AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2075126429
Éditeur : Gallimard Jeunesse (23/05/2019)

Note moyenne : 2.4/5 (sur 15 notes)
Résumé :
"Au collège, on m'appelle "it" et le genre neutre du pronom anglais me va bien. Ce qui ne me va pas, c'est mon corps de fille sous la douche, dans le miroir...
Car je sais que je suis un garçon."

Quand une jeune fille de quatorze ans trouve le courage et les mots pour dire à sa famille qu'elle se sent mal dans son genre.

Une histoire pleine de fraîcheur qui mêle humour et sincérité pour aborder la question essentielle du transg... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  20 mai 2019
Joséphine est une jeune adolescente au look très masculin. Souvent prise pour un garçon, le surnom « it », genre neutre en anglais, que lui ont donné ses camarades de classe lui va parfaitement. L'incendie récent qui a ravagé l'appartement dans lequel vivait sa famille va clairement produire un électrochoc pour la jeune fille. Elle le sait maintenant : elle est un garçon dans un corps de fille.
It est un roman qui traite d'un sujet important mais qui peut être assez complexe à traiter dans un roman jeunesse. Cela peut être très bien fait comme cela peut être extrêmement maladroit. Pour moi, It ne rentre dans aucune de ses deux catégories puisque l'autrice ne prend aucun risque et traite son sujet de façon trop expéditive. le roman, très court, traite au final de son sujet que lors des 10 dernières pages. Tout le reste sert à parler de l'incendie. Ok, l'incendie sert clairement de point de chamboulement pour le jeune fille mais se concentrer dessus pendant les trois quarts du roman au point d'en oublier le sujet principal du roman et d'en survoler la psychologie de son personnage principal ? Je trouve cela bien dommage. Bref, It est un roman facilement oubliable et est loin de marquer le genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
orbe
  24 juin 2019
Joséphine est androgyne depuis toujours. Un événement dramatique l'amène à reconsidérer son identité. Maintenant, elle sait qu'elle est un garçon.
Mais comment l'annoncer à ses parents et à son entourage ?
L'autrice avait déjà creusé la question de l'identité dans son roman, niveau collège, "Je suis qui je suis", dans lequel un narrateur évoque la difficulté des autres pour déterminer son sexe. le lecteur doit attendre la fin du récit pour avoir la réponse.
Dans "It", le récit est cependant différent. L'héroïne cette fois est au lycée. Elle est donc plus âgée tout comme ses pensées et ses préoccupations sont plus directes.
Tout commence par un incendie qui ravage l'appartement de sa famille. La perte de ses repères l'incite à se questionner sur son corps et son individualité.
Si Jo a toujours préféré les habits et les jeux de garçon, elle se rend aujourd'hui compte qu'il ne lui est plus pas possible d'être à l'aise autrement.
J'ai apprécié la manière dont l'autrice introduit et analyse les réactions des tiers mais aussi le dénouement tout en nuances.
Un livre qui saura parler aux jeunes qui sont plus que jamais nombreux à s'interroger sur leur identité sans pour autant vouloir qu'on les mette dans des cases...
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Analire
  08 juin 2019
It, vous ne savez sans doute, c'est le pronom neutre utilisé en anglais. Et c'est justement avec ce pronom qu'est désignée notre protagoniste Joséphine – Jo, pour les intimes. Joséphine est un garçon né dans un corps de fille. Mais cette situation embarrassante est difficile, autant pour elle, pour se le persuader, que pour ses proches, pour s'en rendre compte. Car Joséphine est très jeune et son père redoute que cela soit une lubie passagère. Mais Jo en est convaincue : elle est un garçon.
Ce très court roman aborde donc la question des transgenres et du changement de sexe. Vous avez sans doute connu des personnes dans cette situation, ou vous pouvez aisément vous référer à des personnalités célèbres qui représentent le mieux cet exemple (je pense notamment au jeune Bilal Hassani, le chanteur représentant de la France à l'Eurovision cette année, qui est un garçon qui s'habille, se coiffe et se comporte comme une fille). Des filles nées dans des corps de garçon ou inversement, c'est beaucoup plus fréquent que l'on ne le croit !
J'ai été touchée par cette jeune fille un peu introvertie et pudique, qui ne se livre pas facilement, et ne laisse rien transparaître de ses émotions. Ce qui m'a le plus émue, c'est lorsqu'elle répète inlassablement à ses parents qu'elle est un garçon… alors que ceux-ci, encore sous le choc certainement, ne prennent pas au sérieux ses dires. Son comportement d'origine est sans doute dû au fait qu'elle n'était pas elle-même jusqu'à maintenant. La Jo d'avant était un automate (avec un petit clin d'oeil à la vieille dame Heidi, la voisine de la famille chez qui le feu s'est déclenché, qui fabriquait des automates), la Jo d'après sera la vraie Jo.
Ce que je n'ai pas compris, c'est le choix de l'auteure de vouloir incorporer un contexte un peu extraordinaire au récit, alors que celui-ci n'en avait finalement pas besoin. le récit commence par l'incendie de l'immeuble dans lequel loge Jo et ses parents. Suite à cet accident, toute la famille va vivre momentanément à l'hôtel, en attendant que les travaux de rénovation se terminent. Je ne dis pas que l'idée est mauvaise, mais je ne vois absolument pas le rapport entre cet incident et la thématique centrale du récit qui est l'acceptation de soi, la différence et le regard des autres. le sujet principal est complexe à traiter, il aurait mérité un développement plus poussé, et sans doute l'épisode de l'incendie aurait mérité d'être remplacé par quelque chose de plus approprié et réaliste. Je n'ai vraiment pas compris pourquoi l'auteure s'était tant attardé sur le développement de cette partie-là du récit, au détriment de la thématique centrale, qui est donc restée superficielle.
Un récit qui a du potentiel, mais qui aurait mérité d'être plus travaillé et ordonné.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ReveursEtMangeursDePapier
  18 mai 2019
Joséphine, quatorze ans, a toujours eu un look de garçon manqué. C'est son style, comme on dit. Ses camarades l'appellent Jo, ou bien It, pour l'embêter. En vérité, ce surnom lui convient bien, car suffisamment neutre. On la prend pour un garçon et elle en est secrètement fière, parce qu'au fond, Joséphine le sait, elle le sent, elle est un garçon dans un corps de fille. Lorsque sa maison prend feu, lorsque sa chambre part en fumée dans l'incendie, quelque chose se passe en elle. Joséphine n'a plus très envie de porter un masque…

Le thème de ce roman est clairement annoncé sur la couverture et sur la quatrième de couverture, mais l'auteure choisit de ne pas se précipiter. On parle d'un incendie, qui vient bouleverser la famille de Jo. On prend le temps de connaître son état d'esprit à ce moment précis. On prend le temps de comprendre ce qu'il éveille. Puis on en vient à parler des questions maladroites, parfois ridicules, des regards, des moqueries à son égard. Joséphine est trop ceci, ou peut-être pas assez comme cela…

L'auteure nous fait nous sentir proche de cette adolescente. Son parcours, qui n'est pas évident, nous touche. Jo est différente et elle sait en quoi. On sent qu'elle ne veut pas aller trop vite, qu'elle veut se laisser le temps de bien se connaître. Mais est-ce que c'est facile de savoir qui on est vraiment? Est-ce que c'est simple d'en parler? Jo ressent clairement le besoin d'exprimer ce qu'elle ressent au plus profond d'elle-même, à sa famille, à ses amis, et on espère que ce sera libérateur. Si au final on ne suit qu'un tout petit bout de chemin, les toutes premières étapes, et pas des moindres, le message reste fort et nécessaire: on devrait tous pouvoir mener sa vie en étant soi-même.

Verdict : It est un récit court, un petit morceau de vie que j'ai aimé découvrir. On y parle de la transidentité, qui n'est pas un sujet facile à aborder, mais Catherine Grive a trouvé les bons mots. A travers le ressenti de Joséphine, cette adolescente qui se sent mal sans son genre, l'auteure nous propose une belle réflexion, sans aucun jugement. La transidentité est un sujet qui peut faire l'objet de nombreuses incompréhensions, de nombreux questionnements, et ce petit roman est tout à fait adapté pour sensibiliser les ados, comme les familles, autour de cette thématique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
djihane
  10 juin 2019
Le thème de l'identité du genre est survolée et je trouve cela dommage. On retrouve ici et là quelques réflexions de l'adolescente sur le sujet mais ce n'est que dans les dernières pages que l'on en parle vraiment, toutefois, ce n'est pas assez approfondi pour que cela puisse toucher le lecteur. Je suis donc restée sur ma faim. Je n'ai même pas pu m'attacher aux personnages, qui ne sont pas développés non plus. Tout au long de la lecture, j'ai ressenti une distance s'instaurer entre moi, le récit et ses protagonistes que j'ai trouvé assez plats.
It est un roman qui n'a malheureusement pas réussi à me séduire. Je m'attendais à avoir un récit essentiellement sur une adolescente qui s'interroge sur son identité de genre mais je me suis retrouvée à lire les déboires d'une famille après l'incendie de leur appartement. le tout manquait de profondeur car le sujet qui m'intéressait réellement n'a été que survolé. Un titre qui avait du potentiel mais je suis passée à côté.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
letilleulletilleul   28 mai 2019
 Raconte ! réclament-ils tous en cercle autour de moi.
– Oui, allez, raconte, insiste un mec de terminale qui ne m’a jamais adressé la parole.
Raconter quoi ? La porte de l’entrée claquée, les pas de mon père remontant le couloir, le bruit de son pipi suivi de la chasse d’eau, sa voix pour me demander si j’étais prête – nous devions aller faire des courses pour le dîner –, le temps qu’il a marqué en entrant dans ma chambre ? Son « Que se passe-t-il ? » ? L’instant où, concentrée sur mon dessin, j’ai relevé la tête et découvert la fumée noire flotter dans la pièce ? « Au feu ! » s’est-il écrié avant de me soulever par le col comme on attrape un chat par la peau du cou. Sous les portes du couloir, des petites flammes dardaient déjà leur langue vers nous. « Lorie ! hurlait-il. Lorie ! » « Que se passe-t-il ? » a répondu la voix lointaine, assourdie, de ma mère. Elle et nous avons déboulé en même temps dans l’entrée. Papa a ouvert la porte. Dans la panique, maman a fait le geste idiot de vouloir fermer à double tour. Papa a remonté la marche pour lui arracher la clé des mains. C’est ça que leurs regards attendent ? Plus de détails ? Des cris, du sang, des blessés 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Armando98Armando98   10 juin 2019
M.Schoupe m’a tendu la main.
-Bonjour, petit. C’est quoi ton prénom ?
-Joséphine.
-Joséphine, comme une fille ?
- C’est une fille, papa.
M et Mme Schouppe m’ont examiné de haut en bas, de bas en haut. Je suis habituée à ce regard incrédule. J’y réponds toujours par la même moue indéfinissable, quelque chose entre ma propre surprise et la fatalité.
Commenter  J’apprécie          20
AnalireAnalire   31 mai 2019
- Quel garçon manqué tu es ! avait ri Marie-Antoinette en payant à la caisse.
Jamais cette expression me concernant, moi ou quelqu'un d'autre, ne m'a paru adaptée. Le contraire de "garçon manqué", c'est quoi ? Une fille réussie ? Et si une fille est ratée, c'est pour quelle raison ? Parce qu'elle est un garçon ? Parce qu'elle est un garçon et une fille à la fois ?
Commenter  J’apprécie          10
AnalireAnalire   31 mai 2019
En fait, un corps nu, si on prend soin de le regarder avec tendresse, n'est jamais laid. Il est tout simplement humain.
Commenter  J’apprécie          50
Armando98Armando98   10 juin 2019
Je fais partie des solitaires, de ceux chez qui les mots ne viennent pas facilement, mais les images si, qui ont besoin de se créer une bulle pour être eux-mêmes. L’ai-je toujours été ? Pas du tout. J’ai développé cette nature à force d’être perçue comme une personne différente. Une personne née fille, en l’occurrence. Une personne avec ses goûts propres…
Commenter  J’apprécie          10
Video de Catherine Grive (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Grive
Catherine Grive - La fille qui mentait pour de vrai
autres livres classés : genreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

le bureau des objets perdus

quel est la problematique de la fille ?

Elle perd tout
elle est homosexuelle
Elle a perdu son telephone
Elle dort tous le temps

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Le bureau des objets perdus de Catherine GriveCréer un quiz sur ce livre