AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266041592
Éditeur : Pocket (22/10/1998)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Erik a 14 ans et toute sa vie, à l’école comme à la maison, se construit dans la violence. Jan Guillou a nourri ce récit de son expérience de collégien, quand, au nom de l’éducation mutuelle, les élèves les plus âgés brutalisaient les plus jeunes. Il dénonce un système éducatif fondé sur la loi du plus fort invitant à une réflexion sur l’inculcation de l’ordre social et la destruction de toute révolte que portent en eux les programmes d’éducation de nos démocraties.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
christinebeausson
  07 décembre 2016
Partir d'une belle idée "L'éducation mutuelle"
(L'École mutuelle, nom générique donné à la méthode d'enseignement qui se développa en France dès 1747. Ce modèle se diffusa au début du XIX ième en Europe : en Grande-Bretagne, en Italie, en Espagne. C'est une pédagogie active et coopérative qui fonctionne assez bien et permet d'apprendre à lire et à écrire en deux ans.)
Reprenons .... Partir d'une belle idée "L'éducation mutuelle",
Pour en arriver à une éducation de la violence.
Nous sommes bien loin dans ce livre de l'idée que l'on peut se faire d'une pédagogie utile au développement harmonieux d'un enfant.
Dans l'école de Guillou, les maîtres sont bien des intervenants dans leur matière, la discipline est cogérée par les élèves eux mêmes, c'est bien là que le bat blesse.
Nous rencontrons une discipline nazie, avec un respect exacerbé pour les plus grands .... le bizutage dans toute son horreur...
La violence, la merde, la terreur psychologique sont absolument vraies. En effet, l'école de Guillou a été mentionnée dans les journaux. Elle a été fermée et condamnée.
Dans ce récit, on affronte 400 pages avec comme thèmes principaux, la violence et des réflexions sur la capacité d'un individu à résister à la douleur, à rechercher le meilleur moyen de punir, d'avilir l'autre. Éprouvant !
La quatrième de couverture nous invite à découvrir "la dénonciation d'un système éducatif fondé sur la loi du plus fort" à réfléchir sur "l'inculcation de l'ordre moral et la destruction de toute révolte que portent en eux les programmes d'éducation de nos démocraties".
Il ne faut certainement pas aller aussi loin. Il est sûr que de telles écoles ont existé mais elles ne sont pas généralisées dans tous nos pays démocratiques, on peut simplement parler de dramatiques exemples.
Quelques épisodes marquants :
"....Ah ces escaliers, ces escaliers....."
L'image des lendemains de bagarres non avouées ....
"Mais ce sera la dernière fois, Hein ? Ensuite, plus jamais. Après cette fois, c'est terminé ; ensuite, plus jamais."...
Cela restera un rêve, un espoir parce qu'il faut toujours qu'il y ait une autre fois, il faut toujours recommencer ses éternelles punitions, ces éternelles menaces !
Alors soyons vigilants pour que l'histoire ne se réécrive pas.
Pour les curieux, qui souhaitent en savoir un peu plus sur la biographie de Jan Guillou, je retranscris une interview de Léna Lutaud parue dans libération en 1995 :
"Quand il évoque sa vie, digne d'un vrai roman, son calme suédois s'évanouit pour laisser la place à des bouffées d'enthousiasme: «Mon grand-père, ex-mousse breton était chef des bureaux de la France libre à Stockholm en 1941. A la fin de la guerre, de Gaulle l'éleva au rang d'ambassadeur. Entre-temps, son fils Charles avait fait un enfant à une Suédoise aussi belle que riche. L'avortement n'existait pas.» Enfant, Jan grandit dans l'hôtel particulier familial à Stockholm, entouré de domestiques et d'un chauffeur ganté de blanc pour aller à l'école. Jan a 6 ans lorsque ses parents divorcent. La mère se remarie avec un «ouvrier sadique» qui fouette régulièrement le petit Jan, un homme qu'il utilisera plus tard comme modèle dans son roman, la Fabrique de violence. Envoyé en pension, Jan perd de vue son père et son grand-père.
Ce n'est que par hasard, lors d'un reportage, en Finlande, en 1978 que Jan Guillou retrouvera son père. Au détour d'une conversation, il apprend qu'un autre journaliste «qui a un nom genre kill you ou gorillou est le correspondant du journal français L'Equipe». le lendemain, c'est son père que Guillou, alors âgé de 33 ans retrouve dans le hall d'un hôtel. «C'est bizarre, je ne l'avais pas vu depuis vingt-sept ans, mais je l'ai reconnu de dos.»
A cette époque, Jan Guillou est déjà un journaliste renommé. Son premier article, écrit à 22 ans, dénonçait la violence de l'internat suédois très chic où, adolescent, il avait été placé de force. Un an plus tard, l'école est fermée. Dans la foulée, Guillou révèle le racisme suédois envers les Lapons: «A l'époque, l'Etat suédois les refusait dans les maisons de retraite sous prétexte que les vieux Lapons supportent bien le froid.»
La gloire viendra en 1973. Guillou dénonce ce qui constitue en Suède, le plus grand scandale d'espionnage des temps modernes. «Dans le secret le plus absolu, l'IB, l'équivalent de la DGSE en France, menait sa propre politique extérieure. Au moment où le Premier ministre Olof Palme rencontrait les dirigeants de l'OLP et prenait la tête d'une manifestation contre la guerre du Viêt-nam, l'IB travaillait avec la CIA et le Mossad sans contrôle aucun des autorités suédoises.»
A la suite de cet article, la vie du reporter bascule. le 22 octobre 1973, il est condamné pour «espionnage et haute trahison», à six mois d'emprisonnement. Et puis, un beau jour, entre dans la cellule, un diplomate français: «Monsieur, la France vient parler à son citoyen prisonnier sur un territoire étranger». Guillou se souvient en riant: «J'avais oublié mon passeport français. le diplomate a sorti un questionnaire qui devait bien dater du XVIIIe siècle qui demandait, entre autres si j'étais questionné, ce qui pour l'époque signifiait bien évidemment torture et non pas interrogatoire, nuance que le traducteur n'avait pas saisie. J'ai répondu oui: tous les jours de une à quatre heures. le Français faisait une drôle de tête». Après cet épisode, Guillou est libéré et obtient la nationalité suédoise.
«J'ai alors décidé d'écrire pour raconter la vérité sur la Suède.» En 1986, il publie son premier roman d'espionnage: suite à un meurtre, la police enquête chez les partisans kurdes du PKK, installés en Suède. Quelques semaines plus tard, le Premier ministre Olof Palme est assassiné et l'enquête se dirige immédiatement vers le PKK. Guillou ne pouvait rêver mieux! Son livre obtient un succès foudroyant.
C'est un rite autant attendu que la nuit de la Saint-Jean. Chaque été, depuis dix ans, les Suédois dévalisent les libraires pour s'acheter le nouveau tome des aventures de leur espion préféré: le comte Carl Hamilton, un «007» version Grand Nord. Coincés entre les pays membres de l'Otan et l'ex-URSS, les Suédois, neutres et n'ayant pas connu de guerre depuis presque deux cents ans sont, à en juger les rayons des librairies de Stockholm, des passionnés de romans d'espionnage. Jan Guillou est «le père» de Carl Hamilton. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bernardbre
  29 septembre 2012
Du roman-culte (et autobiographique) paru en 1981 en Suède, Benny Haag tire cette adaptation pour la scène, monologue bref et aussi percutant que les coups reçus et donnés par le narrateur. D'abord frappé par son père («Sois gentil, papa, pas sur le visage, faut que j'aille à l'école, demain… J'ai pas pu y aller pendant une semaine.»), il devient la terreur du collège («… pour qu'il saigne du nez. C'est important le saignement de nez, très important.»), se vengeant de ses «dérouillées» avant de se faire renvoyer («Tu es le mal incarné, les êtres de ton espèce doivent être anéantis…») et d'intégrer un pensionnat où il deviendra le souffre-douleur d'un «Conseil» formé d'une douzaine d'élèves plus âgés dont l'occupation favorite est l'humiliation violente des bizuths sous les yeux mêmes du directeur et des professeurs qui feignent de rien voir. Un témoignage saisissant («la violence fait peur aussi à celui qui l'exerce»), avec plus de questions que de réponses morales, pour aider à comprendre la violence des adultes et des adolescents, en milieu familial comme en milieu scolaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marie35
  12 novembre 2013
Ce livre m'a marqué, l'histoire d'un adolescent suédois sous les coups de son père et de ses camarades d'internat. Un enfant est censé être à l'abri avec ses parents, avec ses camarades ou ses éducateurs, dans ce roman, ce n'est pas le cas et ça fait très mal.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   06 décembre 2016
Est ce que le monde n'est pas plein de gens qui ont complètement tort mais sont absolument persuadés d'avoir raison ? Est ce que tu crois que les nazis, ils faisaient simplement semblant d'être nazis ? Parmi tous les millions qu'ils étaient, il devait quand même y en avoir pas mal qui étaient absolument convaincus d'avoir raison, tout aussi convaincus qu'on l'est, toi et moi, que c'est nous qui avons raison
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
christinebeaussonchristinebeausson   04 décembre 2016
La violence, elle est dans la tête des gens et pas dans les poings, comme tu le crois.
Commenter  J’apprécie          50
Video de Jan Guillou (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jan Guillou

MP 2014-10-31-666-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Jan Guillou - Les Dandys de Manningham.
autres livres classés : intimidationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre