AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Benoît Guillaume (Autre)Florence Renner (Autre)
EAN : 9782330166144
192 pages
Actes Sud (25/05/2022)
4.3/5   934 notes
Résumé :
Qui dira l’histoire de Salina, la mère aux trois fils, la femme aux trois exils, l’enfant abandonnée aux larmes de sel ? Elle fut recueillie par Mamambala et élevée comme sa fille dans un clan qui jamais ne la vit autrement qu’étrangère et qui voulut la soumettre. Au soir de son existence, c’est son dernier fils qui raconte ce qu’elle a été, afin que la mort lui offre le repos que la vie lui a défendu, afin que le récit devienne l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (195) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 934 notes
5
120 avis
4
50 avis
3
10 avis
2
2 avis
1
0 avis

TerrainsVagues
  07 octobre 2018
Salina les trois exils ou les bienfaits du recyclage.
Le théâtre ayant probablement encore moins d'adeptes que la poésie chez les visiteurs de librairies, Laurent Gaudé et Actes Sud ont fait de cette pièce un roman. Excellente idée, comme si souvent chez l'auteur et l'éditeur.
Je n'ai jamais aimé qu'on me raconte des histoires. Tout petit déjà, pour m'endormir, ce n'était pas mon truc. Ca ne s'est pas arrangé avec l'âge bien que… si on y met quelques formes…
Bon, Laurent Gaudé a cette écriture qui me parle associée aux indignations qui me chatouillent. Je pense qu'il pourrait me lire ou me réécrire les pages jaunes de la Creuse en réussissant à me captiver. Mon objectivité est donc mise à rude épreuve, c'est vrai. Bref, Gaudé, c'est top.
Ai-je besoin de préciser que j'ai adoré ce bouquin ? Ai-je besoin de préciser que j'aime que Laurent Gaudé me raconte une histoire ?
J'ai aimé avoir cette impression d'être au coin du feu à écouter l'ancien, d'avoir la sensation que le temps s'est arrêté pour laisser à la nuit, le temps qu'il faut à une vie pour se répandre. Et puis ce sentiment que chaque virgule est une apnée, chaque point un sursis, quel pied !!!
En fait d'ancien, dans Salina c'est plutôt un ancien depuis moins longtemps que d'autres qui raconte mais le résultat est le même. L'Afrique, ce continent qui m'a toujours attiré, m'a happé dès la première page. Entre conte et légende, l'envoutement a été total. Je me suis vu sur une barque de pêcheur, écoutant parmi les autres, l'histoire de Salina racontée par Malaka. Malaka, lui « fils de l'énigme » en route pour porter sa mère vers sa dernière demeure sur l'île cimetière.
« Moi, Malaka, fils élevé dans le désert par une mère qui parlait aux pierres, je vais raconter Salina, la femme aux trois exils. Je vais dire ma mère qui gît là au fond de la barque, et le monde qui apparaîtra sera fait de poussière et de cris. »
« Moi, Malaka, venu de si loin pour vous porter ma mère, je dois raconter maintenant le temps qui passe, inutile. Les heures de désoeuvrement et d'errance. Salina n'est plus rien pour personne. C'est de ce jour qu'elle commence à parler aux pierres, à haranguer les serpents. C'est de ce jour l'éclipse de son esprit, parfois, qui lui fait maudire les étoiles. »
Entre ces deux citations, une vie, la condition féminine, des traditions, une vengeance, le tout porté par une écriture qui correspond à mes attentes. le sujet est dur, violent mais rien n'est gratuit. Chaque mot est nécessaire, chaque mot est à sa place. Ce texte est empreint de poésie, comme un baume apaisant la rage de Salina.
Trois exils, trois ex ils… encore une perle.
S'il te plait Malaka, dessine-moi encore Salina.
S'il te plait m'sieur Gaudé, dessine-moi d'autres lettres sur d'autres pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          14516
Fandol
  27 avril 2019
Le jour des origines, une scène terrible, déchirante ouvre le dernier roman de Laurent Gaudé qui, une fois de plus, ne déçoit pas, bien au contraire. Après avoir lu La mort du roi Tsongor, La porte des Enfers, Eldorado et Écoutez nos défaites, il ne fallait pas manquer celui-ci.
Dans Salina, les trois exils, il choisit la forme littéraire qui lui convient le mieux, celle du conte sans dater précisément son récit et sans le situer vraiment géographiquement, même s'il est permis d'en avoir une petite idée.
« Un petit être de chair est là, depuis des jours, des semaines, d'aussi loin qu'est parti cet homme étrange, et il pleure avec force, sans se lasser. » Une seule personne a le courage de braver l'indifférence des Djimba, leur peur devant ce bébé inconnu : Mamanbala et c'est elle qui l'appelle Salina, à cause du sel des larmes versées.
Après un préambule aussi fort, l'auteur propulse son lecteur à l'autre bout de la vie de Salina, au moment où Makala, son fils, revient avec une caravane de la tribu. le lendemain, ils partent tous les deux pour ce qui est le dernier voyage de Salina, au-delà du Mont Tadma qui ferme l'horizon.
Salina sait qu'elle va mourir et Makala veut lui trouver une sépulture sur une île cimetière qu'il découvre en arrivant en ville. L'auteur conte cela avec douceur, sensibilité comme lorsque le fils nettoie le corps de sa mère.
Pour qu'elle soit acceptée sur cette île-cimetière, il doit raconter la vie de la défunte et c'est dans une barque, avec d'autres barques transportant des témoins que Makala commence à raconter. C'est à la fois passionnant et terriblement poignant.
Plein de vie et d'amour, ce roman m'a fait partager une existence marquée par la violence, une violence insupportable, injuste et perfide mais la magie du conte opère jusqu'au bout parce que Makala, le fils aux deux mères, a raconté jusqu'au bout la vie de Salina.
Laurent Gaudé, tout en charmant son lecteur par une écriture fluide et sensuelle, donne une vraie leçon de vie : « Elle sait, elle, que la vie se soucie peu de la volonté des hommes, qu'elle décide à leur place, impose, écarte les chemins qu'on aurait voulu explorer et affaiblit ce qu'on croyait éternel. »
Comment ne pas partager ce qui est dit et réfléchir en lisant cette phrase ? Comment ne pas prendre un plaisir infini en découvrant cette existence même si la révolte bouillait en moi devant tant d'injustice et de malveillance envers cette femme hors du commun ?

Lien : http://notre-jardin-des-livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1025
Cannetille
  08 juillet 2019
Conte mythique sans âge ni lieu véritablement identifiable, ce bref récit nous fait découvrir l'histoire tragique de Salina, bébé abandonné par un voyageur et recueilli par une tribu africaine. Heureuse pendant son enfance mais anéantie par un mariage forcé et un amour impossible, Salina connaîtra plusieurs fois l'exil, menant courageusement une existence rude et solitaire, portée par son esprit de vengeance puis par son amour pour son dernier fils.

Même si tous les ingrédients du conte africain sont réunis et nous transportent merveilleusement dans l'ambiance colorée d'un village, minérale du désert, sanglante des guerres tribales, poétique et onirique du passage qu'est la mort, Salina est avant tout une tragédie antique aux sonorités mythologiques, où l'héroïne, qui voit le bonheur lui être injustement et irrémédiablement arraché, combat vainement les coups du sort, aveuglée par l'amour et la haine.

L'écriture est poétique, portée par un souffle épique, et retranscrit magiquement, au travers du récit du fils de Salina, l'aveugle et violent combat qu'est la vie, jusqu'à son possible apaisement final.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          905
Merik
  21 octobre 2018
Un début avec un cavalier qui surgit de nulle part et arrive dans un village, ça vous rappelle pas quelque chose ? « Le soleil des Scorta » de Laurent Gaudé bien sûr. Mais la comparaison s'arrête là avec son roman culte, il faut plutôt voir du côté de « La mort du roi Tsongor » pour les comparaisons, et le genre surtout. Un conte moderne, une fable mythique, peu importe le qualificatif, on est embarqué dans la maîtrise de l'écrivain conteur.
Un bébé empli de cris du désert est donc déposé par ce cavalier mystérieux devant des villageois médusés, circonspects et dubitatifs.Sissoko Djimba ordonne de laisser faire le cours des choses sans devenir acteur, la chaleur accablante finira bien par faire taire cet avorton de chairs hystérique. Ou les hyènes une fois le soleil vaincu. C'est finalement Mamambala qui défiera les ordres, nommera Salina et l'allaitera. le début d'une intégration défaillante, d'une vie de souffrance et de violence, d'une épopée de vengeance. Tout cela est conté bien plus tard par un de ses fils pour trouver un endroit décent à la dépouille de Salina.
Pas grand chose à dire, c'est admirable comme souvent avec Laurent Gaudé. Captivant, parfait, académique presque. Juste un peu court peut-être, on est à peine entré dans cette histoire fabuleuse que c'est déjà fini.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          835
Cancie
  25 février 2019
Au tout début, un pleur de bébé ; un cri vient de la montagne Tadma que l'on ne franchit pas. Ce sont les femmes qui l'entendent d'abord. Puis les pleurs deviennent plus nets et les femmes et les hommes du clan Djimba se rendent à l'entrée du village pour attendre ce qui vient. Un cavalier apparaît.
Sissoko Djimba, chef du village, et ses guerriers regroupés attendent. le cavalier dépose alors au sol le paquet de linge qui pleure encore, puis il rebrousse chemin. « Chez les Djimba, personne ne bouge. »
Malgré le soleil ardent, l'enfant pleure toujours. le soleil décline, les hyènes approchent. Alors qu'elles sont sur le point de s'emparer du bébé, Mamambala, sans demander à Sissoko Djimba, traverse la foule, saisit le paquet, le prend dans ses bras, présente son sein au petit corps affamé qui se révèle être une fille et prononce alors ces mots : « Par le sel de ces larmes dont tu as couvert la terre, je t'appelle Salina. »
Après nous avoir décrit le début de la vie de Salina, Laurent Gaudé nous emmène à l'autre bout de sa vie, quand, « vieillie par une vie entière de poussière, de combats, d'errance et de rage », vivant près d'une oasis, elle entend à son tour un cri. Elle se presse pour aller au devant des cavaliers où doit se trouver son fils, Malaka, fils qu'elle a confié aux caravaniers trente-sept jours plus tôt. Mais, maintenant, monte de la colonne le cri de celui qui annonce la mort. Elle se fige. Et puis, son fils apparaît. Enfin ! Elle sent alors qu'il n'a plus besoin d'autres voyages. le temps est venu, c'est décidé et elle lui dit : « demain nous partirons. » Ils vont prendre la direction du mont Tadma, cette barrière de montagnes.
« le Mont Tadma était pour eux la limite des mondes » et c'est vers lui qu'ils marchent. Salina va petit à petit faiblir mais persévérer jusqu'à ce qu'elle ne soit plus en mesure de marcher. Alors, Malaka va la porter. Il a compris que sa mère va mourir et qu'elle veut trouver une terre où reposer. Ils arrivent à un col. Malaka aperçoit pour la première fois l'autre face du monde. Alors qu'il s'apprête à poser Salina, accrochée à son dos, il ne le fait pas : elle est morte. Il lui faut donc trouver un lieu où l'ensevelir. Il fait la toilette de sa mère morte, construit un brancard et descend dans la vallée où il croise un fleuve et les premiers hommes depuis leur départ.
Un rempart se dresse. Il prend place dans la foule et passe la grande porte. Il déambule et débouche alors sur une place qui donne sur la mer où se tient un vieil homme à qui il prononce le mot « cimetière ». le vieil homme lui indique une île, l'invite à monter dans une barque pour s'y rendre.
Lorsque Malaka lui demande s'il pourra enterrer sa mère là-bas, celui-ci répond : « C'est le cimetière qui décidera » car le cimetière est sacré. La porte épaisse est close et aucun homme ne peut l'ouvrir. « Il faut embarquer les morts et pendant tout le temps que dure la traversée, raconter ce que fut la vie du défunt. le cimetière entend le récit. Et au terme du voyage décide si la porte doit s'ouvrir ou pas. » Et Malaka va alors entamer le récit de ce que fut la vie de Salina, la femme aux trois exils, cette femme recueillie par Mamambala et élevée come sa fille mais qui ne fut jamais acceptée dans le clan des Djimba.
Salina va connaître un destin parsemé d'épreuves. Elle est une véritable héroïne qui ne baissera jamais les bras et se relèvera toujours.
C'est une belle fable, un beau conte que nous livre Laurent Gaudé dans ce beau roman épique et poétique qui se passe dans un temps reculé au milieu du désert avec cette héroïne puissante et sauvage dont la vie sera faite de solitude et de souffrance. Un roman envoûtant qui m'a charmée : un petit bijou !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          733


critiques presse (1)
LaCroix   30 novembre 2018
À travers le récit de la vengeance d’une femme blessée, l’écrivain Laurent Gaudé célèbre la puissance du verbe.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (114) Voir plus Ajouter une citation
DonaSwannDonaSwann   25 juillet 2022
Je sais, moi, qu'une guerre ne s'achève vraiment que lorsque le vainqueur accepte de perdre à son tour.
Commenter  J’apprécie          40
DonaSwannDonaSwann   25 juillet 2022
Elle attend un peu à l'écart parce qu'elle ne veut pas gêner son fils. Il doit encore aider à décharger. Elle profite de ce temps-là pour l'observer. Quelque chose a changé en lui : pas dans son visage, ni même dans son corps mais dans la façon dont les autres lui parlent. On le salue. Lui tape des mains sur l'épaule. Des jeunes garçons de son âge l'étreignent. "Il est un des leurs", pense-t-elle, et elle est incapable de dire si cette constatation la blesse ou la réconforte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DonaSwannDonaSwann   25 juillet 2022
Moi, Malaka, venu de si loin pour vous porter ma mère, je dois raconter maintenant le temps qui passe, inutile. Les heurs de désœuvrement et d'errance. Salina n'est plus rien pour personne. C'est de ce jour qu'elle commence à parler aux pierres, à haranguer les serpents. C'est de ce jour l'éclipse de son esprit, parfois, qui lui fait maudire les étoiles.
Commenter  J’apprécie          00
DonaSwannDonaSwann   25 juillet 2022
Nos morts retournent au fleuve. Il en a toujours été ainsi. Ils flottent, se décomposent, nourrissent le cycle éternel des eaux. Le cimetière n'a été construit que pour les étrangers. D'aussi loin que la ville est ville, elle a eu soif de récits.
Commenter  J’apprécie          00
TerrainsVaguesTerrainsVagues   05 octobre 2018
Au tout début de sa vie, dans ces jours d’origine où la matière est encore indistincte, où tout n’est que chair, bruits sourds, pulsations, veines qui battent et souffle qui cherche son chemin, dans ces heures où la vie n’est pas encore sûre, où tout peut renoncer et s’éteindre, il y a ce cri si lointain, si étrange que l’on pourrait croire que la montagne gémit, lassée de sa propre immobilité. Les femmes lèvent la tête et se figent, inquiètes. Elles hésitent, ne sont pas certaines d’avoir bien entendu, et pourtant cela recommence : au loin, vers la montagne Tadma, que l’on ne franchit pas, un bébé pleure. Est-ce qu’elles sentent, les femmes du clan Djimba, à cet instant, tout ce que contient ce cri ? Le sang qu’il porte en lui ? Les convulsions, les corps meurtris, les bannissements et la rage ? Est-ce qu’elles sentent que quelque chose commence avec ce tout petit cri à peine identifiable, quelque chose qui ne va pas cesser de grandir jusqu’à tout renverser ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313

Videos de Laurent Gaudé (84) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gaudé
Le mensonge est à la base du contrat de lecture, c'est la « suspension consentie de lecture » théorisée par Coleridge. On croit donc momentanément que ce qu'on lit est vrai. Il y a donc dès le début une relation très ambiguë entre littérature, réalité et vérité.
Dans l'introduction de son recueil de nouvelles "A beau mentir qui vient de loin", François Garde écrit : "Oui, il existe une relation de proportionnalité inverse entre la Vérité et la Distance". le mensonge, pour l'écrivain, serait donc l'équivalent d'un voyage. Voyage physique, voyage intérieur, tout est possible grâce à l'imagination. François Garde invente même une formule mathématique pour théoriser le rapport entre voyage et mensonge : "La constante de la mappemonde". Il explique qu'elle sert "à mesurer le rapport entre distance et vérité".
De l'invention, à l'affabulation, il n'y a qu'un pas. Pourtant, pas de jugement moral dans le projet de Laurent Gaudé. Mentir permet aussi de dire le vrai, de percer la carapace de la réalité pour en révéler toute la vérité. C'est le rôle du "Grand Menteur" de l'écrivain.
Bien ou mal intentionné, raisonnable ou fou, manipulateur ou sincère, le menteur façonne le mensonge à l'aide de mots. Il construit un monde. Tout comme l'écrivain.
Olivia Gesbert invite à sa table ces deux écrivains, François Garde et Laurent Gaudé pour parler du mensonge à travers leurs derniers livres.
#mensonge #litterature #franceculture _____________
Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité de la culture, ici https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : exilVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Laurent Gaudé

En quelle année est né Laurent Gaudé?

1965
1967
1970
1972

10 questions
148 lecteurs ont répondu
Thème : Laurent GaudéCréer un quiz sur ce livre