AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362316823
Éditeur : Castelmore (10/04/2019)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Sacha, douze ans, et Jacob, son petit frère, sont à la fois surpris et très contents de partir en vacances avant la fin de l’année scolaire. D’autant qu’ils auront la chance de séjourner dans la pension de leur oncle Jean, un manoir breton au bord de la mer ! Une fois sur place, ce n’est pas tout à fait la colonie qu’ils s’imaginaient : les pensionnaires sont de drôles d’adultes qui se prennent pour Victor Hugo, Louis XIV, Néfertiti… Mais les garçons ne s’y ennuient... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  03 mai 2019
Première incursion chez Silène Edgar et certainement pas la dernière. J'ai apprécié la couverture, plutôt sobre et attirante, ainsi que ce titre mystérieux (surtout avec l'image de la loupe).
Pourtant, pour être honnête, j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire au début. C'est assez flou même si l'on devine vite de quel climat mortifère Paris étouffe à ce moment. La partie dans le manoir transformé en pension pour malades de troubles de la personnalité offre des scènes assez drôles entre Néfertiti qui a perdu Bastet, Victor Hugo qui déclame ses poèmes à tue-tête et les deux Napoléon. Mais il y a aussi tous ces mystères qui amènent le très curieux Sacha, douze ans, à transgresser les règles établies par l'oncle Jean afin de découvrir de quoi il retourne.
Une fois le secret révélé, les événements s'enchaînent, l'histoire rejoignant l'Histoire de cette période terrible.
42 jours est à la fois un roman initiatique, historique, d'aventure. Dangers et amitiés, perfidie et solidarité s'y entremêlent pour tisser un récit très prenant et souvent fort en émotions.
Sans doute un excellent moyen pour amener les enfants, dès 8 ans en les accompagnant, à découvrir la vie sous l'occupation allemande, la collaboration comme la résistance, le quotidien et les persécutions des catégories jugées indésirables par le régime de Vichy soutenant Hitler. le roman montre également, en parallèle des périls et de la noirceur de cette époque, les valeurs du courage, de l'union, de l'amitié et de la nécessité d'expliquer certaines situations pour éviter, comme ce fut le cas pour Sacha, de grosses bêtises faisant courir des dangers funestes.
Je suis très contente d'avoir craqué sur cette couverture il y a peu. J'ai beaucoup apprécié l'écriture et la façon d'amener les choses de Silène Edgar - qui n'en est visiblement pas à son coup d'essai. Elle dépeint la réalité de la période avec véracité mais également de façon à être appréhendée par des enfants qui pourront s'identifier aisément aux divers jeunes personnages. Mais en tant qu'adultes, on y trouve son compte aussi dans le sens où l'auteure est une bonne conteuse et qu'on se prend au fil de son récit. En matière de protagonistes, je me suis évidemment sentie plus proche de Jean ou Maud, âge oblige.
Vivement ma prochaine lecture en compagnie de Dame Edgar!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
garrytopper9
  08 décembre 2017
Je remercie Babelio pour l'opération Masse Critique ainsi que les éditions Castlemore pour m'avoir permis de découvrir cette agréable lecture :-)
Voici le nouveau roman de Silène Edgar, une auteure que J'avais découvert avec l'excellent 14-14 qu'elle avait co-écrit avec Paul Beorn. Ici, elle est en solo, et c'est l'occasion de voir ce qu'elle vaut vraiment. Les romans écrits à quatre mains c'est très bien, mais il y a toujours des parties que l'on aime moins, et on ne sait pas quel auteur écrit quelle partie.
Comme le laisse présager le résumé en quatrième de couverture, nous avons une nouvelle fois un livre jeunesse qui nous plonge le quotidien de deux frères. Un peu comme Adrien et Hadrien dans 14-14, qui bien qu'ils n'étaient pas frères, étaient le duo du livre. Sauf qu'ici, Sacha et Jacob vont être tout le temps ensemble, et c'est Sacha qui va faire le plus de chose et porter l'histoire. Son petit frère n'aura que des rôles mineurs mais restera tout de même omniprésent.
L'ambiance de ce roman est assez particulière car l'on ressent les choses du point de vue de Sacha, et on ne comprends jamais trop ce qui se passe. Pourquoi subitement, ses parents décident de l'envoyer en vacances chez son étrange oncle qui dirige un pensionnat pour personnes ayant quelques soucis mentaux ? En effet, ce dernier veille sur des locataires qui se prennent pour Louis XIV, Nefertiti ou encore Napoléon, ce qui n'est pas très rassurant, surtout lorsque l'on est deux petits enfants sans aucun repères.
Mais surtout, la question est de savoir pourquoi les parents de Sacha et Jacob, décident de les envoyer en en vacances avant même la fin de l'année scolaire ? Pourquoi ne viennent-ils pas avec eux ? Quel est ce travail si important qui nécessite d'être loin d'eux pendant plusieurs semaines ?
Tous ces mystères et bien d'autres vont peu à peu être résolus par Sacha qui va n'avoir de cesse d'enquêter, visitant nuit après nuit, les différents couloirs du manoir, allant jusqu'à s'aventurer dans les chambres des étranges pensionnaires, ou pire, dans le grenier dont l'accès est défendu… Sans compter qu'ils n'ont pas le droit de quitter le manoir car des loups rôdent sans cesse…
À première vue, on a ici un roman jeunesse tout ce qu'il y a de plus basique, dans le digne héritage d'un premier tome d'Harry Potter par exemple. Et d'ailleurs, même si la lecture est sympathique, les 150 premières pages sont sympas, mais cela reste du déjà-vu.
MAIS ! Soudain, tout bascule. Au chapitre 20, page 157, le roman prends une tout autre tournure, que personnellement je n'avais pas vu venir. Sacha découvre enfin toute la vérité sur cet étrange manoir, et là, le livre prends un tout autre aspect. On reste dans du jeunesse, mais l'intrigue devient tout de suite plus réaliste, plus profonde et plus dure. On comprends tous les petits détails qui semblaient bizarres depuis le début, et surtout, on ne peut plus lâcher le livre.
Je ne peux pas vous en dire plus, car je vous gâcherais le plaisir, mais ce livre est très intelligent car il n'est pas juste un petit roman jeunesse comme il en existe tant. Il a un truc en plus, un truc qui fait qu'il peut être lu par les adultes et les enfants, et surtout, il est vraiment bien écrit. Il y a dans ce roman une certaine forme de pédagogie, pour apprendre aux enfants de choses très dures, mais enveloppé sous une belle couche de naïveté.
Cette naïveté, Sacha va la perdre au fil du livre et c'est la toute la force de Silène Edgar. Elle fait murir son personnage principal sans pour autant le renier. Il reste un enfant de douze ans, mais ces quelques semaines passées dans ce manoir, vont changer sa vie à tout jamais.
Vous l'aurez sans doute compris, j'ai adoré ce roman, qui, même s'il ne paye pas de mine au premier regard, se révèle particulièrement intelligent une fois que l'on arrive à la moitié du livre. Silène Edgar est une auteure vraiment talentueuse et je compte bien me procurer ses autres romans.
Attention, ne feuilletez surtout pas le livre après les 150 premières pages, car vous pourriez tomber sur des illustrations qui vous dévoileraient les tenants et aboutissants du récit.

Lien : https://chezxander.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
LightandSmell
  14 décembre 2017
L'histoire et les personnages…
Un départ avant le début des vacances d'été dans le manoir breton au bord de mer où travaille oncle Jean ? Quand leurs parents leur annoncent cette nouvelle inattendue, Sasha, 12 ans, ne peut s'empêcher de trouver cela suspicieux quand, au contraire, son petite frère Jacob se montre ravi. Une fois arrivés au manoir, les deux jeunes garçons vont faire la connaissance du couple d'intendants, de leurs deux enfants et des pensionnaires du manoir que d'aucuns pourraient qualifier de gentils fous. Entre les tâches quotidiennes, les jeux et les bons repas, Sasha et son frère ne voient pas le temps passer d'autant que les différents mystères que semble receler ce manoir éveillent l'instinct d'enquêteur de Sasha et stimule son imagination déjà bien fertile…
Durant toute l'histoire, nous suivons plus particulièrement Sasha, son petit frère étant présent, mais plus dans le rôle classique du petit frère qui suit son aîné comme son ombre. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé la complicité entre ces deux frères et la manière dont Sasha essaie au mieux de s'occuper de son cadet. Une grande responsabilité pour un enfant de 12 ans d'autant que lui et son frère n'ont jamais été séparés aussi longtemps de leurs parents. Même s'ils se sentent bien au sein de ce manoir, se sont fait des amis et apprécient de manger de bons petits plats, l'absence de leurs parents leur pèse, ce qui entraîne quelques crises de larmes.
Et puis Sasha, du haut de ses 12 ans, sent bien qu'on lui cache des choses ce qui n'est pas fait pour le rassurer. Pourquoi ses parents n'ont pas attendu le début des vacances ? Où travaillent-ils vraiment ? Quand les reverront-ils ? Toutes ces questions et ce sentiment d'être mis de côté le pousseront, tout au long du roman, à ne pas toujours respecter les demandes des adultes avec des conséquences plus ou moins importantes pour lui, sa famille et ses amis. On comprend parfois sa curiosité quand on frissonne d'autres fois anticipant les risques qu'il fait prendre à tous. Sasha se révèle cependant attachant malgré ses bêtises, car l'auteure a su le rendre très réaliste. Durant ces 42 jours, il évolue, il grandit, il apprend à s'adapter à un nouvel environnement, à de nouveaux amis, mais surtout à une nouvelle vie. Alors s'il fait preuve de maturité et d'un certain sens des responsabilités, il n'en demeure pas moins ce garçon de 12 ans qui n'est pas parfait et qui a encore besoin de ses parents malgré ses velléités d'autonomie bien naturelles à son âge. Un personnage réaliste auquel, je n'en doute pas, les jeunes lecteurs pourront s'identifier et comprendre.
wp-image-1555672617En plus de Sasha et de Jacob, Silène Edgar nous offre une galerie de personnages très attachants et, pour certains, très très originaux. Vous ferez ainsi la connaissance d'adultes qui se prennent pour quelqu'un ou quelque chose d'autre. Dites ainsi bonjour à Néfertiti, Louis XIV, Victor Hugo, Napoléon Ier et Napoléon Ier, Shere Khan et Earl Grey, une personne se prenant pour une théière. L'idée de l'auteure, en plus d'être complètement loufoque et d'apporter un peu de légèreté, permet aux lecteurs de se remémorer de grandes figures historiques. Cerise sur le gâteau, leurs portraits sont disséminés dans le livre.
J'ai pris un plaisir fou à découvrir chacun d'entre eux avec une petite préférence pour Victor Hugo qui m'a bien amusée notamment quand il avoue ne pas comprendre totalement « ses propres écrits ». Je confesserai néanmoins une certaine frustration. A part Louis XIV qui joue les trouble-fêtes, les autres personnages ne sont pas assez présents à mon goût. J'adorerais que l'auteure nous propose par la suite un autre roman basé sur la vie de ces fantasques personnages et sur les circonstances qui les ont poussés à s'engager dans un jeu de rôle permanent. Étaient-ils déjà « fous » ou est-ce la folie humaine qui les a rendus ainsi ? Et si finalement, Sasha et Jacob découvraient que les fous ne sont pas forcément ceux que l'on croit…
Une histoire qui en cache une autre et qui se fait poser de nombreuses questions…
Le lecteur est laissé, comme Sasha, dans l'ignorance quant aux raisons du brusque départ de Paris ou sur les mystères du manoir comme ces bruits qui proviennent du grenier. du moins, les jeunes lecteurs, car les lecteurs plus âgés liront assez rapidement entre les lignes pour entrevoir les raisons qui ont poussé un couple à faire partir leurs enfants de Paris, sans eux, pour un manoir en Bretagne. L'étrange comportement de Jean qui se montre parfois distant ou encore la présence mystérieuse d'un individu au grenier seront d'autres indices qui devraient rapidement vous faire comprendre le contexte de l'histoire. Je n'en dirai pas plus pour ne pas prendre le risque de vous spoiler. Je me contenterai de louer la capacité de l'auteure à aborder une période sombre de notre histoire et donc des thèmes durs, voire très durs, avec délicatesse les rendant ainsi accessibles à de jeunes lecteurs. J'ai trouvé, par exemple, l'utilisation d'un grand méchant des contes comme métaphore pour désigner un méchant bien plus réel juste parfaite.
Ce roman est destiné à la jeunesse, mais je pense qu'il pourra plaire à tous d'autant qu'il suscite même chez les adultes de nombreuses questions : est-ce que préserver des enfants des atrocités qui se déroulent à leur porte est vraiment les protéger ou, au contraire, les mettre en danger ? Auriez-vous été capables de vous rebeller contre des règles injustes et inhumaines malgré la peur ? Pourquoi certaines personnes qui sont supposées être vos semblables se transforment en monstres ? Pourquoi la différence fait-elle autant peur ? … Des questions qui, pour certaines d'entre elles, demeurent hélas d'actualité.
Une histoire qui offre un voyage riche en émotions…
42 jours est un roman que j'ai beaucoup aimé autant pour les personnages que l'histoire mais ce que j'ai préféré, c'est le voyage émotionnel qu'il m'a fait traverser. J'ai été intriguée, j'ai souri, j'ai eu peur, j'ai été émue, j'ai été révoltée, j'ai frissonné devant certains événements, j'ai eu envie de crier à l'injustice, j'ai eu envie de gronder un certain garçon, j'ai eu quelques bouffées de violence envers des figures d'autorité… Je lis pour plusieurs raisons, l'une d'entre elles étant cette envie de ressentir différentes émotions. Et à cet égard, je peux dire que j'ai été comblée. Je n'ai pas aimé toutes les émotions traversées, mais j'ai apprécié que l'auteure arrive à les susciter avec une telle facilité. Il faut dire qu'elle propose ici une histoire d'une grande sensibilité qui ne tombe jamais dans la sensiblerie.
A noter la présence de notes de bas de page et de quelques dates en fin d'ouvrage qui faciliteront la lecture des plus jeunes et rafraîchiront la mémoire des lecteurs plus âgés.
Pour conclure, Silène Edgar, à travers une plume simple, fluide et agréable, raconte une histoire dans l'Histoire. Un procédé qu'elle manie d'une main de maître et qui rend la lecture de son roman aussi passionnante qu'addictive. Si vous avez envie de découvrir des personnages attachants et originaux, des moments de joie et des moments plus durs, 42 jours est fait pour vous. Sans jamais tomber dans le pathos, l'auteure aborde des thèmes durs mais de manière assez imagée et sensible pour les rendre accessibles aux jeunes lecteurs. A lire et à relire pour que le passé ne se reproduise jamais.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
orbe
  06 mai 2019
Sacha et son petit frère Jacob doivent soudainement quitter Paris pour se rendre à la campagne rejoindre leur oncle.
Ils apprécient la vie au manoir qui sert actuellement à abriter des fous sympathiques ainsi que de partager leur quotidien avec Eléonore et son frère Léandre qui sont les enfants du couple qui s'occupe des pensionnaires.
Cependant, leurs déplacements sont limités. Des "loups", à l'extérieur, représenteraient un vrai danger. Sacha décide alors d'enquêter sur les mystères qui entourent ce lieu...
Un roman avec un héros attachant, bon et naïf. Souvent très gentil avec les autres, il met du temps à se rendre compte du péril qui le guette.
C'est le personnage de l'oncle qui va décider de lui faire confiance et de lever le voile sur le monde dans lequel il vit et qui n'est pas exactement celui qu'il s'imagine car nous sommes en 1942 et le père de Sacha est juif.
Un récit d'aventure et d'Histoire qui lie le destin des handicapés mentaux, des gens du voyage et des juifs dans une même course pour la vie. Une histoire qui soude et pousse à l'entraide.
A la fin du livre, le lecteur découvre la chronologie des interdictions faites aux juifs et aux tsiganes de France.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Sanguine
  25 novembre 2017
J'aime beaucoup la plume de Silène Edgar que ce soit dans les romans jeunesse ou dans la littérature adulte. du coup, lorsque j'ai vu qu'un partenariat été proposé pour son dernier né, je n'ai pas hésité à poser ma candidature puisque j'ai envie de tout découvrir d'elle. J'ai eu la chance d'être retenue et de recevoir un exemplaire numérique de "42 jours" dont je n'avais pas réellement lu le résumé. Je remercie grandement Livraddict et les Editions Castelmore pour leur confiance et pour l'envoi de ce livre.
Été 1942. Sacha, douze ans, et Jacob, son petit frère, sont à la fois surpris et très contents de partir en vacances avant la fin de l'année scolaire. D'autant qu'ils auront la chance de séjourner dans la pension de leur oncle Jean, un manoir breton au bord de la mer ! Une fois sur place, ce n'est pas tout à fait la colonie de vacances qu'ils s'imaginaient – les pensionnaires sont de drôles d'adultes qui se prennent pour Victor Hugo, Louis XIV, Néfertiti… –, mais les garçons ne s'y ennuient pas une minute avec les jumeaux Éléanore et Léandre. Sans compter que le manoir abonde en secrets sur lesquels enquêter : qui fait ces bruits étranges dans le grenier ? Que sont ces loups qui rôdent dans les parages ? …
Tout d'abord, sachez que j'ai reçu une édition destinée aux jeunes lecteurs ayant des soucis de dyslexie. du coup, au début du livre l'auteure (ou l'éditeur je ne sais pas) donne une sorte de mode d'emploi de lecture et j'ai trouvé ça génial ! Je n'ai jamais été confrontée à la dyslexie et j'avoue que je ne me rends pas réellement compte de l'impact que ça peut avoir. Même chose, on a la liste des personnages en début de récit et je pense que c'est une aide à la lecture également. Et enfin dans la même veine, la police de caractère de mon exemplaire est plutôt "grosse", tout ça dans un confort de lecture aussi j'imagine ... Je trouve l'idée de proposer des livres adaptés juste géniale ! Je ne sais pas si il existe d'autres titres qui en bénéficient mais je ne peux qu'encourager les éditeurs dans cette voie là.
Nous faisons donc la connaissance de Sacha et Jacob qui vivent à Paris dans une insouciante digne de leur âge. La guerre fait rage mais on n'en parle pas tellement dans leur famille. Ils ont d'autres préoccupations, les parents exercent un métier rare et insolite (ils sont doreurs) et n'ont pas beaucoup d'argent. Sacha est victime de moqueries de plus en plus fréquentes à l'école et subitement, leurs parents décident de les envoyer en vacances anticipées. Compte tenu du climat et de l'époque, un lecteur adulte comprend vite ce qui risque de se passer dans les pages à venir mais je pense qu'un jeune lecteur va totalement se laisser porter par le récit.
C'est d'ailleurs extrêmement bien écrit, comme toujours avec l'auteure en fait. Elle a un don particulier pour dépeindre ses personnages et nous les rendre attachants au possible. Même si je dois dire que j'aurai quand même bien tiré des baffes à Sacha plusieurs fois ! Je l'ai trouvé insupportable à plusieurs moments du récit, je ne suis pas toujours parvenue à le suivre. J'ai beaucoup aimé la galerie de personnages loufoques qui habite au manoir. Je ne suis pas capable d'expliquer pourquoi mais j'ai eu une tendresse particulière pour Earl Grey alors que l'auteure ne s'attarde pas spécialement sur elle. L'idée de mettre des portraits et des photos en fin de chapitre est juste géniale ! Je pense que ça aide beaucoup les plus jeunes à visualiser les événements et à les rendre plus tangibles.
On bascule dans les horreurs de la guerre en même temps que les enfants et c'est très intéressant de voir ça à travers leurs yeux. Leur point de vue est forcément différent de celui d'un adulte, les choses ne se vivent pas de la même façon en fonction de l'âge et c'est bien normal. Tout est bien dosé, l'auteure ne passe pas des heures sur un même sujet, c'est rythmé et les chapitres s'enchainent sans problème. C'est encore une fois un roman réussi de l'auteure. Et puis j'ai adoré la fin qui relie toute cette histoire à Silène Edgar ... vérité ou fiction ? J'avoue que j'aimerai beaucoup le savoir.
Je suis ravie d'avoir pu me plonger dans ce bouquin que je vous conseille vivement !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Ricochet   30 septembre 2018
Il est fort à parier que ce roman rencontrera le succès qu’il mérite tant le sujet est traité avec sensibilité, intelligence et force imagination.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
pacaapacaa   03 décembre 2018
Sacha ne comprend pas toute cette violence. Il est tout seul au milieu de la cour déserte, avec son chagrin, les larmes au bord des yeux. Au bout de quelques minutes, sa mère vient le chercher. Elle sent que ça ne va pas et, sans dire quoi que ce soit d'inutile, elle le prend dans ses bras et le serre très fort. Il se laisse aller à sa tristesse avec de gros sanglots, tandis que Jacob glisse une main dans la sienne. Tous les trois forment un petit noyau de tendresse rassurante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pacaapacaa   03 décembre 2018
" - Ne t'inquiètes pas, les Américains n'ont pas ces idées-là sur les Juifs !
- Ils sont plus intelligents alors ?
- Je ne sais , ils ont leur propre idiotie : ils sont très racistes avec les noirs et les Indiens ; rien n'est jamais idéal, l'imbécillité est encore très forte, partout dans le monde. Il faut espérer que ta génération fera mieux à l'avenir."
Commenter  J’apprécie          00
EowyneEowyne   07 janvier 2018
- Mais tu n'es pas son père, gronde papa. Je trouve que tu lui en as déjà dit bien plus qu'on ne peut en entendre à douze ans.
- Je ne suis plus un bébé, papa ! s'offusque Sacha
Commenter  J’apprécie          10
pacaapacaa   03 décembre 2018
" - (...)", tandis que Shere Kahn pousse la porte et vient se lover aux pieds de Sacha, au risque de faire basculer le lit de camp.
Un homme adulte ne fait pas exactement le même poids qu'un chat !
" - Je ne suis pas un chat, je suis un tigre," peste le fou, comme s'il avait deviné les pensées de Sacha.
Commenter  J’apprécie          00
pacaapacaa   03 décembre 2018
" - Les enfants, je vous présente Néfertiti, Louis XIV, Victor Hugo, Napoléon Ier et Napoléon Ier et, dans le fauteuil, Shere Khan.
- Tu oublies Earl Grey, intervient Maud, en désignant la petite femme recroquevillée sur la table.
- Je suis une théière... On ne présente pas la vaisselle, si ?"
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Silène Edgar (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silène Edgar
Rencontre avec Silène Edgar autour de son ouvrage "Les affamés" aux éditions Nouveaux Millénaires.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2331365/silene-edgar-les-affames
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Adèle et les noces de la reine Margot

Qui est l'auteur du roman d'inspiration, la Reine Margot ?

Silène Edgar
Alexandre Dumas
William Shakespeare
Emile Zola

7 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Adèle et les noces de la Reine Margot de Silène EdgarCréer un quiz sur ce livre
.. ..