AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213701415
Éditeur : Coédition Fayard (21/09/2016)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« “Je crois aux forces de l’esprit.”
Éclairer cette phrase, je pouvais tenter de le faire, puisque j’ai eu la chance d’être témoin pendant douze ans de la soif spirituelle de François Mitterrand. Un témoin privilégié, qu’il avait choisi lui-même. […] Ce n’est pas l’homme public, ni même l’homme privé, que j’ai appris à connaître, mais l’homme intérieur, aux prises avec ses interrogations métaphysiques, curieux des choses de la mort et de l’esprit. L’homme pro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
frandj
29 avril 2017
Marie de Hennezel révèle tardivement les entretiens privés qu'elle a eus avec le président Mitterand pendant douze années, c'est-à-dire pendant qu'il était malade (ce que la France ignorait). On savait que François Mitterand était un homme extrêmement complexe: politique ambitieux et souvent sans scrupule, laïc et marqué à gauche, homme à femmes, grand lecteur devant l'Eternel, maîtrisant une culture large et profonde. Mais presque personne ne se doutait qu'il était aussi, secrètement, un chercheur spirituel. le seul indice qu'il a donné, c'est cette phrase « Je crois aux forces de l'esprit » qu'il a prononcée à l'occasion de ses derniers voeux adressés à la nation, au début de 1995.
Dès qu'il se sentait motivé et disponible, il convoquait à l'Elysée Marie de Hennezel. Ses échanges avec elle font clairement apparaître sa finesse d'esprit et une vraie sincérité dans sa quête spirituelle. Au début, il évoque sa mère qui, juste avant sa mort, a dit: « J'offre mes souffrances pour l'âme de François » et on sent bien que, adulte, il n'a jamais oublié cette "offre". Mais surtout, il réfléchit à haute voix sur ses nombreuses lectures, par exemple celle de Maurice Zundel ou d'Etty Hillesum; à ce propos, il relève cette petite phrase « Si Dieu ne m'aide pas, c'est moi qui vais l'aider », qui donne beaucoup à méditer. Ailleurs, le président compare intelligemment la religion « qui divise » et la spiritualité « qui rassemble »; le mysticisme est une expérience physique (« Dieu se respire ») qu'on peut rencontrer dans toutes les religions. François Mitterand énonce aussi ce jugement hardi: « La France n'est pas prête pour la laïcité, parce qu'elle n'a pas encore fait le chemin de l'intériorité ».
Mais il n'est pas question pour moi de développer tous les aspects de ce livre particulièrement riche. Il mériterait notre attention, même si le principal personnage n'avait pas été chef de l'Etat. Quant à Marie de Hennezel, pionnière des soins palliatifs en France et auteure du livre "La mort intime" (paru en 1995 et préfacé par… Mitterand), elle a joué un rôle décisif pour permettre au président d'exprimer ses préoccupations spirituelles pendant douze ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BRAEM
06 avril 2017
Livre agréable à lire malgré la "gravité " du thème abordé. Témoignage qui peut, à mon avis, aider dans l'accompagnement des mourants. Mais c'est aussi un livre d'espoir, notre mort nous appartient et la force de l'esprit nous peut nous permettre de choisir le comment vivre notre vie et surtout la fin de celle-ci. Merci
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
BRAEMBRAEM09 avril 2017
...
- Et ce qui m'a beaucoup émue, moi, c'est quand elle écrit : "Si Dieu ne m'aide pas, c'est moi qui vais l'aider. " C'est bouleversant, non ?
- C'est stupéfiant ! s'exclame le président. Cette vision d'un Dieu que l'homme va aider, comme s'il était faible, fragile. Rien à voir avec le Dieu tout-puissant que nous avons en tête !
- Oui, le Dieu d'Etty Hillesum, ai-je précisé, c'est le Dieu de saint François d'Assise, cette petite lueur d'amour et de lumière nichée au fond de soi, forte et fragile à la fois, dont nous avons la responsabilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BRAEMBRAEM09 avril 2017
Alors le médecin prend le temps de s'asseoir et de parler. Il reprend l'histoire de la maladie, et explique clairement qu'il n'a plus les moyens de guérir, mais que ce n'est pas pour autant qu'il ne reste pas du temps à vivre. Au fond, le médecin restitue au malade ce qui lui appartient : son temps de vie.
Commenter  J’apprécie          10
BRAEMBRAEM06 avril 2017
Qui peut dire à un malade le temps qui lui reste à vivre ? Cela dépend de tant de paramètres. Le goût de vivre, la force intérieure, le sentiment impérieux que l'on a encore des choses à accomplir sur cette terre. Je suis convaincue que le temps qui nous reste à vivre nous appartient. Il appartient au secret de notre destin, lui dit-je. Bien sûr, nombre de gens, lorsque des médecins, sûrs de leur savoir, annoncent un pronostic vital et un calendrier, se conforment intérieurement à ce pronostic et meurent au bout de quelques mois ou années qu'on leur avait donné à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BRAEMBRAEM06 avril 2017
"Il soutient, ai-je poursuivi, que la relation au divin ne peut être qu'intime. Dieu n'a rien à voir avec ce Dieu extérieur perché sur un nuage, tel que le représente l'imaginaire populaire, et qui manipulerait nos vies. C'est une présence intérieure. Un force de la vie nichée au plus profond de nous-même, et la prière permet le contact intime avec cette présence. Chacun doit chercher au fond de lui la relation qui lui convient."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BRAEMBRAEM06 avril 2017
Les livres vous emportent dans les recoins secrets du monde et de la vie. Surtout quand ils sont écrits avec l'âme ! On voyage avec son âme dans les livres, non ? dit-il en me regardant. Qu'en pensez-vous ?
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : soins palliatifsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique romain

10 questions
805 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre