AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820520820
Éditeur : Castelmore (24/04/2015)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Adèle doit lire La Reine Margot pour l'école. Et dans ses rêves chaque nuit, elle va vivre à la Renaissance... Par Silène Edgar, prix Gulli du roman 2014. Adèle a 13 ans.Elle est perdue depuis le décès de sa grand-mère six mois plus tôt. Ses parents ont toujours été très pris par leur carrière et ne comprennent plus rien à leur fille, en pleine crise d'adolescence.À l'école, Adèle est une élève moyenne, plus intéressée par les histoires avec les garçons que par le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
gouelan
  02 mars 2017
Adèle est perdue dans sa vie d'adolescente. La mort de sa grand-mère a créé un grand vide. Ses parents, trop occupés, un peu trop caricaturaux à mon goût, n'ont pas remarqué sa profonde détresse.
Adèle n'est plus aussi bonne élève que par le passé. Quand son professeur de français donne à la classe un livre bien épais à lire pendant les vacances d'automne, elle ressent cela comme une punition injuste.
Pourtant, « La Reine Margot » va bientôt envahir sa vie, à tel point qu'elle aura du mal à en sortir.
Raconter le massacre de la Saint Barthélémy en 1572, la vie à la cour, tout en y mêlant la vie d'une adolescente à notre époque, c'est une bonne façon d'entraîner le jeune lecteur à travers l'Histoire, de lui montrer les progrès de la médecine et de la place de la femme dans la société.
Adèle se perd dans les pages de son roman, elle s'y engouffre et appelle au secours. C'est aussi un roman pour raconter le deuil, la solitude, la difficulté à communiquer, à trouver sa place, à livrer ce qu'on a sur le coeur, avec la peur de faire mal ou de se faire mal.
Une histoire bien construite comme celle de 14 – 14, qui donnera peut-être envie de lire le roman d'Alexandre Dumas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
LoupAlunettes
  28 septembre 2017
"2015 le jour, 1572 la nuit", voici le sous-titre de ce roman.
Les lecteurs ados qui auraient déja découvert l'auteure Silène Edgar se souviendront de l'excellent "14/14", écrit à quatre mains avec Paul Beorn.
Nous serons également divisé dans ce nouveau roman par le temps, réuni dans l'espace avec cette nouvelle proposition d'aventure historique qui permet de joindre la vulgarisation au plaisir de lire.

Les périodes choisies par l'auteure, professeure de français, ne sont jamais simples à aborder, ce sont des périodes importantes de troubles historiques très dures, peu évidentes pour le jeune âge ado et très éloignées de leur quotidien.
Comment intéresser un public ado' à ce genre de faits d'Histoire ou à une lecture scolaire plus datée?

Comment aborder avec tact et intérêt la période de la première guerre, par exemple, comment rendre hommage aux grands classiques de la littérature française, pour autre exemple,
les amener aux grands ados, les faire entrer dans des oeuvres du passé avec vibration?

L'oeuvre de Silène Edgar est une véritable réponse pour petits et grands lecteurs de niveau grand ado', une passerelle qui les fera entrer dans L Histoire et aimer la lecture assurément.
Dans ces livres, ils se reconnaitront au travers de ses personnages.
Avec ces héros, ce sont un peu eux, lecteurs qui partent à la rencontre de gens de leur âge sous une autre époque, d'autres moeurs et d'autres contraintes de vie sociale.

Avec "14-14", deux ados portant le même prénom, un au présent et l'autre vivant à l'époque précédent la déclaration de la première guerre, réalisent qu'ils peuvent correspondre par des lettres à travers le temps, ainsi ils se confient, partagent leur quotidien et malgré les risques de paradoxes temporels, le premier Adrien va tenter de sauver son nouvel ami du drame qui va se déclarer au même endroit plusieurs années avant son temps.

"Adèle et les noces de la Reine Margot" reprendra presque la même astuce du voyage temporel, sans user de la correspondance cette fois et au travers des songes de l'héroïne.
Et cela fonctionne.
Adèle est en classe de quatrième, son début d'année est catastrophique et ses parents pensent y mettre bon ordre pour ses vacances de la Toussaint avec quelques cours de soutien.
De quoi ruiner ses congés.
Adèle nous présente ses parents comme des adultes très exigeants, occupés, aux rapports un peu secs, elle laisse glisser qu'avant c'était un peu plus souple, avant que sa mamie qui la gardait ne soit plus.
On devine au fil des tensions et des remarques de Adèle que cette présence manque à plus d'une personne, que l'on en parle pas et que cela durcit les rapports, surtout autour de sa piètre scolarité.
.
Pour Adèle, il n'y a pas grand chose qui aille correctement à différents étages de sa vie affective, ses deux meilleurs amis Juliette et Guillaume ne se parlent plus depuis un an, l'inséparable trio a du mal à se retrouver réuni dans une même pièce sans s'insulter.
Les deux semblent lui en cacher la raison profonde derrière l'excuse des caractères qui changent avec le temps.

Où se cache la bonne surprise pour Adèle dans cette aventure?
Leur professeur de français leur donne une corvée de lecture pour les vacances, encore un poids à porter. C'est en plus un de ses vieux classiques difficiles, arides, écrit par un certain Alexandre Dumas.
Mais contre tout attente, Adèle va se prendre de grand intérêt pour le roman retraçant ce destin romancé de la reine Marguerite de Valois, la Reine Margot.
Et ce depuis qu'elle réalise que la nuit, elle se retrouve intégrée à l'aventure qu'elle est en train de lire.

Les choses sont déroutantes, excitantes, étranges, dangereuses.
De chapitre en chapitre, nous passons de 2015 à 1572.
Adèle se retrouve liée à une nouvelle famille naturelle qui l'introduit à la cour royale au Louvre.
Elle assiste à la rencontre de Margot, catholique, et de son futur époux, un protestant, une alliance organisée par la reine Catherine de Médicis.
Et le danger viendra de là car beaucoup ne voit pas d'un très bon oeil ce changement forcé de la culture religieuse traditionnelle.

Les peintures, les littératures parlent du tristement célèbre "Massacre de la Saint Barthélemy", où nombre de partisans protestants seront assassinés à Paris à cette époque.
Est-ce bien une lecture appropriée pour ces jeunes de classe de quatrième rouspète la mère de Adèle?
D'autant que Adèle, curieuse de la suite de son aventure, sautera des pages à la lecture et se retrouvera projetée le jour de cet évènement sanglant à sa grande sensibilité.
C'est affreux! C'est une catastrophe!

Adèle a rencontré un jeune et beau protestant, Samuel, qui semble lui témoigner de doux sentiments.
Adèle a un copain!
Mais dans ces rêves.
C'est l'incompréhension auprès de ses amis intimes qui ne savent pas comment la consoler.
Comment peut-elle faire sortir Samuel de Paris et le sauver du massacre?
Pour corser l'affaire, Silène Edgar ajoutera un nouvel obstacle final au destin de Samuel.
Adèle fera fi des règles du temps pour sauver son amoureux.

Le roman est prenant, vivant, très dramatique, il faut le dire, à la fin mais s'accorde tout de même un souffle salvateur sur le point final.
Les caractères sont assez crédibles et les sentiments ont bonne place dans tout cela, dans les deux mondes de Adèle.
Silène Edgar réussit réellement à faire passer le pavé de Dumas, à transporter le lecteur à une autre époque du Louvre, domaine royal et non musée, par ses descriptions et ses échanges culturels extraordinaires entre deux ados qui flirtent doucement.
On y croit.
Le propos de la Reine Margot est adapté, réadapté, avec sensibilité pour un portrait sans concession d'une autre époque tout de même.
A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lire-une-passion
  04 janvier 2016

Ce livre me faisait terriblement envie depuis sa sortie, car en plus d'avoir une magnifique couverture, le thème et l'époque traités étaient tout ce que j'aime. En plus, une sorte de voyage dans le temps peut apporter un plus. Et c'est bien ce qui s'est passé. En tout cas, une chose est sûre : c'est mon premier livre de l'auteure, mais certainement pas le dernier ! En plus de cela, elle m'a donné envie de lire la vraie oeuvre d'Alexandre Dumas, autant dire qu'elle est douée !
Adèle est une jeune fille qui vient de perdre sa grand-mère, une femme qu'elle portait en haute estime et qui était toujours là pour lui remonter le moral et lui inventer toutes sortes d'histoires. Depuis sa mort, elle est renfermée sur elle-même et autant dire que ses parents ne l'aident pas à aller mieux. Ses notes vont en déclinant, elle n'a pas beaucoup d'amis et les seuls qu'elle a se déchirent entre eux. Autant dire qu'elle ne se retrouve pas dans la meilleure position pour une adolescence en recherche d'elle-même.
Mais le jour où l'un de leur prof va leur donner un livre à lire pendant leurs vacances, sa vie va changer. N'étant absolument pas fan de lecture, elle freine des quatre fers pour le commencer, mais elle n'a pas le choix : elle doit le faire. Elle commence alors sa lecture mais tout, sauf motivée à la terminer. Ce dont elle ne pouvait pas se douter, c'est qu'une fois endormie, elle plonge dans cette époque et va à la rencontre de la jeune reine Margot, qui est prête à se marier. Elle se retrouve dans un univers totalement inconnu, où les moeurs sont bel et bien différentes de ce qu'elle connaît aujourd'hui. Elle va y découvrir beaucoup de choses, autant sur cette époque que sur elle-même, tout simplement. Cette aventure va la faire grandir et lui faire poser énormément de questions sur son comportement et celui des autres. Mais est-il toujours bon de faire des retours en arrière ? Ces derniers n'apporteraient pas plus de malheurs qu'autre chose ? Est-il bon de changer le cours des choses ?
J'ai beaucoup aimé le personnage d'Adèle. À travers ses mots, Silène Edgar met un gros point sur le mal-être des adolescents de nos jours, sur leur façon d'être mais aussi de se trouver. Au travers d'une perte familiale, d'un repère dans sa vie, Adèle devient plus fragile, plus à fleur de peau, ce qui fait qu'on s'attache énormément à elle. Évidemment, elle a aussi des réactions un peu exagérées, mais c'est encore une jeune fille et ses réactions sont aussi là pour la forger et la faire réfléchir. Si dans le monde réel, son monde, elle ne se plaît pas du tout, elle trouve une échappatoire à cette époque si peu connue. À travers les époques, elle va découvrir les différentes manières de vivre, ce qui n'est pas toujours simple pour une jeune fille qui, avant, ne s'intéressait à rien d'autre.
Ce qui m'a le plus plu dans ce roman, c'est qu'il soit adressé à la jeunesse, donc pas si descriptif que ça. Je m'explique : l'époque où vit la reine Margot n'a rien de glorieux, bien au contraire. le sang, les trahisons et les complots rythment les journées de chacun, et le moment de la Barthélémy est le moment le plus horrible qu'on puisse découvrir (entre autre). Alors certes, l'auteure a choisi une époque assez difficile à accepter, mais ce qui fait le point fort de ce roman, c'est justement qu'elle ne va pas dans l'excès des descriptions de cette guerre horrible, étant donné que ce livre s'adresse aux plus jeunes. Et honnêtement, même si je ne suis pas objective, adorant cette époque, je trouve que c'est un excellent moyen pour les jeunes d'aujourd'hui de s'intéresser à notre histoire, les chamboulements qu'elle a vécu, les horreurs qui ont eu lieu, mais aussi tout ce qui a trait à la royauté.
En résumé, c'est un roman qui m'a convaincue du début à la fin. En plus de traiter d'un pan de notre histoire, l'auteure décrit aussi la difficulté d'un adolescent de se faire accepter tel qu'il est mais aussi de montrer son mal-être et surtout d'en parler. Car il est difficile pour un jeune de parler ouvertement à ses proches, et je trouve que ce livre est un beau message pour la jeunesse. En somme, c'est un opus que je conseille à tous, à la fois pour comprendre les jeunes de maintenant, mais aussi pour apprendre notre histoire avec la vision d'un adolescent et toute la finesse et la subtilité d'une plume très agréable.
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Ewylyn
  14 mai 2015
Je tenais à remercier le site de Livraddict ainsi que les éditions Castelmore pour ce partenariat, ce livre m'a de suite séduite avec ce résumé mêlant historique et le fait de vivre à travers ses rêves. La couverture était très jolie et parler de 1572, même en roman jeunesse, c'est plutôt rare. Je l'ai lu très rapidement, car il a su être touchant, sympathique, bien écrit et captivant, je suis très contente de cette lecture, ce fut un très bon moment de découverte.
L'intrigue nous plonge dans deux réalités. La première concerne Adèle le jour, une adolescente avec ses envies et ses problèmes, surtout en ce qui concerne la communication avec ses parents. Depuis la mort de sa grand-mère, elle se sent terriblement seule et se laisse aller à la rêverie, son refuge, là où elle se sent mieux. Cette partie de l'histoire est très touchante, violente parfois, on ressent les émotions et la colère d'Adèle envers ses parents, loin d'être des modèles. À côté, la deuxième partie du récit, elle se déroule en 1572, lors du mariage de la reine Margot, et surtout lors des conflits entre catholiques et protestants, menant à la terrible nuit du massacre de la Saint Barthélemy. Un récit romantique et agréable à lire, immersif dans cette époque peu connue et peu vue en cours. Un moyen d'apprendre sans s'en rendre compte.
L'immersion dans cet univers historique est bien faite, le vocabulaire, les expressions, la médecine, la cour, la religion... l'auteure exploite rapidement ces thèmes et même si j'aurais souhaité qu'ils soient encore plus abordés, pour une première rencontre, ils sont bien décrits et nous donnent de précieux indices pour mieux comprendre ces années. Ensuite, il y a une bonne dose de drame et romantisme, de famille, d'adolescence, un roman qui sait aussi surfer sur une vague contemporaine, celle de 2015. Adèle sait très vite se rendre attachante et sympathique, sa longue descente aux enfers est fulgurante, et même en sachant qu'elle ne prend pas le bon chemin, le fait de la voir si heureuse et amoureuse de cet homme du 16e nous rend hésitants.
J'ai très vite imaginé les lieux, les objets, les costumes, les personnages grâce à la plume de Silène Edgar, précise, soignée et fluide. Les chapitres sont courts, sans être dénués d'intérêt, c'est même plutôt riche en rebondissements. J'ai sincèrement adoré en apprendre sur cette époque, je n'ai pas lu le roman de Dumas et je ne connaissais pas trop bien ces années, ce fut très instructif.
Je ne savais pas quoi lui conseiller, car ses parents sont tellement odieux avec elle, je ne les ai pas aimés du tout et même la fin ne les rend pas plus aimables de mon point de vue. Adèle et Samuel sont plutôt beaux ensemble, elle est une autre fille dans son rêve, une fille sortie du couvent, une catholique amoureuse d'un protestant, Samuel. C'est une belle romance, bien sympathique, même si elle reste simple, toutefois, la fin m'a énormément surprise, leur histoire prend un tournant très intéressant et fort en émotion. Samuel est par ailleurs un personnage captivant et très aimable, j'ai beaucoup aimé son caractère, tout comme Guillaume et Agnès. J'ai eu plus de mal avec Juliette, dont la méchanceté parfois gratuite m'a souvent déconcertée, j'ai compris pourquoi elle était comme ça à la fin du roman, elle se rachète un peu. le protagoniste de la grand-mère est très fort, j'ai adoré ses interventions, le souvenir que l'auteure nous donne d'elle et son dernier message.
En conclusion, je pourrais être encore un peu plus longue sur ce roman, mais je vais m'en tenir à ses points positifs. Il est facile à lire grâce à la plume de Silène Edgar, fouillée et agréable ; l'histoire est simple, mais reste efficace et prenante, elle est surtout riche en émotion, il y a ce mélange entre 2015 et 1572, bien expliqué et exploité. Les protagonistes sont travaillés, certains sont plus attachants que d'autres, mais dans l'ensemble, ils sont géniaux, en particulier le couple principal Samuel et Adèle. L'époque choisie est un pari audacieux, car ces années ne sont pas forcément connues, si ce n'est que le triste massacre de la Saint-Barthélémy, du coup l'auteure nous donne des informations très intéressantes. Et même si c'est court et rapide, j'ai pris plaisir à suivre cette héroïne adorable et fortement sympathique, ce fut une très bonne surprise.
Lien : http://la-citadelle-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Kawane
  12 septembre 2017
Attention pépite en littérature Jeunesse ! VENTREBLEU !.. ce cher Alexandre Dumas aurait probablement adoré ce roman historique !
A cause d'une lecture imposée par la prof de Français , Adèle n'a vraiment pas envie de lire ce pavé historique ! ...Adèle adolescente va découvrir la Sublime Reine Margot ,la Cour et ses intrigues et un épisode sanglant de l'histoire de France..
Elle vit dans une famille où les parents sont débordés et peu attentifs face à ses questionnements... bref elle commence la lecture ne trouve pas ça drôle et puis un soir elle se met à rêver des personnages,rencontre un jeune homme...et l'aventure devient trépidante !
Fantastique roman, illustré par les photos des personnages historiques principaux, une approche intelligente d'un épisode difficile où le lecteur est plongé au coeur de l'action, du rythme, la trame du livre est pertinente et la lecture en devient passionnante !
ce roman aiguise la curiosité ...et permet aussi d'aller rendre visite à Monsieur Alexandre Dumas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Les critiques presse (1)
Ricochet   09 mars 2017
Tout comme la jeune protagoniste de ce roman, les lecteurs rentreront au sens propre comme au sens figuré dès les premières pages dans ce livre.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
KorriganKorrigan   02 mars 2017
Elle ne sait pas bien pourquoi ses parents n’ont pas dispersé les cendres de mamie, comme prévu. À l’hôpital, à la fin, elles avaient discuté une fois de ce qui se passait après : Adèle ne croit pas en dieu, mais elle se demande quand même si on ne continue pas à sentir des choses quand on est mort. Elle s’était imaginé que disperser les cendres dans le jardin permettait à sa grand-mère de continuer à « vivre » dans la nature, comme si une partie d’elle-même avait la possibilité de suivre la conversation des escargots. À ce moment-là, mamie s’était écriée : « Et si je tombais dans un lac, moi qui ne sait pas nager ? » Finalement, les cendres sont restées dans un bocal clos, et les questions d’Adèle sont restées sans réponses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
gouelangouelan   02 mars 2017
Quant au film, il les « scotche sur place », Adèle est même bouleversée. Cette fresque historique, pleine de violence et de fureur, au cœur des guerres de Religion, est un sacré coup de poing. Il y a la guerre, des scènes terribles de massacres : les gens y sont assassinés parce qu’ils n’ont pas la même religion que les autres. Adèle ne comprend pas trop pourquoi, ils ont l’air d’être pareils, ils parlent la même langue, vivent dans le même pays. Elle ne sait pas comment ils peuvent deviner qu’ils sont d’un côté ou de l’autre. Leurs habits sont le seul indice : les catholiques en couleurs, les protestants en noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1missmolko1   25 janvier 2016
-Adèle? C'est Guillaume, j'ai hésité à venir, je me disais que tu ne voudrais peut-être pas m'entendre... Je suis tellement désolé de m'être fâché contre toi, ce n'était pas ta faute. Juliette m'a énervé. J'étais triste aussi que tu ne comprennes pas que toi seule compte pour moi. Je n'en ai rien a faire de Juliette, d'Anila ou de qui que ce soit d'autre, je... je suis amoureux de toi. Je suis tellement malheureux de te voir comme ça, j'ai besoin de toi. Tu es là depuis que je suis tout petit, et le vide laissé par maman est déjà si grand, je ne veux a perdre ma meilleur amie, même si tu n'éprouve pas les mêmes choses que moi. Je sais ce que tu ressens depuis le départ de ta grand- mère, nous avons tous les deux perdu quelqu'un d'important, je peux t'aider autant que tu peux m'aider. Reviens avec moi, s'il te plait
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ebardinebardin   22 juillet 2016
« Mais, m'sieur, s'écrie Swanny, vous aviez dit qu'y aurait pas de devoirs ?
- Ce ne sont pas des ''devoirs'', c'est de la lecture ! » (p. 10)
« Et tu sais qui est Ambroise Paré ?
- Ah oui, bien sûr ! Il a révolutionné la médecine : avant lui, les chirurgiens n'étaient pas plus reconnus que de simples barbiers. Il a essayé de soigner l'amiral de Coligny. Tu sais, celui dont l'attentat a eu lieu deux jours avant la Saint-Barthélemy. » (p. 189)
« Alors pourquoi son urne est-elle toujours sur la cheminée ? explose la jeune fille. Elle voulait qu'on disperse ses cendres dans le marais ! Tu dis que tu veux l'oublier, mais ce n'est pas possible pour moi. Tu ne peux pas me forcer à oublier ma grand-mère ! » (p. 209)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gouelangouelan   02 mars 2017
Si un livre l’a plongée dans le désespoir, il y en a tant d’autres qui peuvent lui redonner le goût de vivre !
Commenter  J’apprécie          110
Video de Silène Edgar (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silène Edgar
Avec Jeanne Cressanges, Silène Edgar, Jean-Laurent del Socorro, Jo Walton
autres livres classés : rêvesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1022 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .