique et plus encore que tout, la vie. Mais il ne faut jamais être joueur, jamais, nulle part, c'est la ruine assurée. » (p.142)
Dans ce climat, les frictions entre entrepreneurs et instances dirigeantes sont de mise. Là où certains convoitent des responsabilités politiques, d'autres, plus modestes, cultivent des ambitions journalistiques, comme ce cher Léon Pournin, ancien auteur de pièces de théâtre. le succès le fuyant, sa réorientation dans la presse hippique est toute trouvée, cela lui permettant notamment de cracher son horreur des aristocrates et de tous les ‘pourris' qui se font des fortunes sur le dos des plus humbles. Figure aussi pathétique que pugnace, Pournin ne renonce pas à se faire un nom dans la société et, à l'instar de ceux qu'il conspue, il n'est pas contre le fait de voir ses poches se renflouer.
A travers les itinéraires de ces hommes d'action, on croise des figures aussi prestigieuses que les Rothschild, Eugène Sue ou Haussmann. Hugo et Zola ne sont pas loin. de même, Chrisophe Donner nous fait goûter aux gazons anglais et à la terre basque. On suit ces hommes portés par le feu du jeu, que ce soit sur l'hippodrome de Longchamp ou celui de Chantilly. Avec aisance et maestria il nous croque un tableau du XIXe siècle parfois d'une crudité étincelante, notamment lorsqu'il s'agit d'évoquer l'éviscération d'un coq ou le dépouillement d'un cheval devenu inutilisable. En somme, l'écrivain propose, avec « A quoi jouent les hommes », un roman fascinant à la tonalité historique qui devrait ravir tous ceux qui avaient été sensibles à « Un roi sans lendemain ».

Lien : http://www.lacauselitteraire..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jostein
  25 janvier 2013
L'auteur part d'un souvenir de jeunesse : avec son grand-père passionné de courses hippiques, il suit le Prix Bride abattue commenté par Léon Zitrone. C'est la première fois que son grand-père gagne le tiercé et il faut que cela tombe sur une course truquée avec l'intervention d'un certain Monsieur X. Qui a voulu faire trembler le mythique PMU ?
Lorsqu'il découvre les archives de Jacques Carrus, ancien patron du Pari Mutuel Carrus et petit fils d'Albert Chauvin, Christophe se lance dans une longue histoire du XIXe siècle à nos jours sur le monde hippique, sans jamais nous lasser.
Tout commence avec ce jeune homme espagnol, ambitieux, inventif, Joseph Oller qui sans jamais parier va se lancer sur l'idée du pari mutuel dans le monde des courses de chevaux. Traité de moricaud, ce jeune revanchard va s'attaquer aux plus grands, aux bookmakers, à la presse pour se faire une place dans ce monde très prisé. Il tente d'imposer le pari mutuel, construit Maisons Lafitte, initie la course de trot mais c'est aussi un précurseur dans le monde du théâtre et de l'amusement puisqu'on lui doit la première piscine parisienne, le Moulin Rouge, les montagnes russes, l'Olympia.
Lorsque Albert Chauvin, fils de préfet débarque à Paris, il est fasciné par les idées d'Oller. Bien plus diplomate et instruit que lui, ce jeune et très bel homme l'aide à remettre en place et à développer l'entreprise du pari mutuel. Mais Oller refusera d'en faire son associé et ces deux passionnés vont se battre pendant trente ans sur le même terrain de jeu, les courses et le monde du spectacle.
Le roman de Donner c'est surtout l'histoire de cette guerre pour la plus grande renommée, la plus grande fortune dans ce monde du jeu où la presse corrompue s'affronte, où les riches font profit sur le dos des pauvres parieurs, où la passion devient folie.
" Il ne sait pas à quoi jouent les hommes quand ils montent sur scène, ou dépensent leur argent aux courses. On dit qu'ils s'oublient, s'évadent, c'est tout ce que Joseph ne sait pas faire. En ce sens, Albert lui ressemble."
C'est un roman très instructif sur le monde des courses hippiques, passionnant par le caractère des personnages. L'auteur, adepte de ce monde, sait nous faire vivre le frisson des champs de course, nous faire vibrer de cette passion du jeu mais surtout nous passionne grâce à l'arrogance et la folie de Joseph Oller et Albert Chauvin.
J'avais beaucoup d'à priori avant d'entamer cette lecture et je fus agréablement surprise par la fluidité du récit et par la vivacité de cette histoire dans un monde particulier qui ne m'est pas étranger mais que je connais peu. C'est aussi tout un siècle d'histoire où l'on croise Eugène Sue, Henry Seymour, Toulouse Lautrec, Zola, Napoléon, De Gaulle avec la naissance de grands lieux parisiens.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Zarps
  04 janvier 2013
Première lecture pour moi d'un livre de Christophe Donner, et je ne suis pas déçue. Repéré dans la liste des romans de la rentrée de septembre, j'ai été attiré par le thème, la création du pari mutuel. Après une courte intro où l'auteur met en scène son grand-père, turfiste passionné, on entre dans le XIXe siècle, celui des révolutions, politiques et industrielles mais aussi celui du divertissement et des loisirs. On suit l'histoire d'un immigré espagnol, puis de ses amis et ennemis, qui sont souvent les mêmes, jusqu'à revenir vers l'auteur devenu pour un temps chroniqueur hippique à France Soir.
Ce qui est agréable dans ce roman, c'est de retrouver la force des romans historiques qui se fondent sur des grandes époques peuplés de grands personnages, enlevée par une écriture fluide et des chapitres courts. On peut déplorer quelques longueurs vers le dernier tiers surement dû à un foisonnement d'informations, mais on ne peut bouder son plaisir à l'évocation de Zola, d'Eugène Sue, De Toulouse-Lautrec ou de la Goulue. Car si l'on parle turf et chevaux, on plonge surtout dans le Paris des plaisirs et de la fête.
A lire absolument si l'on veut découvrir la face dorée et pourtant peut reluisante du XIXe siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
aurelieencalade
  10 juillet 2012
Pour tenter de répondre à la question posée dans son titre, l'auteur nous emmène au XIXème siècle lors de la naissance des courses hippiques. Deux personnes importantes se démarquent Joseph Oller et Albert Chauvin qui vont se livrer une vraie guerre pour avoir le monopole dans le domaine.
C'est un roman extraordinaire sur les courses qui s'imposent comme le vrai loisir des français mais pas seulement, la force des personnages nous entrainent à travers le temps. On y découvre la Goulue, Zola, Hugo, Eugène Sue et beaucoup plus contemporain Monsieur X et l'affaire du prix Bride Abattue.
Un roman délicieux à découvrir.
Commenter  J’apprécie          70
jvjv
  09 octobre 2012
Ça démarre fort, on est... pris au jeu, à suivre un peu les courses, et beaucoup les joueurs.
Christophe Donner nous fait ensuite revivre l'histoire du jeu bien particulier du pari hippique, à travers des personnages hauts en couleurs, des situations véritablement rocambolesques.
Le style est vif, à coup de chapitres courts, à l'image de la vie trépidante des personnages...
Un regret toutefois, ça ralentit sur le dernier tiers, le roman perd en rebondissements, les personnages vieillissent et ne sont pas rejoints par une nouvelle génération... mais c'est aussi le cas des paris sur les courses qui s'essoufflent et soulèvent bien moins les foules...
Cela dit, le roman est enlevé, les situations bien vivantes, les personnages riches à souhait: on s'y croirait !
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (5)
LaPresse   18 décembre 2012
Habitué des champs de courses et de ce genre littéraire où se fondent histoire et autofiction, Christophe Donner présente une spectaculaire galerie de personnages où des comtes désargentés cherchent à se colleter avec des journalistes engagés.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Telerama   12 septembre 2012
[Donner conduit] son affaire tout au long de quelque six cents pages sans s'essouffler. Sans jamais perdre le ton mordant qu'on sait intimement sien, tandis qu'il déploie sa toile romanesque.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeFigaro   07 septembre 2012
Donner a écrit là le grand roman fou (qui nous manquait) sur le monde des courses hippiques.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LePoint   24 août 2012
Donner excelle à décrire ce monde des courses qui rassemblait à l'époque les "cent familles", des affairistes, des personnages hauts en couleur, des politiciens, et des journalistes véreux avec lesquels l'auteur règle quelques comptes.
Lire la critique sur le site : LePoint
Actualitte   02 juillet 2012
Un roman sur le jeu, c'est certain, c'est de l'audace, et la distribution pour le servir fait honneur. Des illustres personnages du XIXe siècle sont réunis pour se mettre au service de cette folie du jeu. Qui comporte des risques d'addiction, n'hésitez pas à consulter en cas de souci.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
RouletabilleRouletabille   17 décembre 2012
Il pensait que le public venait sur son hippodrome glacial pour la beauté du sport. Il avait calculé qu'en le privant de jeu, le public s'interesserait davantage aux chevaux. C'est évidemment le contraire qui se passe.
Commenter  J’apprécie          120
letilleulletilleul   24 août 2012
Je revois mon grand-père, cerne de canards hippiques, synthétisant, regroupant, additionnant des colonnes de chiffres pour en tirer la quintessence d'un hasard qui, de toutes les manières, le mènerait à sa perte.
Commenter  J’apprécie          50
leeho54leeho54   05 mars 2013
L'argent, c'est comme l'eau de la mer, il s’évapore tombe en pluie ,
mais il revient toujours a la mer
l’économie, c'est un cycle
Commenter  J’apprécie          60
josteinjostein   25 janvier 2013
Les courses sans arnaques c'est comme la religion sans miracle : elles sont le mythe qui les rend réelles.
Commenter  J’apprécie          70
josteinjostein   25 janvier 2013
Et voilà les joueurs : prêts à parier sur la fin des paris. Et voilà les courses : un petit monde à l'image du pays, scandalisé et pétant de santé, beaucoup d'argent, un argent fou, ludique, jovial.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Christophe Donner (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Donner
"Au clair de la lune" : c'est sur ces quelques notes, objet du premier son jamais enregistré que se penche Christophe Donner dans cet impressionnant récit. En 1857, Edouard-Léon Scott de Martinville réussit cette prouesse de fixer sa propre voix chantant le célèbre petit air, un enregistrement resté muet jusqu'à il y a dix ans. À travers son histoire mais aussi celle de Nicéphore Niepce, des frères Montgolfier ou encore de Firmin-Didot, c'est tout un siècle, celui des révolutions et des inventions, que raconte l'écrivain.
En savoir plus sur "Au clair de la lune" : https://www.hachette.fr/livre/au-clair-de-la-lune-9782246817154
+ Lire la suite
autres livres classés : monde hippiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les lettres de mon petit frère

Est-ce que le grand frère est gentil avec son petit frère?

Non, il ne l'aime pas
Oui, il est même attentionné
Il ne le précise pas

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Les lettres de mon petit frère de Christophe DonnerCréer un quiz sur ce livre