AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicolas Fructus (Illustrateur) Howard Phillips Lovecraft (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2354080964
Éditeur : Mnémos (18/11/2010)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 15 notes)
Résumé :
David Camus, Mélanie Fazi, Raphaël Granier de Cassagnac et Laurent Poujois, quatre auteurs pour rendre hommage au talent et à l imagination fondatrice du grand écrivain américain Howard Philip Lovecraft.Dans un guide magnifiquement illustré par Nicolas Fructus, ils nous font partager quatre récits se déroulant à Kadath, la ville mythique rêvée, mais très peu décrite par Lovecraft dans ses nouvelles parlant des Contrées du Rêve.À travers les quatre nouvelles, le lect... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
philippemarlin
  03 avril 2018
J'ai ouvert Kadath, le Guide de la Cité Inconnue (David Camus, Mélanie Fazi, Laurent Poujois, Raphaël Granier de Cassagnac, illustrations de Nicolas Fructus, Mnémos 2010) avec gourmandise, car l'objet est superbement illustré. Mais j'ai vite déchanté, pour deux raisons principales :
° la typographie est catastrophique, et utiliser des polices de caractère gris foncé sur un fond gris clair rend la lecture à la limite du possible et à tout le moins s'apparente à de la torture !
° il n'est pas indiqué que c'est un « supplément jeu de rôle », mais tout est fait pour entretenir la confusion. Nombreux sont les « encarts » explicatifs en marge sur les lieux, les temples, les coutumes et même les moyens de transport à Kadath ! de surcroît, un barème en forme d'icônes vous précisera l'importance des Mythes que vous allez rencontrer ainsi que le plus ou moins grand risque de folie dans laquelle vous êtes susceptible de sombrer. Cela rappelle évidemment le système de « points de santé mentale » du jeu L'Appel de Cthulhu.
Cela dit, et armé d'une puissante lampe de bureau à halogène, j'ai essayé de pénétrer dans le texte. Dans les textes, devrais-je dire, car le récit est formé de plusieurs contributions qui s'intercalent défiant souvent la logique la plus élémentaire. Il faut donc, pour se faire une idée, extraire en premier le morceau de « choix » qui n'est autre qu'un inédit de Randolph Carter, Ce que les Dieux doivent aux hommes. Manifestement un hoax créé pour les besoins de la cause et qui, par rapport à l'oeuvre originale du Maître de Providence, inverse les rôles. Randolph met en scène en effet Lovecraft himself qui, une fois de plus, va reprendre sa quête. Un récit sans grande surprise dans lequel « le héros » va encore chercher à gravir la montagne pour atteindre le château des Dieux. Il sera distrait de son objectif par la fille de la sorcière Goody Fowler, institutrice pour petites filles décédées. Mais elle trouvera les potions nécessaires pour soigner Lovecraft, fort mal en point. Cela ne l'empêchera pourtant pas de décéder, car nous allons arriver au 15 mars 1937 ! Lovecraft se retrouvera dans un jardin, avec son grand père et ses tantes, prêt à reprendre ses pérégrinations à la recherche des Dieux. Ah, j'oublie de signaler que lors de son périple, Lovecraft avait un appareil photo et le livre reproduit, entre autres, celle de la maison de la sorcière !
Après une petite pause, nouvelle extraction. Il s'agit cette fois du Kitab du Saigneur (pourquoi saigneur avec un A ?) qui n'est rien d'autre que le récit de la seconde vie d'Abdul Alhazred (ici Abd al-Azrad)). Sa fuite en 738 était devenue nécessaire, en raison du développement de l'Islam et de la croyance en un Dieu unique, doctrine incompatible avec sa théologie des Grands Anciens. Il se réfugie dans la Cité Murmurante (Irem ?) avec son Necronomicon (ici le Kitab al Azif) et part à la recherche de sa défunte bien aimée Aicha. Mais, malgré une tentative de suicide, il revient à la vie et se retrouve en compagnie d'un hyperboréen (le Chuchoteur) sur la peau duquel il va continuer à écrire son manuscrit maudit. Suit alors toute une quête visant à pénétrer dans le Château d'Onyx des Dieux de Kadath afin de chasser les anciennes divinités et d'instaurer le culte des Grands Anciens qui ne sont guère en odeur de sainteté dans les Contrées du Rêve ! Il devient même « le Seigneur du Lazaret » pour son aide à tous les « éclopés » de Kadath qu'il appelle à la révolte. Au détour d'une boucle temporelle, l'Arabe Dément rencontrera en 1896, un autre rêveur, le petit Lovecraft qui, passionné par Les contes de Mille et une Nuits, lui demande de lui raconter de belles histoires orientales…
Encore un découpage et nous arrivons au Témoignage de l'Innomé. Un récit curieux qui est en quelque sorte celui du « chef de projet » de l'ouvrage. Il rencontre dans les Contrées du Rêve Auguste Philistin, un dessinateur de grand talent qui dans le monde réel n'est autre que Nicolas Fructus. Il visite le bureau d'Abdul Alhazed et une petite église où il croise un jeune homme ensanglanté et en pleurs, certainement le Christ. Il se met également en quête du roi Kuranès, un rêveur établi dans les Contrées dans un sympathique cottage anglais, dont on nous laisse entendre qu'il pourrait s'agir de Lord Dunsany. Mais le plus drôle est la visite de l'éminence (comprendre le quartier) où Lovecraft s'est établi. Il y a une voiture (une Studbaker), une gare avec un train qui ne mène nulle part, une imprimerie, The Conservative, qui tire le journal local dont les pages sont blanches. Quant au cimetière, il abrite les tombes de toute la famille Carter, y compris un certain Pickman Carter né en 2118. Lovecraft, pour sa part, observe les étoiles en haut d'une tour….
Après avoir changé l'ampoule de ma lampe, j'attaque le dernier morceau, L'Évangile selon Aliènor qui est pour moi la bonne surprise du recueil. Mélanie Fazi apporte une petite touche de féminité dans cet univers où les femmes brillent par leur absence et nous conte, sous une plume élégante, l'histoire d'Aliénor de Villebon (1124-1145), religieuse qui sera retrouvée morte un matin, le visage extatique et le corps vidé de ses fluides. Serait-elle morte d'avoir contemplé le Visage de Dieu ? Aliénor est en fait partie pour les Contées de Rêve où elle va aimer un bel et mystérieux personnage dont elle se retrouvera enceinte. Une grossesse qui lui vaudra le respect de tous les prêtres de Kadath qui semblent attendre…. En effet, les Dieux disparaissent et on visitera en sa compagnie l'étonnant cimetière des Dieux Morts. Elle ira se recueillir devant la tête sculptée du mont Ngranek puis, comme tous ceux qui viennent du monde de l'éveil, fera édifier sa propre éminence, avec un temple magnifique et gigantesque pour accueillir Celui qui Doit Venir. Elle reconnaîtra sur le visage de son fils, après son accouchement, les traits de son amant divin.
Soulignons pour terminer un encart intéressant, certainement dû à David Camus, nous explicitant la théologie de Lovecraft :
° Les Très Hauts sont les Dieux de la Terre. Ils ont oublié leurs noms et ne comptent pratiquement plus d'adeptes. On rencontre même un Dieu clochard qui pleure parce que ses disciples l'ont abandonné.
° Ils sont protégés des humains par les Autres Dieux. Nyarlathotep est leur messager et leur gardien dans le château d'onyx. On les appelle encore les Dieux de l'Extérieur ou les Dieux Ultimes. Azathoth est au sommet de leur Panthéon.
° Les Grands Anciens sont plutôt des extraterrestres que de Dieux. Avec Cthulhu, ils cherchent à s'implanter dans les Contrées du Rêve. On y croise aussi Tsathogga, Shub-Niggurath et Hastur.
° Les Très Anciens, ou « Elder Ones », qui sont les plus puissants. On y trouve Nodens et Urm at-Tawil.
Je ne sais pas très bien, dans ce panthéon, où caser le fils d'Aliènor !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
celindanae
  11 juin 2018
Kadath, le guide de la cité inconnue a obtenu le prix spécial du jury Imaginales en 2011. Et c'était amplement mérité. Les illustrations de Nicolas Fructus sont superbes, comme toujours, et magnifient les textes. C'est un plaisir de parcourir le livre, de s'attarder sur les dessins, d'en regarder tous les détails et de se perdre dans les rêveries provoquées par ses illustrations. Nicolas Fructus donne vie à Kadath et aux contrées du rêve de magnifique façon.
En plus des illustrations, l'ouvrage contient 4 nouvelles de David Camus, Mélanie Fazi, Laurent Poujois et Raphaël Granier de Cassagnac. Dans le guide (le livre illustré) les nouvelles ne sont pas dans un ordre linéaire, l'une après l'autre. le guide suit un ordre précis et les nouvelles illustrent à tour de rôle ces points: 1-Les rêves de Kadath, 2-Les dieux de Kadath, 3-Les quêtes de Kadath. Les illustrations représentent différentes partie de Kadath et sont de nature variée. On y trouve des cartes, des photos, des dessins.
Dans la Quête onirique de Kadath l'inconnue parue en 1943 mais écrit en 1926, Howard Philip Lovecraft créé les contrées du rêve que le personnage de Randolph Carter parcourt en cherchant plus particulièrement Kadath, la demeure des dieux. Randolph Carter y rencontre de nombreux peuples et y passe pas mal de temps, s'approchant de la cité légendaire sans jamais l'atteindre. Les personnes ayant la capacité de se rendre dans les Contrées du rêve sont appelés les rêveurs. Peu de gens ont ce pouvoir. Les Contrées du rêve continuent à exister même lorsque les rêveurs n'y sont pas, elles sont créées à partir des rêves de tous les peuples de tous les systèmes solaires.
La première nouvelle s'intitule L'inédit de Carter et on ne connait pas son auteur, il s'agirait vraisemblablement de Robert Bloch. David Camus est le traducteur du texte. le personnage principal est HPL, initiales de Lovecraft bien entendu. Celui-ci désire aller au château de Kadath pour chercher la récompense promise par Nyarlathotep suite aux nouvelles écrites par Lovecraft sur les grands anciens. La nouvelle est un peu à part des autres, Lovecraft en étant le thème principal. On y croise d'ailleurs des personnages de l'oeuvre de Lovecraft, comme Pickman ou Goody Fowler, une sorcière d'Arkham au 18ème siècle. On apprend des détails sur la vie et la famille de l'auteur. La quête de HPL fait penser à celle de Randolph Carter. La fin du texte est assez émouvante et rend un bel hommage à l'écrivain américain. Kadath y est un peu au second plan mais le texte est sympathique.
La seconde nouvelle est signée Mélanie Fazi. L'évangile selon Aliénor est lié aux nouvelles suivantes par plusieurs points : les lieux, son personnage central. Aliénor n'avait pas grand chose à voir avec Kadath à l'origine puisque c'est une religieuse chrétienne vivant au douzième siècle. Seulement, elle se met à rêver de Kadath et y tombe enceinte. Elle va dès lors passer beaucoup de temps à Kadath, à essayer de comprendre les Très Hauts et y faire d'étranges rencontres. L'écriture de Mélanie Fazi est très belle et met pleinement en valeur ce récit. On y retrouve l'ambiance des textes de Lovecraft de très belle façon.
La troisième nouvelle s'appelle le kitab du saigneur de Laurent Poujois. On y suit un mystérieux rêveur dont l'identité reste cachée jusqu'à la fin du texte. Les connaisseurs de Lovecraft n'auront aucun mal à le deviner. Ce personnage cherche les secrets cachés dans la bibliothèque des Dieux à Kadath. Il va passer un nombre d'années incalculables dans les Contrées du Rêve pour atteindre son but. On croise Aliénor dans le récit. Il est aussi question de Cthulhu et de Grands Anciens qui espèrent sortir de leurs prisons. le temps dans les Contrées du rêve est clairement différent du notre. le texte est bien écrit et se lit vraiment bien. J'ai beaucoup aimé le « notre père des shantaks » très utile pour en chevaucher un!
Le dernier texte, signé Raphaël Granier de Cassagnac, le témoignage de l'Innomé, est le plus court des quatre. Il fait un peu office de conclusion dans la mesure où il revient sur les personnages des autres nouvelles en expliquant un peu les faits. le texte rend parfaitement hommage aux écrits de Lovecraft et à son univers des Contrées du rêve. C'est également un très beau texte, bien écrit et qui complète à merveille les autres présents dans l'ouvrage.
Même si les 4 nouvelles sont de très bon niveau, il faut pour compléter cette chronique parler de tout ce qui accompagne les 2 ouvrages: des annexes nombreuses formant un guide complet de Kadath et des Contrées du rêve allant des personnages, aux peuples et créatures, aux divinités. C'est vraiment très complet et bien fait, le futur rêveur est parfaitement documenté avec ce guide où on s'attend presque à trouver le nom des restaurant où manger, mais se restaure t-on à Kadath? Dans le livre illustré, ces annexes sont mêlées aux histoires et se retrouvent tout au long de l'ouvrage. Pour l'anecdote, on retrouve un certain nombre de caractéristiques de lieux ou de monstres, à utiliser avec un livre de jeu de rôle spécifique : Kadath, Aventures dans la cité inconnue, édité par les XII Singes.
La version illustrée est tout simplement splendide avec un Nicolas Fructus au sommet de son art (comme toujours…), donnant vie à Kadath sous nos yeux ébahis.
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackWolf
  05 janvier 2014
En Résumé : Voilà une belle réussite que ce guide de Kadath qui se révèle être un livre vraiment magnifique, oscillant entre des histoires sombres, captivantes et efficaces ainsi que des images, plans de la ville ainsi que des représentations de ses habitants qui se révèlent de toute beauté. Comment ne pas être fasciné par cette cité, entre son côté splendide et sa folie qu'on peut retrouver à chaque coin de rue. La mythologie des dieux se révèle vraiment dense et intéressante. Les héros qu'on découvre au fil des pages nous offre des aventures passionnantes même si j'avoue j'ai un peu moins accrocher à l'histoire de Randolph Carter. Mais rien de bien dérangeant tant le tout se révèle réussi. Par contre un livre qui devrait plaire principalement à ceux qui connaissent et apprécient l'oeuvre de Lovecraft. Au final un pari risqué que ce guide, mais une belle réussite.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          170
Charybde2
  19 mars 2013
Une lecture complexe pour un objet résolument magnifique...
« Kadath, le Guide de la Cité Inconnue » invite à un étonnant voyage dans cette ville, mentionnée par Lovecraft au détour de nouvelles, « cité imaginaire, fantasmée, uniquement abordable dans nos rêves ». Les quatre auteurs et l'illustrateur ont réussi un véritable tour de force, en proposant cet ensemble, à la fois roman à quatre voix, livre d'art, et guide pour rôlistes !
Vous y ferez connaissance d'une impressionnante galerie de paysages, de lieux, de créatures et d'explorateurs, tels le mythique Randolph Carter et les « nouveaux venus », le Saigneur, l'Innommé et soeur Aliénor... servis par des « pièces » romanesques affûtées.
L'objet est vraiment magnifique, passionnant, mais la lecture, toute en entrelacements, n'en est pas confortable. Mais « confortable » et « Lovecraft » ne sont de toute façon pas des mots faits pour aller très bien ensemble...
Les rôlistes un peu anciens auront aussi fatalement une pensée émue pour le « modèle » de Kadath, hors tout contexte lovecraftien, que constituait la Laëlith de la grande époque de Casus Belli, et la présence de Frédéric Weil en arrière-plan du projet ne fera que conforter cette nostalgie de joueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sombrefeline
  10 janvier 2014
Vous avez lu Lovecraft en long, en large et en travers et vous rêvez de visiter la magnifique cité de Kadath ? Ce guide est fait pour vous !
A travers quatre témoignages : le récit de l'Innommé (auteur principal du guide), l'inédit de Carter, le Kitab du Saigneur du Lazaret et l'évangile d'Aliénor, découvrez la géographie de Kadath, ses habitants, ses dieux et ses quêtes oniriques.
Chacun de ces textes, qui éclairent l'histoire de Kadath l'inconnue d'un jour nouveau, est accompagné de petits encarts détaillant les curiosités de la ville. Simples et concis, ces notes permettent grâce à des petits symboles de déterminer la dangerosité et l'intérêt d'un site, afin que le rêveur puisse organiser sa visite au mieux et éviter nombre de périls.
Le guide est également superbement illustré de photos, cartes et croquis de toute beauté, un vrai régal pour les yeux.
Alors, si vous vous demandez où rêver votre prochaine quête, si vous voulez visiter en songes Kadath, ne cherchez plus, ce guide est fait pour vous !

Lien : http://catherine-loiseau.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Raphaël Granier de Cassagnac (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Granier de Cassagnac
Découvrez la Ville infinie, ses beautés, ses turpitudes et ses mystères ! Jadis, carnets et souvenirs picaresques de la Ville infinie, un ourobore entièrement illustré écrit par Charlotte Bousquet, Mathieu Gaborit, Raphaël Granier de Cassagnac et Régis Antoine Jaulin, illustré par Nicolas Fructus, d'après un monde imaginaire de Frédéric Weil
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1111 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre