AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226440716
336 pages
Albin Michel (25/03/2020)
3.76/5   45 notes
Résumé :
Rosa, quatorze ans, veut devenir peintre animalière. Elle espère gagner sa vie en vendant ses tableaux et ne compter sur personne d'autre qu'elle-même. Mais, au XIXe siècle, seuls les garçons sont autorisés à suivre des études d'art. Alors qu'elle désespère, Rosa fait la connaissance de Nathalie, une fille à la santé fragile. Ensemble, les deux adolescentes s'apprêtent à braver les interdits et à conquérir leur liberté.
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 45 notes
5
3 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ileauxtresors
  12 décembre 2020
« Peintre animalière ? Pas question ! Qui achèterait le portrait d'une vache ou d'un cochon ? Non, non, tu ferais mieux de t'atteler à la peinture d'histoire. Des rois et des reines, des saintes et des saints, des dieux romains et des déesses grecques. »
Quel plaisir de découvrir Rosa Bonheur dont j'avais à peine entendu parler jusqu'à présent ! Une femme qui aurait toute sa place parmi Les Culottées de Pénélope Bagieu : née à l'aube du 19ème siècle, à une époque où les femmes n'avaient pas le droit d'étudier aux beaux-arts et avaient surtout vocation à se marier, non seulement elle s'obstina à devenir peintre, mais elle opta, complètement à contre-courant des canons de son époque, pour la peinture animalière. Et obtint tous les honneurs.
Autant le dire d'emblée, je suis assez réticente vis-à-vis du genre de la bibliographie romancée au coeur de cette « collection qui rend hommage à des personnalités au destin exceptionnel ». J'avais d'ailleurs été un peu déçue par un autre roman de cette collection consacré à Katherine Johnson. Je n'arrive pas à m'empêcher de m'interroger constamment sur ce qui est historiquement établi, et ce qui est projeté par l'auteur.e. L'exercice est difficile et a probablement quelque chose de bridant. La plume et les dialogues m'emportent moins que dans d'autres textes inspirés par des faits réels, mais assumés comme fictionnels, comme par exemple le magnifique Miss Charity de Marie-Aude Murail.
Cela dit, j'ai fini ici par me laisser fasciner par cette femme hors du commun qui vécut à une époque passionnante peu abordée en littérature jeunesse (cette lecture m'a fait repenser à cet égard au roman de Mario Vargas Llosale paradis un peu plus loin et le personnage de Flora Tristan, autre pionière du féminisme qui vécut à peu près à la même époque). Natacha Henry restitue, en toile de fond, le bouillonnement social, politique et artistique du milieu du 19ème siècle. On découvre le Paris de la monarchie de Juillet, du Louvre et des Jardins des Plantes aux abattoirs. J'ai été intéressée par le parcours d'initiation de Rosa à la peinture, les expériences et réflexions qui contribuent à sublimer son art de représenter les animaux. Des passages qui donnent follement envie d'aller voir ses tableaux qui m'ont touchée par la tendresse du regard posé sur nos amies les bêtes (j'en ai mis trois accessibles via le lien ci-dessous).
Mais surtout, le chemin parcouru par Rosa Bonheur montre avec force le courage nécessaire pour conquérir de nouveaux droits et les enjeux de l'autonomie matérielle pour l'émancipation féminine. On saisit l'importance de l'amour et du soutien de son entourage, avant tout celui de Nathalie Micas, mais celui d'un père en avance sur son temps. On mesure aussi l'ampleur des conquêtes des deux derniers siècles, même s'il reste encore beaucoup à faire.
Une lecture plaisante et inspirante qui donne envie de trouver sa voie en dehors des carcans !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          443
ordinary_reader
  29 octobre 2022
J'avoue que je ne connaissais pas cette artiste célèbre avant de lire cet ouvrage pour adolescents.
D'ordinaire pas tellement adepte des biographies romancées, celle-ci n'est pas trop mal passée. Dans une surenchère de bons sentiments, l'on suit la fulgurante ascension artistique (de belles et précises descriptions) de Rosa, son émancipation dans cette société patriarcale et discriminante, ainsi que son amour profond pour sa jeune amie.
(Je remercie ma collègue documentaliste de m'avoir conseillé cette lecture).
Commenter  J’apprécie          170
malecturotheque
  08 janvier 2021
Avant de lire ce roman, je ne connaissais pas vraiment Rosa Bonheur. Je savais seulement que c'était une peintresse et que son nom avait été donné à deux bars (l'un aux Buttes-Chaumont, l'autre sur une péniche) – autant le dire franchement, je ne savais pas grand chose de cette femme ! Alors quand j'ai vu que les éditions Albin Michel venaient de sortir une biographie, éditions qui m'avaient déjà permis de découvrir Katherine Johnson, j'ai décidé que c'était là l'occasion de découvrir la fameuse Rosa Bonheur. J'appréhendais toutefois un peu car cette collection de livres est destinée à un jeune lectorat et je n'avais pas particulièrement accroché à l'écriture de Trébor, que je trouvais justement trop jeunesse. Cela dit, dès le début du roman Rosa Bonheur, l'audacieuse de Natacha Henry, j'ai su que la plume ne serait pas un problème cette fois – au contraire, j'ai trouvé celle-ci agréable.
Au début du roman, nous sommes informé·es que si l'ensemble de l'histoire s'attache à retracer avec véracité la vie de Rosa Bonheur, nous n'avons malheureusement que peu d'informations concernant la vie intime de l'artiste, ainsi l'autrice a-t-elle donc suivi son intuition pour rédiger le livre. Mais je dois dire que cela ne m'a pas dérangée ; oui, on remarque, de notre regard de lecteur ou lectrice aguerri·e, quels sont les passages romancés, mais ne sommes-nous pas là pour vivre une histoire ? Sinon, autant lire une biographie sur Wikipedia. Qui plus est, cela nous permet de ressentir l'admiration que Natacha Henry a pour Rosa Bonheur. On remarque également qu'elle s'est documentée, qu'elle a retracé le parcours de la peintresse, mais qu'elle n'a pas omis de lui glisser quelques péripéties entre les pattes, et quelques belles rencontres qui réchauffent le coeur. Cela en fait un récit rythmé, que l'on suit avec plaisir.
Rosaline Bonheur est née en 1822 et le roman débute alors qu'elle est âgée de seulement 14 ans. A cette époque, c'est une chance, pour une femme, d'apprendre la couture et de pouvoir en faire son métier, mais ce n'est pas ce que désire la jeune fille. Elle, ce qu'elle aime, c'est peindre et elle veut gagner de l'argent avec ses tableaux, comme son père. Sauf qu'elle est une femme et qu'elle ne peut donc pas intégrer les Beaux-Arts (c'est interdit aux femmes). de plus, elle devra dépendre d'un homme toute sa vie durant (son père puis un mari) ; elle ne l'entend pas de cette oreille, elle veut faire ce que bon lui semble. Forcé de reconnaître son obstination, son père la prend alors comme élève et c'est ainsi que débute l'apprentissage, puis la carrière, de la jeune femme.
J'ai été emportée par l'histoire de Rosa Bonheur – quelle femme ! Elle semblait beaucoup aimer ses sujets (les animaux) et elle était si passionnée qu'elle était prête à tout pour les reproduire avec le plus d'exactitude possible ; de fait, elle n'a pas hésité à se faufiler dans des abattoirs pour observer l'anatomie des boeufs, par exemple. J'ai trouvé qu'elle était un véritable modèle de passion, de persévérance, d'émancipation… Tout cela m'a donné envie de découvrir son travail, ce que j'ai fait en naviguant sur le net ; j'aimerais beaucoup voir ses tableaux en vrai, désormais.
Ainsi vous recommandé-je chaudement Rosa Bonheur, l'audacieuse afin de découvrir cette grande peintresse animalière et qui, mine de rien, a prouvé – il en était bien besoin, à l'époque – que les femmes ont autant de talent – si ce n'est parfois plus – que les hommes.
Je vous souhaite une très belle découverte.
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Doralex72
  07 novembre 2022
Ce roman n'est pas une biographie car il ne traite pas de l'ensemble de la vie de la peinteresse Rosa Bonheur. Il n'est pas non plus un simple roman car c'est réellement sa vie qui est dépeinte ici. Ce roman est à mi-chemin. Tout d'abord, il ne traite que des années de formation de l'artiste et le récit s'arrête en 1849. En fait, il s'arrête avec la mort de son père Raymond Bonheur, artiste lui aussi. Avec son décès, Rosa perd celui qui l'a formée et qui lui a permis d'être ce qu'elle a toujours voulu être : une peinteresse animalière.
Car pour Rosa, les animaux sont de meilleurs sujets que les humains et elle voit dans toutes les créatures un sujet de tableau. Vaches, moutons, lapins… elle n'a pas son pareil pour reproduire un museau, un pelage ou un regard. Rosa s'est entraînée, elle a travaillé dur, elle a copié les grands maîtres et s'est perfectionnée. En tant que femme du milieu du XIXème siècle, elle n'a pas pu accéder aux écoles d'arts, exclusivement masculines, alors elle a travaillé seule – ou presque, car aidée par son père – en se rendant au Louvre. Observer, reproduire et tenir bon. Voilà son parcours.
Le roman traite également de sa relation particulière avec Nathalie Micas, qu'elle a connu toute petite et avec qui elle restera liée toute sa vie. L'autrice fait le choix de les dire amoureuse l'une de l'autre. Sur ce point, c'est peut-être ici un parti pris de l'autrice.
C'est une lecture facile et réjouissante, bien documentée, et qui nous fait découvrir une artiste peu connue et peu commune de notre patrimoine culturel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Virgule-Magazine
  27 août 2020
Rosa, 14 ans, rêve de devenir peintre, comme son père, Raimond Bonheur. Mais il s'y oppose : ce n'est pas un métier facile et lui-même n'arrive que péniblement à en vivre. Rosa, qui a un caractère volontaire, s'entête, et Raimond finit par céder : il accepte de lui donner des cours de peinture. Rapidement, il se rend compte que sa fille a un réel talent, et il l'admire également pour son audace : elle n'hésite pas à lever tous les obstacles pour parvenir à ses fins. Rosa deviendra, très jeune, l'une des artistes les plus célèbres de son temps.
L'avis de Chloé, 12 ans : J'ai beaucoup apprécié ce livre. le langage employé (directement lié à l'histoire) n'est peut-être pas le plus accessible pour tous, mais l'histoire en elle-même est très bien développée et le thème me tenant particulièrement à coeur, je n'ai pu qu'être réjouie de cette découverte.
L'avis de la rédaction : Malgré quelques touches un peu mièvres, cette biographie romancée est un bel hommage à Rosa Bonheur (1822-1899), à son combat pour vivre libre, un combat exemplaire, qui a ouvert de nouvelles voies aux femmes. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Ricochet   20 octobre 2020
Le destin de cette artiste audacieuse et hors normes peut servir d'exemple aux adolescentes frileuses qui hésitent encore à vivre leurs aspirations profondes.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
IleauxtresorsIleauxtresors   12 décembre 2020
Raimond Bonheur leur enseigna aussi que les couleurs transparentes, associées à de l’huile grasse, formaient un glacis. Qu’il fallait toujours placer les tons sombres, les ombres, avant les teintes claires. Que la patience était mère de sûreté aussi, que respecter le temps de s’échange était absolument primordial. Et ce temps, justement, dépendait des couleurs. Certaines séchaient en deux jours ; à d’autres, comme la laque de garance, il fallait près d’une semaine. Ensuite seulement, viendrait la couche de vernis.
Rêveuse, Rosa guignait les flacons de pigments en poudre. Leurs étiquettes étaient si prometteuses ! Bleu de cobalt, rouge d’Inde, terre de Sienne, vermillon de Chine, jaune de cadmium, noir d’ivoire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
IleauxtresorsIleauxtresors   12 décembre 2020
Peintre animalière ? Pas question ! Qui achèterait le portrait d’une vache ou d’un cochon ? Non, non, tu ferais mieux de t’atteler à la peinture d’histoire. Des rois et des reines, des saintes et des saints, des dieux romains et des déesses grecques.
Commenter  J’apprécie          105
MMChretienMMChretien   10 avril 2021
- Tu n'auras pas le choix, tu sais. Tout le monde se marie.
- Mais pas moi. Hors de question de dépendre du bon vouloir d'un homme pour décider comment je devrai vivre. Je veux être indépendante, gagner mon argent, et en faire ce que bon me semble. Choisir où je veux vivre, comment j'entends travailler, avec qui je soupe, à quelle heure je me couche... Demander tout cela à un mari? Etre obligée de tout négocier, de quémander la moindre parcelle d'espace et de liberté? Jamais! Plutôt devenir bonne soeur!
- Quand même, pas bonne soeur...
Mais Rosa s'emportait :
- Le mariage, c'est comme une peine à perpétuité : depuis 1816, le divorce est interdit par la loi. Le savais-tu? Si l'on se marie, c'est pour la vie et moi, je refuse de gâcher la mienne. Un époux, des enfants? Cela m'entraverait, je crois, ou freinerait mes progrès. Or je ne souhaite qu'une chose, tu le sais bien : devenir peintre. Réussir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IleauxtresorsIleauxtresors   12 décembre 2020
L’un des arguments avancés pour interdire aux jeunes filles l’accès de l’École des beaux-arts était que l’on y dessinait des modèles nus. Laisser une demoiselle admirer un mâle dévêtu ? Hors de question. Pourtant, Rosa se fichait bien de pareille trivialité. En véritable artiste, seule la matière l’intéressait.
Commenter  J’apprécie          50
BellesEndormiesBellesEndormies   30 janvier 2021
Il se passait quelque chose entre Nathalie et Rosa, un phénomène que ni elles ni personne ne pouvait nommer encore. C’était quelque chose de fusionnel, comme le fer plongé dans le feu de forges: la rencontre de deux personnes faites l’une pour l’autre.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Natacha Henry (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Natacha Henry
DEBAT LES FEMMES ET LE MACHISME ORDINAIRE avec Shoukria HAÏDAR, Ghada HATEM-GANTZER, Inès ORCHANI, Sarah DIFFALAH, Salima TENFICHE, Natacha HENRY
autres livres classés : féminismeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus





Quiz Voir plus

Marie et Bronia: le pacte des sœurs

Dans quel pays se déroule l'histoire ?

Pologne
Russie
Roumanie

11 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Marie et Bronia : Le pacte des soeurs de Natacha HenryCréer un quiz sur ce livre