AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253135081
368 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Il est rare qu'un écrivain qui est également un grand érudit nous donne une vision aussi vivante et surtout aussi « authentique » de l'Antiquité.
Pierre Grimal a une connaissance intime de la pensée romaine et tout particulièrement de cette période de l'Empire et des temps néroniens. A partir de tous les documents historiques existants : textes, vestiges, inscriptions, sans jamais porter aucun jugement, il a eu pour souci premier de comprendre en profondeur s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Woland
  28 février 2008
Arrière-petite-fille d'Octave-Auguste, fille de Germanicus, nièce de Claude, soeur de Gaius (qui deviendra Caligula), mère de Nero, Agrippine – dite « la Jeune » par opposition à sa mère – est l'un de ces personnages que l'Histoire a diabolisés à plaisir. Au-delà d'une prose fluide mais sévère, les « Mémoires » que lui prête Pierre Grimal ont le mérite de nous restituer de cette femme énigmatique, complexe et contradictoire une image qui tient compte à la fois de son "roman familial" - qui se confond avec la dynastie julio-claudienne - et du contexte où elle vécut.
Agrippine naît en Germanie, où l'empereur Tibère a envoyé son père, Germanicus, qu'il avait choisi officiellement pour successeur. Elle grandit aux côtés de sa mère, à qui elle doit son prénom et dont elle sera presque jusqu'au bout l'ultime soutien. En effet, après l'assassinat de Germanicus – assassinat perpétré sur l'ordre vraisemblable de Tibère – la méfiance de l'Empereur se retourne contre celle qui lui a survécu. Il la fait exiler sur une île où, quelque temps plus tard, elle périra dans des conditions demeurées suspectes.
Agrippine verra aussi ses deux frères aînés, Drusus et Nero, emprisonnés puis assassinés, toujours sur ordre de l'imperator. C'est encore Tibère qui s'opposera à ce que son frère, Gaïus, revête à l'âge requis la toge prétexte qui symbolise son accession à la majorité. Et c'est toujours Tibère qui interdira au premier époux d'Agrippine, Domitius Ahenobarbus – qui, lui, descendait de Marc-Antoine – de lui faire des enfants.
Ce n'est donc qu'à la mort du tyran et alors que son frère Gaïus lui succède qu'Agrippine peut mettre au monde le petit garçon qui, dans ses veines, mêle les sangs ennemis d'Octave et d'Antoine : Lucius Claudius Domitius Nero.
De cet enfant qui devient à partir de ce jour sa seule raison d'exister, elle est pourtant obligée de se séparer lorsqu'elle-même se voit exilée par Caligula qui, à cette époque, commence à montrer de plus en plus nettement les signes de folie qui le conduiront à sa perte.
Quand son oncle Claude, appelé au pouvoir par les prétoriens après l'assassinat de Caligula, la fait revenir à Rome, Agrippine revoit enfin Nero mais doit se résigner à le renvoyer une fois de plus chez sa tante Lepida. Claude vient en effet d'épouser la toute jeune Messalina (15 ans et demie), dont il aura Octavie et Britannicus. Et la nouvelle impératrice n'entend pas partager avec qui que ce soit l'influence qu'elle possède sur son mari. Dans la crainte d'un complot qui priverait son fils de la vie, Agrippine se soumet et ronge son frein.
Elle se remarie avec le riche Crispus mais ce n'est que huit longues années plus tard, lorsque Messalina est exécutée par les affranchis de Claude, qu'elle parvient à récupérer définitivement son fils.
Faisant fi de l'inceste, Agrippine épouse alors son oncle et devient « Augusta. » Il lui faut peu de temps pour convaincre Claude d'adopter Nero, puis de le désigner comme successeur, au mépris des droits de Britannicus. Au décès de Claude d'ailleurs – empoisonné sur l'ordre d'Agrippine – c'est Nero que Sénèque et Burrus, ses précepteurs, présentent aux Prétoriens. le choix de l'armée est ratifié par le Sénat : Nero devient officiellement empereur.
Cependant, poussé par son ancien précepteur, Sénèque, le nouveau monarque n'entend pas que celle qui lui a offert le trône des César lui dicte sa conduite politique : après tout, Agrippine n'est qu'une femme. Puis survient Poppée, pour laquelle il répudiera Octavie, sa première épouse. Or, Poppée, prototype de la femme-fatale antique bien plus que ne le fut Messalina, réclame la tête d'Agrippine. Sans doute a-t-elle flairé que, pour recouvrer son emprise sur Nero, l'Augusta est prête à commettre un nouvel inceste - envers lequel Nero n'est pas sans ressentir une espèce de fascination qui définit à merveille les rapports on ne peut plus freudiens qu'il entretenait avec sa mère ...
Mais Agrippine, femme impérieuse et colérique, a commis l'imprudence de laisser entendre que, si son fils ne changeait pas d'attitude envers elle, elle pouvait très bien se tourner vers Britannicus et le faire porter au pouvoir. du coup, Nero est acculé. Il fait empoisonner son frère et monte toute une comédie pour convaincre sa mère de le rejoindre à Baules, sur une galère, pour un luxueux banquet « de réconciliation. »
Agrippine est heureuse mais soudain, de grands craquements, des cris … la galère coule. Bonne nageuse, l'ancienne « Augusta » - elle a été destituée entre temps - n'a aucun mal à regagner la côte. Mais elle a eu le temps de se retourner et de voir les membres de sa suite, maintenus sous l'eau jusqu'à l'asphyxie par les hommes de Néro. Désormais, elle sait et, retirée dans la maison familiale, elle attend les assassins que ne tarde pas à lui envoyer son fils.
Lança-t-elle réellement à Anicetus la phrase fameuse : « Frappe au ventre ! » On ne le sait pas avec exactitude mais une chose est certaine : cette réplique féroce et digne résume à merveille le personnage que fut cette femme étrange, qui se croyait investie par les dieux de la mission de dominer Rome et l'univers et qui sacrifia tout à ses certitudes.
Déjà, lorsque l'astrologue Balbillus avait dressé l'horoscope du bébé qu'était alors le futur Nero, il avait été dit à Agrippine : « Cet enfant règnera mais il tuera sa mère. » Ce à quoi la fille de Germanicus avait répondu – et ces paroles-là semblent, elles, authentiques : « Qu'il me tue pourvu qu'il règne ! »
Un roman au style serré et austère qui nous force avec habileté à nous pencher un peu plus sur cette femme que l'analyse des méfaits du pouvoir qu'elle constate chez son frère, puis chez son oncle, n'empêche pas de tomber par la suite dans les mêmes ornières. Peu à peu en effet, Agrippine, hypnotisée par la soif de Puissance qui la tenaille, laisse sa part d'ombre l'emporter. Mais lorsqu'elle en prend conscience, elle réalise que c'est cette même soif qui contraint le fils tant aimé à la faire assassiner. Alors - alors seulement - avec ce stoïcisme propre aux Anciens, elle capitule. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
miriam
  12 décembre 2015
Pierre Grimal, historien renommé, est l'auteur de ce roman historique très sérieux et très documenté. Agrippine la jeune, fille d'Agrippine et de Germanicus a vécu pendant les règnes, de Tibère, Caligula son frère, Claude, son oncle, qu'elle épouse et finalement Néron son fils.
Introduction parfaite à notre voyage à Rome. J'ai donc lu avec beaucoup d'intérêt ce roman très dense et touffu.La lecture n'en est pas toujours facile, les Romains affectionnent les mêmes prénoms. Je rencontre donc deux Agrippine, deux Nero, plusieurs Drusus. Caligula est nommé, par sa soeur Gaius.... Intrigues et mariages d'intérêt font intervenir de nombreux personnages qui se marient, divorcent ou se trucident avec une facilité déconcertante.
J'ai beaucoup aimé le Livre I le temps de mon père (Germanicus) qui se déroule à Athènes, en Syrie et en Egypte. Agrippine, petite fille, apprend les différentes mythologies, découvre Isis et les Pharaons...Dans le Livre II Mon grand-oncle Tibère nous rencontrons Livie ; l'ombre du dieu Auguste est encore très présente. L'empire vient de s'installer mais on évoque encore les temps de la République....Claude, qui n'est pas destiné à devenir empereur, emmène la jeune fille dans les tombeaux étrusques, occasion d'évoquer encore d'autres légendes....
Intrigues et conjurations, exils et persécutions, Tibère n'est pas tendre avec les descendants de Germanicus. L'espoir d'un Empereur jeune et dynamique à la proclamation de Gaius (Caligula) est vite déçu. Grisé par le pouvoir, il se croit tout permis. Claude aurait été plus sage sans Messaline. Cette dernière évincée, Agrippine épouse Claude et devient Impératrice. Elle intriguera encore pour que Néron son fils, soit adopté par Claude et évince Britannicus....
Agrippine, sortie de l'enfance n'est guère sympathique. Imbue de ses origines nobles, elle aspire au pouvoir, pour elle et pour Néron. Quand les conspirations ne suffisent pas elle n'hésite pas à recourir au poison. Les moeurs des Romains sont terribles!
Lien : http://miriampanigel.blog.le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Aline1102
  29 mars 2011
La Rome antique est une période de l'histoire qui m'a toujours passionnée, alors autant dire que ce livre m'a plu dès les premières pages! le lecteur parcoure les rues de Rome et de la Grèce antique main dans la main avec la jeune Agrippine. Transporté dans une autre époque par la plume de l'auteur, on a l'impression d'entendre le vent souffler doucement dans les feuilles des cyprès et des pins, et de sentir le soleil romain lentement réchauffer notre peau. Ca, c'est pour le côté idyllique des choses.
Car tout n'est pas rose dans ce récit. Agrippine nous fait aussi partager les intrigues dont elle fut le témoin privilégié ou auxquelles elle a participé, directement ou indirectement. Les crimes et les incestes, les soupçons que tous ces personnages historiques nourrissent les uns envers les autres, rien ne nous est épargné. Loin d'être désagréable, ces détails permettent une véritable immersion dans la vie de l'époque.
Agrippine avoue elle-même être consumée par l'ambition. Dès son plus jeune âge, se sachant descendante de Marc Antoine et d'Auguste (tous deux élevés au rang de dieux), elle est convaincue des la nature divine de ses origines. Sa famille ayant été écartée du pouvoir par Tibère, Agrippine fera tout ce qu'elle peut pour récupérer ce rang qu'elle considère comme lui appartenant de droit.
Calculatrice et manipulatrice, Agrippine est dépeinte aussi comme une femme mélancolique malgré sa force mentale. Grâce à Pierre Grimal, elle apparaît plus humaine et plus sympathique que dans les livres d'histoire.
Elle semble également être une fine politicienne, réfléchiee et mesurée, sauf peut-être dans ses rancunes. Si les femmes avaient pu régner à Rome, peut-être le destin de ce grand Empire aurait-il été différent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gill
  22 mai 2012
Agrippine est au centre du pouvoir de Rome.
Elle est l'arrière petite fille d'Auguste, la soeur de Caligula, la nièce puis l'épouse de Claude et enfin la mère de Néron.
Dévorée d'ambition elle voue au pouvoir un culte sans limite.
Ce livre est son histoire racontée par Pierre Grimal, historien de renom, formidable spécialiste de l'histoire de Rome et biographe de Marc-Aurèle et de Tacite - dans deux ouvrages passionnants -.
Dans un style brillant l'auteur raconte, ici, le combat d'une femme féroce, sacrifiant tout pour l'amour du pouvoir.
Parfois pathétique, souvent cynique, et au final tragique, elle emploie tous les moyens, même les plus vils afin d'être au sommet de Rome.

Commenter  J’apprécie          110
ChaK_
  23 octobre 2018
Agrippine la jeune… Arrière-petite-fille d'Auguste ou de Marc Antoine, fille de Germanicus, soeur de Caligula, nièce/femme de Claude, amie de Sénèque ou encore mère de Néron… ouaip, on est d'accord, c'est pas Jo le clodo.
Bref, Pierre Grimal, historien spécialiste de la Rome antique, tente de recréer ses mémoires, qui ont existé, mais qui n'ont malheureusement pas passé les siècles. de son enfance naïve et heureuse avec sa famille, à sa fin solitaire et apeurée, l'auteur tente de nous dresser le portrait d'une femme Romaine ambitieuse, sûre de son ascendance divine et que rien n'arrêtera dans son désir de placer son fils à la tête de l'Empire.
Plus que le parcours d'une unique personne, c'est aussi le portrait d'une époque qui est couché sur le papier. A travers le prisme d'Agrippa apparaît quelque chose de bien plus vaste. Des individus par exemple, Tibère ou Claude pour ne citer qu'eux, ramenés à une échelle plus humaine… tangibles, voir touchants, puis reclus dans la peur et la manipulation. Transparaît également un système, basé sur la délation, le sexe, les gratifications et les coups bas. Un monde cruel, corrompu, de meurtre et d'arrangements entre “amis”, mais qui domine le monde du haut du Palatin.
Un livre finalement assez “coulisses du pouvoir”, mais pas forcément toujours exhaustif. Je pense par exemple à sa chute qui dura un bon bout de temps et qui ne s'étale que sur une vingtaines de pages elliptiques, ainsi qu'aux oeuvres des empereurs (réformes, conquêtes), dont elle ne parle pas forcément. Mais un bouquin qui rempli tout de même son contrat, n'étant finalement pas une biographie au sens strict du terme.
Une belle plongée dans la Ville Éternelle et ses sempiternels complots, sans valeurs ni préjugés contemporains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   24 mai 2012
Il est rare qu'un écrivain qui est également un grand érudit nous donne une vision aussi vivante et surtout aussi "authentique" de l'antiquité.
Pierre Grimal a une connaissance intime de la pensée romaine et tout particulièrement de cette période de l'Empire et des temps néroniens.
A partir de tous les documents historiques existants : textes, vestiges, inscriptions, sans jamais porter aucun jugement, il a eu pour souci premier de comprendre en profondeur son héroïne, Agrippine, la mère de Néron, d'en saisir les mobiles secrets, de capter l'indicible qui fit la complexité de cette vie qui s'anime sous nos yeux.
Fille de Germanicus, arrière-petite-fille du dieu Auguste et aussi de sa soeur Octavie, arrière-petite-fille d'Antoine et de Livie, soeur de Caligula et nièce de l'empereur Claude qu'elle épousera un jour, Agrippine a toujours eu conscience de son sang divin.....
(extrait de la quatrième de couverture du volume paru aux édition "de Fallois" en 1992)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
NanoNano   20 juillet 2012
Si je voulais vraiment réaliser mon projet, je ne devais plus tarder. Une aussi belle occasion se retrouverait-elle jamais ? La mort du prince devait apparaître comme naturelle, le résultat d'une maladie, ou, tout au moins, d'un accident. La saison où nous nous trouvions me suggéra que le moyen le plus simple et le plus efficace serait de l'empoisonner, en lui servant des champignons, dont il était fort friand. Pourtant, il me parut dangereux de n'utiliser pour cela que des champignons naturellement vénéneux. Leur action était incertaine ; elle pouvait être lente ou, pire encore, ne provoquer que des malaises passagers. J'imaginais aussi que Claude serait capable de reconnaître, lorsqu'on les lui présenterait , l'espèce à laquelle ils appartenaient et refuserait d'en manger. Pour toutes ces raisons et parce que, devant l'énormité du crime, j'éprouvais une angoisse de tous les instants, je décidai qu'au poison naturellement contenu dans les champignons il faudrait en ajouter un autre, qui rendrait la mort inévitable. Mais il ne fallait pas non plus que celle-ci fût trop rapide, ce qui eût empêché de croire qu'elle était accidentelle.
Il se trouvait que l'on tenait, emprisonnée dans un cachot du palais, une femme reconnue coupable de plusieurs empoisonnements et pour cette raison condamnée à mort. C'était une sorte de sorcière originaire de Gaule et venue à Rome chercher fortune en y exerçant ses divers talents, parmi lesquels le principal était celui de préparer des poisons. Elle avait immédiatement trouvé des clients parmi les riches Romains qui souhaitaient se débarrasser qui d'un parent fortuné trop lent à mourir, qui d'un mari ou d'une épouse devenus importuns, mais une maladresse commise par l'un de ses clients avait fini par l'exposer à une accusation et à un procès où sa culpabilité fut prouvée. Dans sa prison, elle attendait la mort. Je la fis venir, une nuit, à l'insu de tous, et je lui exposai, en la mettant au compte d'une de mes amies, la difficulté où je me trouvais. Je savais bien que mon mensonge ne l'abuserait pas, mais qu'elle comprendrait que je lui offrais ainsi un moyen de se sauver, si elle savait se montrer discrète. De ce côté, je n'avais rien à craindre.
Lucusta (c'était son nom) promit de me fournir une drogue qui aurait les effets que je souhaitais. A sa demande, je la fis conduire chez elle, sous bonne garde. Le lendemain, elle réintégrait sa prison, non sans m'avoir remis une petite boîte emplie d'une poudre blanche, en m'avertissant que c'était une substance mortelle, qu'il suffirait que « mon amie » en ajoute une pincée à la nourriture de la personne qu'elle voudrait faire mourir. L'effet désiré se produirait moins d'une demi-journée plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sylvie2sylvie2   23 juillet 2012
Sénèque, lui, bien plus tard, essaya de me prouver que rien de ce qui peut nous advenir au cours de notre existence n'est, en soi, ni bon, ni mauvais, que sa valeur dépend de la manière dont nous l'accueillons, et qu'il en va ainsi de la mort elle-même.
Commenter  J’apprécie          110
StockardStockard   24 juin 2016
Sénèque, lui, bien plus tard, essaya de me prouver que rien de ce qui peut nous advenir au cours de notre existence n'est, en soi, ni bon ni mauvais, que sa valeur dépend de la manière dont nous l'accueillons, et qu'il en va ainsi de la mort elle-même.
Commenter  J’apprécie          60
StockardStockard   22 juin 2016
Ma sandale qui était neuve m'avait écorché le pied. Chaque pas était douloureux. Mais j'étais parfaitement consciente qu'il eût été humiliant de me plaindre, encore plus de pleurer. Mon honneur de Romaine, l'honneur de Rome elle-même étaient en jeu. A trois ans, déjà, je savais qu'on ne pleure pas devant les Grecs !
Commenter  J’apprécie          30
Video de Pierre Grimal (12) Voir plusAjouter une vidéo

Pierre Grimal
Jacques CHANCEL s'entretient avec Pierre GRIMAL, professeur d'histoire romaine à la Sorbonne : l'importance du latin, comment lui est venu son intérêt pour la civilisation antique, ce que représente la culture antique, remarques sur l'enseignement, ce que nous devons à La civilisation romaine, la mentalité romaine, les sciences ont permis l'évolution intellectuelle, s'est intéressé à la...
autres livres classés : rome antiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1896 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..