AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742752980
204 pages
Actes Sud (03/01/2005)
  Existe en édition audio
4.08/5   3098 notes
Résumé :
Au cœur d'une Afrique ancestrale, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d'un empire immense, s'apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c'est Troie assiégée, c'est Thèbes livrée à la haine. Le roi s'éteint mais ne peut reposer en paix dans sa cité dévastée. A son plus jeune fils, Souba, échoit la mission de parcourir le continent pour y construire sept tombeaux à l'image de ce que fut le vénéré ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (351) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 3098 notes

Crossroads
  10 juillet 2012
Je poursuis tranquillou l'oeuvre de Gaudé...Au menu , ce coup-ci , La Mort du Roi Tsongor .
Homérien en diable dans sa trame , ce récit épique épique et colégram me conforte dans l'idée que ce Gaudé s'affirme réellement comme étant un magistral conteur !
Le vieux Tsongor , roi incontesté et incontestable de Massaba , s'apprete à marier sa fille Samilia . Sonnez hautbois , résonnez musettes ! le récit s'annonce festif et jovial , n'était ce leger contre-temps en la personne de Sango Karim qui , fort d'une promesse lointaine échangée avec la belle , s'en revient alors , en ce jour de bombance et de ripaille , quémander sa main ! Léger hic , le prince Kouamé , nouveau prétendant attitré , ne l'entend absolument pas de cette oreille – ni de l'autre d'ailleurs . de là à dire que Kouamé n'est pas préteur , il n'y a qu'un pas...Oula , oula , m'est avis que le festin annoncé pourrait tres vite se transformer en rivalité larvée . Il y a désormais quelque chose de pourri au royaume de Massaba ! Aussi avisé que les rois Arthur et Dagobert ;) réunis , le sagace souverain décide alors de se donner la mort pensant alors annihiler toute vélléité guerriere ! Ouiinn ! Fatale erreur votre Majesté puisque les deux promis , habités par un orgueil et un égo aussi démesurés , décident finalement de conquérir Miss Maisjvousaimetouslesdeux à coups de combats et de massacres récidivants !
Tsongor , à la veille de pousser son dernier soupir , fait mander son plus jeune fils , Souba , afin de lui exprimer ses dernieres volontés ! de tes oripeaux princiers tu te dévetiras , sept tombeaux inégalables tu construiras , chacun portant l'empreinte de ce que fut ton pere pour toi...Le sauvant ainsi lucidement d'une mort certaine...
C'est ainsi qu'incognito , Souba missionné par son défunt pere , quitta le royaume de Massaba appelé à ne devenir que ruine et désolation . Vint donc le temps de la solitude opposé à celui du chaos . I'm pooor lonesome fils de roi qui doit le dire à persoooonne...
Gaudé oppose une quete mystique au bruit et à la fureur !
Deux récits concomitants de force et d'impact bien distincts . Car si l'on suit le jeune Souma avec grand plaisir dans sa recherche de vérité et de spiritualité , les combats incessants venant se fracasser telles les vagues sur la greve peuvent constituer un leger bémol , voire un petit fa diese à la longue ! La plume est toujours aussi évocatrice et immersive seulement , les affrontements se succédant inlassablement pour , au final , laisser les deux bélligérants sur leurs positions , peuvent susciter à la longue un brin de lassitude lassante . Absolument rien de rédhibitoire tant l'intensité des batailles transpire à chaque page ! Véritable cours magistral de stratégie guérriere , Gaudé inscrit son récit sur la longueur en prenant le parti de compter par le menu ce suicide collectif sur plusieurs années . Un roman dévastateur n'épargnant rien ni personne si ce n'est l'humain borné incapable de transiger avec son moi profond , n'hésitant pas à sacrifier toutes ces vies au profit d'un idéal personnel qui n'a d'autre limite que son triste égo démesuré...
Pour toutes ces raisons et bien plus encore , je déclare Gaudé comme étant mon chouchou - sans oublier les 3 suisses , bien sur – 2012 !
Le Roi est mort , vive le Roi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1540
Dionysos89
  29 octobre 2012
Que dire de plus sur ce petit roman parfaitement ciselé de Laurent Gaudé après une soixantaine de critiques de qualité et plus ou moins longues ? Peut-être déjà que Laurent Gaudé a réussi son coup : La Mort du roi Tsongor, on l'attend tout d'abord, on la pleure par la suite, on se la dispute pendant un moment homérique, et enfin on l'honore.
Comme c'est son but avoué, à l'instar de la Guerre de Troie dans l'Illiade, La Mort du roi Tsongor exprime toute la force des serments, quintessences de l'honneur par-delà la mort et les combats, ces serments qui parcourent des vies, en ravagent d'autres et emportent celles qui restent. Dans ces six chapitres d'une rare intensité, Laurent Gaudé exprime la face tragique de la fidélité sous toutes ses formes : du simple conflit de palais à la guerre ouverte, du conflit psychologique en chacun de nous à la haine vivace qui dure toute une vie, la fidélité, la passion et la haine sont plus que jamais présentes dans ce roman. Court roman d'ailleurs, environ deux cents pages (cinq heures et demie d'écoute en livre audio pour ma part), La Mort du roi Tsongor brille par ses six chapitres très bien découpés, où la situation est sans cesse bouleversée, une situation qui avance vraiment et cela apparaît même dans l'enchaînement et l'alternance des personnages principaux, chacun ayant son moment de gloire, ses monologues, ses décisions à prendre.
Merci donc aux éditions Thélème et à l'opération Masse Critique de Babelio qui m'ont permis d'acquérir ce livre audio (au passage, le petit mot qui accompagne désormais l'envoi est toujours apprécié) ; en effet, les mots de ce roman, précis et pesants (plutôt bien rendus par le voix du comédien Pierre-François Garel), expriment toute la force de l'épopée par excellence, et le fait que tout cela se déroule dans une Afrique ancestrale, pour certains imaginaire, mais somme toute plausible, n'enlève rien, bien au contraire, à l'intérêt de lire La Mort du roi Tsongor !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1212
ordinary_reader
  09 avril 2017
4ème roman de Laurent Gaudé pour ma part, et encore une adhésion sans faille à sa plume enchanteresse !
Au lendemain de la mort du roi Tsongor, une guerre sans merci va mettre Massaba à feu et à sang.
Deux hommes et leurs armées vont s'affronter impitoyablement pour le coeur de la belle Samilia...
Un récit épique et spirituel, haletant et lancinant à la fois, sur le destin, l'honneur, la bravoure, le clan, la résistance, la haine, la destruction et la défaite.
L'on y perçoit toute la fureur des hommes et leur fierté opiniâtre, leur violence, leur cruauté, mais aussi toute l'absurdité de leurs actes et la honte qui en émerge. Il y également une belle réflexion autour du chagrin, du deuil, de l'héritage, de la vie après la mort, de l'errance.
La description des batailles m'a rappelé tantôt Salammbô de Flaubert (violence, fulgurance, amour), tantôt Merlin de Michel Rio (introspection, spiritualité, universalité).
Commenter  J’apprécie          855
meyeleb
  16 août 2011
Une tragédie, une vraie. Qui déchire, fait souffrir, violente et tue. Met en scène le désir, l'orgueil, la haine. L'Amour aussi. Ca vous transporte, véritablement !
Deux caractères m'ont frappée et me parlent encore :
-la fidélité « paradoxale » du guerrier vaincu devenu serviteur, Katabolonga, qui pleurera la mort du roi comme un loup hurle dans la nuit;
-la clairvoyance d'un père qui sauve son plus jeune fils Souba, en l'envoyant arpenter les confins du royaume et construire des mausolées à sa mémoire, longtemps, très longtemps, voyage initiatique, voyage de sagesse loin des déchirements de haine.
Et quelle écriture ! Fluide et poétique parfois, percutante et violente quand il le faut.
Le lire, le relire.
Commenter  J’apprécie          810
gill
  27 juillet 2021
Au palais de Massaba, le roi Tsongor va marier sa fille, Samillia, avec Kouame, le prince des terres du sel.
Katabolonga, son serviteur, le porteur du tabouret d'or, sait qu'il va tuer aujourd'hui son ami et maître ...
L'ouverture de ce livre est intrigante, son écriture est élégante et racée.
Une vieille histoire vient prendre fin dans celle qui commence aujourd'hui.
Ce livre magnifique est de ceux qui sont au carrefour des littératures :
récit épique, amour tragique, légende antique ou mythe africain, philosophie ou brutalité, quête sans fin ou destin fixé ?
Dès les les premières pages, Laurent Gaudé installe une ambiance, sous-entend le drame qui se prépare dans une antiquité imaginaire, nous dit la quatrième de couverture.
En des temps lointains et incertains, certes !
C'est que le ton dramatique, épique de ce récit renvoie à ce que la littérature dite "antique" nous a donné de plus beau, de plus intransigeant.
Mais par la pincée de fantastique dont il est saupoudré, par l'existence du fantôme de ce vieux roi qui erre entre deux mondes, ce récit pourrait tout autant être qualifié de shakespearien.
On pourrait dire aussi de ce récit qu'il restitue la majesté de l'Afrique, sa grandeur, pour autant qu'elle ne lui est été jamais enlevée.
On pourrait prétendre également qu'il possède des accents bibliques.
Ce récit est aussi celui de l'éternelle tragédie de la femme écartelée entre les luttes de pouvoir et les les désirs de sa possession, récit sans cesse renouvelé dans presque toutes les littératures anciennes.
"Et toujours l'âme humaine vient piétiner ce qu'elle a construit de grand".
Un profond pessimisme et un désespoir cruel colorent ce livre sombre et guerrier qui finit pourtant sur une touche d'espoir, qui parle aussi du passage des générations, de la gratitude ou non des enfants, de la bienveillance du père et du poids des ancêtres.
Laurent Gaudé a signé là un grand livre que tant de choses rendent universel, un livre qui appartient à la meilleure des littératures ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          743

Citations et extraits (128) Voir plus Ajouter une citation
valouis68valouis68   22 janvier 2023
A ma mort, ils n'auraient eu qu'un petit tas de cendres en héritage. Et un appétit féroce. Ils auraient tout eu à reconstruire. Pour retrouver le bonheur de la vie d'autrefois. Je leur aurais transmis le désir de faire mieux que moi. Rien d'autre en héritage que cet appétit qui leur aurait serré le ventre.
Commenter  J’apprécie          30
MahaDeeMahaDee   07 avril 2017
D'ordinaire, Katabolonga était le premier à se lever dans le palais. Il arpentait les couloirs vides tandis qu'au-dehors la nuit pesait encore de tout son poids sur les collines. Pas un bruit n'accompagnait sa marche. Il avançait sans croiser personne, de sa chambre à la salle du tabouret d'or. Sa silhouette était celle d'un être vaporeux qui glissait le long des murs. C'était ainsi. Il s’acquittait de sa tâche, en silence, avant que le jour ne se lève.
Mais ce matin-là, il n'était pas seul. Ce matin-là, une agitation fiévreuse régnait dans les couloirs. Des dizaines et des dizaines d'ouvriers et de porteurs allaient et venaient avec précaution, parlant à voix basse pour ne réveiller personne. C'était comme un grand navire de contrebandiers qui déchargeait sa cargaison dans le secret de la nuit. Tout le monde s'affairait en silence. Au palais de Massaba, il n'y avait pas eu de nuit. Le travail n'avait pas cessé.
Depuis plusieurs semaines, Massaba était devenu le cœur anxieux d'une activité de fourmi. Le roi Tsongor allait marier sa fille avec le prince des terres du sel. Des caravanes entières venaient des contrées les plus éloignées pour apporter épices, bétail et tissu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
RoggyRoggy   27 octobre 2019
Derrière Kouame venaient trois chefs. Le premier était le vieux Barnak qui commandait aux mangeurs de khat. Ils portaient tous de longs cheveux emmêlés qui leur tombaient sur les épaules et une barbe broussailleuse. Leurs yeux, sous les effets du khat, étaient striés de rouge et il se parlaient à eux-mêmes, plongés dans les visions de la drogue qu’ils mâchaient. Un brouhaha immense s’élevait de ces hommes poussiéreux et sales. On eût dit une armée de va-nu-pieds frappés par la fièvre. Ils étaient tous hagards et cela les rendait effrayants au combat. Le khat les préservait de la peur et de la douleur. Même blessés, même amputés d’un membre, on avait vu de ces hommes continuer à se battre tant ils ne sentaient plus leur propre chair. Ils murmuraient tous comme une armée de prêtres qui scandent des sanglantes prières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
BMRBMR   28 février 2010
[...] - J'ai vu aujourd'hui une foule immense apparaître à mes yeux, reprit le mort. Ils sortaient de l'ombre et se sont dirigés, lentement, vers la barque du fleuve. C'étaient des guerriers hagards. J'ai observé leurs insignes ou ce qu'il en restait. J'ai regardé leurs visages. Mais je n'ai reconnu personne. Dis-moi, Katabolonga, qu'il s'agit d'une armée de pilleurs que les troupes de Massaba ont interceptés quelque part dans le royaume. Ou de guerriers inconnus qui sont venus mourir sous nos murailles sans que personne ne sache pourquoi. Dis-moi, Katabolonga, que cela n'est pas.
- Non, Tsongor, répondit Katabolonga. Ce n'est ni une horde de pilleurs ni une armée de mourants venus séchouer sur nos terres. Ce sont les morts de la prmeière bataille de Massaba. Tu as vu passer sous tes yeux les premiers écrochés de Souame et de Sango Kerim, mêlés les uns aux autres dans une pauvre colonne de révulsés.
- Alors la guerre est là et je n'ai rien empêché, dit Tsongor. Ma mort n'a servi à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
clarinetteclarinette   03 novembre 2008
D'ordinaire, Katabolonga était le premier à se lever dans le palais. Il arpentait les couloirs vides tandis qu'au dehors la nuit pesait encore de tout son poids sur les collines. pas un bruit n'accompagnait sa marche. Il avançait sans croiser personne, de sa chambre à la salle du tabouret d'or. Sa silhouette était celle d'un être vaporeux qui glissait le long des murs. C'était ainsi. Il s'acquittait de sa tâche, en silence, avant que le jour ne se lève.
Mais ce matin-là, il n'était pas seul. Ce matin-là, une agitation fiévreuse régnait dans les couloirs. Des dizaines et des dizaines d'ouvriers et de porteurs allaient et venaient avec précaution, parlant à voix basse pour ne réveiller personne. C'était comme un grand navire de contrbandiers qui déchargeait sa cargaison das le secret de la nuit. Tout le monde s'affairait en silence. Au palais de Massaba, il n'y avait pas eu de nuit. Le travail n'avait pas cessé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Laurent Gaudé (97) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gaudé
Rencontre avec Laurent Gaudé, l'un de nos écrivains préférés, à l'occasion de la parution de "Chien 51", son dernier roman paru chez @ActesSud
Un livre à retrouver à la librairie et sur notre site internet : https://www.millepages.fr/livre/9782330168339-chien-51
Rencontre animée par Pascal Thuot Réalisation : David Even
autres livres classés : roman épiqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Laurent Gaudé

En quelle année est né Laurent Gaudé?

1965
1967
1970
1972

10 questions
159 lecteurs ont répondu
Thème : Laurent GaudéCréer un quiz sur ce livre