AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013225105
Éditeur : Hachette (10/10/2007)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 18 notes)
Résumé :
5-6 juin 1944. Geneviève a douze ans, lorsqu'elle assiste, incrédule, au largage de la 101e division aéroportée sur Sainte-Mère-Eglise. Le débarquement que toute la France attend est arrivé, juste sous ses yeux ! Mais les parachutistes étant en grand danger, Geneviève et son père parcourent en barque les marais et sauvent la vie de 350 soldats américains.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
feebourbonnaise
  23 juillet 2008
Quelle émotion j'ai ressentie en lisant le récit des souvenirs de cette fillette. L'auteur décrit avec humilité ce qu'elle a vécu étant enfant. Elle a vécu la guerre (ses horreurs mais aussi ses espoirs) et nous raconte avec ses mots à elle ce qu'elle a ressenti lorsque les troupes alliées ont débarqué le 6 Juin 1944. C'est un récit poignant, j'ai été très touchée par les sentiments décrits et analysés.
Geneviève nous permet de vivre le débarquement de l'intérieur, quasiment en direct. Ce témoignage est différent parce que le héros ne se situe pas qu'en 1ère ligne. On pleure pour cette petite fille si effrayée et en même temps si courageuse. L'émotion est palpable. L'excitation de ce jour aussi.
Ce n'est pas une autobiographie, c'est un témoignage. Et il nous montre qu'au milieu des horreurs d'une guerre, il peut y avoir de l'amour, de la générosité. C'est un livre parfait pour les collégiens qui veulent pousser plus loin la réflexion et compléter les leçons du professeur. Il devrait se trouver au programme d'études tant il est instructif. Aussi bien sur le plan historique que le plan humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Troisieme6
  09 octobre 2013
Cette histoire se passe durant la Seconde Guerre mondiale,c'est un sujet qui m'intéressait et je voulais lire un livre qui en parlait. Pourtant après plusieurs pages,je n'étais pas plus emballée que ça,je m'attendais à quelque chose de vivant,illustrant bien la guerre et ces premières pages m'ont déçues.
Le début du livre s'étale beaucoup sur la situation initiale de l'histoire,avec la petite vie quotidienne de Geneviève,le personnage principal du livre,pendant 70 pages.
Mais,à la suite des pages,je me suis sentie de plus en plus absorbée et intéressée.Ce livre ne raconte pas seulement la guerre mais raconte aussi l'évolution des relations durant la guerre,entre Geneviève et son père alcoolique et violent,Geneviève et sa mère travailleuse,mais aussi Geneviève et son petit frère bien-aimé.Celui-ci raconte aussi l'amour,la gentillesse,la bonté et l'indulgence de cette famille pourtant si pauvre et peu soudée qui s'unit et regarde pour une fois dans la même direction pour sauver les soldats américains alliés...comme les soldats allemands ennemis.C'est une très bonne leçon de morale.
J'ai vraiment aimé ce livre,où alternent des moments de grande tristesse,et les horreurs de la guerre avec les quelques moments de bonheur devenus rares.Le fait que cela soit une histoire vraie prête à réfléchir,surtout après avoir lu la fin,à laquelle je ne m'attendais pas du tout et qui m'a attristée.
Je conseille ce livre qui nous apprend à voir la vie du bon côté,malgré toutes les horreurs qui peuvent arriver.
C-P.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
amanline
  08 octobre 2016
Ce roman, c'est l'histoire de Geneviève, fillette de 12 ans qui relate l'arrivée des parachutistes, dans la nuit qui précède le débarquement, dans les alentours de Sainte Mère Eglise.
Elle raconte comment sa mère, a accueilli ces soldats, comment son père a parcouru avec sa barque les marais, pour récupérer, les soldats qui ont atterrit dans l'eau, le ravitaillement et les caisses de munitions.
Elle relate également les jours qui ont suivi et l'horreur de cette guerre, mais aussi, les relations qui vont s'établir, entre les blessés secourus par sa mère, américains ou allemands.
Un roman où règne humanité et humilité.
Commenter  J’apprécie          60
misscece
  21 juin 2008
Dans la nuit du débarquement raconte la vie de Geneviève, douze ans, et de sa famille lorsqu'ils assistent au débarquement, dans les marais, près de leur maison, la 104, en Normandie.
Ce livre est très touchant (à un moment, j'en ai eu les larmes aux yeux).
Il raconte réellement ce qui s'est passé durant la Seconde Guerre Mondiale, et plus précisément le débarquement en Normandie.
Pour conclure, je n'ai qu'une phrase à ajoutée :
En mémoire de toutes ces personnes qui ont perdu la vie, nous ne devons surtout pas oublier le carnage qu'a engendré la Seconde Guerre Mondiale, même s'il n'est pas facile à évoquer.
A lire.
Commenter  J’apprécie          50
Selindej
  28 mars 2011
Geneviève a douze ans, quand elle assiste à l'arrivée de parachutistes sur Sainte-Mère-Eglise. le débarquement, que toute la France attend, est enfin arrivé, et juste à côté de chez elle. Geneviève et ses parents, gardes-barrière sur la ligne Paris-Cherbourg, n'ont pourtant pas le temps de prendre la mesure de l'événement historique qui est en train de se produire. Ils savent que les parachutistes sont en grand danger. le père de Geneviève va sauver, cette nuit-là, la vie de 350 parachutistes en allant dans les marais. Pendant ce temps Geneviève et sa mère soigneront les blessés et réchaufferont les parachutistes.
Le style est très bien et l'aventure historique mêle héroïsme et moments inattendus de tendresse. Un récit qui parle de la guerre, au travers de la vie de Geneviève, et nous parle de la vie en commun de blessés allemands et américains qui étaient logés chez les parents de Geneviève, étant gravement blessé. Geneviève va faire preuve de courage, de force, de sang froid et d'amour. Elle verra un allemand mourir dans ses bras, des hommes agonisants et tant d'autre chose qu'apporte la guerre. Cette enfant ne sera pas sans séquelle et ne pourra pas oublier. Un roman à lire, qui parle de la seconde guerre mondiale et de ses horreurs, un roman qu'on ne peut pas oublier.
Lien : http://lecturesdejoana.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
misscecemisscece   21 juin 2008
« - S’il vous plaît, madame, je voudrais écrire un petit mot à ma famille. Auriez-vous une feuille de papier et une enveloppe ?
Son regard si triste devient suppliant.
- Je vais mourir aujourd’hui, madame. Je sais que je ne reverrai plus jamais les miens.
- Quelle idée ! Vous n’avez pas fini de dire des choses pareilles ? Vous êtes en bonne santé, pour vous la guerre est finie. Alors pourquoi voudriez-vous mourir ? Votre femme ne serait pas contente si elle vous entendait.
- Les Américains, tout à l’heure, vont m’emmener. Je sais ce que cela signifie pour moi.
- Vous dites n’importe quoi. Les Américains sont des hommes d’honneur. Ils ne tireront pas sur un adversaire désarmé.
Maman a parlé fermement. Douloureusement, l’Allemand précise :
- Vous n’avez pas compris, madame. Ce ne sont pas les Américains qui vont me tuer.
Alors maman comprend. Elle cache son visage dans ses mains et s’écrie :
- Oh non, ce n’est pas possible ! Vous ne voulez pas dire que …
- Hélas, oui, madame.
Il sait, lui, que les Allemands qui le verront dans la jeep aux côtés des Américains vont le prendre pour un traître et l’abattre en priorité. A moins qu’ils ne fassent pas de différence et tirent d’office sur tout ce qui bouge. De toute façon, l’officier se sent perdu. Irrémédiablement.
- Voilà pourquoi je tiens à écrire une dernière fois à ma famille.
Posant sa main sur l’épaule de l’officier, maman soupire :
- Mon pauvre garçon, mon pauvre garçon, comme c’est bête, la guerre.
Je crois bien qu’ils pleurent tous les deux. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
SelindejSelindej   28 mars 2011
Fils d'Amérique, vos vies à mes yeux avaient un prix inestimable. Pourquoi vous a-t-il fallu payer un tel tribut pour nous rendre une liberté dont nous ne serons peut-être pas dignes ? Sans les menées de ce fou criminel qui a pour nom Adolph Hitler, quel aurait été votre destin, là-bas, près de vos familles, en ce beau pays d'Amérique ? Petits soldats, mes amis, je saigne de toutes vos blessures, je souffre toutes vos agonies et si je me remets tout de même à chanter, c'est parce-que vous m'avez appris la rude leçon, du courage et de l'espérance. Cette leçon, je ne l'oublierai pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SelindejSelindej   28 mars 2011
Kerry et l'officier s'observent. Puis, spontanément, l'Allemand tend la main à l'Américain. Kerry hésite une fraction de seconde. Son regard croise celui de maman qui lui fait un imperceptible signe de tête. Le doux géant, alors, accepte la main tendue.
Les deux hommes se regardent longuement, amicalement. Chez nous, il n'y a plus d'ennemis. Il n'y a que des hommes qui souffrent
Commenter  J’apprécie          170
collegegastonramon89collegegastonramon89   15 juin 2017
Tout à coup, je prends conscience de tout ce nous manque réellement. J'en ai le vertige. pas de pansements, pas le mondre désinfectant. Nous avons aucune notion médicale, pas la moindre idée de la façon dont il faut s'y prendre pour réduire une fracture. Nous ne savons même pas si une fracture de ce genre est guerissable. Je comprend tout à coup que la pauvreté n'est pas seulement matérielle. Il y a une autre pauvreté, beaucoup plus profonde, beaucoup plus injuste : la pauvreté intellectuelle. Et c'est chez nous, les plus pauvres parmi les pauvres que Dieu envoie ses enfants blessés. Décidement, ce bon Dieu-là, je ne le comprendrerai jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SachenkaSachenka   19 janvier 2013
L'enfer est ici, sur la terre, et ce jour qui se lève va, un instant, entrebâiller sa porter.
Commenter  J’apprécie          70
Video de Geneviève Duboscq (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les méconnus de l'histoire
Les méconnus de l'histoire qui donnent "le coup de pouce à l'histoire" Geneviève DUBOSCQ, présente son autobiographie "Bye bye Geneviève". Elle avait 12 ans en juin 44, et vivait près de Sainte Mère l'Eglise. Des parachutistes Américains détournés par le mauvais temps, tombèrent dans la zone inondée par les allemands, c'est ainsi que la famille Duboscq sauva environ 300 a 500...
>Histoire de l'Europe>Histoire de France>Yvelines (Département : histoire) (40)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
772 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre