AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Véronique Haïtse (Traducteur)Véronique Deiss (Illustrateur)
ISBN : 2211042872
Éditeur : L'Ecole des loisirs (28/08/1997)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 568 notes)
Résumé :
Un chat qui ne mâche pas ses mots, ça n'existe pas!!!! Pourtant, le héros de ce livre est bel et bien un chat. Il s'appelle Tuffy.


Tuffy n’est vraiment pas un chat fréquentable : il a mauvais caractère, adore martyriser les oiseaux et rentre très souvent avec une victime animale entre les dents, ce qui ne manque jamais de faire fondre en larmes sa jeune maîtresse Ellie. Si bien que quand il revient avec le lapin des voisins, mort, entre les pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (83) Voir plus Ajouter une critique
Ode
28 mai 2013
Décidément, les meurtriers ont la cote dans les lectures scolaires... Après avoir tremblé devant les femmes égorgées de Barbe Bleue, voici que ma fille doit lire le Journal d'un chat assassin. Quel programme !
Heureusement, ce chat nommé Tuffy, est moins méchant qu'il n'en a l'air. Il essaie même de réfréner ses instincts de prédateur pour ne pas choquer sa maîtresse Ellie, une petite fille hypersensible. Pourtant, c'est plus fort que lui : il aime rapporter des animaux morts. Un oiseau, passe encore. Une souris, ça commence à faire beaucoup. Mais quand vient le tour du lapin des voisins, le torchon brûle entre Tuffy et le père d'Ellie...
Je dois l'avouer, cet album écrit par Anne Fine m'a bien plu. le cynisme de Tuffy vaut son pesant de croquettes. Son journal, qui nous conte une semaine de sa vie de chat autour de la fameuse histoire du lapin, est proprement désopilant – tout comme les illustrations exagérées de Véronique Deiss. Les humains et autres animaux domestiques en prennent évidemment pour leur grade puisque, comme chacun sait, le chat est une créature supérieure...
Alors, gentil minet ou « affreux psychopathe à fourrure » ? À vous de choisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          700
Ptitgateau
27 février 2012
J'ai trouvé dans ce roman lu et relu aux enfants qui m'entourent, tout ce qu'il faut pour passer un bon moment (trop court il faut le reconnaître) : Une petite fille geignarde et pleurnicheuse, un papa qui ne semble pas vraiment apprécier le minet, un chat très « chat », teigneux à souhait, une situation cocasse, des illustrations très drôles. Les possesseurs de chat y reconnaîtront leur boule de poil. A lire de 9 à 99 ans !
Commenter  J’apprécie          460
Bigmammy
30 novembre 2012
J'avoue tout : on m'avait confié des paquets de livres à emballer, mais j'ai craqué et j'ai commencé à lire les histoires désopilantes du chat assassin …
Comme quoi il n'est jamais trop tard pour faire la connaissance d'un écrivain prolifique et mondialement connu – sauf de moi – Anne Fine (née en 1947), qui fut célèbre pour avoir écrit entre autres best sellers de la littérature jeunesse « Madame Doubtfire » magistralement incarnée à l'écran par Robin Williams.
Ici, il s'agit de plusieurs épisodes de la vie d'un chat « domestique » et de ses démêlés avec sa famille d'accueil, racontés à la première personne par le héros, Tuffy, qui fait preuve d'une grande lucidité mâtounée (oh, quel néologisme !) d'autodérision. Tuffy est un incompris, certes, mais surtout un être auto-centré … comme beaucoup de non-chats. Tous ceux qui, comme moi, auront eu le prévilège d'héberger chez eux quelques années un chat comprendront ce que je veux dire.
Est-ce sa faute à lui si de mignons petits oiseaux se laissent tomber entre ses pattes, si son atavisme le pousse à ramener à la maison des cadavres de souris. Assassin, lui ? C'est notre vision des choses à nous, humains si civilisés, qui ne mentons, ne tuons, ne torturons jamais ! Car ce petit concentré d'humour attaque à l'acide les faux-semblants, la jalousie, le mensonge …
Certes, le chat lutte contre son instinct de prédateur pour complaire à sa douce maîtresse si sensible. C'est en cela qu'il n'est plus tout à fait un animal sauvage … Quoique …
A lire aux plus petits avant le coucher, ou à lire pour soi quand on est bien tranquille pour rigoler devant les dessins délicieux de Véronique Deiss.
.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
ibon
24 juin 2013
Une pépite d'humour assez fin de 21 pages avec des illustrations dans le même ton, un peu décalé.
le héros est un chat, Tuffy, assassin comme le prédestine son instinct. Ce qui est gênant pour son entourage (un cadavre d'oiseau ou de lapin dans le salon) devient irrésistible pour le lecteur.
Ce livre, grand succès de la littérature de jeunesse, présenté sous la forme d'un journal, à la première personne, ressemble à un hommage du plus bel effet à la gente féline.
Commenter  J’apprécie          313
Mladoria
19 décembre 2015
Tuffy est un chat comme les autres, il miaule pour ses croquettes, rentre et sort à sa guise par la chatière aménagée dans la porte de la cuisine, a une bande de copains chats moqueurs, une petite maîtresse très sensible. Ah oui... et accessoirement il a un penchant qui consiste à ramener des animaux morts en tributs à ses maîtres. Un chat quoi...
Un texte truculent à l'humour décapant assortie d'illustrations tout aussi savoureuses de Véronique Deiss. Tuffy prend vie et prend des vies mais attention à ne pas l'accuser trop vite de tous les méfaits du monde... Ce n'est qu'un chat après tout.
Un génial petit roman parfait pour se détendre, sourire, rire et se mettre le temps de quelques dizaines de pages dans la peau de ce chat si particulier.
Commenter  J’apprécie          251

Les critiques presse (1)
BoDoi09 octobre 2014
À la fois fidèle, tout en apportant son vent de fraîcheur, cette adaptation est particulièrement réussie.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations & extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
OdeOde01 juin 2013
Je déteste les samedis matin. C'est très inquiétant toute cette agitation, les portes qui claquent, les « c'est toi qui a pris le porte-monnaie ? », les « où est la liste des courses ? » et les « on doit acheter des boîtes pour le chat ? ». Bien sûr qu'il faut des boîtes pour le chat. Qu'est-ce que je suis supposé manger toute la semaine ? Du vent ?
Commenter  J’apprécie          453
OdeOde28 mai 2013
– Tuffy ! Ça ne peut plus durer. Ce pauvre, pauvre petit lapin. Regarde-le.

Et Thumper était plutôt en désordre, je le reconnais. Il n'était plus que boue. Boue et herbe, en fait. Il avait aussi tout un tas de petites brindilles et de trucs plantés dans son pelage. Et il avait une traînée de gras sur une oreille. Mais personne, après avoir été traîné à travers un jardin, une haie, un autre jardin et, pour finir, dans une chatière fraîchement huilée, n'a l'air sur son trente et un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
ChassassinChassassin27 octobre 2008
C'est ça, c'est ça. Allez-y, pendez-moi. J'ai tué un oiseau. C'est que je suis un chat, moi. [...] Dites-moi, qu'est-ce que je suis censé faire quand une petite boule de plumes se jette dans ma gueule ? Enfin, quand elle se pose entre mes pattes. Elle aurait pu me blesser.
Commenter  J’apprécie          410
euphemieeuphemie15 juin 2014
Lundi j'ai tué un oiseau. C'est vrai.
Ellie ma maitresse, a sangloté en me serrant si fort contre elle que j'ai cru me noyer. Mais dites moi, qu'est ce que je suis censé faire quand une boule de plumes m'arrive dans les pattes? Je suis un chat, tout de même.
Mercredi, j'ai rapporté une souris morte à la maison. Je ne l'avais même pas tuée. Ellie a encore beaucoup pleuré.
Et jeudi, il y a eu cette regrettable histoire de lapin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
abrazieabrazie24 octobre 2014
C'est ça, c'est ça. Allez-y, pendez-moi. J'ai tué un oiseau. C'est que je suis
un chat, moi. En fait, c'est mon boulot de rôder dans le jardin à la recherche de ces petites créatures qui peuvent à peine voleter d'une haie à l'autre. Dites-moi, qu'est-ce que je suis censé faire quand une petite boule de plumes se jette dans ma gueule ?
Enfin, quand elle se pose entre mes pattes. Elle aurait pu me blesser.
Bon d'accord, je lui ai donné un coup de patte. Est-ce une raison suffisante
pour qu'Ellie se mette à sangloter si fort dans mon poil que j'ai bien failli me noyer ? Et elle me serrait si fort que j'ai cru étouffer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Anne Fine (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Fine
Le chat assassin, félin de mauvaise foi, d'Anne Fine est un succès pour tous les âges, dès les premières lectures ! Une vidéo rienalire.fr
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

ma mère est impossible

comment s'appelle la petite fille?

Nina
Romane
Mina
Manon

5 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Ma mère est impossible de Anne FineCréer un quiz sur ce livre
. .