AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021465761
64 pages
Éditeur : Seuil (20/05/2020)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Paolo Giordano a écrit "Contagions" il y a quelques jours à peine, dans le feu de l’urgence, alors que l’expérience du confinement démarrait en Italie - avant de toucher la France.

Nous nous apprêtions à publier ce texte début avril, car ce témoignage est un éclairage fort, stimulant et profond sur la pandémie, ses possibles sources, ses implications et les changements qu’elle opérera sur notre vie et notre pratique du monde, dans l’immédiat et à long... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
babounette
  17 avril 2020
CONTAGIONS - Paolo Giordano - lu en avril 2020 (confinement Covid-19)
Éditions du Seuil - Traduit de l'italien par Nathalie Bauer. Titre original Nel contagio.
Paolo Giordano (né le 19 décembre 1982 à Turin) est un écrivain italien contemporain. En 2008, le prestigieux prix Strega lui est attribué pour son premier roman, La Solitude des nombres premiers, dont il est le plus jeune lauréat.
"Je n'ai pas peur de tomber malade.
De quoi alors ?
De tout ce que la contagion risque de changer.
De découvrir que l'échafaudage de la civilisation que je connais est un château de cartes.
J'ai peur de la table rase, mais aussi de son contraire : que la peur passe en vain, sans laisser de trace derrière elle"
Voilà une citation en tout début du livre qui résume bien ce que je ressens depuis quelques semaines.
Le Coronavirus n'est pas la première ni la dernière pandémie, ni la plus terrible mais c'est le premier virus à se manifester aussi vite à une échelle globale. Son prédécesseur, le SARS- CoV a été vaincu très vite écrit l'auteur.
"En ce 29 février, un samedi de cette année bissextile où j'écris, les contagions confirmées dans le monde ont dépassé la barre des 85.000"
En ce 17 avril 2020 où j'écris ma chronique, les contagions confirmées dans le monde sont passées à 2.165.000 pour 145.000 décès.
En Belgique, 30.000 cas confirmés-5.000 décès à ce jour, classée 3ème après l'Espagne et l'Italie en Europe.
Paolo Giordano a décidé de mettre à profit son confinement pour écrire Contagions, pour remplir ce "vide" comme il dit.
Il nous explique qu'avant d'être des urgences médicales, les épidémies sont des urgences mathématiques. "La contagion est une infection de notre réseau de relation".
La Chine, c'est loin disions-nous, mais voilà, ce virus a traversé toutes les frontières, a touché le monde, et le monde compte ses malades et ses morts et même si l'on s'en défend parfois, il a semé la peur.
Dans ce livre,, l'auteur part du début de la contagion et des réactions en chaîne qui s'en sont suivies, de la peur qu'elle engendre, du fait qu'on a pensé que ce n'était pas très grave, simplement une grippe un peu plus forte qu'une autre. Il nous parle de patience, de rébellion, du dilemme de la quarantaine, du fatalisme, des structures hospitalières "celles d'Afrique plus déficientes que les nôtres" et de bien d'autres sujets intéressants.
Enfin, l'auteur conclut par ces mots : "compter les jours. Appliquer notre coeur à la sagesse. Ne pas permettre que toute cette souffrance passe en vain"
Pour moi, un livre à lire de toute évidence.
Une partie des droits d'auteur sera versée à la Recherche Scientifique.
Prenez bien soin de vous et de tous ceux que vous aimez.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11923
ssstella
  18 avril 2020

Nombre d'écrivains confinés vont profiter de ce temps pour écrire... un nouveau roman ou sur le sujet qui nous préoccupe tous en ce moment.
Voici le premier que je découvre. Paolo Giordano, nous propose, dès les premiers jours de son confinement, quelques réflexions sur le Covid-19. Un journal, qui chaque jour, avec l'évolution de la contamination et l'actualité, fait naître de nouvelles pensées.

Très vite lues, ces Soixante-cinq pages offrent un regard d'humain cohabitant sur notre planète et nous indique un des chemins vers un peu de plus de sagesse, pour que ce que nous vivons ne soit pas totalement vide de sens.

"Pour le virus, l'humanité entière se partage en trois groupes : Les Susceptibles, c'est-à-dire tous ceux qu'il pourrait contaminer ; Les Infectés, c'est-à-dire ceux qu'il a déjà contaminés ; et les Rejetés, ceux qu'il ne peut plus contaminer.
Susceptibles, Infectés, Rejetés : SIR." p 11 et 12
"Nous ne sommes pas tous Susceptibles de la même façon, mais les Ultra-susceptibles ne le sont pas seulement du fait de leur âge ou de leur état de santé précédent. Des millions et des millions d'Ultra-susceptibles le sont du fait de leurs conditions sociales et économiques. Leur destin, même s'ils sont très éloignés de nous géographiquement nous concerne de très près. p 33
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
LaBiblidOnee
  19 avril 2020
Un livre court (60 pages, à découvrir sur le site des éditions Seuil) mais de circonstances, écrit durant le confinement et pour les confinés. Non-pas pour tomber un peu plus dans la psychose et baigner dans l'angoisse de l'enfermement, mais plutôt pour rappeler les causes et conséquences rationnelles de l'épidémie, et la nécessité des mesures actuelles. Paolo Giordano vit comme nous cette frustration émanant des restrictions. C'est parfois oppressant, voire déprimant. Mais c'est la seule manière de sauver des vies. Un petit rappel à la prudence pas inutile ni désagréable car très imagé. Un appel à la patience aussi.

« Pour le virus, l'humanité entière se partage en trois groupes : Les Susceptibles, c'est-à-dire tous ceux qu'il pourrait contaminer ; Les Infectés, c'est-à-dire ceux qu'il a déjà contaminés ; et les Rejetés, ceux qu'il ne peut plus contaminer. Susceptibles, Infectés, Rejetés : SIR »

Or, nous sommes encore 7,5 milliards de susceptibles, autant dire une aubaine pour le virus, si nous ne continuons pas de nous méfier : « Si vous ôtez la main d'un tuyau sous pression, l'eau se remet à jaillir comme avant. La contagion recommence à se diffuser exponentiellement. c'est alors que débute la phase la plus difficile, la troisième, celle de la patience. »

De manière très pédagogique, l'auteur déroule en images percutantes le mécanisme de propagation du virus. Comprendre, et mieux connaître les techniques de notre ennemi commun, c'est apprendre à lutter contre lui. Et pouvoir agir, à notre échelle individuelle et pour le bien de tous, a cette vertu de ne pas nous laisser totalement démuni, ni totalement isolé.

« Nous voulons toujours connaître les dates de début et de fin des choses. Nous sommes habitués à imposer notre rythme à la nature, et non le contraire. J'exige donc que la contagion s'achève dans une semaine, qu'on retourne à la normale. Je l'exige en espérant. (…) le défaut de la pensée magique, dans ce genre de crise, n'est pas tant d'être fausse que de nous conduire tout droit vers l'angoisse. »

L'auteur éprouve également le manque de contact. Cette épidémie ayant des causes humaines, elle demande à l'Homme de repenser ses actions. A long terme dans un second temps, cela nécessitera une réflexion profonde sur nos actions sur la planète. Mais pour l'instant, sauver des vies vaut bien quelques privations de liberté. Plus on comprend les mécanismes de la pandémie, plus on s'approprie cette réalité. L'accepter permet de s'adapter à ces nouvelles conditions de vie. Or l'adaptation est la condition de la survie des espèces.

« La normalité est suspendue et personne n'est en mesure de prévoir jusqu'à quand. le temps de l'anomalie est venu, nous devons apprendre à vivre dans cette anomalie, à trouver des raisons de l'accueillir qui ne soient pas uniquement la peur de mourir. Il est peut-être vrai que les virus sont privés d'intelligence, cependant ils sont en cela plus habiles que nous : ils ont la capacité de muter rapidement, de s'adapter. Nous avons intérêt à en perdre de la graine. »

Oui bien sûr, le printemps nous appelle, le contact nous manque, et cet isolement qui peut sembler intransigeant et sans fin a parfois quelque chose d'angoissant et d'énervant. Mais il est aussi ce qui nous unit : Savoir que nous sommes tous ensemble dans la même galère et que nous ne pouvons nous en sortir que tous ensemble.

« L'épidémie nous encourage à nous considérer comme les membres d'une collectivité. Elle nous oblige à accomplir un effort d'imagination auquel nous ne sommes pas accoutumés : voir que nous sommes inextricablement reliés les uns aux autres et tenir compte de la présence d'autrui dans nos choix individuels. Dans la contagion, nous sommes un organisme unique. Dans la contagion, nous redevenons une communauté. »

Je termine en vous souhaitant à tous un bon courage, Je vous souhaite de faire de belles découvertes littéraires, de lier des amitiés pas si virtuelles que ça ; d'apprécier ce temps pour vous, cette accalmie dans vos folles vies. Et de, très bientôt, serrer enfin dans vos bras ceux que vous aimez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
Nowowak
  17 avril 2020
Un texte sans aucun intérêt sinon celui d'être gratuit et consultable en ligne. Un simple coup de pub rédigé à la va-vite au service des Editions du Seuil qui ne franchit aucun pallier ! On s'ennuie, c'est plat, on n'apprend rien, du remplissage nombriliste fastidieux fabriqué dans l'urgence pour doubler les confrères. En 63 pages pas d'enquête sur le terrain mais un simple ramassis historique en faisant le palmarès des vilaineries qui ont atteint l'humanité. Je ne cherche pas la petite bête en rédigeant ce ressenti mais je pense qu'un écrivain digne de ce nom pourrait prendre plus de temps pour créer quelque chose d'épidémique plutôt que de nous contagionner le bas-fond par un torche-cul qui s'ajoutera aux rouleaux entassés au-dessus de la cuvette. A l'heure où le débat est planétaire on s'en fout des états d'âme du sieur machin. Je ne dis pas ça parce que je me suis fourgué de bon matin soixante pages insipides alors que je n'avais pas encore pris mon petit déjeuner mais soyons honnête cela a dû jouer. Si vous avez envie de jouer les visionnaires, lisez "Pandemia" de Thilliez plutôt que cette prose dispensable. Ciao les survivants !

Lien : https://www.facebook.com/now..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
Blandine2
  08 avril 2020
Ce livre est le 1er que je lis sur cette terrible pandémie, auquel nous avons à faire face.
Paolo Giordano nous fait partager ses réflexions, écrites il y a quelques jours à peine, alors que l'expérience du confinement commençait dans son Italie natale .
Nous n'en étions pas encore là, en France...Nous y sommes depuis.
Ses réflexions sont donc juste un peu en avance par rapport aux nôtres...
Un éclairage intéressant et très bien écrit, que nous avons tous largement le temps de prendre, pour le lire.
L'auteur reversera une partie de ses droits d'auteur pour la gestion de l'urgence sanitaire et la Recherche Scientifique.
Je vous le recommande donc.
Commenter  J’apprécie          230
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
ssstellassstella   18 avril 2020
Notre agressivité envers l'environnement favorise notre contact avec ces nouveaux agents pathogènes, des agents pathogènes qui, il y a encore quelque temps, se tenaient bien tranquillement dans leurs niches naturelles.
La déforestation, ainsi qu'un urbanisme irrépressible, nous rapprochent d'habitats qui ne prévoyaient pas notre présence.
L'extinction accélérée de multiples espèces animales oblige les bactéries qui vivaient dans leurs intestins à s'installer ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   19 avril 2020
Personne n’aime être exclu. Et savoir que notre séparation du monde est transitoire ne suffit pas à effacer notre souffrance. Nous éprouvons un besoin désespéré d’être avec les autres, parmi les autres, à moins d’un mètre des personnes qui ont de l’importance pour nous. C’est une exigence constante qui ressemble à la respiration.
Commenter  J’apprécie          142
ValdeMontparnasseValdeMontparnasse   09 avril 2020
L'épidémie nous encourage donc à nous considérer comme les membres d'une collectivité.
Elle nous oblige à accomplir un effort d'imagination auquel nous ne sommes pas accoutumés : voir que nous sommes inextricablement reliés les uns aux autres et tenant compte de la présence d'autrui dans nos choix individuels. Dans la contagion, nous sommes un organisme unique. Dans la contagion, nous redevenons une communauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AgathezeblouseAgathezeblouse   08 avril 2020
Je n'ai pas peur de tomber malade. De quoi alors ?
De tout ce que la contagion risque de changer. De découvrir que l'échafaudage de la civilisation que je connais est un château de cartes. J'ai peur de la table rase, mais aussi de son contraire : que la peur passe en vain, sans laisser de trace derrière elle.

Citation découverte hier dans mon quotidien régional.
https://www.seuil.com/actualite/decouvrez-contagions-de-paolo-giordano-en-libre-acces
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ElodieTElodieT   16 avril 2020
L'épidémie nous encourage donc à nous considérer comme les membres d'une collectivité. Elle nous oblige à accomplir un effort d'imagination auquel nous ne sommes pas accoutumés : voir que nous sommes inextricablement reliés les uns aux autres et tenir compte de la présence d'autrui dans nos choix individuels. Dans la contagion, nous sommes un organisme unique. Dans la contagion, nous redevenons une communauté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Paolo Giordano (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paolo Giordano
Comme chaque année, les équipes de la Griffe Noire vous proposent leurs coffrets de Noël. Une sélection de livres accompagnée de goodies. Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent les contenus...
COFFRET JEUNESSE 7-10 ANS (45,80 €) : - Mortelle Adèle au pays des contes défaits, Mr Tran et Diane le Feyer, Tourbillon - le journal de Gurty, mes bébés dinosaures, Bertrand Santini, Sarbacane - Charlie se change en poulet, Sam Copeland, R. Laffont https://www.lagriffenoire.com/100771-coffret-coffret-histoire.html
COFFRETS JEUNESSE ALBUM (45,70€) : - Jules et le renard, Joe Todd-Stanton, Ecole des loisirs - Maman noel, Ryan T. Higgins, Albin-Michel jeunesse - Il était une fois la corne des licornes, Béatrice Blue, Little Urban https://www.lagriffenoire.com/100772-coffret-coffret-histoire-poche.html
COFFRET ADO (50,70€): - Cogito, Victor Dixen, R. Laffont - Les pluies, Vincent Villeminot, le Livre de Poche jeunesse - La maison des oiseaux, Allan Stratton, Milan https://www.lagriffenoire.com/100773-coffret-coffret-litterature.html
COFFRET SCIENCE FICTION (55,90€): - Métaquine indications, François Rouiller, Atalante - Chiens de guerre, Adrian Tchaikovsky, Denoel - Chevauche-brumes, Thibaud Latil-Nicolas, Mnémos https://www.lagriffenoire.com/100776-coffret-coffret-detente.html
COFFRET MANGAS (37,80€) : - L'atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama, Pika - Bip-Bip Boy 1, Rensuke Oshikiri, Omaké - Dr Stone 1, Riichiro Inagaki et Boichi, Glénat - Heart Gear 1, Tsuyochi Takaki, Kioon https://www.lagriffenoire.com/100777-coffret-coffret-polar.html
COFFRET BD SCIENCE FICTION (57,85€) : - le château des animaux : Miss Bengalore, Delep & Dorison, Castermann - Nathanaelle, Charles Berberian & Fred Beltran, Glénat - The kong crew : Manhattan jungle, Eric Hérenguel, Ankama
COFFRET BD ADULTE (53,85€) : - Monsieur Jules, Aurélien Ducoudray & Arno Monin, Bamboo - Bruno Brazil : Black Program, Aymond & Bollée, Lombard - Lecio Patria Nostra : le tambour, Yerles & Boidin, Glénat
COFFRET BD JEUNESSE (54,95€) : - le royaume de Blanche fleur, Benoit Feroumont, Dupuis - Les quatre de BakerStreet : Les maitres de Limehouse, Dijian & Etien & Legrand, Vents d'Ouest - Raowl : La belle et l'Affreux, Tebo, Dupuis
COFFRET LITTERATURE FRANÇAISE (71,30€) : - Murène, Valentine Goby, Actes Sud - Les simples, Yannick Grennec, Anne Carrière - Rien n'est noir, Claire Berest, Stock https://www.lagriffenoire.com/100783-coffret-coffret-detente-poche.html
COFFRET LITTERATURE ETRANGERE (73,40€) : - Dévorer le ciel, Paolo Giord
+ Lire la suite
autres livres classés : virusVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
474 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre
.. ..