AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070132218
176 pages
Éditeur : Gallimard (01/02/2011)
4.11/5   99 notes
Résumé :
Ce journal décrit, sur une période qui va d’octobre à juin, le défilement des journées et des souvenirs, dans la vie paisible et contemplative de René Frégni à Manosque. Ses deux filles sont parties. Il fréquente Tony, un bandit rangé des voitures. Il passe des journées à se promener avec Isabelle et le vieux Lili qui perd la boule. Chaque journée est pleine d’une sérénité mélancolique.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 99 notes
5
22 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

babounette
  11 avril 2019
La fiancée des corbeaux - René Frégni - Gallimard - lu en avril 2019
Et voilà, mon 4ème Frégni, et toujours aussi accro.
René nous emmène toujours en Provence, du hameau de Vinon à Manosque, de Manosque à Nice, de Manosque à Montpellier, en passant par Cannes et l'île Sainte-Marguerite, Moustier-Sainte-Marie, et ces merveilleux allers-retours nous sont décrits dans son cahier qu'il tient comme un journal de bord.
Octobre, Marilou sa fille est partie vivre sa vie d'étudiante à Montpellier.
"Ma fille est partie vivre dans une autre ville, vivre sa vie. Dix-huit ans avec ma fille, dans cet appartement au milieu des tuiles, des cheminées et des oiseaux. Maintenant je vis avec le silence.",
La fiancée des corbeaux, c'est Isabelle, l'institutrice maternelle du petit hameau de Vinon qui vit avec son père Félix dit Lili, Lili n'a plus toute sa tête. René s'occupe de Félix presque tous les mercredis quand Isabelle fait ses courses à Manosque "J'ai franchi deux rivières et je suis allé garder Félix. Félix a quatre-vingt-quinze ans. Tout le monde l'appelle Lili dans le village... pendant trois heures je marche à petits pas autour de leur maison en tenant Lili par la main." Félix décède le 23 janvier. René participe aussi aux travaux de jardinage chez Isabelle.
Et c'est ainsi que d'octobre à juin, nous nous promenons dans le quotidien fait de tout et de riens de René Frégni, nous y recroisons son ami Tony sorti des Baumettes. Nous verrons avec lui ses voisins et surtout ses voisines qu'il observe de sa cuisine quand elles sont dans la salle-de- bains et dont il admire les formes. Et oui, René aime les femmes, leurs seins, leurs formes.
On fait la rencontre étonnante d'un schizophrène aussi. Il évoque les personnes qui sont déjà partie de l'autre côté, sa maman qu'il aime plus que tout. Il a parlé très peu et pour la première fois de son père.
René Frégni nous raconte, se raconte, avec des mots d'une tendresse infinie, son cahier de bord est une source d'émerveillements, il a l'art de nous aimanter par ses mots, ses phrases, ses chapitres dans lesquels il distille sa poésie.
Et son Isabelle, ah son Isabelle ! Je vous dévoile le dernier paragraphe du livre, je ne peux m'en empêcher :
"Je prends la main d'Isabelle. Je sais que cette femme ne me fera jamais souffrir. Il y a dans cette main une vie de tendresse.
Je n'ai jamais vu autant de corbeaux qu'autour d'Isabelle. Dès l'aube ils noircissent les trois grands chênes qui dominent sa maison. Ils restent là des jours à observer ses gestes et ses pas, la douceur de sa vie. Je suis comme eux,,je les comprends.
Nos mères ne nous abandonnent pas, elles nous confient en partant à un monde de douceur, un petit coin qui ressemble à l'enfance, à un jardin, aux jours d'été, à la lumière."
Terminer son livre sur le mot lumière, c'est beau.
Et bien voilà, je suis toujours aussi accro de ses livres et je vais entamer ma 5ème lecture : "Les chemins noirs", paru chez Folio, je peux donc l'emporter partout !



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10727
Ladybirdy
  25 novembre 2018
René Frégni se dévoile tout en délicatesse durant une année, son carnet à la main, il écrit tout ce qu'on ne voit pas aussi intensément qu'après avoir couché la beauté sur papier. L'encre est pour René Frégni le colporteur de la beauté, la mésange aux ailes déployées, les corbeaux qui dansent autour d'Isabelle, sa belle, sa muse, sa dulcinée.
On sent dans la fiancée des corbeaux toute l'importance des mots et des livres pour ce grand amoureux. Il place les mots sur le trône de la vie. Il les enlace de tout son être, il va jusqu'à érotiser les courbes des lignes littéraires, comme l'encre qu'il associe au sperme bleu. Il observera longtemps de chez lui les va et vient des hommes et femmes allant se soulager aux cuvettes d'à côté. Les femmes semblent le fasciner. Lorsqu'elles se soulagent, il ne retient que la beauté d'un sein ou le galbe des fesses. A côté des femmes, des corbeaux et des mots, il y a tous ces fantômes, ces êtres qui ont traversé la vie de l'auteur, dont il se souvient comme faisant partie de lui.
René Frégni m'avait totalement subjuguée dans - Je me souviens de tous vos rêves - je garde ici pour la fiancée des corbeaux un sentiment plus mitigé expliqué par une profondeur à hauteur humaine et existentielle moins travaillée que dans le précédent récit. Il n'en reste pas moins que cet auteur est un véritable poète, un magicien de la langue française qu'il remplit à merveille du souffle de son âme éprise du beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7310
Annette55
  06 juillet 2019
«  Le printemps est un barbare qui déchire les robes, s'engouffre dans les villes, saccage les citadelles de la raison.Le printemps est une cathédrale de feuillage et de désir qui surgit dans les ruines de l'hiver. »
«  L'amour a la beauté d'un nuage . Il se forme vite, brille un instant sous la lumière de soufre et se désagrège avant d'atteindre l'horizon . »
Deux extraits significatifs de ce très bel ouvrage lu d'une traite, une espèce de chant mélancolique qui parle d'amour et de tendresse——une tendresse infinie——- voué aux collines de sa Provence , pétri de nostalgie, lumineux , infiniment poétique où l'amour d'une mère transparaît au détour de chaque page: «  Mortes, nos mères veillent encore sur nous .... »
Cueillettes , lumière dorée, souvenirs de fin d'été où René Frégni ramassait les mûres avec sa maman ,celle - ci, radieuse , un panier à la main , heureuse de croiser quelques vaches rousses et de loin en loin, « le vol noir des corbeaux. »
A cette époque bénie , tout était simple et beau, surtout pas de leçon à apprendre par coeur ( le lecteur se souvient d'un autre ouvrage et des douleurs ....ressenties à l'école ) .
Une vallée dorée et la paix tiède de ces nuits - là , irradiées de bonheur .
L'auteur nous offre une longue ballade mélancolique aux côtés de Tony: vingt - sept ans de prison, au coeur des hauts murs noirs des centrales et des maison d'arrêts , Tony, un paradoxe, une énigme .... que René écoutait chaque semaine ——-, lui qui a appris à lire seul ——- en écrivant ...après des années d'école buissonnière....
Ce Tony , connu, respecté , craint par les restaurateurs , un Tony crépusculaire , inquiétant ...qui a connu tellement de cages...
En riant comme un bossu , l'auteur se remémore les quatre - cent coups à Marseille ...
Tout au long de cet ouvrage , de ce voyage cruel et tendre , René Frégni accompagne et « garde »surtout   Lili, l'homme à la mémoire perdue , un homme qui a traversé deux guerres, un siècle et ne sait pas son nom...
Le père d'Isabelle ,cette jolie institutrice—— aux seins que la plupart lui envient—- fait la classe à trente enfants , elle qui n'en a pas «  -La fiancée des corbeaux. »
René Frégni marche sur les chemins et les routes inlassablement , s'imprègne des couleurs , des senteurs inimitables de « SA Provence . »
Où l'on croise Jean Giono , R. J. Ellory, Jean-Genet, Jim Harrison, Jules-Renard et ses aphorismes , des polars scandinaves au hasard des lectures de René et d'Isabelle, Marilou la fille de l'auteur , étudiante à Montpellier partie vivre sa vie.... d'étranges silhouettes , dans un décor âpre et sauvage , des prisons sombres, une Provence brûlée par le gel et l'été ...
Émouvant , magnifique voyage ..
«  C'est tellement émouvant une belle histoire.
On peut s'y cacher, s'y enfouir , disparaître et être partout à la fois.
Depuis vingt ans , je me glisse avec exubérance dans tous mes romans, dans chacun de mes personnages, des plus solaires aux plus détraqués .. »
«  La Provence est âpre , brutale , contrastée .
Je l'aime parce qu'elle reste imprévisible et sauvage , brûle tout ce qui se hasarde hors de ses ombres maigres en été , tire sur l'argile et fait éclater les maisons , l'hiver elle fend les arbres et les pierres , traverse les villes comme un rasoir ouvert .... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6115
michfred
  13 mars 2019
Le titre fait penser à une sorte de Wuthering Heights à la française,  à un roman noir, ou à un feuilleton romanesque ou fantastique...
Faux sur toute la ligne: la fiancée des corbeaux est une douce maîtresse d'école , Isabelle, qui fait la confiture de coings comme personne et dont les seins et les gratins de courgettes  sont détectables.
 Son papa, le vieux Lili, après avoir planté des arbres partout dans le pays, perd un peu la boule,   et il faut le surveiller comme du lait sur le feu...lui qui vous appelle d'un nom différent tous les jours. Alors René Fregni se dévoue,  à cause des seins d'Isabelle, beaucoup,  et aussi, un peu, de ses gratins.
Il opte donc pour une vie pendulaire : un coup en ville, dans son appartement de Manosque, avec vue imprenable sur une salle de bains très animée,  un coup à la campagne,  dans le hameau de Vinon, arboré par Lili, au plus près de la douce Isabelle.
Des figures amicales défilent:  Tony , le parrain marseillais sorti des Baumettes, à qui René,  dans son atelier d'écriture,  a appris le plaisir des mots,  et qui voudrait bien troquer le beretta contre un stylo;  quelques cinglés,  aussi, inquiétants comme ce schizophrène bariolé qui annonce à Fregni qu'il va le débarrasser de certain juge qui lui a fait des misères, ou hautement poétiques comme cet ancien aliéné, mutique, qui ne "parle" que par Fleurs du Mal  interposées!
Une faune- et une flore, Fregni aime trop les femmes pour réserver ses regards à la seule Isabelle!- un peu foutraque, pleine d'humanité et de saveur, parce que le regard qui s'y pose, celui de Fregni,  est tout de fraternité et de confiance.
 
La chronique autobiographique est plus apaisée -et moins arrosée- que  celle de "Elle danse dans le noir":  Marilou, la fille adorée , a grandi, elle étudie à Montpellier, son papa s'est posé, et la fiancée des corbeaux ne devrait pas tarder à lui ouvrir ses bras, la haute Provence est belle comme un poème, et même les plus cruels malfrats ont du charme à revendre...
Bienvenue chez Fregni, au pays des fraternités chaleureuses!
Une lecture saveur, une lecture douceur, une lecture plaisir,  à déguster comme une figue mûre, qui vous laisse les doigts tout poisseux de sucre et de saveur, le parfum sur la lèvre et le coeur en fête. 
Une rencontre avec un frère qu'on voudrait ne jamais quitter, un ami avec qui on aimerait partager le pain et le vin, un lecteur avec qui on discuterait longtemps des mérites partagés de Giono et de Baudelaire , un écrivain avec qui écrire deviendrait aussi naturel que respirer ou aimer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5411
paroles
  09 janvier 2021
Je viens de passer une année délicieuse en compagnie de René Frégni et son journal. Une année pour parler de tout et de rien. A visiter ses souvenirs, sa jeunesse, son passé. Une année pour m'intéresser à la belle Isabelle, la douce fiancée des corbeaux, et à son père Lili, planteur d'oliviers et de sagesse ancestrale. Une année aussi pour observer les jeunes locataires d'en face toujours aussi prompts à se vêtir et à se dévêtir. Une année également à comprendre l'amour qui unit l'auteur à sa fille partie faire ses études à Montpellier, et à sa mère partie tutoyer les nuages. Une année encore à partager l'amitié qui lie René Frégni à un ancien taulard...
Des moments de vie, des chagrins, des instants enchantés, des petits bonheurs semés comme des petits cailloux pour reconnaître un chemin, celui de la vie toute simple entre les mots, le plaisir et le besoin d'écrire, le partage, l'amour et l'amitié.
Comme elles sont belles ces pages ! Comme elles sentent bon la Provence et ses villages et villes de Manosque, de Moustiers-Sainte-Marie, Marseille. Comme il est doux de se plonger dans ce bain d'encre et d'en ressortir rafraîchie, reposée, rassérénée !
C'est le troisième livre que je lis de cet auteur et à chaque fois son écriture me touche un peu plus. En fait, je dois bien l'avouer : je crois bien être tombée amoureuse de vous monsieur Frégni, de votre regard apaisé sur les gens et les choses, de votre poésie aussi.
« Certains écrivains dressent une muraille entre l'écriture et la vie, la réalité et les songes. J'écris quand je vis, je vis quand j'écris. Chaque mot ajoute un élan à mon geste, à mes pas. Chaque pas m'offre un mot ».
Merci Kawane pour cette excellente idée de lecture :0)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5014

Citations et extraits (111) Voir plus Ajouter une citation
Josephine2Josephine2   06 août 2017
Page 176 - 177
La liberté est devant moi, totale. Choisir un mot, puis un autre, le suivant. Les dessiner, dessiner un sentier, des montagnes, des villes, des soleils. Voir ces villes et ces soleils mieux que s’ils existaient. Voyager à travers les régions brumeuses de la mémoire, les terres éblouissantes de l’imagination, les espaces sauvages du désir. Ecrire comme je marche, un mot après l’autre, sans horaires, sans clôtures, sans projets. Ma table est à côté de mon lit, je dors, je rêve et je repars, de jour, de nuit, sur ces chemins d’encre.

Certains écrivains dressent une muraille entre l’écriture et la vie, la réalité et les songes. J’écris quand je vis, je vis quand j’écris. Chaque mot ajoute un élan à mon geste, à mes pas. Chaque pas m’offre un mot.

Chaque fois que je commence un nouveau roman, un nouveau récit, j’entre avec inquiétude et un trouble presque érotique dans un territoire que je dois découvrir. Lorsque je mets le point final, j’ai parcouru et découvert une contrée de moi-même que je ne soupçonnais pas. Oui, érotique est l’écriture, violemment, je charge et je décharge mon stylo, chaque jour. Les cent mille éclats de mon sperme bleu sur la robe blanche de la page.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
nadejdanadejda   03 octobre 2012
Sortir acheter du pain me coûte. Dès le matin je m'enroule dans ma robe de chambre rouge en me disant : "Aujourd'hui personne ne viendra." Cette seule pensée me comble. Du café, des livres, de longues heures à basculer d'une fenêtre à l'autre, des ciels, un stylo que je tripote, mon cahier. Il y a belle lurette que je ne cherche plus le bonheur, je cherche les jours paisibles, libres, silencieux, de lentes journées de rêve.
(...) Lentement l'imagination a envahi ma vie. J'ai de moins en moins de chagrins réels, de réelles joies, mes émotions vraies sont dans ces livres qui ont jauni entre mes doigts. Quelques mots me font battre le coeur plus vite qu'une rencontre, qu'un événement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
sagesse66sagesse66   04 juin 2019
Les fous ne nous jugent pas, on peut faire et dire avec eux n'importe quoi, rien ne les étonne ni ne les dérange.
C'est très reposant de se promener avec quelqu'un qui peut entendre le pire de nous-même et qui ne s'offusque pas plus que si on lui demande s'il a faim, s'il a soif.
Si j'avais tué quelqu'un ou fait quelque chose de très grave, j'irais le dire à un fou dans le jardin d'un asile ou à Lili, ici, dans le silence des collines.
Et mon geste perdrait d'un coup son poids insupportable.
Un homme ou une femme aurait recueilli mes aveux et la terre n'en poursuivrait pas moins son paisible voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
TerrainsVaguesTerrainsVagues   26 novembre 2018
Je marche et je viens m’asseoir à mon bureau, cette table de bistrot sur laquelle j’écris. C’est sur ces trois planches noircies par l’empreinte ronde des verres, vernies par des coudes et des jeux de cartes, brûlées par des mégots que j’ai connu mes violentes heures de liberté.
(…)
Sur ces trois planches il y a autant de rendez vous, d’attente, de drames, de solitude, de rires, d’oublis que dans toute l’œuvre des plus grands écrivains. On pourrait écrire vingt romans en suivant les traces, les blessures, les rides d’une table de bistrot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
sagesse66sagesse66   05 juin 2019
Avril
En cette saison, le soir, les collines sont violettes sous une poudre d'or...
...Il a neigé toute la semaine dernière.
L'hiver est encore sur les montagnes, dans les plaines partout la terre pousse des cris de couleur.
Ce ne sont plus les pourpres et dorés de l'automne mais des jaunes et des bleus dans les champs, sur les talus, au bord des routes, et des roses, du plus intense au plus doux, sur les arbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360

Videos de René Frégni (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Frégni
LE FESTIVAL AUQUEL VOUS AVEZ [HÉLAS] ÉCHAPPÉ !
Nous avions eu envie de réunir l'écrivain René Frégni et le magistrat et auteur Serge Portelli. Nul doute que ces deux-là auraient pu trouver des points communs dans leurs parcours humanistes, évoquant notamment le métier de juger et les prisons. Ils nous adressent quelques mots rédigés pendant leur confinement, en attendant que reviennent des jours meilleurs.
À lire : René Frégni, Carnets de prison ou l'oubli des rivières, coll. « Tracts », Gallimard, 2019. Serge Portelli, Qui suis-je pour juger l'autre ?, coll. « Ce que la vie signifie pour moi », Éditions du Sonneur, 2019.
http://www.ohlesbeauxjours.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : provenceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1205 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre