AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290349488
Éditeur : J'ai Lu (01/07/2005)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 80 notes)
Résumé :
" Par trois fois Randolph Carter rêva de la cité merveilleuse.
Jadis, elle avait eu pour lui une importance capitale. Il le savait sans pouvoir dire en quel cycle de temps il l'avait connue, ni si c'était en rêve ou l'état de veille "... Sortilège ! La prodigieuse cité du couchant ne cesse de se dérober comme si quelque dieu jaloux en interdisait l'accès. Comment retrouver cette fuyante merveille ? Carter en a l'intuition. Seuls les Grands Anciens peuvent l'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
hellrick
  07 novembre 2019
Cette novella (également connue, lors de sa première publication française, sous le titre de « A la recherche de Kadath ») constitue le point culminant du « cycle des rêves », un ensemble de textes écrits par Lovecraft entre sa première période (celle des « histoires macabres » proches de Poe) et la fin de sa vie, époque à laquelle il s'intéresse au Mythe de Cthulhu. Ici, ce texte énumère les périples conduisant Randolph Carter jusqu'au légendaire Plateau de Leng, à la recherche de la merveilleuse cité de Kadath. On retrouve ce protagoniste dans trois autres nouvelles : « le témoignage de Randolph Carter », « La clé d'argent » et, finalement, « A travers les portes de la clé d'argent » écrit en collaboration avec E. Hoffman Price en 1933. Ces quatre nouvelles furent rassemblées dans l'indispensable recueil, sans équivalent en langue anglaise, « Démons et merveilles » publié en France en 1955. Ces récits, maintes fois réédités et retraduits par la suite, demeurent la porte d'entrée idéale pour découvrir le versant onirique de Lovecraft ; une sorte de réécriture de « l'Odyssée » d'Homère à laquelle se mêlent les contes orientaux des « Milles et une nuit ».
Publiée de manière posthume par Arkham House en 1943 et longtemps négligée, LA QUETE ONIRIQUE DE KADATH L'INCONNUE constitue aujourd'hui un des récits les plus célébrés de l'auteur, réussissant à combiner une fantasy onirique et merveilleuse à un fantastique plus sombre et horrifique. Double littéraire de Lovecraft, Randolph Carter s'y enfonce dans les royaumes du rêve pour découvrir la légendaire Kadath. Mais Nyarlathotep, le Chaos rampant, multiplie les obstacles pour l'arrêter. Carter va ainsi croiser différentes peuplades, des êtres étranges comme des vampires ou les fameuses Maigres Bêtes de la nuit. La route est longue jusqu'à la ville merveilleuse, tout comme elle sera longue pour les Hobbits s'en allant au Mont du Destin, pour le Guerrier Eternel recherchant Tanelorn ou pour Roland désireux de trouver sa Tour Sombre. Bref, Lovecraft inaugure pratiquement la « dark fantasy à quête » dans ce court roman qui, au départ, peut sembler austère. Pas de dialogues, beaucoup de descriptions, voilà le programme de ce récit dans lequel le ressenti parait plus important que la narration proprement dite, parfois décousue. En effet, Lovecraft aura rarement été aussi hyperbolique dans l'utilisation des termes évocateurs. Dès les premières pages, l'écrivain nous convie « dans cet ultime abîme du plus grand désordre où les chimères et les blasphèmes sont le centre de toute infinité », là où « Azathoth se goinfre au milieu des battements sourds et insensés d'abominables tambours et des faibles lamentations monotones d'exécrables flutes ». L'écrivain multiplie les adjectifs : tout est « horrible », « monstrueux », « obscène », « blasphémateur », etc. Son style emphatique trouve ici son apogée, à la plus grande joie des laudateurs de l'écrivain et à la consternation de ses critiques. Quoiqu'il en soit, Lovecraft reprend des éléments de divers récits antérieurs : la ville d'Ulthar où les félidés sont sacrés, l'Anglais Kuranès régnant avec nostalgie sur la cité merveilleuse de Celephaïs, les divinités Nyarlatothep et Azathot, les Grands Anciens, les Manuscrits Pnakotiques et le Necronomicon, etc. Une véritable synthèse de ses thématiques revisitées durant une aventure épique, véritable Odyssée inspirée des grands auteurs mythologiques. Une réussite exceptionnelle, plus proche de la poésie en prose que d'un véritable roman. Parfois ardu mais doté d'une force d'évocation exceptionnelle LA QUETE ONIRIQUE DE KADATH L'INCONNUE multiplie les images fulgurantes.
Le lecteur intéressé poursuivra son exploration des contrées du rêve avec quelques nouvelles très réussies comme « Les chats d'Ulthar », « le témoignage de Randolph Carter » ou « La clé d'argent » qui nous conte les entreprises d'un Carter vieilli pour redécouvrir le chemin des univers oniriques. Les passionnés se procureront également le magnifique « Kadath, guide de la cité inconnue » dans lequel quatre nouvelles voisinent avec de nombreuses illustrations pour proposer une véritable cartographie de l'imaginaire lovecraftien.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Gaphanie
  26 septembre 2018
Randolph Carter est un rêveur aguerri. Et heureusement, car faisant fi des avertissements du grand prêtre, il s'est lancé à la recherche (en rêve) de la merveilleuse ville de Kadath, après l'avoir aperçue plusieurs fois (en rêve). Il ne sera pas tout à fait seul dans sa quête : ses amis les chats le tireront d'un fort bien mauvais pas sur la face cachée de la lune, et les goules, dont celle qui fut autrefois Richard Pickman, lui prêteront main forte dans certains passages délicats de sa quête, notamment lors de ses confrontations aux faméliques de la nuit.
Le fantastique, on aime ou on n'aime pas, certes, mais la façon d'écrire de Lovecraft, de tourner ses phrases, la richesse de son vocabulaire, celle de son imagination, avec son incroyable bestiaire, m'ont conquise depuis longtemps.
Commenter  J’apprécie          90
adrock
  23 octobre 2019
Randolph Carter est un "rêveur expérimenté". Après avoir aperçu en rêve une cité fantastique, il décide de partir à sa recherche en traversant les contrées oniriques...
Écrite en 1927, quelques mois après l'Appel de Cthulhu, cette novella n'est parue que 16 ans plus tard. Même s'il est toujours question des Grands Anciens, on se rapproche plus de fantasy à la Tolkien que des romans horrifiques auxquels nous étions habitués avec Lovecraft.
Randolph nous fait traverser en long et en large les "contrées du rêve" et ses paysages surréalistes. Il y croisera des peuplades toutes plus étranges les unes que les autres, comme des hommes-crapauds, des goules ou les chats d'Ulthar. On sent un peu de nostalgie dans les descriptions de ses voyages dans les grands espaces. Il faut se préparer à manger 140 pages de tartines de descriptions sans la moindre ligne de dialogue, mais le talent et la richesse du vocabulaire de Lovecraft font qu'on ne s'y ennuie pas.
C'est une ôde à l'imagination et à la rêverie, et une facette étonnante de l'oeuvre de l'auteur.Gloire aux chats, et gare à Nyarlathotep !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
S-aureus
  20 août 2017
Le titre dit tout : ce livre baigne dans une atmosphère de rêve et de cauchemar étrange au plus haut point. Poétique, élégant et étrange, il nous emmène dans les contrées des rêves de Lovecraft, un lieu où se côtoient toutes les créatures les plus étranges. D'une manière générale, le peu d'explications (on commence à avoir quelques informations sur le héros vers le milieu du livre !) peut en rebuter certains, mais l'atmosphère étrange, féérique et terrifiante invite à un voyage qu'il est difficile d'oublier.
Commenter  J’apprécie          50
Ubikson
  17 août 2019
Amateurs de Cthulhu, passez votre chemins, nous abordons ici un autre grand cycle de Lovecraft : le Cycle du Rêve.
Le héros, Randolph Carter rêve de la cité de Kadath mais ne peut y parvenir.
Cette longue nouvelle va retracer son parcours pour atteindre la cité, en passant évidemment par le monde du rêve.
Autant Lovecraft est intéressant via son cycle du Mythe de Cthulhu, autant cette nouvelle m'évoque plutôt les univers fantastiques "classiques" de Robert E. Howard ou de Clark Ashton-Smith.
Une fantasy stable, à la mode des années 20-30, mais bien loin de la terreur indicible qui se cache dans les pages du cycle de Cthulhu.
Une déception pour ma part, car j'attendais du Cthulhu là où il n'y en avait pas.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   21 avril 2018
Trois fois Randolph Carter rêva de la merveilleuse cité, et trois fois il en fut arraché alors qu'il s'était arrêté sur la haute terrasse qui la domine. Elle brillait au soleil couchant, magnifique et dorée, avec ses murs, ses temples, ses colonnades et ses ponts aux arches de marbre veiné, ainsi que, dans de vastes squares et jardins parfumés, son poudroiement de fontaines irisés à vasque d'argent, et ses larges promenades bordées d'arbres délicats, d'urnes en fleurs et de statues d'ivoire en rangées éclatantes. Au nord, sur ses pentes abruptes, s'étageaient des myriades de toits rouges et de vieux faîtes pointus entre lesquels couraient de petites rues pavées envahies d'herbe. C'était une fièvre des dieux, une fanfare de trompettes surnaturelles, un fracas de cymbales immortelles. Elle était enveloppée de mystère, fabuleuse montagne inviolée au milieu des nuées ; et alors que, le souffle coupé, Carter attendait la main posée sur la balustrade, il se sentit submergé par une vague de souvenirs à demi effacés, d'un suspense poignant, envahi par la douleur qu'on éprouve à la pensée de ce qui est perdu, et en proie au besoin démentiel de situer à nouveau ce qui avait été jadis un endroit incroyable, à nul autre pareil.

(Traduction : David Camus)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MusardiseMusardise   22 avril 2018
Car si le sentier continuait tout droit, en descendant légèrement le long des mêmes hautes parois que précédemment, sur sa gauche s'ouvrait un espace monstrueux, de plusieurs arpents de superficie, où une puissance archaïque avait fendu et déchiré les falaises d'onyx originelles pour les changer en carrière de géants. La gouge cyclopéenne avait ouvert très loin ce précipice de matière compacte, dont les blessures les plus importantes béaient profondément dans les entrailles de la Terre. Ce n'était pas une carrière humaine. Ses parois concaves étaient couvertes de cicatrices, grands carrés de plusieurs yards de côté, qui témoignaient de la taille des blocs que des mains et des ciseaux inconnus en avaient extraits. D'énorme corbeaux volaient et croassaient au-dessus de ses bords déchiquetés, tandis que, de ses profondeurs invisibles, remontaient les vagues bruissements d'ailes des chauves-souris, des urhags ou d'autres présences encore plus innommables qui hantaient les ténèbres infinies. Carter resta planté là, debout sur cet étroit sentier rocailleux qui descendait devant lui, vers le crépuscule. Sur sa droite, les hautes falaises d'onyx montaient à l'infini vers le ciel ; tandis que sur sa gauche les falaises s'effondraient pour laisser place à la terrifiante et inhumaine carrière.

(Traduction : David Camus)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MillencolinMillencolin   19 mars 2018
Il recommanda aussi à Carter de se déguiser en goule, en rasant sa barbe qu’il avait laissée pousser (car les goules en sont dépourvues), en se roulant dans l’humus pour obtenir l’aspect désiré, puis en marchant le dos voûté, ses vêtements roulés en paquet comme s’il s’agissait de quelque mets de choix volé dans une tombe.
Commenter  J’apprécie          234
MillencolinMillencolin   19 mars 2018
Il lui conseilla aussi de regagner le monde de l’éveil en passant par un cimetière, et de reprendre sa quête depuis le début, en descendant les soixante-dix marches du sommeil léger jusqu’à la caverne de la flamme, puis les sept cents marches qui conduisent à la porte du Sommeil Profond et au bois enchanté. Mais aucune de ces solutions ne convenait à l’explorateur ; car il ignorait tout du trajet entre Leng et Ooth- Nargai, et répugnait également à se réveiller, de crainte d’oublier tout ce qu’il avait appris dans son rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MillencolinMillencolin   15 mars 2018
Car ils savaient bien que tout ce qui est oublié n’est pas forcément mort [...].
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Howard Phillips Lovecraft (112) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Howard Phillips Lovecraft
00:30 Infos sur l'histoire 01:56 Style, dessins et réalisation 03:32 Avis sur le manga 04:48 Conseils
"Encore une belle sortie manga pour ma part, TANABE Go réalise selon moi, parmi les meilleures adaptations de l'oeuvre de Lovecraft."
Salut à toi ! Voici une nouvelle fois un Mangado - La voie du manga sur Dans l?abîme du Temps de TANABE Go et LOVECRAFT HP. Pour ne louper aucune vidéo et nous soutenir, pense à t'abonner à la chaine youtube de Manga-News et de la Bande Animée !
La Bande Animée : https://www.youtube.com/channel/UCIUDG8qPmRfXNXT5W0JO2zg/?sub_confirmation=1
Manga-News : https://www.youtube.com/channel/¤££¤26TANABE Go10Du Temps de TANABE Go25¤££¤6rmAqHIg/?sub_confirmation=1
#manga #mangado #Dans l?abîme du Temps #Lovecraft
+ Lire la suite
autres livres classés : rêvesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Howard Phillips Lovecraft

Quelle est sa nationalité ?

Anglaise
Galloise
Américaine

5 questions
152 lecteurs ont répondu
Thème : Howard Phillips LovecraftCréer un quiz sur ce livre