AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070405541
272 pages
Gallimard (15/09/1998)
3.79/5   31 notes
Résumé :
« Avais-je été plus heureux ? Y avait-il d'un bout à l'autre de la terre homme plus comblé ? Je roulais vers la frontière et il n'y avait plus qu'une chose dans l'immensité de l'univers, une seule et unique chose sous l'infinie limaille d'étoiles : l'amour de Mina ! Tout le reste avait disparu, Pierre, Juliette, mes amis d'autrefois, les idées auxquelles j'avais pu croire un instant, tout le froid de ma solitude, les gens heureux, ceux qui n'en peuvent plus, les sea... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 31 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis

Ladybirdy
  23 avril 2019
René Frégni, c'est du beau, de la bombe, de la bonne, de l'amour, de l'ivresse, et bien sûr de jolis seins qui réchauffent la paume des mains du grand homme.
Léo, il n'est pas sage, pas fou non plus, c'est un loup qui croque dans l'amour comme on croque dans une pomme d'amour. Il veut aimer, il veut être bleu d'amour, il veut la passion, le feu. D'abord, il s'éprend de Juliette mais qui est en couple avec son ami Pierre. Tous les trois sont potes mais Léo a les yeux aussi grands et gourmands que Tex Avery pour Juliette. Premiers émois, premières colères. Les loups se mangent.
Arrive Mina et c'est le coup de foudre. Fini les potes, il n'y en a que pour Mina. Sa peau bronzée, ses bracelets de pacotille qui dansent sur ses bras cotonneux, ses seins gonflés de vie, ses cuisses de gazelle, Mina c'est une amazone, la muse de Léo. Ensemble, ils vont s'aimer, se bouffer des yeux, se manger chaque centimètre de peau, se trouer le coeur, c'est l'ivresse, la joie, la passion folle.
Sur les routes de la Méditerranée, ils partent, vers le sud, vers l'été, vers la liberté. Ils vivent d'amour et d'eau fraîche. Ils n'ont le temps que pour eux. La foule disparaît. Les amoureux dansent, s'éteignent, se vivent et puis s'abîment. L'amour, ça fait toujours peur, quand on a vingt ans, on s'ouvre les veines pour se sentir vivant, on hésite, on s'échappe, on fuit. Cavale en amoureux vers une cavale en solitaire.
Les paysages sont beaux, intenses, le soleil brille dans Tendresse des loups. Les mots se font tendres, coquins, sensuels. René Frégni érotise l'Italie, la Grèce, même le soleil se déshabille.
René Frégni décroche le soleil pour que rougisse la peau. Il se plonge dans l'instantanée urgence parce que l'amour n'attend pas.
Un beau Frégni une fois de plus qui sent bon le Sud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9824
babounette
  11 mai 2019
Tendresse des loups - René Frégni - Folio - Lu en mai 2019.
"C'est une époque où la mort rôda beaucoup autour de moi"
C'est par cette phrase sombre que commence ce roman, on comprend pourquoi après avoir lu Les chemins noirs, mais on peut lire l'un avant l'autre.
J'ai du mal, oui, du mal à m'arracher au monde de René, j'ai bien du mal à quitter Juliette et Pierre les deux amoureux, du mal à quitter Léo et Mina.
Juliette, Pierre et Léo vivent à trois dans un appartement sous les toits à Marseille.
Léo est attiré par Juliette, mais il y a Pierre.
Pierre meurt dans un accident de voiture. "Il y a des instants dans la vie, aussi fulgurants que le sont les rêves, qui en un éclair nous projettent au ventre de la violence sans bornes de notre fatale absurdité. J'en vivais un" page 29.
Juliette ne se remet pas, elle boit, elle perd toute notion du temps.
Léo tente tant bien que mal de la relever, mais n'y arrive pas. Un jour, il s'en va, de petits hôtels à une chambre dans l'hôpital où il travaille, de cinémas en cafés, il observe les femmes " elle est inépuisable la beauté des femmes dans la ville, insaisissable, elle surgit de partout " page 45.
Et puis, il y eut Mina, la belle, la splendide, la sensuelle Mina qu'il extirpa des mains de sa brute de mari, Bruno, un jour dans une rue où Bruno la frappait.
Léo tomba sous le charme de Mina "aux longs yeux de brume"
"Est-il possible de rencontrer quelqu'un ainsi et de brusquement le reconnaître..." page 55.
Léo ne rêvait plus que de Mina "C'est alors que me surprenant au plus profond des solitudes, sous les toitures brûlées de juillet, s'ouvrirent pour moi, un matin, les années féériques" page 58.
Ils rêvent de voyages, mais il faut de l'argent pour vivre, et Léo s'approprie celui des autres, il vole.
Ils iront de Marseille à la Grèce, de la Grèce en Italie, pour finir par revenir en France, à Aix.
Mais le bel équilibre de ce couple va être bouleversé par une rencontre sur une plage. La jalousie s'installe dans le coeur de Léo, elle le dévore pareille à un cancer. Mina ne supporte plus d'être surveillée par Léo quoiqu'elle fasse. Et c'est la rupture. Mina s'en va pendant le sommeil de Léo.
Il en est malade, sa jalousie le ronge, il la cherche partout où elle est susceptible de se rendre, il en devient obsédé.
Il la retrouve. Mais je m'arrête ici, La fin me laisse avec une angoisse car deux questions se posent alors et R. Frégni nous laisse le choix de la réponse.
Toujours ce style si beau, si poétique, chaque page est à elle seule une citation. Ses descriptions des femmes, de la nature, de son amour, de sa solitude, de sa rage, de sa souffrance, me laissent sans voix.
Cependant cher René, à propos des femmes,et je sais que vous les aimez au-delà de tout, je suis un peu agacée par le nombre incroyable de vos descriptions de celles-ci, de vos ébats amoureux, de vos désirs charnels, c'est beau, mais trop c'est trop. Ce n'est pas un reproche, juste un avis. Vous y gagneriez en insistant un tout petit peu moins sur ce sujet.
A présent, je vais me lancer dans " Les nuits d'Alice" qui sera mon 7ème roman de vous. J'ai hâte de découvrir Alice.
J'attends impatiemment la sortie de votre prochain livre ce 16 mai.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          917
berni_29
  23 mars 2019
Tendresse des loups est un roman de René Frégni, pas forcément le livre que j'ai préféré de cet auteur que j'adore par ailleurs, non pas forcément celui qui m'a le plus ému, mais c'est un récit fulgurant et attachant, j'ai trouvé ici des thèmes fondateurs de son oeuvre que nous sommes plusieurs amis sur Babelio à visiter de part en part avec beaucoup de jubilation. Ce roman trouve bien sa place dans ce chemin...
Tout commence à Marseille, dans un petit appartement où le narrateur infirmier psychiatrique le jour, partage quelques mètres carrés avec ses deux amis en couple, Juliette et Pierre. C'est l'histoire d'une amitié insouciante et tout pourrait s'arrêter là dans ce bonheur suspendu au-dessus du vide...
Et puis tout s'accélère un peu, le destin s'en mêle comme à chaque fois, donne ces petits coups d'accélérateur qui font qu'on était ici au début d'une histoire et qu'on se retrouve là quelques temps plus tard et plus avec les mêmes personnes. On ferme les yeux comme pour se protéger d'une lumière trop forte, on les rouvre et le décor n'est plus le même. C'est souvent comme cela dans les paysages de René Frégni.
Et puis le narrateur rencontre Mina un soir dans le hasard d'une rue, avec le fil d'or de la nuit qui se tend comme le fil d'un funambule et qu'il faut déjà emprunter car il n'y a désormais plus d'autre chemin. Ce pourrait être une banale histoire de cavale en plein soleil, mais sous la plume de René Frégni, le soleil devient une brûlure, les mots deviennent une gourmandise, le corps sensuel d'une femme devient un rivage éperdu où jeter nos bras et nos rêves.
Dès les premières instants de cette rencontre, Léo aime déjà Mina comme un fou. C'est le coup de foudre et dans la phrase de René Frégni cela appelle l'odeur du vertige.
D'autres odeurs sont là et leurs couleurs aussi, celles des cerisiers, des oliviers, des pétunias, des violettes, tout ce décor qui vient à eux lorsqu'ils tendent les doigts vers les fragrances de l'été en partance.
C'est une robe qui glisse le long d'un corps soyeux et bronzé. Il y a les après-midi torrides, les baignades, nus, dans cette crique protégée du regard du monde.
L'ivresse est là et il n'y a pas forcément besoin de vin blanc. Ou bien juste un peu avec quelques fruits de mer au retour de la plage, pour sentir ce frémissement qui accompagne le désir au bord des gestes.
Et puis, la lumière verticale du soleil vient brusquement toucher la terre et l'ouvrir en deux comme une noix.
Léo fou d'amour propose à Mina de fuir, poursuivre ce bonheur ailleurs, il fait tout pour provoquer cette fuite et ne plus s'arrêter en chemin...
Le soleil traverse ce roman, il est partout dans les pages, parfois jaune dans une générosité gourmande, parfois blanc comme le silence. C'est le même soleil qui cogne sous les poitrines.
Ils traversent des villes écrasées de chaleur. Rome, Corfou, rêvent de filer vers l'Afrique... « le soleil n'est jamais si beau qu'un jour où l'on se met en route ». Cette phrase revient comme un refrain.
Plus tard, ils trouvent une maison abandonnée, le lierre court déjà sur les murs, avec son parc, entouré de la campagne qui protège ce jardin dans son écrin de verdure. Plus loin le jardin s'ouvre vers une rivière, sa fraîcheur fait du bien aux corps...
Même la lumière sur les statuts muettes et figées sous leur marbre blanc où court aussi un peu de lierre, a quelque chose de sensuel.
Pourquoi ne pas s'arrêter à présent, se poser dans un endroit ? Pourquoi faut-il toujours fuir ?
Parfois il y a quelque chose d'animal, un cri, une douleur, un regard, les corps épris d'une même fusion...
Le vertige brusquement s'embrase et tout chavire au bord de l'abîme.
C'est un amour destructeur, la pente vertigineuse qui mène à l'abîme.
Comment un ciel si bleu, si lisse, peut-il contenir autant de cris d'amour ?
La jalousie monte peu à peu, c'est une rage au corps, qui dévore, emporte tout, aveugle les yeux.
C'est la vie qui tangue comme un bateau, c'est une barque qui se désamarre de son port d'attache.
La fin est simple et magistrale dans cette dernière phrase que je vous laisserai découvrir plus tard et qui clôt ici l'histoire, l'ouvre ou la referme en même temps, c'est un volet qui bat dans le vent et laisse passer un dernier rai de lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4413
michfred
  30 mars 2019
Encore une fugue, des paysages solaires se succèdent follement au rythme des saisons, pourchassés par la menace de la pluie, l'imminence glaçante de l'hiver, c'est une farandole de toits dorés et brûlants,  une gifle de  mers bleues, des bouffées  de violette et de sel, des éclats de maisons chaulées de blanc  au bord du rivage grec, ou la braise rouge  d'une demeure close sur ses mystères,  enfouie sous la verdure d'un parc abandonné ...
Paysages, pays pas sages, dépaysage pour une fuite éperdue de Léo emportant Mina...
Car aucun écrin ne semble assez beau, aux yeux de Léo, pour conserver, retenir, garder la trop belle Mina.. 
Romanesque  et dévorante passion qui dit la fièvre des corps, la toute-puissance du désir , la torture de la jalousie, la violence de la possession.
 Et la tragédie sans issue de l'amour fou.
 Une version méditerranéenne de Manon Lescaut , et un narrateur, Léo, qui serait l'incarnation moderne, jusque dans les -superbes - dernières lignes, du chevalier Des Grieux.
Quant à  Manon...Mina...on est tout près de l'homonymie...
Léo est aveuglé par la beauté de Mina, il ne voit plus qu'elle, si loin, si près. ..
Si près qu'il ne peut ni la  comprendre ni la deviner, qu' il l'aime d' une passion sans respect ni  satisfaction,   née sur la ruine,  la mort , le saccage de tout de qui l'a précédée.
Si loin qu'il ne se reconnaît plus, coupe tous les ponts, se jette à corps perdu dans l'illégalité,  l'effraction, le braquage, la clochardisaton, la folie.  Une chute vertigineuse.
Mina, elle,  n'est qu'un corps, une odeur, des yeux noirs, une chevelure de feu, une robe légère. La Beauté  comme la verrait Baudelaire, une statue parfaite et sans pitié pour laquelle se consument les poètes.  
Rien à voir avec les personnages de ses  autres romans, aimés, croqués, cernés avec tendresse et doigté par un Fregni empathique et chaleureux.
Mina, comme Manon, Odette ou Albertine,  est un être de fuite,  qui surgit et disparaît avec la même inexplicable autorité, menaçante, cruelle ( " Tu as eu peur?") ,  capricieuse, désinvolte, impérieuse puis tout à coup  enfantine, craintive, tour à tour possessive et indépendante, avide de protection et éprise de liberté . Un mystère. Une contradiction.
Elle est le plaisir et la mort. Éros et Thanatos.
Bien sûr,  on est toujours chez Fregni. La langue est sensuelle, savoureuse, les lieux incandescents, magiques. Mais on l'a un peu perdu quand même, notre René,  dans ce ballet tragique et passionnel.
J'ai parfois un coeur de midinette et j'ai lu d'une traite cette fugue en sol majeur  d'un romantisme échevelé,  mais  j'ai été décontenancée de ne pas y retrouver l'ami familier que j'y cherchais.. .
D'où ce petit bémol dans la notation - je n'y connais rien en solfège, ça fait quoi un bémol sur un sol majeur? Ça fait boum?- mais je n'ai jamais regretté le voyage...j'en reprendrais même une petite taffe, do not bogart that joint, my friend..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4212
koalas
  03 mars 2019
Léo rencontre Mina après un vide...
et c'est le coup de foudre, l'extase, la passion
la flèche de cupidon.
Fini le boulot d'infirmier psychiatrique,
la maison de fous...
Dégoter de l'argent facile à tout prix
fuir ensemble
et à eux la grande vie...au lit au soleil du midi
à se bécoter jour et nuit
mais jusqu'à quand...
Emballé par la tendresse des loups
une histoire d'amour fou
pas cul cul du tout
entre Léo amateur de roman noir
et Mina une minette vraiment chouette.
L"histoire aurait pu être casse bonbon
mais pas du tout
du romanesque comme je l'aime
avec de la tendresse.. bordel.
René Frégni, c'est encore pas fini...entre nous.
Commenter  J’apprécie          497

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
michfredmichfred   28 mars 2019
- Tu es trop anxieux, Léo, trop sauvage, tu passes ta vie dans tes romans noirs, tu ne veux voir personne; je te le répète, Léo, je t'aime mais tu me rends anxieuse moi aussi, tu m'angoisses, il faut me laisser sortir!
Je me sentis plus seul, plus sombre que le gouffre qui soufflait dans mon dos. Je ne reconnaissais plus ce port, ce phare, ces montagnes, ce restaurant là-bas où ils nous attendaient jubilant de notre dispute, sachant très bien qu'elle vaincrait, qu'ils étaient la beauté, la joie de vivre, et moi un esprit noir.
-Viens, me dit-elle doucement, ce n'est pas très poli, ils nous attendent.
Je la suivis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LadybirdyLadybirdy   23 avril 2019
Je traversais Rome en faisant toujours plus haut glisser la robe de Mina ; ses cuisses de lumière incendiaient l’histoire. Qu’auraient été ces deux mille ans sans sous ma main les cuisses brûlantes de la plus belle des femmes ? Je caressais ces deux mille ans; j’en eusse pétri cent mille.
Commenter  J’apprécie          330
LadybirdyLadybirdy   21 avril 2019
Il y a des instants dans la vie, aussi fulgurants que le sont les rêves, qui en un éclair nous projettent au ventre la violence sans bornes de notre fatale absurdité.
Commenter  J’apprécie          535
koalaskoalas   04 mars 2019
Qui étais-je moi, sinon ce pitoyable voleur de tapis ? Ce clown de toitures ? Non, j'aurais beau lui raconter des histoires tous les soirs pour l'endormir, et Dieu sait si j'en savais des histoires depuis dix ans que je traînais dans mes poches et dans tous les recoins de ma vie toute la Série Noire, il y aurait bien un soir où elle m'enverrait paître, moi et tous mes paumés miteux du Bronx et de Frisco.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
LadybirdyLadybirdy   22 avril 2019
–Alors, Mina, choisis : à gauche, à droite, devant ?
–Au sud, le plus au sud possible, je voudrais passer ma vie à rouler vers l’été.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de René Frégni (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Frégni
LE FESTIVAL AUQUEL VOUS AVEZ [HÉLAS] ÉCHAPPÉ !
Nous avions eu envie de réunir l'écrivain René Frégni et le magistrat et auteur Serge Portelli. Nul doute que ces deux-là auraient pu trouver des points communs dans leurs parcours humanistes, évoquant notamment le métier de juger et les prisons. Ils nous adressent quelques mots rédigés pendant leur confinement, en attendant que reviennent des jours meilleurs.
À lire : René Frégni, Carnets de prison ou l'oubli des rivières, coll. « Tracts », Gallimard, 2019. Serge Portelli, Qui suis-je pour juger l'autre ?, coll. « Ce que la vie signifie pour moi », Éditions du Sonneur, 2019.
http://www.ohlesbeauxjours.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : jalousieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2241 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..