AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Yves Malartic (Traducteur)
EAN : 9782070372089
544 pages
Éditeur : Gallimard (03/09/1980)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 34 notes)
Résumé :
L'an premier du siècle, c'est 1919, le début de l'après-guerre. Ce deuxième volume de la grande trilogie U.S.A. est dominé par la figure de Joe Williams qui incarne le « pauvre type », l'homme anonyme victime de la vie. Engagé dans la marine marchande, il est ballotté sans but d'un continent à l'autre. Mais il y a aussi, dans ce grand roman, la guerre et ses profiteurs, les combines de la conférence de paix, la fin de l'idéalisme, toute une société conquérante qui s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
OctaviaJaymesAdama
  20 janvier 2019
J'ai lu ce livre pour mon cours sur le modernisme, courant littéraire apparu pendant la Première Guerre Mondiale. Je n'étais pas très inspiré par ce roman au départ, mais je dois avouer qu'il n'était pas aussi terrible que je pensais. 
La mise en page de l'ouvrage sortait de l'ordinaire puisqu'il est divisé en quatre sections narratives différentes : la section "actualités" contient des parties d'articles du New York World mais aussi des paroles de chansons; la section "l'oeil de la caméra" est en réalité une sorte d'autobiographie de Dos Passos (que j'ai arrêté de lire au bout d'un moment parce que je ne comprenais absolument rien); la section "gros bonnets et fortes têtes" se compose de biographies de figures historiques de l'époque; et enfin la section "narrative" qui relate la vie de cinq personnages pendant et après la Première Guerre Mondiale.
De plus, les parties de narrations sont écrites au discours indirect libre, c'est-à-dire que les actions ne sont que racontées par la narrateur, tout celà sans verbe introducteur. C'est un peu comme si les personnages parlaient à travers le narrateur. Ce livre est en réalité le deuxième de la saga USA de Dos Passos, mais il peut tout à fait se lire indépendamment des autres.
Comme dit précédemment, nous allons suivre cinq personnages pendant ce roman, qui vont essayer de trouver leur place dans le monde pendant cette guerre qui remet tout en question.
Tout d'abord, on découvre Joe Williams, un soldat de la Navy qui décide d'abandonner l'armée pour travailler dans la marine marchande. C'est un des personnages (et des histoires) que j'ai le moins aimé. Son histoire était intéressante au début mais au bout d'un moment, ses aventures restent toujours les mêmes (alcool, sexe, malheureux...).
Le deuxième personnage est Richard Ellsworth Savage, un jeune homme qui est parti de rien mais qui a réussi à se construire une belle vie et une réputation. Après Harvard, il rejoint les ambulanciers du front en France, puis en Italie. C'est le personnage que j'ai préféré, et probablement le seul avec lequel j'ai eu une quelconque connexion. 
Puis, il y a Evelyne Hutchins, fille de pasteur qui décide de partir pour Paris accompagnée de son amie d'université, Eleanor (une vraie vipère celle-là). Evelyne est très gentille, intelligente et surtout très belle et attire les regards des hommes partout où elle va. J'ai apprécié les parties la concernant mais je n'ai pas aimé le fait qu'elle dépende tout le temps de quelqu'un.
Les deux derniers personnages, Anne Trent et Ben Compton, sont les deux personnages qui m'ont vraiment énervé. Anne, aussi appelée "La fille à son papa" par le narrateur et les autres personnages, est beaucoup trop naïve, capricieuse et puérile pour moi. Son histoire était intéressante parce qu'elle vit des choses difficiles qui pourrait remettre en question sa vision de la vie. Mais il n'en est rien malheureusement et Anne continue d'être inintéressante au possible (de mon point de vue) et je n'ai donc pas pu apprécier les parties qui la concernaient. 
Ben est LE personnage que j'ai dé-tes-té ! Il n'était pas très présent dans le roman mais c'était pour moi une torture à lire. Ben est journaliste, marxiste, révolutionnaire et refuse d'aller faire la guerre : c'est une tête de noeud. 
Entre les parties narratives, nous pouvons découvrir des biographies d'hommes célèbres (et oui, pas de femmes je suis scandalisée) tels que Theodore Roosevelt, JP Morgan ou encore la plus connue de toutes, celle d'un soldat inconnu mort au combat. Ces parties ont sans conteste étaient mes préférées ! 
Autour de ces personnages, qui vont parfois se rencontrer, nous allons donc découvrir certains aspects de la Guerre, mais aussi le point de vue de l'auteur. En effet, Dos Passos pensait que les USA n'auraient pas dû entrer en guerre pour nous sauver et "transmet" cette idée à ses personnages. Partout dans le livre, il est fait référence au fait que les Etats-Unis sont un pays leader du monde... pour moi être leader ce n'est pas rester en pôle position mais plutôt aider ceux qui en ont besoin et combattre les tyrans. Apparemment, nous n'avons pas la même définition lui et moi, et le roman s'est donc avéré difficile à lire à certains moments (parce que lire un livre où on dit en gros qu'il aurait fallu nous laisser mourir c'est pas mon kiffe non plus). 
« En Europe, on connaissait l'odeur des gaz asphyxiants et la puanteur des corps enterrés sous une couche trop mince de boue, on savait quelle couleur prenait la peau des enfants affamés »
En gros, un livre que je n'ai pas détesté mais que je ne relirai pas. Cependant, je le conseille à des personnes qui aiment les romans réalistes et historiques car il reste tout de même un roman hautement estimé dans le monde de la littérature "classique".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
loreleirocks
  27 octobre 2013
Pas évident de commencer la trilogie USA de John Dos Passos par ce deuxième tome, 1919. L'idéal serait évidemment de commencer par le 1er tome, me direz-vous, soit The 42nd Parallel, avant d'attaquer 1919, pour se situer temporellement, découvrir quelques personnages et surtout se donner une idée du message de l'auteur.
Mais surtout pour découvrir l'écriture plus ou moins expérimentale de Dos Passos. Et là, pas évident de commenter cette lecture...
Ce que j'ai trouvé de plus notable, ce sont ces inter-chapitres formés de newsreels (fragments de unes, d'articles de journeaux et de vieilles chansons populaires, décontextualisés et assemblés apparemment sans ordre particulier par l'auteur) qui forment l'arrière-plan historique, social et économique du roman, complètement chaotique, comme la période historique en question, de passages nommés Camera Eye (pensées et vie d'un soldat inconnu, écrit en "stream of consciousness", apparemment inspirés de l'expérience de Dos Passos, éclats d'émotions et d'impressions formant un tout absurde et pourtant si parlant) et de biographies ayant subit des distorsions de forme ou de point de vue, de célébrités (Wilson -Meester Veelson-, Roosevelt & Morgan), d'activistes et de victimes de la guerre.
Ces inter-chapitres s'intercalent entre les passages narratifs plus longs, tranches de vie de quelques personnages aux États-Unis puis en Europe, sur un ton presque clinique et distant à la manière d'un reportage journalistique, accentuant l'impression de désastre inévitable attendant chacun des protagonistes, impuissants entre les mains de la Grande Guerre.
Voilà donc pour la forme...
J'avoue qu'étudier 1919 dans un contexte universitaire aide à donner un peu plus de sens à ce livre, incroyable fiction-témoignage du grand tournant amorcé par les États-Unis et le monde avec la Grande Guerre. Des thèmes récurrents (mensonge politique, excès du capitalisme, exploitation, socialisme, absurdité de la guerre, etc.) très intéressants et présentés d'un point de vue choc.
Malgré la difficulté initiale à rentrer dans la forme, une fois quelques inter-chapitres passés, on n'envisage plus le roman autrement, le collage chaotique de formes narratives variées appuyant parfaitement le message et l'atmosphère.
Une trilogie dont je compte bien ajouter le 1er et le 3ème tome à ma liste...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kabuto
  29 décembre 2013
Suite du 42e parallèle, 1919 se concentre plus particulièrement sur les années de guerre et sur les changements profonds qui en découleront. Dos Passos garde le même procédé qu'auparavant en suivant quelques personnes qui vivent pour nous cette période historique et on a vraiment l'impression d'être avec eux au coeur de cette époque. Une façon très naturelle et très humaine d'aborder la grande histoire. D'autant plus que loin d'être des héros, les personnages de ce livre sont hésitants, inconstants, souvent jeunes et immatures et leurs erreurs nous les rendent très proches. Brosser des portraits très vivants est d'ailleurs pour moi le point fort de cet écrivain. Par contre, l'action se passant principalement en Europe, première guerre oblige, l'Amérique en pleine mutation est moins présente que dans le premier tome et j'ai été moins intéressé par les aventures de ces jeunes gens engagés dans la Croix-Rouge. Au final, j'ai donc un peu moins aimé cette suite pourtant nécessaire dans le grand projet que s'était fixé Dos Passos. Dernière chose, je ne suis toujours pas convaincu par les actualités et l'oeil caméra qui ponctuent les chapitres. J'ai eu parfois envie de zapper ces passages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   26 mai 2014
- Vous dites des sottises, Edwin, ce ne sont pas des blancs et ils ne le deviendront jamais. Ils ressemblent à des Mexicains, à quelque chose comme ça, ou même à des nègres.
Elle eut le temps de ravaler ce dernier mot en avisant le garçon d’ascenseur noir à côté d’elle :
- Vous êtes la plus horrible petite païenne que j’aie jamais vue de ma vie, répondit Edwin taquin. Êtes-vous chrétienne ? eh bien ! avez-vous déjà remarqué que le Christ était juif ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nastasia-BNastasia-B   28 mai 2014
Les gars, cette guerre est la plus louche et la plus gigantesque fripouillerie du siècle !
Commenter  J’apprécie          190

Videos de John Dos Passos (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Dos Passos
Que deviennent nos rêves de jeunesse ? Nos illusions ? Comment accepter d'être ce que nous sommes devenus ? Ce que le temps, le pouvoir, ont fait de nous ?
Dans ce roman choral qui se déploie des années 1980 à nos jours, Antoine Rault compose une subtile mosaïque de destins intimement mêlés, sur laquelle plane l'ombre de John Dos Passos. On y croise Sonia, fille d'une femme de ménage marocaine ; Marc, petit génie de l'informatique et son ami d'enfance Stéphane, tous deux d'origine modeste ; Clara qui veut devenir médecin et sa soeur Diane qui rêve de brûler les planches… Ministre, tycoon de l'internet, conseiller en communication, chef d'un parti d'extrême droite, actrice, chirurgienne, écrivain… voire président de la République, tous tenteront d'atteindre le sommet ou de rester fidèle à leurs idéaux. Et chacun verra ses ambitions couronnées de succès ou déçues.
Avec de grandes ambitions, l'auteur remarqué de la Danse des vivants nous livre une fresque fascinante, un portrait troublant de vérité de la génération X, celle qui a grandi avec l'apparition du sida, la révolution numérique et la mondialisation.
https://www.albin-michel.fr/ouvrages/de-grandes-ambitions-9782226454096
+ Lire la suite
autres livres classés : modernismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2160 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre