AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Paul Audi (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070413805
161 pages
Éditeur : Gallimard (30/04/2000)
3.46/5   13 notes
Résumé :
" Disons d'abord les choses clairement : je suis un "gaulliste inconditionnel". Et puisque je fais ici cet aveu compromettant, aux conséquences imprévisibles pour moi et ma famille, je tiens à donner ici la définition du "gaulliste inconditionnel" à laquelle je me suis efforcé de rester fidèle depuis juin 1940. Un "gaulliste inconditionnel" est un homme qui s'est fait une certaine idée du général de Gaulle, comme le général de Gaulle "se fait une certaine idée de la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Levant
  15 août 2017
"Permettez-moi, avec toute mon affection, de vous dire que vous pouvez quelques fois être assez peau de vache."
Qui fallait-il être pour envoyer cela au général De Gaulle ?
Il fallait être un homme issu de l'immigration qui avait démontré les intentions les plus pures à l'égard de sa patrie d'adoption. Il fallait avoir commencé sa carrière de nouveau français en risquant sa vie pour la France. Il fallait être un homme à l'intuition sûre pour avoir rejoint un parfait inconnu à Londres et mener avec lui le combat de la liberté. Il fallait être convaincu comme lui que la barbarie ne pouvait perdurer sur une Europe ensanglantée. Il fallait être Romain Gary.
Ode à l'homme qui fut la France est un recueil des textes les plus enflammés publiés par Romain Gary dans les presses américaine et française, à l'adresse de celui dont il tente de se consoler de la disparition en 1970 en ces termes : "Plus que jamais, il est à présent ce qu'il n'a cessé d'être pour nous depuis le début : une force morale, un courant spirituel, une foi dans l'homme, dans un ultime triomphe de l'homme, une lumière."
Cet ouvrage est un recueil des textes qui expriment le désarroi de son auteur devant le manque de compréhension, le manque d'élévation de citoyens à la mémoire courte qui n'ont pas perçu l'abnégation, le désintéressement de celui qui restera à jamais comme l'emblème de la France libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
EricBEricB   23 janvier 2015
Ils sont très rares, les hommes que l'on peut qualifier de "rêveurs réalistes". De Gaulle en était un par excellence : tacticien avisé, il n'en appelait pas moins les Français - voire, comme à regret, le monde occidental tout entier - à se hisser vers des sommets mythologiques et, pour autant que je sache, inexistants, ou pour le moins inaccessibles. Jamais auparavant Sancho Pança n'avait œuvré si dur pour Don Quichotte ; et les deux se liguaient comme s'ils formaient un seul et même homme. Ainsi le réaliste en de Gaulle n'a-t-il jamais manqué de ruse pour servir le rêveur. La stratégie consistait à toujours viser le maximum, aussi haut et aussi loin que possible, avec l'espoir pratique et astucieux qu'il soutirerait ainsi de nous au moins le minimum. Car ce sempiternel étudiant de l'histoire savait qu'un idéal de "grandeur", cet idéal fût-il inaccessible et sublimé, souvent mystique sinon purement verbal, constitue un but qui laisse, s'il est poursuivi avec toute l'ardeur de l'esprit et du cœur, dans le sillage même de notre échec à l'atteindre, quelque chose qui ressemble fort à une civilisation. Et de fait, toute notre trajectoire qui va des dieux de la Grèce antique au judéo-christianisme, et qui traverse l'histoire de celui-ci, est la conséquence d'une dynamique mise en œuvre par cette foi et rien que par cette foi. Quand bien même le but final serait pour l'homme hors de portée, sa poursuite à elle seule demeure une source de création, d'inventivité, de progrès et d'accomplissement. Personne ne savait mieux que de Gaulle que la civilisation occidentale était née de cette tâche, au fond impossible à accomplir : combler l'écart qui sépare la misérable réalité humaine du mythe de l'homme que celui-ci, par amour de soi, se sera plu à édifier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EricBEricB   23 janvier 2015
De Gaulle n'étant certes pas sans ressembler physiquement à un chevalier du Moyen Âge, on en a donc vite fait de conclure que c'est l'épée à la main que ce dangereux croisé en puissance s'était résolu à conduire son pays sur les chemins de la "grandeur". Lorsqu'on s'aperçoit tout de même que le seul fait de se référer concrètement à telle ou telle idée de la grandeur fait se recroqueviller de peur et trembler de colère les démocraties d'Occident, on ne peut s'empêcher de songer avec tristesse à l'état dans lequel celles-ci doivent bien se trouver. Et l'on éprouve alors le besoin de demander au monde occidental s'il considère vraiment l'homme comme un parangon de petitesse, et si la démocratie doit être conçue comme une machine à éviter les sommets, ou bien encore comme un bel effort accompli pour que tout le monde puisse ensemble se vautrer dans la médiocrité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
KOLIATHIKOLIATHI   07 juin 2020
L'homme en tant que notion de dignité n'est pas une donnée, mais une création, et il n'est concevable que comme une incarnation assumée de l'imaginaire, comme fidélité à un mythe irréalisable mais qui laisse des civilisations dans le sillage de son accessibilité.
Commenter  J’apprécie          20
KOLIATHIKOLIATHI   07 juin 2020
Ce qui compte dans l'histoire de mon pays et de l'humanité en général, ce n'est pas le rendement et l'utilitaire, mais la mesure dans laquelle on sait demeurer attaché jusqu'au sacrifice suprême à quelque chose qui n'existe pas en soi, mais est peu à peu crée par la foi que l'on a en cette existence mythologique.
Commenter  J’apprécie          10
KOLIATHIKOLIATHI   07 juin 2020
Nous vivons une époque de cocasse facilitée, où les "révolutionnaires" refusent le risque et réclament le droit de détruire sans être menacés eux-mêmes.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Romain Gary (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Gary
Paul Audi, deuxième extrait de sa conférence du 9 mai 2009, «L'exil intérieur du créateur et la figure du romancier Romain Gary » dans le cadre du banquet de printemps 2009 intitulé " Exils et frontières"

Paul Audi est philosophe. Il est né en 1963 au Liban. Il a écrit de nombreux ouvrages (15 publiés), principalement consacrés à l'éthique, à la création artistique et aux relations entre éthique et esthétique. Il est l'auteur d'une thèse sur Rousseau. Il s'inscrit dans le sillage d'une philosophie de la vie : reprend la lignée de Schopenhauer, Rousseau, Kierkegaard, Nietzsche et, plus proche, Michel Henry. Il est également spécialiste de Romain Gary, écrivain mésestimé, mort en 1980. Et éditeur de L'Affaire homme, un recueil d'articles et textes brefs de Gary, paru chez Folio en 2005. « Depuis quelque temps, ce solitaire hyperactif commence à être reconnu pour ce qu'il devient : un de nos rares vrais philosophes, tout simplement. Voilà que les Etats-Unis et le Canada l'invitent et commencent à le fêter. Ses livres sont en cours de traduction aux Pays-Bas ou en Espagne. Bref, on s'avise en plusieurs lieux, qu'en France un philosophe est né. Ne soyons pas les derniers avertis. » (Roger-Pol Droit, le Monde, 20 mai 2005).
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : charles de gaulleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Tout sur Romain Gary

Dans quelle ville est né Romain Gary ?

Kaunas
Riga
Vilnius
Odessa

12 questions
501 lecteurs ont répondu
Thème : Romain GaryCréer un quiz sur ce livre